Mary Jo White, présidente de la SEC, se fout du monde

Mary Jo White, présidente de la SEC, se fout du monde

0

Certains trouveront le titre un peu dur. Pourtant, nous étions à 2 doigts de rajouter 3 mots entre « fout » et « du » tellement l’article que nous avons lu sur ZeroHedge nous a fait bondir. Lorsque vous saurez pourquoi, il n’y a aucun doute que vous ne pourrez être que d’accord.

Mary-Jo-White-SEC

En bref, notre chère Mary Jo White, alors qu’elle témoignait sous serment le 29 avril dernier devant le Congrès américain, a juré que « les marchés ne sont pas manipulés », alors qu’on l’interrogeait à propos du livre de Michael Lewis.

Mais qu’apprend-on 2 jours plus tard, soit le 1er mai 2014 ? Que la SEC a condamné le NYSE, la bourse de New York, a payé une amende de 4,5 millions de dollars (soit un Bounty et 2 Mars à notre échelle) pour avoir « permis des manipulations sur les marchés entre 2008 et 2012 ».

Tout ceci se passe dans l’indifférence générale, ce qui montre à quel point le mensonge permanent est intégré dans le mode de gouvernance de nos exemplaires démocraties occidentales : on peut mentir sous serment, devant le Congrès (les « représentants du peuple ») sans que personne ne sourcille alors que l’on apporte les preuves même de son mensonge 2 jours plus tard. Nous laisserons le mot de la fin à ZeroHedge, passé maître dans l’art du sarcasme :

« Autrement dit, la SEC clame haut et fort que pendant 5 ans, le NYSE a favorisé et s’est fait complice des mêmes marchés manipulés dont elle jure qu’ils n’existent pas. » En attendant, l’argent s’est encore fait massacrer hier sans raison valable. Nous ne pouvons plus nous retenir : Mary Jo White se fout vraiment de la gueule du monde.