Michael Belkin : vendez vos actions et achetez de l’or

Michael Belkin : vendez vos actions et achetez de l’or

pièces d'or et d'argent

Interview de Michael Belkin (ancien de Solomon Brothers et conseiller des plus grands hedge funds) publiée le 9 janvier 2016 sur KWN (ici et ici), qui fait écho aux recommandations des stratégistes d’UBS, soit de gens neutres à l’affût de bonnes affaires sur tous les marchés :

« Depuis le début de l’année 2016 les bourses ont connu des baisses, un retour de manivelle. Nous sommes désormais dans un marché baissier prolongé. Malheureusement je pense que la plupart des investisseurs sont choqués, ils sont en quelque sorte enfermés dans la chambre de torture de la finance.

Ils se sont goinfrés au buffet à volonté de la Fed pendant trop longtemps. Ils pensent aujourd’hui que les marchés ne peuvent que grimper et qu’il faut investir dans les actions. Je pense néanmoins que les opportunités ne se trouvent pas du tout de ce côté sur les marchés.

Je pense que les actions du secteur minier de l’or qui ont fortement progressé cette semaine ont entamé un mouvement haussier prolongé. L’or et les actions minières sont sur le point de faire le contraire des marchés actions (…).

Je dispose d’un modèle de prévision que j’ai développé. Nous l’utilisions chez Solomon Brothers, je l’utilise aujourd’hui encore dans ma carrière de plus de 20 ans à conseiller les plus gros hedge funds du monde. C’est l’une des premières choses que j’ai développé lorsque Laszlo Byrini m’a engagé chez Solomon Brothers dans les années 80.

Durant les marchés baissiers, ils ont tendance à retourner vers leur moyenne mobile. Laquelle en particulier ? La moyenne mobile à 200 mois. Il s’agit du niveau vers lequel le Nasdaq a plongé en 2009 ainsi que durant le crash des technologiques en 2002.

Le carnage sur les marchés ne va qu’empirer : de -35 à -50 % dans les 12-18 mois

À combien s’élèverait cette baisse aujourd’hui ? 50 %. La valeur du Nasdaq pourrait être amputé d’une moitié. Pour Apple, cela équivaut à une baisse de 65 % soit la moyenne mobile à 200 mois du titre. Pour le Dax, la bourse allemande, une baisse de 37 %. Pour le FTSE Mid-Cap qui est la valeur de référence des hedge funds ici à Londres, il s’agit d’une baisse de 43 %. Le Nikkei : -38 %. Le S&P 500 : -32 %.Il y a donc un risque de baisse de 35 à 50 % sur les marchés mondiaux dans les douze à dix-huit mois. Cela équivaut à un effondrement de marché baissier normal lorsque les choses se rééquilibrent et que vous pouvez repasser à l’achat. Je ne suis pas un perma-bear (pessimiste). J’étais incroyablement optimiste pour les marchés au plus bas de 2009. À l’époque, je disais exactement le contraire d’aujourd’hui. Je disais aux investisseurs institutionnels que je conseille d’acheter des actions financières et technologiques.

Aujourd’hui, je préconise tout le contraire. « Vendez les technos, vendez durant les rallyes, vendez les indices boursiers, positionnez-vous short, ne soyez pas long. Achetez des Tresuries, de l’or soyez aussi défensif que possible. » Il y a très peu de stabilité aujourd’hui. C’est comme si vous étiez au milieu de sables mouvants à la recherche d’un îlot de stabilité alors que tout le monde s’enfonce autour de vous. Malheureusement, la plupart des institutions ne sont pas positionnées correctement. Nous allons assister à de grosses secousses dans les douze à dix-huit mois qui viennent.

Réduction massive de la voilure et opportunité sur l’or

Lorsque la majorité des gens sont positionnés sur les mauvais actifs, leur liquidation entraîne les prix au tapis. La réduction de la voilure est ce qui alimente les marchés baissiers. Les comptes sur marges ont une dette énorme en ce moment. Sur la bourse de New York, il y a actuellement 471 milliards de dollars de dette marginale (valeur des actifs acquis sur marge dans une opération financière). En cas d’appel de marge, une partie de ces gens devront vendre. Cela entraînera une baisse qui forcera d’autres investisseurs à vendre. On obtient alors un cercle vicieux de cessions par appel de marge.

À mon avis, voilà ce qui nous attend sur les marchés mondiaux. Je pense que le moment est venu d’investir dans l’or. (…) »