Michael Pento : ce que 2014 nous réserve

Michael Pento : ce que 2014 nous réserve

0

Michael-Pento-Treasuries« Mr Bernanke, principalement pour la postérité vu qu’il est sur le départ, a annoncé dans sa dernière conférence de presse que la Fed commencerait à diminuer ses achats d’actifs en janvier 2014. Presque tous les conseillers de Wall Street ont accueilli la nouvelle comme une preuve que la Fed pouvait stopper sa manipulation des taux d’intérêt sans conséquences économiques. Cependant, ce que ces experts ne comprennent pas, c’est que la stratégie de redressement économique de la Fed se base sur des cours gonflés artificiellement, pour les marchés obligataires, actions et de l’immobilier.

Désormais, la banque centrale promet de retirer son soutien aux cours de ces actifs. La leçon que nous allons tous apprendre, c’est que toute économie basée sur des bulles finit toujours par échouer.

Alors que 2013 touche à sa fin, les bons du Trésor à 10 ans ont franchi le seuil des 3 %, alors que leur taux était de 1,5 % au printemps dernier. Cette hausse a eu lieu alors que la Fed n’a même pas encore commencé à diminuer ses achats. Et même lorsque cela sera le cas, en janvier prochain, la Fed continuera d’acheter pour 75 milliards de MBS et Treasuries. Donc, les réactions enthousiastes de Wall Street à l’annonce du tapering sont prématurées et erronées.

Les taux vont augmenter significativement durant le premier semestre 2014, ce qui engendrera une correction aiguë des obligations, des actions et de l’immobilier. Le marché immobilier, la pierre angulaire de la stratégie de la Fed, montre déjà des fissures dans ses fondations. D’après l’association américaine des banques de crédit hypothécaire, l’index des demandes de prêts (pour acquisition et refinancement) a baissé de 6,3 % le mois dernier, propulsant l’index à son plus bas depuis 13 mois. D’autres preuves de cette demande en berne pour l’immobilier ont été communiquées par l’association nationale des agents immobiliers (NAR). Le nombre de ventes de maisons existantes est en baisse depuis 3 mois consécutifs. Cette baisse a également impacté l’achat de logements neufs en novembre (-2,1 %).

Cette baisse de la demande n’a pas empêché les entrepreneurs d’ignorer les fondamentaux (exactement comme ils l’ont fait durant la bulle immobilière des années 90) et de continuer à construire. Les nouveaux chantiers ont augmenté de 22,5 % en novembre, pour une augmentation sur un an de 29,6 %. (…) Alors que l’offre augmente et que la demande diminue, les prix continuent de grimper. Cette anomalie s’explique tout simplement par le QE.

En ce qui concerne les marchés actions, le S&P a gagné 25 % cette année, pour une croissance du PIB de seulement 2 %. Il n’est pas possible de maintenir des chiffres d’affaires et des profits élevés avec une croissance si modeste. Pourquoi les marchés ont-ils autant augmenté ? Tout simplement grâce au QE.

Enfin, les Treasuries à 10 ans ont franchi la barre des 3 %. Pourquoi cette obligation offre-t-elle un rendement inférieur de 400 points de base à la moyenne sur 40 ans, alors que la dette publique a augmenté de 7,2 trillions depuis le début de la crise de 2008. La réponse est identique : le QE.

Sans la manipulation des taux d’intérêt de la Fed, ainsi que de la masse monétaire, les marchés de l’immobilier et actions seraient déjà victimes d’une grosse correction. Ce sont les actions de la Fed qui falsifient la valorisation de ces actifs.

Ne perdez pas de vue que le tapering n’a pas encore commencé, et qu’il sera très modeste. Cependant, si Janet Yellen continue de baisser les achats de 10 milliards par mois, il faut s’attendre à une correction des marchés actions d’au moins 15 % durant le premier semestre 2014, alors que l’obligation de référence (10 ans) devrait franchir la barre des 4 %.

Ma prévision pour 2014 : il n’y aura plus de diminution du QE, on pourrait même assister à une augmentation fin du second trimestre, mais uniquement après que l’on ait assisté à une grosse correction sur les marchés, ainsi qu’à une chute de la croissance.

Ce changement de politique monétaire marquera un tournant pour le dollar, les marchés actions internationaux et les cours des matières premières. En tant que contrarian, le meilleur positionnement semble être les actions minières (métaux précieux), l’actif le plus détesté en ce moment.

http://kingworldnews.com/kingworldnews/KWN_DailyWeb/Entries/2013/12/28_Michael_Pento_-_2014_%26_The_Contrarian_Trade_Of_The_Decade.html