L’ombre de faillites minières plane : une bonne nouvelle pour l’or et...

L’ombre de faillites minières plane : une bonne nouvelle pour l’or et l’argent

0
mine d'or

Article de John Rubino, publié le 13 janvier 2016 sur SafeHaven.com :

« La chute des matières premières va peut-être faire ses premières victimes de taille :

Freeport-McMoRan (NYSE:FCX) a connu un début d’année 2016 brutale alors que son action a chuté de près de 40 % en seulement une semaine. (…) Suite à ce début difficile faisant suite à une année 2015 très compliquée, les investisseurs se demandent si la société finira 2016 en un seul morceau. (…)

Glencore a quant à elle vu ses credit default swaps atteindre leur plus haut de six ans après avoir augmenté de 946 points de base. (…)

De nombreuses grosses sociétés minières diversifiées fournissent de l’or et de l’argent en tant que sous-produit de leur production principale. Si par exemple : une usine de cuivre ferme en raison de la chute récente du cours, cela supprime une partie de la production de métaux précieux dont les cours doivent alors grimper pour refléter la baisse de l’offre. C’est donc une bonne nouvelle pour les partisans de l’or.

Cependant, les investisseurs qui aiment les sociétés de streaming or et argent (qui achètent à prix cassé la production future contre une rémunération immédiate) observent ce carnage du cuivre et du pétrole avec des émotions partagées. De nombreuses sociétés minières, désormais au bord de l’insolvabilité, ont passé de nombreux accords de vente de leur production future et aujourd’hui : rien ne garantit que les accords seront honorés.

Franco Nevada, l’une des plus grosses sociétés de ce genre, a récemment payé la société minière canadienne Teck Resources 610 millions de dollars pour la production future d’argent de leur mine péruvienne. Le numéro deux du secteur, Silver Wheaton, a payé plus d’un milliard de dollars à Glencore et Vale pour acquérir une partie de leur production future d’or et d’argent.

Que se passera-t-il si ces sociétés font soudainement faillite ? Rien n’est clair mais cela ne peut être une bonne nouvelle pour les sociétés de streaming dont l’argent pourrait être bloqué au mieux ou simplement disparaître dans le pire des cas.

En attendant, le marché baissier sans fin des métaux précieux produit son lot de défaillances du côté des mines spécialisées dans l’or et l’argent dont certaines sont partenaires des sociétés de streaming. Récemment, Rubicon Gold est allé au tapis et a annoncé, oups, que ses réserves s’élèvent à 10 % de ce que la société avait annoncé posséder. La société de streaming Royal Gold a misé 75 millions sur cette société.

Pour rester positif, les sociétés de streaming ce sont hautement diversifiées ayant passé des dizaines d’accords à travers le monde. (…) »