L’or, c’est la monnaie – Macleod

L’or, c’est la monnaie – Macleod

0

Or Monnaie ArgentIl est clair que les marchés financiers occidentaux ne considèrent plus l’ телеспутник таблица частот спутниковых каналов or comme une monnaie. Le métal a été relégué au statut d’actifs à risque, de collatéral utile, ou simplement de matières premières avec une histoire monétaire. C’est une erreur.

L’or, la monnaie historique

Le grand économiste autrichien von Mises a écrit que pour survivre, une véritable monnaie doit passer le test de régression. Simplement dit, on doit pouvoir y établir si la monnaie avait une valeur avant son utilisation en tant que devise. Si ce n’est pas le cas, il ne s’agit que d’un substitut à la monnaie, dont la valeur dépend entièrement de la confiance dont elle bénéficie. Nous devons donc nous poser 2 questions : quelle valeur avait l’or avant son utilisation en tant que devise, et quelle valeur avait les devises modernes avant d’être utilisées en tant qu’argent.

La réponse à la première question est simple. Tous ceux qui ont vu le bijou Alfred à l’Ashmolean Museum d’Oxford (vieux de plus de 1000 ans) ou le masque en or de Toutankhamon au musée du Caire (vieux de plus de 3000 ans) ont regardé ces objets avec émerveillement. Ils n’ont simplement pas de prix. Il est également intéressant de noter que des Chinois aux Égyptiens en passant par les Aztèques, les Romains et les Incas, toutes les civilisations vouèrent le même culte au métal jaune, alors que certaines de ces civilisations ne furent jamais en contact. Il ne fait donc aucun doute que l’or passe sans problème le test de régression de von Mises.

Les devises papier perdent inexorablement leur valeur

Les devises papier ne passent pas ce test. Elles ont été créées en tant que substitut aux métaux précieux. Avec le temps, elles ont perdu la possibilité d’être converties en métal. Leur valeur se base donc uniquement sur la confiance dont elles bénéficient.

Les investisseurs et les traders ne font pas la distinction. Au lieu de réaliser qu’il s’agit un parfait exemple de la loi de Gresham, qu’une mauvaise devise a entraîné le mépris d’une bonne, ils considèrent que l’argent papier est le seul argent digne des temps modernes. On peut les comprendre, parce qu’ils sont payés et dépensent avec cet argent papier. Ils font leurs investissements avec cet argent papier. Tant qu’ils peuvent se protéger du risque d’un effondrement de la monnaie via des placements sur le marché, ils n’ont pas besoin d’investir dans l’or.