Or : les banques centrales à nouveau à l’achat depuis 2010

Or : les banques centrales à nouveau à l’achat depuis 2010

0

Article de SRSroccoreport.com (14 novembre 2014) :

« Un gros changement a eu lieu après l’effondrement des marchés et de l’immobilier aux États-Unis. Une énorme fissure dans le système monétaire papier s’est alors formée. Alors que le système financier mondial a failli se désintégrer à cause du système américain à base de dette en 2008, certaines banques centrales se sont finalement converties à une « religion monétaire ».

À cette époque, et d’après les banques centrales les plus sagaces, l’or était devenu un vulgaire métal utilisé pour soutenir un système monétaire papier sans valeur. Mais en seulement quelques années, le flot énorme d’or en provenance des banques centrales s’est asséché pour devenir une source importante de la demande. C’est ce que nous pouvons constater en observant le graphique ci-dessus.

Entre 2003 et 2009, les banques centrales ont inondé le marché avec 2880 tonnes d’or. Non seulement il fut question d’une grosse liquidation à des cours très bas, mais cette liquidation a également servi à contenir le cours de l’or papier en fournissant davantage de métal au marché.

C’est en 2003 et 2005 que les ventes furent les plus massives, avec respectivement 620 et 663 tonnes d’or vendu. À partir de 2005, la tendance s’est alors inversée, à l’exception de 2007, jusqu’à ce qu’elle devienne quasi nulle, en 2009, avec 34 tonnes vendues.

J’imagine qu’après que la Fed se soit engagée dans sa magnifique politique d’assouplissements quantitatifs (planche à billets), certaines banques centrales ont estimé que trop c’était trop. En 2010, la tendance s’est alors inversée : pour la première fois depuis longtemps, les banques centrales étaient de nouveau à l’achat en net, pour 77 tonnes.

L’année suivante, la demande des banques centrales a explosé pour atteindre 457 t, et même 544 t en 2012. Pour 2014, on estime que la demande en or des banques centrales totalisera 450 tonnes. Soit 10 % de l’offre totale annuelle mondiale, ce qui n’est pas rien.

Donc, au lieu des 2880 tonnes qui ont été fournies au marché entre 2003 et 2009, nous avons désormais 2000 tonnes d’or qui ont été soustraites de l’offre par les banques centrales en 5 ans. J’imagine que cette demande ne fera qu’augmenter dans les années à venir.

Les chiffres qui ont servi à faire ce graphique proviennent du World Gold Council. Je comprends bien qu’il s’agit de ‘chiffres officiels’, dont nous ignorons le degré d’exactitude. Nous devrons nous en contenter. Cependant, ce qui est certain, c’est que la demande de la banque centrale de Chine n’est pas incluse dans ces chiffres. Nous ignorons la quantité exacte d’or qui prend la direction des coffres-forts du gouvernement chinois. Mais il est acquis qu’une fois la demande chinoise incluse, les achats des banques centrales sont à des niveaux jamais vus.

Nous savons aussi que la Russie a représenté 34 % de cette demande des banques centrales durant les 9 premiers mois de l’année 2014, toujours d’après les chiffres du World Gold Council. Et il est également acquis que la demande chinoise est bien supérieure à ces chiffres… En extrapolant un peu, et sans trop s’avancer, la demande des banques centrales pourrait dépasser allègrement les 1000 tonnes par an, soit 1/3 de la production annuelle mondiale d’or. (…) »