Or : la stratégie chinoise selon Willem Middelkoop

Or : la stratégie chinoise selon Willem Middelkoop

0
statue de Mao en or

L’Epoch Times s’est entretenu avec Willem Middelkoop pour parler des achats d’or de la Chine ainsi que de sa stratégie concernant la fin du système financier actuel et sa réforme. Article publié le 7 mars 2016 :

« (…)

Epoch Times : comment la Chine perçoit-elle l’or ?

Willem Middelkoop : la chose la plus importante à comprendre à propos de la stratégie or de la Chine, c’est que ce pays considère le métal jaune comme une assurance contre le système financier et les réserves qu’il possède aujourd’hui. La Chine a encore 3,2 trillions de dollars de réserves mais elle comprend que le système du dollar est en fin de vie. Ils ont clairement fait savoir en Chine qu’ils souhaitent se protéger contre leurs positions en dollars avec de l’or.

La plupart de ces déclarations n’ont quasi jamais été répercutées en Occident mais si vous lisez les articles de la presse chinoise, ils disent de but en blanc qu’ils souhaitent « accumuler le plus vite possible les réserves d’or les plus importantes possible ».

La Chine avait un peu d’or dans les années 20 et les années 30 mais la plupart de ces lingots ont été volés par les Japonais justes après l’invasion du pays, qui a eu lieu quelques années avant la Seconde Guerre mondiale.

Après la guerre, le Kuomintang a pris la fuite vers Taiwan avec le peu qu’il restait. Si bien que les coffres de la Chine furent vides jusqu’aux années 90. Maintenant, le désir d’augmenter rapidement leurs réserves est très fort.

Epoch Times : à votre avis, combien d’or possède la Chine maintenant ?

Willem Middelkoop : pour savoir combien d’or les Chinois ont accumulé durant ces 15 dernières années, se contenter des statistiques officielles n’est pas suffisant. Ce que possède la banque centrale est faible par rapport à l’or qui se trouve en Chine. Les statistiques officielles font état de 1800 tonnes, ce qui représente moins de 2 % de toutes les réserves de la Chine.

Leur objectif est d’avoir 10 % de leurs réserves en or soit 320 milliards de dollars. La Russie possède plus de 10 % de ses réserves en or, l’Europe et les États-Unis bien plus. En Occident, l’or représente plus de 50 % des réserves de change.

Un programme officiel existe en Chine, baptisé « stocker de l’or parmi la population ». Un article de la Banque Centrale chinoise en a fait mention en juin 2015, juste après la mise à jour de leurs réserves d’or.

En ce qui concerne la quantité d’or qui se trouve en Chine, elle dépasse facilement les 10.000 tonnes. Ces lingots sont stockés par les banques commerciales, des sociétés de garde et des particuliers.

Au moins la moitié de cet or appartient à la population chinoise. Le leadership chinois a étudié l’histoire financière d’assez près. Ils savent qu’en situation de crise, le gouvernement peut décider de confisquer l’or en l’échange d’argent papier en guise de compensation. Surtout dans un pays centralisé comme la Chine.

Les Coréens l’ont fait durant la crise asiatique, les États-Unis l’ont fait en 1933 lorsque le président Roosevelt a obligé les Américains à remettre leur or au gouvernement. Entre 1933 et 1974, les Américains n’avaient d’ailleurs pas le droit d’acheter de l’or.

En cas de besoin les Chinois pourront confisquer l’or de la population par exemple si le gouvernement devait perdre trop de réserves dans la défense de leur devise. Dans ce scénario, le gouvernement pourrait confisquer l’or du citoyen ordinaire. Mais il s’agit d’une mesure extrême, prise uniquement lorsque la situation est désespérée.

Epoch Times : comment ont-ils pu accumuler autant d’or sans propulser le cours jusqu’à 5000 $ l’once ?

Willem Middelkoop : la Chine ne souhaite pas voir le cours de l’or grimper trop, ni trop vite, elle ne souhaite pas trop insister sur le fait qu’elle utilise l’or en tant qu’assurance contre le pétrodollar.

Elle doit donc faire croire que l’or ne représente qu’une partie infime de ses réserves. Et la Chine est très habile à ce petit jeu. Si les Chinois voulaient propulser l’once d’or à 3000 $, ils pourraient le faire demain en publiant un simple communiqué annonçant qu’ils vont convertir 25 % de leurs réserves de change en or.

Epoch Times : et quid du Shanghai Gold Exchange ?

Willem Middelkoop : Ils veulent transférer le mécanisme de valorisation de l’or et de l’argent de Chicago, où se trouvent les marchés futures (COMEX), vers Shanghai.

Ils ont donc ouvert une bourse d’échange or à Shanghai où quasi tout le monde peut investir sur le marché des futures. À Shanghai, une transaction sur 3 débouche sur une livraison physique alors qu’au Comex ce ratio est de une pour 300.

Ils travaillent donc à l’élaboration d’une infrastructure capable de transférer le mécanisme de détermination du cours de l’or, de l’argent et d’autres matières premières de l’Occident vers l’Orient.

Si vous observez les volumes échangés sur le marché des futures en ce moment, en ce qui concerne l’argent les volumes sont plus importants en Chine qu’aux États-Unis. Et en ce qui concerne l’or, Shanghai commence à concurrencer le Comex.

Epoch Times : les Chinois ont également acheté des coffres à New York et à Londres.

Willem Middelkoop : les Chinois jouent à fond la carte de l’or et se préparent clairement pour le futur qui offrira un rôle plus important à l’or.

La Chine a aussi créé un fonds d’investissement or disposant d’actifs s’élevant à 16 milliards de dollars. Avec ce fonds, ils financent l’exploration et le développement de nouvelles mines d’or dans des pays faisant partie de la nouvelle Route de la Soie.

Si vous échangez de l’or sur le marché à terme du système financier actuel, vous devez mettre en place un système de règlement, notamment pour les actions et les obligations, ainsi que pour l’or physique.

Il est donc nécessaire d’avoir des lieux de stockage un peu partout dans le monde. En contrôlant les coffres vous pouvez contrôler le système de règlement de l’or qui représente la pierre angulaire du marché à terme qui est justement celui qui détermine le cours de l’or.

Le marché papier est le mécanisme mais il doit être adossé par du métal physique. C’est pourquoi vous avez besoin de coffres. Si vous n’avez pas la clé d’un coffre, vous ne possédez pas son contenu. C’est la raison pour laquelle les Chinois ont acheté les coffres de la JP Morgan à New York et ceux de la Deutsche Bank à Londres.

Epoch Times : quelle est la stratégie de la Chine ?

Willem Middelkoop : je pense que ce pays a une stratégie à plus long terme dans laquelle l’or joue un rôle plus important. La Chine se prépare au changement de système financier dans lequel l’or remplira un rôle plus dominant. Je pense que les Chinois anticipent des prix bien plus élevés pour le métal jaune.

Je pense que les Chinois suivent une stratégie, comme croit le savoir Jim Rickards. Il pense que le FMI, les États-Unis, l’Union européenne et la Chine se sont mises d’accord pour que lorsque chaque entité détiendra les mêmes quantités d’or par rapport à leur PIB, ce métal qui devrait représenter 30.000 tonnes pourrait être mis en commun afin d’adosser les droits de tirages spéciaux à l’or. (…)

Je pense que les Chinois ont passé un accord avec les États-Unis et le FMI pour qu’une partie de leur or reste aux États-Unis dans des coffres qui sont la propriété de la Chine. Il s’agit donc de l’ancien bâtiment de la JP Morgan, qui se trouve justement en face du bâtiment de la Fed de New York qui possède les réserves d’or physique les plus importantes juste derrière Fort Knox.

Les Chinois semblent se satisfaire de stocker une partir de leur or à l’étranger mais ils veulent être les propriétaires des coffres.

Epoch Times : quel est l’avantage d’une telle stratégie ?

Willem Middelkoop : en redonnant à l’or une place centrale dans le système monétaire, vous augmentez la confiance dans celui-ci afin d’éviter l’hyperinflation. (…) Si on réévaluait l’or disons à 8400 $ l’once, les bilans des banques centrales seraient les premières bénéficiaires. Surtout aux États-Unis car la Fed et le Trésor comptabilisent encore l’or à sa valeur historique de 42 $ l’once.

Avec cette revalorisation, ces 11 milliards de valorisations de l’or deviendraient 2,2 trillions. Il s’agit donc d’une astuce très simple pour rééquilibrer le bilan des banques centrales. La réévaluation de l’or est une solution très simple à la problématique actuelle. (…)

Epoch Times : pensez-vous que les hedge funds ont raison de parier sur la dévaluation du yuan ?

Willem Middelkoop : les Chinois ont connu un épisode d’hyperinflation à la fin des années 40. C’est justement grâce à ce désordre monétaire que le Parti Communiste fut en mesure de prendre le pouvoir. Les leaders chinois comprennent donc qu’ils doivent empêcher à tout prix la perte de confiance en l’argent papier. Il s’agit de l’un des rares événements qui pourraient provoquer la chute du Parti Communiste.

C’est pourquoi ils sont terrifiés par les mouvements d’ampleur sur les marchés financiers. Ils comprennent parfaitement qu’ils doivent contrôler les marchés et la devise, ce qui explique pourquoi l’or est si important pour eux. L’enjeu est de taille : il s’agit de conserver le pouvoir. »