Le plus grand transfert de richesse de l’histoire

Le plus grand transfert de richesse de l’histoire

0

Fed-Bilan-Expansion-Transfert-RichesseLe plus grand transfert de richesse de l’histoire, cet événement annoncé depuis quelques années par les experts les plus clairvoyants se rapproche de plus en plus. Alors que les économies américaines et européennes sont au bord de l’abysse, les médias dominants se perdent en conjectures à propos de ce que la Fed fera avec ses assouplissements quantitatifs, alors que l’on voit clairement que le système se fissure.

Si les marchés actions tiennent toujours, le marché obligataire, le plus dépendant du QE de la Fed, présage déjà de ce qu’il va se passer. Comme le fait remarquer Michael Pento, les Japonais et les Chinois n’achètent plus d’obligations américaines, mais au contraire, s’en séparent, malgré ce que raconte la propagande des médias dominants.

La Fed dispose aujourd’hui d’un bilan de 3,35 trillions de dollars (graphique). En 10 ans, il est passé de grosso modo 600 milliards à 3.350 milliards… pas besoin d’être docteur en économie pour se rendre compte qu’il y a quelque chose qui cloche, surtout que le plus gros de cette augmentation a eu lieu en 4 ans, soit entre 2009 et 2013. Vous devez comprendre que pour acheter ses obligations, la Fed n’a pas utilisé de l’argent en réserve. Elle a créé de l’argent électronique. Bien sûr, elle n’a pas fait tourner la planche à billets pour imprimer des dollars à concurrence des obligations achetées. Mais il s’agit tout de même de création monétaire, n’en déplaise à ceux qui manient la novlangue.

D’après Michael Pento, pour normaliser son bilan, la Fed devrait vendre pour 2,7 trillions d’actifs (bons du Trésor et titres adossés à des créances hypothécaires (MBS)). La Fed achète entre 75 et 90 % des nouvelles émissions d’obligations américaines. On estime qu’elle détient actuellement plus de 30 % des Treasuries sur le marché. Qui va acheter toutes ces obligations ? Personne.

Transfert de richesse : les actifs papier vont fondre, les métaux précieux exploser

Le marché obligataire en est conscient, ce qui explique pourquoi le taux des Treasuries à 10 ans est passé de 1,6 à 2,8 % en l’espace de 3 mois et demi. La Fed est totalement coincée. Quoi qu’elle fasse, le système financier va exploser. Quel actif allumera la mèche ? Difficile à dire. Ce pourrait être les obligations, une banque comme la Deutsche Bank, un défaut souverain. Peu importe. Ce qui est certain, c’est que les comptes bancaires des épargnants se feront chypriotiser. La valeur de tous les actifs papier (actions, obligations, assurance-vie, dépôts et, en dernière instance, les monnaies papier) vont fondre comme neige au soleil. Même l’immobilier s’écroulera à cause de la bulle du crédit créée par des taux d’intérêt artificiellement bas, même s’il vaut mieux posséder une maison que des actifs papier.

Comme l’histoire se répète, un seul actif permettra de conserver sa richesse, et même de la décupler : l’or et l’argent. À cause des manipulations des marchés, qui sont tout sauf libres, le cours des métaux précieux a été artificiellement plafonné afin de ne pas faire de l’ombre au dollar. Heureusement, les lois naturelles finissent toujours par émerger, et souvent avec une terrible vengeance lorsqu’on a voulu les dompter, dans une arrogance propre à l’espèce humaine.

Comme le montre si bien Mike Maloney, nous avons assisté à de nombreux changements de système monétaire durant le siècle dernier (standard or, standard or partiel en 1913, Bretton Wodds en 1944, fin de la convertibilité du dollar en or en 1971). Nous sommes sur le point d’assister un nouveau « choc ». L’or et l’argent pourront enfin reprendre leur véritable place. À ce moment, il va y avoir un énorme transfert de richesse entre le marché papier et le marché physique. La minorité qui sera dans le second camp aura sa situation grandement améliorée, tandis que les autres n’auront presque plus rien.

Contrairement à certains, je ne crois pas qu’il faille se réjouir de ce transfert de richesse. Les risques de chaos sont énormes : lorsque la majorité de la population, apathique, va comprendre à quel point on les a trompés, et lorsqu’ils n’auront plus rien à perdre, car on leur aura déjà tout pris, cela risque de faire mal. Mais, à choisir, je préfère avoir de l’or et de l’argent que de ne pas en avoir.