Pourquoi posséder de l’or est crucial (Egon von Greyerz)

Pourquoi posséder de l’or est crucial (Egon von Greyerz)

0

« Chaque jour qui passe renforce ma conviction que l’or sera quasi la seule protection face à la débâcle mondiale qui nous attend.

Nous avons investi dans l’or en 2002 car il était déjà clair pour nous à l’époque qu’il s’agissait de la protection financière ultime. Depuis, l’or est passé de 300 $ à 1300 $ l’once, mais notre objectif n’est pas de faire des profits avec cet or. Nous en possédons afin de protéger les actifs des investisseurs contre la destruction continue de l’argent papier par les gouvernements, qui se déroule actuellement aux 4 coins du monde.

Jusqu’à présent, les autres classes d’actifs se sont bien comportées grâce à la création monétaire, mais les bulles sur les marchés actions et sur d’autres actifs vont bientôt éclater. Nos investisseurs ne se soucient pas des corrections auxquelles nous avons assisté ces 3 dernières années. Pour eux, l’or est une assurance, une protection à long terme contre la destruction de leurs autres actifs.

Si vous avez acheté de l’or à des niveaux plus élevés, vous devez comprendre que cela n’aura aucune espèce d’importance, que vous ayez acheté à 1300, 1600 ou 1900 $ l’once. D’ici quelques années, n’importe lequel de ces chiffres aura été une aubaine. Les banques centrales vont continuer de tenter de sauver le monde, pour au final détruire la valeur de l’argent papier. Et si cela ne suffisait pas, les gouvernements vont continuer de massacrer l’économie avec leurs mauvaises politiques et leurs déficits massifs.

(…) Dans la vraie vie, les gens gagnent moins, sont plus endettés, paient de plus en plus cher pour les produits d’alimentation. Les gouvernements prétendent que l’économie est solide, qu’elle s’améliore. Ils savent que c’est faux, il s’agit de propagande orwellienne. (…)

En Grèce, la consommation a chuté de 8,5 %. En France, l’immobilier s’effondre. La France est le prochain pays européen qui sera dans de gros problèmes. (…) »

Source : interview d’Egon von Greyerz sur KWN