Pr Antal Fekete : il y a une guerre mondiale contre l’or

Pr Antal Fekete : il y a une guerre mondiale contre l’or

1
Pr Antal Fekete

Interview du Pr Antal Fekete par Guillermo Barba, publiée le 13 mai 2016 (traduction condensée) :

Depuis notre dernière interview d’il y a 2 ans, quels sont les événements les plus importants qui ont eu lieu ?

Antal Fekete : c’est sans aucun doute la mise en place des taux négatifs dans certains pays, dont la Suisse, ce qui est incroyable. Je pensais que la Suisse serait le dernier pays à jouer avec le feu alors qu’il fut à l’avant-garde de ce mouvement, ce qui est fou. Je pense qu’il s’agit du développement majeur de ces 2 dernières années.

Pourquoi ?

Antal Fekete : car le processus que nous connaissons n’est pas naturel. Cela équivaut à de la destruction de capital, pas seulement financier mais aussi physique. Les taux d’intérêt en berne détruisent du capital car les taux d’intérêt et la valeur du capital évoluent en direction opposée. Si les taux baissent, alors le prix des obligations augmente et inversement. Si les taux sont négatifs, alors les prix des obligations augmentent. Mais jusqu’où ? L’infini est-il la limite ? Il y a clairement une contradiction. C’est la première fois que nous les connaissons ; ils sont très destructeurs du point de vue du capital.

Pourquoi les banques centrales poursuivent-elles cette stratégie ?

Antal Fekete : l’une des explications, notamment dans le cas des Suisses, est qu’ils essayent de fixer la valeur du franc suisse par rapport aux autres devises. Mais au niveau mondial, on assiste à une course à la dévaluation. À une course vers le fond dont le gagnant est celui qui plonge le plus vite. Ce qui est en soi de la folie.

En décembre dernier, la Fed a relevé ses taux ? Pensez-vous que cette fois, elle a agi comme elle le devait ?

Antal Fekete : la Fed ne sait pas ce qu’elle fait. Ils sont complètement perdus.

Quel est le rôle de l’or dans cette pagaille financière et économique ?

Antal Fekete : l’or est le seul antidote à notre disposition, la seule ancre de stabilité susceptible de régler les choses. Tout le monde sait que l’or est l’antithèse des États-Unis. L’antithèse du keynésianisme. Les gouvernements et les banques centrales mènent une guerre contre l’or, ce qui est compréhensible car la création artificielle de crédit a atteint des proportions telles qu’elle affaiblit l’intégralité du système. Sans l’or, cette décomposition ne peut être stoppée, elle a déjà atteint un stade très avancé.

Pourquoi l’or est-il si important ?

Antal Fekete : Menger fournit la réponse. D’après lui, il s’agit de la seule matière première dotée d’une utilité marginale constante. Tout autre matière première ou actif financier, lorsque vous en achetez de plus en plus, voit sa valeur baisser, son utilité marginale baisser. L’or est la seule chose qui défie ces lois, et dans une certaine mesure l’argent.

Pensez-vous que l’or pourrait être la solution pour relancer le commerce mondial ?

Antal Fekete : tout à fait. J’ai ici un article récent de Hugo Salinas Price. Le titre est « la réévaluation à venir de l’or », dans lequel il analyse de façon très pertinente la situation actuelle et explique pourquoi il est absolument nécessaire de réévaluer l’or. Cela fait des années que je promeus la même analyse. »