Quel métal est le plus demandé en temps de crise (et le...

Quel métal est le plus demandé en temps de crise (et le plus rémunérateur) ?

0

La sagesse populaire affirme qu’en temps de crise, l’or est le métal précieux vers lequel les particuliers se tournent en premier. Pourtant l’analyse des chiffres qui a été faite par SrsRoccoReport montre qu’en fait, l’argent est le métal qui a le plus la cote… ou qui, pour être plus précis, connaît un bond de popularité.

En Europe, les particuliers hésitent souvent à investir dans l’argent et pour de bonnes raisons : tout d’abord le métal gris est soumis au régime de la TVA, ce qui signifie qu’une hausse bien plus prononcée par rapport à l’or est nécessaire pour récupérer le paiement de la taxe sur la valeur ajoutée. Deuxièmement, en raison du petit marché qu’il représente, l’argent est beaucoup plus volatile que le métal jaune.

Quoi qu’il en soit, les chiffres de SrsRoccoReport concernent la demande mondiale en or et en argent et montre que « l’or du pauvre » est le premier bénéficiaire d’une crise, TVA ou pas, lorsque les particuliers se tournent vers les métaux précieux pour se protéger en tout cas à partir de la crise de 2008 :

« Juste avant la faillite virtuelle de Bear Stearns, Lehmann, Merril Lynch et AIG, la demande en lingots et pièces d’or et d’argent était minimale. Par exemple en 2007, ce sont 438 tonnes d’or qui ont été ainsi écoulés, pour 1605 tonnes d’argent.

Mais seulement un an plus tard alors que le système financier mondial vacillait dangereusement, la demande d’or et d’argent explosait. Si la demande en pièces et lingot d’or a plus que doublé pour atteindre 913 tonnes, celle pour l’argent a grimpé de façon vertigineuse pour atteindre 5826 tonnes soit une hausse de plus de 3,5. En 2008, les particuliers ont acheté 6,4 fois plus d’argent que d’or alors que ce ratio était de 3,6 en 2007. (…)

La croyance que l’or est la valeur refuge numéro 1 en cas de crise financière ne semble pas être validée par les chiffres. Lorsque le monde entier s’est retrouvé au bord de la faillite financière 2008, les investisseurs se sont massivement tournés vers l’argent plutôt que vers l’or. »

Note or-argent.eu : pour être plus précis, SRSRoccoReport aurait également dû mentionner le montant total des ventes de chaque métal. Ce chiffre prouverait (à un ratio or/argent de 80 à l’époque) qu’en termes de valeur, l’or reste le numéro 1.

Par contre, ces chiffres montrent bien le potentiel haussier de l’argent durant un tel événement. Au 1er octobre 2008, l’argent était à environ 10 $ l’once contre 872 $ pour l’or. Le métal jaune a ensuite culminé à 1923 $, l’argent à plus de 50 dollars. Il n’y a donc pas photo pour proclamer le grand vainqueur en termes de rendement, TVA ou pas, et cette hausse fut plus que probablement due à cet engouement exceptionnel de l’époque pour l’argent qui pourrait se reproduire à l’occasion de la crise à venir.