Réserves d’or des banques centrales : les chiffres sont-ils crédibles ?

Réserves d’or des banques centrales : les chiffres sont-ils crédibles ?

0
Fed taux

Free casino games no download ttf

http://tankrush.fi/wp-content/sitemap47.html голден кейт вышивка каталог

Deux raisons peuvent l’expliquer. Une banque centrale peut vouloir occulter l’état de ses réserves pour des raisons politiques ou financières. De nombreuses personnes estiment que la Chine augmente ses réserves d’or secrètement en stockant son or dans un compte séparé de celui du FMI, dans une réserve non officielle.

D’un autre côté, on estime que de nombreuses banques centrales occidentales ont loué une grande partie de leur or aux banques de lingots. Ces banques ont alors vendu un pan de cet or sur le marché (et une grande partie a probablement atterri en Chine) ou l’ont utilisé en tant que collatéral. (…)

Mais comment rendre les lingots alors que la plupart ont été loués lorsque le cours de l’or était bien inférieur à celui d’aujourd’hui ce qui signifie qu’il serait très cher de récupérer le métal. Toute cette théorie a d’ailleurs été validée par la demande de rapatriement d’or de la Bundesbank, qui a reçu très peu de métal durant la première année. (…)

Pour en revenir à la Chine, Bloomberg a récemment jeté un fameux pavé dans la mare en suggérant que la Chine pourrait posséder 2500 tonnes de plus que ses réserves officielles. Il ne s’agissait pas vraiment d’une nouvelle fraîche car ces chiffres avaient déjà été communiqués par des analystes il y a un an. Mais elle a eu un gros impact car on s’attend à ce que la Chine dévoile enfin son jeu afin d’imposer le yuan dans le panier des droits de tirage spéciaux du FMI. (…)

Les banques centrales, pour la plupart, ne procèdent à aucun audit indépendant de leurs réserves d’or ce qui signifie que dans les faits : le FMI doit accepter pour argent comptant les chiffres communiqués. (…) »

En conclusion : ces chiffres ne reposent sur rien de concret, il s’agit juste de déclarations. Doit-on les croire sur parole ? C’est probablement Jean-Claude Juncker qui est le mieux placé pour répondre à cette question (passé de banquier et politicien aujourd’hui) avec sa célèbre phrase : « quand les choses deviennent sérieuses, il faut mentir ». Et dans le combat des banques centrales pour la survie de l’argent papier d’aujourd’hui, qu’y a-t-il de plus sérieux comme adversaire que l’or ?