Richard Russell mise sur l’argent physique

Richard Russell mise sur l’argent physique

0

Richard Russell fut le premier analyste financier américain à publier un bulletin d’analyses financières à l’intention des investisseurs. Le « parrain des newsletters », comme on l’appelle outre-Atlantique, a dévoilé à KWN comment il se positionne en ce moment, tandis que l’on assiste aux mouvements baissiers à horaires fixes desquelles on pensait être débarrassé.

richard-russell-argent

« Voici ce que j’ai fait aujourd’hui (27 mars 2014). Je me suis débarrassé d’un actif pourri qui est adossé à du vide, des billets de la réserve fédérale, pour acheter de la devise constitutionnelle, connu sous le nom d’argent physique. Vu les manipulations dont ils font l’objet, je considère que l’or et l’argent représentent de véritables aubaines. Vous et moi, avec votre argent papier, achetons des pièces d’or et d’argent.

Les marchés actuels, nerveux et irrationnels, peuvent difficilement rassurer tout investisseur. À mon avis, rien n’est plus précieux que la tranquillité d’esprit. J’estime qu’en ce moment, l’or et l’argent permettent de bien se positionner financièrement parlant, tout en offrant la tranquillité d’esprit.

Vu les quantités de dollars créés par la Fed, le cours manipulé de l’or et de l’argent les rend très bon marché. À terme, je pense que la vérité sur la manipulation du cours de l’argent et de l’or éclatera au grand jour. Les moyens que la Fed a utilisés pour massacrer le prix de l’or et de l’argent sont à la fois répugnants et immoraux.

Un dernier conseil : vous pouvez toujours acheter du véritable argent (qui porte bien son nom) avec votre argent papier. En ce moment, je suis en train de regarder une pièce d’argent d’une once, sur laquelle il est mentionné « In God we trust ». Ces mots sont inutiles, car l’argent, tout comme le métal jaune, et la richesse personnifiée. Sa valeur est intrinsèque et ne requiert pas de confiance. Je remarque que les billets de banque de la Fed mentionnent la même phrase… Mais dans ce cas, il s’agit presque d’un blasphème… »