Robert Fitzwilson sur la Grèce, la partie visible de l’iceberg

0
4809

Article publié le 23 février sur KWN :

« Après de nombreuses spéculations, nous connaissons désormais le résultat des négociations entre l’UE et la Grèce. Les 2 camps se sont accordés pour prolonger le statu quo durant 4 nouveaux mois, en échange de promesses notamment à propos « de lois sur la flexibilité du travail » et pour « combattre la corruption ». On aurait voulu trouver une issue de pacotille que l’on ne s’y serait pas pris autrement. Un gouvernement élu pour mettre fin à l’austérité s’engage sur des promesses vagues sans aucun avantage financier en retour tout en perpétuant l’austérité.

À part les Grecs, personne ne devrait être surpris. Ce fut une élection comme une autre avec des politiciens faisant comme d’habitude des promesses impossibles à tenir. Même si les élus grecs avaient de bonnes intentions, un scénario dans lequel la dette n’était pas remboursée, davantage d’aide était accordée et l’austérité prenait fin était impossible. L’austérité qui fait souffrir les Grecs n’est cependant rien en comparaison avec la destruction de la richesse qui attend l’ensemble de la population mondiale.

La fin de l’euro est déjà écrite

L’UE et l’euro sont des navires en perdition. On prépare les canots de sauvetage tandis que la majorité des passagers dansent au rythme de la musique qu’on leur joue. Les initiatives prises par les États européens pour rapatrier leur or stocké à l’étranger, les plans mis en place pour le rachat de leur propre dette et maintenant cette solution de pacotille pour la Grèce devrait faire comprendre aux observateurs que chacun avance ses pions. Le timing exact de la fin de l’euro et de l’Union européenne est inconnu mais la tendance est claire.

Les Grecs ne sont pas seuls. Tous les gouvernements des pays majeurs de la planète sont en faillite. La Chine fait partie des exceptions mais sa véritable situation financière est loin d’être claire. Malgré ses énormes réserves en devises, une catastrophe venue de nulle part et frappant son système financier pourrait engloutir ce filet de protection.

Un bilan solide est pour une société ou un gouvernement ce qu’un système immunitaire fort est à l’humain. Ce n’est que lorsque la maladie frappe une personne en bonne santé que l’on peut se rendre compte de l’état de son système immunitaire.

Un jeu de dupes avec pour règle l’argent papier

Malgré le fait que la planche à billets keynésienne ait fait du bilan de la Grèce une situation désespérée, elle a supprimé toute prudence fiscale. Les Japonais viennent de voter des dépenses massives dans le domaine de la défense, comme nous nous y attendions. Le fait que le Japon soit déjà insolvable n’y a rien changé, au moins pour le moment. Tant que l’argent pourra être créé à partir d’un chapeau et que les gens l’accepteront comme paiement, ce cirque continuera.

Pendant combien de temps les lois naturelles pourront-elles être niées ? Personne ne le sait. Mais pour les Grecs, il n’y a plus de canots de sauvetage. On a donné ordre d’abandonner le navire. L’Union européenne va probablement faire rouler la dette mais il est clair que les Grecs devront s’endetter encore plus pour servir la dette existante. Ce jeu de dupes n’est évidemment pas une stratégie de stabilité et encore moins de remboursement. Mais l’Union européenne n’a rien de mieux à proposer.

Le problème, c’est que la Grèce est loin d’être la seule dans ce cas. L’Italie et l’Espagne ne sont pas loin derrière. L’échec de l’expérience de l’euro et de l’Union européenne s’accélère. Nous serions très surpris s’ils existent encore dans quelques années. Cela ne signifie pas que l’Europe n’a pas d’avenir mais le système financier doit être jeté par-dessus la mer et entièrement réformé. Ce processus, c’est l’Ebola financier dont Art Cashin a parlé. Ce virus ne s’arrêtera pas aux frontières du Vieux Continent.

Les gouvernements du monde entier doivent se déclarer en faillite. Il s’agit de la seule façon de pouvoir repartir sur des bases saines et d’aller de l’avant. Malheureusement trop d’individus et de sociétés s’en remettent à la générosité du gouvernement pour survivre. De trop nombreuses personnes ne comprennent pas l’importance de la difficulté de générer des revenus. Pour eux l’argent vient de l’État. Les budgets en équilibre sont une histoire du passé.

Tout cela se payera cher

Même si les faillites en cascade sont la seule voie vers une résolution viable et durable de la situation, les conséquences sociales seront terribles. De nombreuses personnes ne veront plus la couleur de leurs allocations et seront forcées de retourner vers l’économie réelle. Se voiler la face et reporter les problèmes permet de retarder la douleur mais elle devra se ressentir tôt ou tard. Un beau jour, les jeunes retraités sur le point de bénéficier des promesses de leurs gouvernements découvriront qu’elles ne sont pas tenables. Il s’agira peut-être de l’événement qui remettra le système financier à plat. Ce jour n’est pas très loin.

Pour les investisseurs, tout n’est pas blanc ou noir. Il est clair que certaines classes d’actifs sont surévaluées mais cela ne signifie pas que certains éléments particuliers de ces classes ne soient pas jouables. Tandis que le monde entier continue d’ignorer l’état de faillite virtuelle de nombreux pays, il y a encore des entreprises qui s’en sortent bien.

Il y aura toujours des entreprises pour produire des biens et des services que les gens veulent et dont ils ont besoin. (…) Pour les investisseurs dans les métaux précieux, nous assistons cette année à des tendances observées déjà l’année dernière. Mais alors que les Chinois avaient fait un pas en retrait la semaine dernière (en raison du Nouvel An chinois), il est encore trop tôt pour affirmer que nous allons revivre une année similaire. Il est clair que les planificateurs centraux sont toujours actifs derrière leur clavier. Leur capacité à manipuler ces marchés prendra fin un jour mais probablement en raison d’un événement inattendu, sûrement pas de leur plein gré. Les investisseurs qui seront récompensés seront ceux qui auront persévéré et encaissé les coups jusqu’au jour J. »

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here