Tags Posts tagged with "Barroso"

Barroso

0
la pieuvre Goldman Sachs

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Il n’y a pas à dire, plus cela va, moins j’aime cette Europe-là.

Je la dénonce, je la pourfends, tant elle est devenue une cause massive de corruption et une négation de la démocratie qui a un impact quotidien sur nos vies.

Ce qu’il y a de plus surprenant c’est qu’ils ne se cachent même plus !

Quand je dis « ils », je parle bien évidemment de nos « mamamouchis », ceux qui dirigent, ceux qui veillent à nos destinées mais qui en réalité s’occupent fondamentalement des leurs à notre détriment à tous, sans que plus aucun d’entre eux ne soit étouffé par les remords.

La morale et l’éthique ne sont pas et ne doivent pas être à géométrie variable, et il fut un temps où personne n’avait besoin de haut comité d’éthique et autres chartes déontologiques qui ne servent qu’à masquer les petits arrangements entre amis d’une élite profondément corrompue, massivement vendue aux puissances financières que sont devenues les grandes multinationales dans un monde ouvert à tout vent.

Barroso n’a pas enfreint les règles d’intégrité de l’Europe

Le comité d’éthique s’est donc réuni, ils ont beaucoup pensé, réfléchi sans doute et analysé pour conclure que le Sieur Barroso qui vient de rejoindre la Banque Goldman Sachs n’avait enfreint aucune règle d’éthique, mais qu’il manque de « jugement ».

Si enfreindre les règles déontologiques est juridiquement « condamnable », se comporter comme une « pignouf » ou comme un « moule à gaufre », comme le dirait le Capitaine Haddock (dont je reprendrai désormais le vocabulaire fleuri dans mes éditos pour ne pas être taxé de vulgarité par ma moitié de femme d’à côté), n’est juridiquement pas répréhensible et heureusement car il faudrait beaucoup de prisons pour embastiller tous nos nodocéphales.

Pourtant, le comité d’éthique confirme bien que « les nouvelles fonctions auxquelles le Portugais est appelé auront « certainement » un lien avec son précédent mandat à la tête de la Commission » !! Mais le José Manuel Barroso « n’a pas violé les règles d’intégrité et de réserve » de l’Union européenne en acceptant un poste à la banque d’affaires Goldman Sachs. Tout en ajoutant que son choix était « peu judicieux »…

Il manque juste de jugeote !

Bref, vous comprendrez bien Madame et Monsieur Michu que le José, il n’est pas très finaud d’aller bosser pour Goldman Sachs après avoir été le président de la Commission européenne, mais ce n’est pas du tout illégal et l’éthique est parfaitement préservée…

De toutes les façons, Mr et Mme Michu avaient déjà oublié cette fichue affaire depuis belle lurette. En fait, tout le monde avait oublié pour la simple et bonne raison qu’entre-temps, il y a eu tellement d’informations que l’on ne sait même plus où l’on en est de l’élection de Trump à Mossoul à moins qu’il ne s’agisse de libérer Poutine du joug de la Clinton qui n’arrive pas à se dépatouiller de ses histoires de courriels alors qu’Hollande veut se présenter à la primaire de droite vu qu’il encense Marine le Pen, tandis que Valls veut faire la nique à Macron qui n’est pas qu’une marque d’ustensiles de sport pour le foot, tout en fêtant la Toussaint et Halloween en même temps…

Bref, tout est encore une fois conçu pour que votre cerveau, sans cesse sollicité, ne puisse plus s’arrêter sur quoi que ce soit.

Barroso est donc chez Goldman Sachs et l’élite n’en a rien à faire de ce que vous pensez ou pas : ils peuvent le faire car leurs agissements immondes sont couverts par un bruit de fond terrible et une avalanche d’informations continuelle.

Il ne nous reste plus qu’à faire nos affaires et à s’occuper de nous dans le bon sens du terme, à savoir nous organiser pour être en mesure de nous passer de ces « bandits, de ces traîtres, de ces cloportes » (c’est le Capitaine Haddock qui parle, pas moi bien évidemment, je n’oserais pas) qui n’ont de légitimité que celle que nous souhaitons bien leur accorder !

Leur monde et ce système courant à sa fin, il faut juste prendre garde à ne pas être entraîné dans cette chute qui sera douloureuse.

Il est déjà trop tard. Préparez-vous !

Charles SANNAT

Source

0
la pieuvre Goldman Sachs

Sans commentaire, si ce n’est que c’est un grand club et que vous n’en faites pas partie !

Barroso déjà très proche de Goldman Sachs pendant son mandat

La presse portugaise publie ce dimanche des courriers confidentiels échangés par la banque et José Manuel Barroso alors qu’il présidait encore la Commission européenne. Goldman Sachs y fait notamment des propositions de changement des politiques européennes.

José Manuel Barroso, au centre d’une polémique sur son embauche par Goldman Sachs, a entretenu des contacts étroits pendant son mandat à la tête de la Commission européenne (2004 à 2014) avec la banque américaine, selon des documents révélés samedi par le journal portugais Publico.

Les dirigeants de Goldman Sachs « faisaient parvenir au cabinet de Barroso de manière confidentielle des propositions sur des changements à apporter aux politiques de l’Union européenne », rapporte le journal qui publie des extraits de lettres et mails obtenus auprès de la Commission européenne.

« J’ai beaucoup apprécié notre discussion »

Une missive du 30 septembre 2013 signée par le patron de Goldman Sachs, Lloyd Blankfein, fait ainsi état d’une visite discrète de José Manuel Barroso au siège de la banque à New York qui, selon le journal, ne figurait ni à son agenda officiel, ni dans les archives de la Commission.

« J’ai beaucoup apprécié notre discussion productive sur les perspectives économiques mondiales », écrit celui qui a fini par embaucher José Manuel Barroso comme président non-exécutif de Goldman Sachs International.

Sollicité par le journal, José Manuel Barroso a « démenti catégoriquement » avoir eu une « relation spéciale avec une entité financière » durant l’exercice de ses deux mandats à Bruxelles. « J’ai naturellement maintenu des contacts institutionnels – transparents et dûment enregistrés dans les archives de la Commission – avec de nombreuses entités politiques, patronales, syndicales et financières », a-t-il fait valoir. Parmi elles figuraient « les principales banques qui opèrent sur le marché européen », dans un contexte de « crise financière », a-t-il poursuivi.

Lire la suite sur BFM