Tags Posts tagged with "CDS"

CDS

1
cds de Deutsche bank

Après un début d’année encourageant ayant fait des métaux précieux les actifs les plus performants de janvier, l’or et l’argent se sont littéralement envolés en raison du regain de faiblesse du dollar dans un premier temps, et, dans un second temps, du grand retour du risque bancaire matérialisé par les soucis de plus en plus inquiétants rencontrés par la Deutsche Bank.

Les difficultés du géant allemand ne datent pas d’hier. Le 11 juin 2015, nous publiions déjà la traduction d’un article de NotQuant.com que nous intitulions « Deutsche Bank : chronologie d’une mort annoncée ? ». Cet article dresse la liste des déboires de la banque, de ses problèmes de liquidités à la démission des 2 CEO de DB de juin 2015 tout en dressant des parallélismes avec la faillite aussi soudaine qu’inattendue de Lehman Brothers en 2008.

Aujourd’hui, les choses ont évolué de mal en pis pour la Deutsche Bank. Comme le rapporte le média financier indépendants Zero Hedge :

« Les échos de Bear (Stern) et Lehman se rapprochent chaque jour qui passe. Quelques heures seulement après l’effondrement du cours de l’action Deutsche Bank de 10 %, portant le titre à une valorisation plus vue depuis la crise financière, le géant allemand aux positions brutes notionnelles de plus de 50 trillions de dollars en produits dérivés se retrouve dans une énième situation de déjà vu, et quelque peu déplaisante, à devoir défendre sa liquidité et plus spécifiquement rassurer les investisseurs quant à sa capacité de rembourser des coupons pour 350 millions d’euros d’émissions de Tier 1 arrivant à échéance en avril. Soit l’une des nombreuses raisons ayant justifié la vaporisation de valeur de plusieurs milliards, en titres ainsi qu’en obligations convertibles qui ressemblent de plus en plus, au fil des jours qui passent, à des capitaux propres. »

De quoi rappeler de mauvais souvenirs à la communauté financière : la dernière fois que de grandes banques des « marchés développés » ont du faire des sorties publiques pour rassurer les investisseurs sur leur liquidité, un énorme plan de renflouement de plusieurs trillions de dollars ne tarda pas à suivre. Cependant, ce n’est probablement pas pour tout de suite, toujours selon Zero Hedge. Si le régulateur allemand interdit de shorter le titre DB, ce sera probablement le signe du début de la fin. En attendant, le risque Deutsche Bank est reflété par ses CDS, dont la courbe a adopté la formation tant redoutée du « Viagra », passant de 100 à 250 points de base en l’espace de quelques semaines.

Tandis que le pétrole ne cesse sa chute dans les abîmes et que l’or progresse légèrement malgré le massacre des matières premières, les turbulences ne font qu’aller crescendo. Voici les points de l’actualité les plus intéressants, extraits des dernières interviews de James Turk et de John Ing sur KWN :

John Ing :

« La semaine dernière, l’or a augmenté de presque 50 $ l’once. Cette hausse a eu lieu dans un contexte de volatilité grandissante sur tous les autres marchés. Celle-ci a également été causée par l’instabilité géopolitique.

Durant une semaine de décembre, les Chinois ont retiré 57 tonnes d’or du Shanghai Gold Exchange. Cela signifie que pour l’année 2014, la Chine a acheté plus de 2000 tonnes d’or, ce qui est énorme. La banque centrale chinoise continue d’accumuler tranquillement le métal jaune. Durant la même semaine, nous avons appris que la Russie avait également acheté de l’or. Non seulement cela a balayé les rumeurs affirmant que la Russie avait vendu une partie de son métal, mais cela a prouvé le contraire : plus que jamais, les Russes sont à l’achat.

Remous sur les marchés des CDS et des produits dérivés

On commence à se faire du mouron concernant les CDS des pays comme le Venezuela, l’Argentine et même la Russie. Bien sûr, les CDS furent l’une des raisons principales de l’effondrement financier de 2008. Aujourd’hui, il est ironique de constater que cette exposition aux produits dérivés est encore plus importante.

Citibank a rapporté être exposée à concurrence de 70 trillions de dollars, surpassant la JP Morgan, qui possède quelque chose comme 65 trillions de produits dérivés. Les grands bénéficiaires du QE de la Fed furent les banques. Le souci, c’est que leurs effets de levier sont encore plus importants qu’en 2007, juste avant l’effondrement.

Nous devons faire face à des risques dont le mélange pourrait être détonnant, et dont les conséquences pourraient être pire que celles des événements explosifs de 2008 et 2009. (…)

James Turk :

« Les marchés américains ne grimpent pas en raison de la bonne santé de l’économie. Elle ne se rétablira pas sans le retour de l’emploi. Malgré l’euphorie à propos des chiffres de l’emploi américain de vendredi dernier, le taux de participation à la population active est tombé à des niveaux plus vus depuis 40 ans.

Malgré le taux de chômage de 5,6 % annoncé à coups de trompette par les Majax de la statistique du US Bureau of Labor Statistics, la vérité est qu’il y a plus de chômeurs aujourd’hui que lorsque le taux de chômage avait atteint 10 %, après l’effondrement de 2008. C’est d’autant plus flagrant lorsque vous examinez les chiffres rapportés par des sociétés privées, comme ShadowStats.com, qui estime le taux de chômage américain à 23 %. Avec un tel taux, il est facile de comprendre pourquoi l’économie américaine stagne.

La santé d’une économie repose sur une population active qui interagit via le commerce. Cela ne se passe pas ainsi aujourd’hui aux États-Unis, ainsi que dans d’autres régions du monde, en particulier dans les États de l’Occident, tournés vers l’assistanat. La France en est un exemple. L’économie française est faiblarde, ce qui est confirmé par le rapport, plus proche de la réalité, des bureaucrates du gouvernement français, qui rapporte un taux de chômage de 10,4 %. (…) »

0

blythe-masters-CFTCNon, il ne s’agit pas du 1er avril : ZeroHedge vient d’annoncer que Blythe Masters va rejoindre le comité des marchés de la CFTC. La conceptrice des fameux CDS (credit default swap, assurance contre l’impayé), popularisée dans la francophonie par Pierre Jovanovic, est aujourd’hui à la tête du département des matières premières de la JP Morgan, rejoint le régulateur américain des marchés financiers.

Comme le titre ZeroHedge, la farce est désormais totale. Qui peut croire une seule seconde que la CFTC contrôle quoi que ce soit, alors que ceux qui sont chargés de faire la police sur les marchés financiers… proviennent des grandes banques qui profitent de ces manipulations. À vrai dire, cette nomination ressemble plutôt à un bras d’honneur envers ceux qui dénoncent les pratiques mafieuses de Wall Street. « Ça ne vous plaît pas ? On vous emm… »

Le régulateur allemand aura beau accuser autant qu’il veut le marché des métaux précieux d’être le plus manipulé de la planète, ce n’est sûrement pas avec Blythe Masters à bord de la CFTC qu’on risque d’avoir une enquête sérieuse sur l’argent…

MAJ : il n’aura pas fallu 24 heures pour que Masters s’efface, suite à un déluge de Tweets scandalisés ! D’où la volonté de policer internet, seul moyen d’expression restant aux gueux que nous sommes…