Tags Posts tagged with "Conseils"

Conseils

0
or

Article de Stefan Gleason, publié le 1er juin 2015 sur MineWeb.com et adapté pour l’Europe :

« Vous diversifier dans les métaux précieux est la décision financière la plus importante que vous puissiez prendre mais il est important de considérer avec soin sur quels métaux précieux vous portez votre choix parmi les options disponibles. Voici 7 critères clés pour prendre les bonnes décisions d’achat :

1. La Tangibilité

Des contrats future aux ETF, il existe une multitude de produits dérivés liés au cours de l’or et de l’argent mais il y a une énorme différence entre l’exposition au cours des métaux précieux et la possession de métaux physiques en votre nom. Ce n’est que lorsque vous possédez du métal physique que vous possédez un actif tangible à l’abri de tout risque de contrepartie.

2. La Frugalité

Lorsqu’on achète des métaux précieux en tant qu’investissement, payer de grosses primes par rapport au cours spot paie rarement. Les simples lingots et lingotins font mieux que les « pièces rares ». Cette alternative aux lingots classiques fournit en définitive moins de métaux précieux pour une même somme investie. En cas de crise financière, la valeur aux cours spot des métaux précieux sera la seule qui importe. Il est donc conseillé d’accumuler un maximum d’onces possible.

3. La Praticité

Comme nous venons de le dire, il est donc sage de vouloir acquérir un maximum de métal pour vos euros mais cela ne doit pas se faire à l’encontre de la praticité. Les métaux précieux dont le prix se rapproche le plus du cours officiel sont vendus en gros lingots qui ne sont pas très pratiques à transporter (à moins d’en confier la garde à un dépositaire fiable en dehors du système bancaire). En possédant vos métaux précieux en unités moins importantes, vous pourrez les utiliser de multiples façons que ce soit pour effectuer un paiement en métal, récupérer un peu d’argent papier, faire un cadeau, etc. Il n’est pas idiot de considérer des pièces d’or d’une demi-once, d’un quart d’once,  d’un dixième d’once, etc. C’est d’autant plus facile avec l’argent et ses pièces d’une once, ou d’une demi-once (note : et en les achetant en quantité, vous obtiendrez parfois des réductions).

4. La Liquidité

Les cours officiel de l’or et de l’argent sont reconnus quasi partout. Des marchands fiables à la réputation établie comme Pièces d’Or vendent les pièces, lingotins et lingots les plus courants en échange d’une prime raisonnable. Parmi les exceptions, il y a les pièces de collection dont la valeur est déterminée en partie par la subjectivité et dont l’écart entre le prix de vente et d’achat est parfois énorme ainsi que les lingots d’argent de 1000 onces (qui doivent être testés avant d’être vendus). Le platine et le palladium représentent une toute petite partie du marché des métaux précieux, ils sont donc beaucoup moins liquides que l’or et l’argent.

5. La Pureté

Pour la plupart des gens, la pureté ne doit pas être un souci. Une pièce plus pure n’est pas nécessairement meilleure ou de plus grande valeur qu’une pièce similaire qui contient un peu moins d’or.

Marc Faber, économiste, gourou de l’investissement et pilier de Wall Street, a fait une sortie faisant de lui l’un des investisseurs les plus optimistes pour l’or en affirmant que toutes les classes d’actifs, à l’exception des métaux précieux, sont surévaluées, et qu’il s’attend à une hausse substantielle des métaux précieux cette année.

« Je m’attends à ce que l’or augmente de façon substantielle en 2015, d’environ 30 %, » a déclaré Marc Faber, auteur du bulletin d’information « The Gloom, Boom and Doom Report ». C’est ce qu’il a affirmé devant un parterre de banquiers durant une présentation donnée au siège londonien de la Société Générale mardi dernier.

« Je crois que la grosse surprise de l’année, ce sera l’effondrement de la confiance des investisseurs envers les banques centrales. Et lorsque cela arrivera – je ne peux pas shorter les banques centrales, bien que j’ai vraiment envie de le faire… La seule façon d’y parvenir est d’acheter de l’or, de l’argent et du platine, » a-t-il déclaré. « C’est la seule méthode, et c’est quelque chose que je vais faire. »

L’or s’est effondré de 35 % depuis qu’il a atteint son plus haut niveau en septembre 2011, à un peu plus de 1900 $ l’once, faisant du métal jaune l’un des pires actifs de ces 3 dernières années. En 2014, il a reculé de 1,5 %, après avoir glissé de 28 % en 2013 (en dollars). Cependant, depuis le début de l’année, les investisseurs se sont repris d’affection pour l’or, sa performance ayant même été supérieure à celle du dollar, qui a pourtant le vent en poupe.

« Nous avons simplement des actifs qui sont hautement surévalués. L’immobilier est cher, les actions sont chères, les obligations sont chères, les œuvres d’art sont chères alors que les taux d’intérêt et les dépôts à court terme sont à quasi zéro. Le seul secteur qui me semble bon marché, ce sont les métaux précieux, et en particulier les actions de ce secteur. »

Faber, souvent surnommé le Dr Doom (Dr Catastrophe), estime que les actions américaines sont particulièrement surévaluées. Les marchés émergents pourraient continuer de grimper, bien qu’y investir durant les premiers mois de 2015 pourrait être prématuré, selon lui.

« Je ne pense pas qu’ils soient si bon marché. Leur valorisation n’est pas très chère, mais il ne s’agit pas de l’affaire du siècle. Je pense cependant que d’ici 6 à 9 mois, les marchés émergents deviendront vraiment attractifs. »

Source : marketwatch.com

0

marc-faber-or-point-entreeMarc Faber, qui se méfie de tout sauf de l’or physique, vient de dévoiler à l’émission Talking Numbers ses conseils d’investissement pour 2014. Sans surprise, Faber suggère d’acheter de l’or physique, ainsi que des minières. Voici les grandes lignes de ses conseils 2014, ainsi que ses prévisions :

1. Le marché va continuer de baisser par rapport à son record de novembre (1813 points)

Marc Faber : « je pense que pour le moment, le marché américain est cher par rapport aux autres marchés, notamment les marchés européens et émergents. Sur base cyclique, en prenant en compte les P/E ajustés, le rendement sera très faible dans les 7 à 10 ans à venir. »

2. À shorter en 2014 : Facebook, Tesla, Twitter, Netfix et Veeva Systems

Faber : “ si on analyse le marché dans son ensemble, certaines actions ne sont pas trop chères, tandis que d’autres le sont énormément. C’est comme en 2000, lorsque toutes les actions n’étaient pas hors de prix. À l’époque, le Nasdaq était très cher, mais certaines actions, notamment de la « vieille économie» étaient plutôt bon marché ou très bon marché. Je pense que des actions comme Facebook, Tesla, Twitter, Netfix et Veeva Systems sont largement surévaluées et que shorter ce panier d’actions rapportera au moins 30 % l’année prochaine. »