Tags Posts tagged with "Demande d’or"

Demande d’or

1
demande d'or physique au T1 2016

Article de MarketWatch.com, publié le 12 mai 2016 :

« Luttant contre un environnement économique mondial incertain, les investisseurs semblent ne pas être rassasiés en ce qui concerne l’or, et les signes indiquant une baisse de cet appétit sont très rares.

Il s’agit de l’évaluation faite par le rapport trimestriel du World Gold Council concernant la demande d’or, qui fut publié ce jeudi. Il indique que la demande d’or a augmenté de 21 % pour s’élever à 1290 tonnes durant le premier trimestre 2016 par rapport au même trimestre de l’année précédente. Ce qui fait du T1 2016 le second trimestre le plus robuste de l’histoire.

Cet appétit pour les métaux précieux a été principalement poussé par les énormes acquisitions d’or des ETF, d’après le Council, l’association qui réunit les producteurs d’or les plus importants du monde. Ces acquisitions ont totalisé 364 tonnes durant ce trimestre, soit les achats trimestriels les plus importants depuis les 3 premiers mois de 2009. Durant le même trimestre 2015, ces acquisitions avaient tout juste atteint les 26 tonnes.

L’ETF SPDR Gold Trust (GLD), fonds indiciel coté de l’or parmi les plus populaires, a grimpé de 20 % depuis le début de l’année. Il n’y a pas que les tensions économiques qui ont poussé les investisseurs vers l’or. Les taux négatifs au Japon et en Europe ont également joué un rôle d’après le World Gold Council.

« 2 thèmes majeurs ont émergé durant le premier trimestre 2016. Encouragé par l’incertitude générée par les taux d’intérêt négatifs, le secteur de l’investissement fut l’acteur dominant de la demande d’or, contribuant ainsi à faire grimper les prix de 17 % au cours de ce trimestre alors que les acquisitions des ETF gonflaient, » a écrit dans un communiqué Alistair Hewitt, responsable de l’intelligence du marché au World Gold Council.

Les rendements des actifs liés aux taux augmentent quand les taux grimpent. Vu que l’or ne rapporte rien, son attrait en tant qu’investissement grandit lorsque les taux sont bas ou même négatifs. Des attentes revues à la baisse quant à de nouvelles hausses des taux aux États-Unis ont affaibli le dollar cette année, alors que l’or et le dollar évoluent habituellement en sens opposé. (…)

Goldman Sachs a relevé ses prévisions pour le cours de l’or, tandis que Solita Marcelli de JP Morgan Private Bank a déclaré à CNBC mercredi qu’elle recommande à ses clients de se positionner « pour un nouveau marché haussier, et très long, de l’or. »

Hewitt, abordant les perspectives, a déclaré que « les incertitudes qui règnent sur les marchés et les politiques monétaires non conventionnelles qui perdurent » continueront de soutenir la demande des investisseurs et des banques centrales. Ce trimestre a montré que les banques centrales restent de grandes acheteuses du métal précieux, ayant fait l’acquisition d’environ 109 tonnes durant le T1. Cela fait 21 trimestres d’affilée que les banques centrales sont globalement acheteuses alors qu’elles se diversifient du dollar.

Tandis que les investisseurs se sont rués vers l’or, la demande des bijouteries a vécu un trimestre difficile en raison de la faiblesse de l’économie chinoise et d’une grève de 42 jours des bijoutiers indiens, a précisé Hewitt. Mais selon lui, cette demande indienne n’a été que reportée, les achats devraient augmenter durant la saison des mariages. »

0
or physique

Les adversaires de l’or citent souvent l’absence de rendement du métal jaune en tant que raison pour ne pas en posséder. Si l’argument est une demi-vérité (à savoir qu’il n’offre pas de rendement, alors que c’est le cas de tout actif sans risque de contrepartie, comme l’argent liquide que vous gardez chez vous afin d’être sûr de pouvoir mettre la main dessus à tout moment), les taux d’intérêt négatifs ne seront qu’une raison supplémentaire de posséder de l’or.

Au Japon, la demande de métal a en tout cas augmenté d’après cet article de Bloomberg, publié le 14 mars 2016 :

Au Japon, les taux d’intérêt négatifs dopent la demande pour l’or, d’après le plus gros marchand de métaux précieux du pays.

Les cours internationaux ont augmenté de 18 % cette année alors que les investisseurs étaient à la recherche d’une valeur refuge pour se protéger des remous des marchés financiers. Pour les particuliers, la décision surprise de la banque du Japon en janvier n’a fait que renforcer l’attrait de l’or, d’après Takahiro Ito, manager en chef du magasin Tanaka Kikinzoku Kogyo K.K. situé dans le district Ginza de Tokyo. Ce qui a contribué à faire augmenter les prix de l’or de détail (note : lire les primes) jusqu’à obtenir un plus haut depuis juillet.

« De nombreux clients font le pari qu’il est préférable de convertir son épargne en or, une valeur refuge, plutôt que de garder leur argent déposé dans une banque qui offre de bas taux d’intérêt, » a-t-il déclaré la semaine dernière à l’occasion d’une interview téléphonique.

Le prix du lingot d’or a grimpé à 5027 yens (44 dollars) le gramme le 11 mars 2016, un plus haut depuis le 7 juillet, d’après cette société basée à Tokyo. « D’habitude, de nombreux clients vendent leur or, mais nous avons l’impression qu’ils sont encore plus nombreux à en acheter, même lorsque le prix dépasse les 5000 yens, » a déclaré Ito.

Dans sa tentative de doper le crédit, la BoJ a emboîté le pas à la BCE en instaurant un taux en dessous de zéro. Si cette mesure devrait bénéficier aux actifs risqués à haut rendement, elle pourrait également avoir des conséquences accidentelles du côté des ménages. Ceux-ci pourraient décider de retirer leur argent, voire même de le convertir en une réserve de valeur comme l’or. Les ventes de coffres ont augmenté au Japon, ce qui semble suggérer que ce scénario se matérialise.

La politique de la BoJ a propagé des idées fausses parmi les investisseurs, d’après Ito. Certains acheteurs pensent que les taux négatifs pourraient être répercutés sur l’épargne. Les Japonais âgés, quant à eux, craignent un remake de leur expérience au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, lorsque le gouvernement restreignit les retraits d’argent afin d’enrayer l’inflation.

Les Britanniques se méfient aussi

L’attrait des investisseurs pour l’or se manifeste ailleurs. Au Royaume-Uni, BullionVault a déclaré le 1er mars que le nombre de ses clients a plus que doublé en février pour atteindre un record plus vu depuis avril 2013.

« Les craintes grandissantes concernant les taux négatifs et les risques politiques comme le Brexit ont consacré le retour en grâce de l’or auprès de certains gestionnaires, » a déclaré Adrian Ash. « Les investisseurs privés, dont les rangs grossissent rapidement, se mettent également à acheter de l’or en tant qu’assurance. »

Au Japon, la demande d’or s’est élevée à 32,8 t en 2015, contre 17,9 t en 2014, d’après le World Gold Council. »

4

Article de Jesse Café, publié le 24 novembre 2015 :

« La demande totale des pays de la Route de la Soie, qui inclut l’augmentation officielle des réserves d’or et les importations commerciales, est passée de 1493 tonnes en 2000 à plus de 27.000 tonnes en 2015.

On assiste cependant à une accélération de la tendance depuis la crise financière de 2008, cette augmentation s’étant élevée à 450 % durant ces sept dernières années. (…)

La demande des pays de la Route de la Soie a aisément surpassé la production minière mondiale durant ces deux dernières années. Ce qui signifie qu’il faut trouver de l’or ailleurs que dans les mines. Via le recyclage ou l’achat d’or détenu par d’autres entités.

S’agit-il d’une tendance cantonnée au seul gouvernement chinois ? Cela semble difficile à croire. La demande de la Chine et de la Russie ne représente qu’environ 11,4 % de l’augmentation de la demande d’or parmi les pays de la Route de la Soie :

russie-chine-or-reserves

Il est intéressant de mettre ces faits en perspective avec le déclin continu de la quantité d’or présente dans les coffres occidentaux ainsi que l’augmentation des leviers dans les ETF, ce que certains appellent l’or synthétique un phénomène devenu particulièrement apparent depuis 2013 :

comex-or

Dans le graphique ci-dessous, on peut voir la comparaison entre les livraisons de métal physique à la bourse de Shanghai (rouge) et au Comex de New York (bleu) :

comex-sge-livraisons-or

Mon but n’est pas de convaincre qui que ce soit, de débattre ou encore moins de vendre quelque chose. Ce sont des faits établis, chacun sera libre d’en tirer les conclusions qu’il souhaite. (…)

Les pays de la Route de la Soie ont fait l’acquisition de plus de 25.000 tonnes d’or durant les quinze dernières années. Les mines ne sont pas en position d’augmenter leur production ou de chercher de nouveaux filons. De nombreuses années sont nécessaires pour rendre une mine opérationnelle.

D’après les chiffres de Nick Laird, la production mensuelle mondiale d’or et de 260 tonnes tandis que la demande mondiale et de 357 tonnes. D’où viendra l’or pour satisfaire la demande des pays de la Route de la Soie dans les cinq années à venir alors que la demande continue d’y progresser plus vite que la production ainsi que le recyclage du métal jaune ? »

3

Article de CNN Money du 12 novembre 2015 :

Les Américains achètent des tonnes d’or

La pagaille des marchés de cet été a poussé les Américains à acheter des lingots et des pièces d’or comme on ne l’avait plus vu depuis la crise de 2008.

Lorsque la population se fait du mouron à propos de l’économie et des marchés financiers, elle se précipite sur l’or. Durant ces derniers mois, force est de constater qu’ils se sont fait beaucoup de soucis. La demande américaine pour les lingots et les pièces d’or a augmenté de 207 % durant le 3e trimestre, d’après le World Gold Council.

L’explosion de cette demande a mis en évidence un intérêt pour l’or « que l’on n’avait plus vu depuis la crise financière mondiale », a écrit le WGC.

La US Mint ne fait que confirmer ce constat. Elle a déclaré que les ventes de pièces d’or Gold Eagle ont atteint presque 400.000 pièces le trimestre précédent, soit un record pour ces 5 dernières années.

Les « soldes » de l’or

Les analystes du marché de l’or expliquent cet amour retrouvé des Américains pour le métal jaune par 2 facteurs : un cours considéré comme relativement bon marché et la tourmente de la bourse.

En juillet, le cours de l’or a baissé en dessous des 1100 $ l’once pour la première fois depuis 5 ans. Apparemment, beaucoup de gens ont estimé que cette opportunité était trop belle pour être manquée.

« Les gens ont profité des soldes. C’est absolument indiscutable, » a déclaré Bob Alderman, responsable de la gestion patrimoine chez Gold Bullion International.

Le chaos des marchés a séduit les partisans de l’or

Nous avons ensuite assisté à la plongée de 1000 points du Dow le 24 août dernier, un événement emblématique de la nervosité des investisseurs. Il entraîna également la première correction depuis 2011 du marché actions référence, le S&P 500.

« Il y a un lien direct avec le désordre que nous avons connu durant le mois d’août. Lorsque les marchés tanguent, l’or devient populaire, » a déclaré Axel Merk, fondateur de Merk Investments, une société spécialisée dans les devises et l’or. (…)

0
Chine Demande Or

Chine Demande OrLa prime à payer en plus du cours officiel, pour prendre livraison de ses lingots en Chine, a quadruplé durant les 6 dernières semaines, soit après le fameux « crash » du cours de l’or. Comme Bloomberg l’a remarqué, même avant la chute de mi-avril, les importations chinoises d’or atteignaient déjà un record au premier trimestre 2013, alors que la demande domestique (776 tonnes) surpassait l’offre domestique (403 tonnes). Les images des consommateurs se ruant dans les bijouteries ont circulé sur la toile, mais le tableau ci-contre montre à quel point ce que la manipulation du cours de l’or à réaliser sur le marché physique chinois : le supplément sur le cours officiel est passé d’une moyenne de 7 $ (enregistré sur plus d’un an) à une moyenne de 32 $.