Tags Posts tagged with "Demande"

Demande

0

Article de Bloomberg News, publié le 26 octobre 2015 :

« La demande d’or en Chine pourrait égaler ou dépasser le record établi en 2013 en conséquence du crash financier et de la dévaluation du yuan de 2015. Des événements qui ont renforcé l’attractivité du métal d’après la Chinese Gold & Silver Exchange Society qui a également enregistré une hausse des ventes d’or chez les bijoutiers de Hong Kong.

Les achats d’or en Chine, un pays qui dispute à l’Inde le titre du plus gros consommateur mondial d’or, ont augmenté après la crise boursière de cette année et la dévaluation-surprise d’août d’après Haywood Cheung, président du comité de supervision de la bourse vieille d’un siècle. La demande à Hong Kong pourrait augmenter de 25 % durant ce semestre après la demande limitée des six premiers mois de l’année, a-t-il déclaré à l’occasion d’une interview. (…)

La chute du cours de l’or de 28 % en 2013 avait décuplé les achats de métal à travers l’Asie. Les perspectives pour 2015 sont positives :  les achats de cette année pourraient ainsi dépasser le total de 2013, d’après Cheung. (…)

L’or a encore la préférence des investisseurs chinois

« Les investisseurs préfèrent toujours l’or vu qu’ils n’ont pas beaucoup de choix en termes d’investissements » a déclaré Cheung vendredi en mentionnant les estimations des membres de la Society, qui incluent la plus importante chaîne mondiale de bijouteries Chow Tai Fook Jewellery Group Ltd. et Chow Sang Sang Holdings International Ltd. « Le sentiment général qu’il y a moins d’incertitude concernant le cours prédomine également » a-t-il ajouté. (…)

La demande d’or des consommateurs qui a atteint 973,6 tonnes l’année dernière fut de 497,3 tonnes durant le premier semestre 2015 d’après les statistiques publiées en août par le World Gold Council. À Hong Kong, la demande fut de 61,4 tonnes en 2014 et de 24,8 tonnes entre janvier et juin d’après le rapport d’aout. En février 2014, le groupe financé par les producteurs estimait la demande des consommateurs chinois à 1066 tonnes. »

Note : photo d’archive de 2013

1

Article publié le 2 septembre 2015 sur Jesse’s Café Américain :

« Qu’il est intéressant de noter que le Financial Times a enfin fini par remarquer  « les signes d’une hausse de la demande pour les lingots d’or de la part des consommateurs des marchés émergents ». Vous savez, ces pays obscurs avec des noms bizarres que son l’I-N-D-E et la C-H-I-N-E. Pourtant, les amis, le phénomène est tout sauf neuf. Notre ami Nick suit cette tendance depuis un moment, cela fait des années que nous en discutons au Café. Depuis presque même une décennie. Voyez donc les graphiques ci-dessus et ci-dessous.

Nous entendons également du FT des infos faisant état « de tensions sur le marché de l’or pour livraison immédiate », tandis que le « coût de location de l’or a fortement augmenté durant ces dernières semaines. »

Malgré cela le cours de l’or a quelque peu baissé sur les marchés papier… (…) »

chinde-or-demande

1
lingotins or pamp heraeus valcambi

Article du Telegraph, publié le 13 août 2015 :

« Les problèmes que rencontre l’Europe ont engendré une vague d’achat d’or alors que la banque centrale de la Russie continue d’accumuler du métal, d’après le World Gold Council.

Les investisseurs européens se sont rués sur les lingots et les pièces d’or durant le second trimestre 2015 alors que la Grèce fut à deux doigts de sortir de la zone euro.

Le World Gold Council (WGC) affirme que la demande pour le métal précieux en Europe a rapidement progressé de mars à juin en comparaison avec le même trimestre de l’année précédente même si la demande mondiale a baissé de 12 % à 915 tonnes, soit un plus bas de 6 ans.

Cette augmentation de la demande européenne est principalement à remettre sur le compte de l’Allemagne où les ventes de lingots et de pièces ont augmenté de 24 % pour atteindre 24,1 tonnes durant le second trimestre. La demande en Autriche et en Suisse a également fortement augmenté d’après le rapport du WGC concernant les tendances trimestrielles.

« Les craintes d’une sortie de la Grèce de la zone euro ont propulsé les ventes de détail d’or à 47 tonnes soit une augmentation de 19 % par rapport à l’année dernière » peut-on lire dans le rapport.

Alistair Hewitt responsable de l’intelligence des marchés au WGC a déclaré que le marché européen de l’or est passé du statut de « non existant » à celui de « premier marché mondial pour les lingots et les pièces », passant devant l’Inde durant le premier semestre 2015.

Le cours de l’or a atteint un plus bas de 5 ans le mois dernier alors que les investisseurs s’attendaient à ce que la Fed remonte ses taux d’intérêt au vu des progrès économiques réalisés. L’or est également considéré comme une valeur refuge pour les périodes de turbulences financières.

Mr Hewitt a déclaré que les petits investisseurs se tournent surtout vers les lingotins et non les lingots qui furent très populaires au pire de la crise européenne de la dette en 2012.

« De nombreuses pièces ont été vendues dans de plus petites dénominations contrairement à ce qui s’était passé durant la crise financière où les ventes étaient faites sur de plus grosses dénominations. Cela signifie que ceux qui ont acheté de l’or sont de petits investisseurs. » (…)

« Les gens souhaitent protéger leur patrimoine » a déclaré M. Hewitt. « La richesse peut fondre de nombreuses façons, par exemple via une inflation élevée, la faiblesse d’une devise. Il se peut également que les gens souhaitent contracter une assurance contre d’autres risques. L’or joue un rôle très fort dans ce contexte.

Cette année, la Grèce a fait les gros titres tandis que la BCE s’est engagée dans un QE sans précédent. De nombreux investisseurs se demandent quelles seront les conséquences. La Grèce et le QE ont impacté l’euro alors que puis-je faire pour protéger mon patrimoine ? Eh bien, l’or représente une partie de la solution. »

Le WGC a déclaré que les baisses de la demande en Inde de 25 % et de 5 % en Chine ont provoqué environ la moitié de la baisse de la demande mondiale. Dans ces marchés, l’or est principalement utilisé pour la fabrication de bijoux.

La demande russe pour l’or est « vorace »

Le rapport a également démontré que la demande d’or des banques centrales reste élevée. En moyenne, les banques centrales furent à nouveau à l’achat en juin et ce depuis 18 mois d’affilée.

La banque centrale de Russie continue de jouer les premiers rôles. Elle a rassasié son « appétit vorace » en achetant 36,8 tonnes durant le dernier trimestre. Les réserves d’or de la Russie s’élèvent aujourd’hui à 1275 tonnes soit 13 % des réserves russes en devises. (…) »

0
lingotins or pamp heraeus valcambi

Article de Reuters, publié le 4 août 2015 :

« Les Coréens du Sud sont en course pour battre leur record annuel d’achat d’or en 2015. Ils craignent que la déconfiture des marchés en Chine impacte les actions sud-coréennes. De plus, les taux d’intérêt peu élevés les encouragent à se tourner vers cette valeur refuge traditionnelle.

Contrastant avec la demande faible des plus gros acheteurs que sont la Chine et l’Inde (note : des affirmations qui sont démenties par les retraits d’or du SGE ou encore les importations d’or de l’Inde ; pour être exhaustif, notons également que le titre original de Reuters dit « À contre-pied de la tendance mondiale, les Coréens du sud amassent de l’or »… si la tendance mondiale est si faible, pourquoi l’US Mint a-t-elle dû interrompre pendant 3 semaines les livraisons de Silver Eagles ? Pourquoi la Perth Mint a-t-elle des problèmes à satisfaire la demande ?), les Coréens du Sud sont bien partis pour acheter pour un trillion de wons d’or cette année sur la base des ventes du premier semestre de Korea Gold Exchange 3M Co Ltd, le plus gros marchand d’or du pays.

En 2014, la Corée du Sud représentait une demande de 17 tonnes d’après le World Gold Council, bien loin derrière les 974 et les 811 tonnes respectives de la Chine et de l’Inde. L’appétit des Coréens pour l’or n’aura donc pas un impact crucial pour ce marché (note : à vrai dire, l’appétit des acheteurs physique n’a absolument aucun impact sur le cours, apparemment cette évidence échappe également à Reuters).

Song Jong-gil, directeur général des ventes de Korea Gold Exchange 3M Co Ltd, a déclaré que le chiffre d’affaires de plus de 500 milliards de wons enregistré par sa société durant le premier trimestre de 2015 : plus de 20 % se composent de lingots et de lingotins d’un poids variant de 1 gramme à 1 kg.

« Les taux d’intérêt plancher sont le principal motif. L’or est préféré aux actions et à l’immobilier en raison de sa grande liquidité » a déclaré Song ajoutant que les ventes s’étaient accélérées lorsque le cours de l’or était passé en dessous des 1100 $ l’once. (…)

Les Coréens ont toujours considéré l’or en tant que valeur refuge et moyen de préservation de la richesse. On estime que les ménages coréens possèdent environ 800 tonnes d’or, à leur domicile ou dans des coffres privés.

Durant la crise financière asiatique de 1997 et 1998, les autorités avaient lancé une campagne pour acheter l’or des patriotes. Cet or avait ensuite été vendu contre des dollars pour augmenter les réserves de devises du pays.

« Beaucoup de gens ont vendu leur or durant la crise financière asiatique. Ensuite, les cours ont grimpé et de nombreux particuliers ne furent jamais en mesure d’en racheter » a déclaré Song. « Désormais, les gens achètent des bagues en or et des petits lingots estimant que le moment est opportun pour acheter après la chute du cours. »

Le district de Jongno, à Séoul, rassemble les principales sociétés actives sur le marché de l’or. Les affaires sont bonnes.

« Certains particuliers achètent beaucoup d’or à Jongno, jusqu’à 40 millions de wons (environ 31.000 €) par transaction au plus bas de l’or. Certains revendent ensuite sur le marché noir sans payer de taxes » a déclaré Ohn Hyun-sung, patron du Wolgok Jewelry Research Center. »

0
or

C’est désormais devenu une ritournelle : lorsque le cours de l’or baisse, la demande repart de plus belle. Il ne s’agit pas de déclaration en l’air, mais de faits avancés par des producteurs comme la US Mint et Perth Mint. Article de GoldCore, publié le 31 juillet 2015 :

« Les cours déprimés des métaux précieux ont entraîné la réponse habituelle du marché, soit une augmentation mondiale de la demande pour les pièces et les lingots.

Ceci nous a été confirmé par les conversations que nous avons eues avec notre raffineur et avec les monnaies dont nous sommes les partenaires durant ces derniers jours. L’offre en pièces et lingots d’or et d’argent est de plus en plus réduite. Ce qui débouche sur des délais de livraison rallongés ainsi que des primes à la hausse.

Le marché asiatique de l’or a repris cette semaine avec des primes robustes légèrement supérieures à celles des autres grands marchés du monde. Le trésorier de la Perth Mint, Nigel Moffatt, a déclaré avoir observé une augmentation de la demande depuis que l’or est passé en dessous de 1100 $ l’once.

Dans une interview accordée à l’émission First Up de Bloomberg, il a déclaré : « la quantité d’or non raffiné que nous pouvons obtenir des producteurs représentent notre plus grosse restriction, » pour ensuite ajouté que « tout ce que nous recevons est immédiatement transformé et expédié. »

Moffatt a déclaré que la Perth Mint enregistre une forte demande pour les lingots d’or d’un kilo qui sont expédiés vers l’Asie, et plus particulièrement l’Inde, la Chine et maintenant la Thaïlande, ajoutant que les acheteurs traditionnels d’Asie ont tendance à « charger la mule » lorsque le cours de l’or baisse.

Il y a également une énorme demande des particuliers des États-Unis et d’Europe pour les pièces. « Nous en vendrions plus si nous pouvions trouver davantage d’opérateurs de presse qualifiés. » Moffatt a également ajouté que les banques centrales restent à l’achat malgré le sentiment négatif qui règne sur le marché de l’or car « l’or a toujours une valeur intrinsèque ». Il ne s’attend pas à voir le cours de l’or baisser de façon significative vu les coûts de production du métal même s’il estime que nous pourrions assister à une baisse jusqu’à 1000 $ avant de nouvelles hausses. Aujourd’hui, le coût de production d’une once d’or s’élève à 1000 $ en moyenne.

Les Silver Eagles de la US Mint à nouveau disponibles, mais en quantités limitées

Du côté de la US Mint, les ventes de pièces d’argent Silver Eagle ont repris après une interruption de 3 semaines. Le 7 juillet dernier, la monnaie américaine fut forcée de suspendre les ventes n’ayant plus aucune pièce en stock (…). Aujourd’hui, les ventes ont repris mais en quantités limitées afin de ne plus provoquer d’interruption de l’offre.

Légalement, la US Mint est obligée de satisfaire l’intégralité de la demande. Son incapacité à le faire montre à quel point elle est très robuste. (…) »

0

Alors que (hormis la Chine) la situation sur les marchés apparaît stable, la demande mondiale d’argent (pièces et lingot) semble suggérer que la population ou du moins une partie grandissante de celle-ci se prépare à des lendemains moins roses. Article de SRSRoccoReport, publié le 28 juillet 2015 :

« Une nouvelle tendance se profile sur le marché de l’argent. Une tendance qui inquiète les banquiers. Cette affirmation peut sembler jouer sur les peurs mais je peux vous assurer que les faits sont incontestables. Si nous observons ce qui se passe sur le marché de l’argent depuis 2008, on constate qu’un changement radical a eu lieu depuis cette date. En bref, le système bancaire américain est mort en 2008 et de plus en plus d’investisseurs s’en rendent compte. (…)

Les chiffres du graphique ci-dessus concernent la demande d’argent sur des périodes de 3 ans. J’aime montrer les chiffres de cette façon car cela permet de supprimer la volatilité annuelle. En 2005-2007, la demande pour les pièces et les lingots d’argent fut de seulement 4712 tonnes. Donc avant que la Fed et les banques centrales furent confrontées à la quasi implosion du système financier mondial en 2008, la demande pour l’argent d’investissement était relativement faible.

Cependant, tout a changé en 2008 lorsque Bear Stearns et Lehman Brothers se sont retrouvés au tapis et lorsque AIG s’est déclaré en faillite. Les investisseurs qui commencèrent à s’inquiéter de la pérennité du système financier si bien qu’ils se sont mis à acheter de l’or et de l’argent physique en grande quantité.

Ce fait est prouvé par l’énorme augmentation de la demande pour les pièces et lingots d’argent durant la période 2008-2010. Elle est passée à plus de 13.000 tonnes soit une augmentation de 177 % par rapport à la période précédente. Cependant, il s’est ensuite passé quelque chose de très intéressant par la suite.

Alors que le cours de l’argent explosait jusqu’à atteindre 49 $ en 2011 : la demande pour l’argent physique bondit jusqu’à 6550 tonnes cette année-là, en hausse par rapport aux 4457 tonnes de 2010 mais alors que le déclin du cours de l’argent devenait la règle en 2012, la demande pour le métal baissa jusqu’à 4292 tonnes. Lorsque la tendance d’un marché est incertaine les investisseurs ont tendance à temporiser, c’est normal.

Mais tout a changé en 2013 alors que le cours de l’argent chutait de 32 $ à 18 $ en seulement 6 mois. Contrairement aux habitudes, les investisseurs se sont rués sur les métaux précieux en propulsant la demande pour l’argent à 7577 tonnes. La demande pour la période 2011-2013 a donc atteint le total impressionnant de 18.419 tonnes. Durant cette période, le déficit entre la production et la demande a atteint 220 millions d’onces d’après le Silver Institute. Sans l’accroissement de cette demande, nous aurions connu un surplus de 70 millions d’onces.

Lorsque je dis que les banques se font du souci à propos de la demande d’argent d’investissement, c’est qu’elles sont inquiètes. Pourquoi ? Car en ce qui concerne l’or, ils ont pu fournir le métal à partir des coffres des banques centrales occidentales (ainsi que d’autres sources non allouées). Malheureusement, la plupart des banques centrales se sont déjà débarrassées de leur argent il y a des décennies de cela.

argent-ventes-banques-centrales

S’il est vrai que quelques pays, comme la Chine, l’Inde et la Russie ont permis de combler le déficit d’offre d’argent en fournissant du métal au marché durant la dernière décennie, cette source s’est totalement tarie en 2014.

Non seulement aucune banque centrale n’a vendu d’argent cette année-là mais les quantités d’argent disponible à la surface continuent de baisser. C’est le problème qui terrifie les banquiers. Combien reste-t-il d’argent à fournir au marché ? D’autant que si le cours continue de baisser, l’offre en provenance du recyclage sera encore moindre. (…) »

1
or

Où que l’on regarde du côté des banques centrales ou de la demande des particuliers, l’or et l’argent à l’échelle globale se portent bien, merci, malgré les multiples annonces de la tombée en désuétude définitive des métaux précieux colportées par les médias dominants. Petit tour d’horizon de la demande d’or et d’argent physique, de nouveau aux antipodes des évolutions des cours des métaux précieux :

Demande en Chine

Commençons par la Chine, le plus gros consommateur mondial d’or. La majorité des experts du métal jaune se penchent sur les retraits d’or physique du Shanghai Gold Exchange pour jauger la demande domestique. Dans cet article de MineWeb, on apprend que durant les 5 premiers mois de l’année, ces retraits ont déjà totalisé 983 tonnes d’or physique soit un record historique sur cette période de l’année. Bien sûr, les retraits ont baissé depuis le Nouvel An chinois mais par rapport aux années précédentes, ils restent supérieurs à la normale saisonnière. Ce qui signifie que pour le premier semestre 2015, les retraits du SGE devraient totaliser entre 1150 et 1250 tonnes d’or ce qui serait également un record.

Demande d’or et d’argent en Inde

En ce qui concerne l’Inde les statistiques les plus récentes en termes d’importation d’or, soit pour le mois de mars, affichent également un chiffre élevé : 131,5 tonnes. Ce chiffre ne prend en compte que les importations officielles ; en raison des droits de douane de 10 % qui frappent toujours les importations d’or, il faudrait y ajouter l’or de contrebande mais dont la proportion est difficile à évaluer.

Par contre l’argent continue d’avoir la cote en Inde. En 2014, le pays a importé 7.063 tonnes d’argent soit 15 % de plus qu’en 2013. Un peu plus de 7.000 tonnes, cela équivaut également à environs 1/4 de la production mondiale d’argent. La tendance se poursuit donc et notamment en raison des droits de douane sur l’or : les dernières statistiques de janvier à avril montrent que l’Inde a augmenté ses importations de 30 % par rapport à l’année précédente qui fut une année record. Si elle continue à ce rythme, elle pourrait terminer l’année 2015 avec des importations d’argent s’élevant à 9.300 tonnes. Soit 1/3 de la production mondiale (source) !

Et quid des pièces ?

Autre preuve de la demande robuste pour les métaux précieux, les ventes de Maple Leaf en argent de la Monnaie canadienne ont atteint un nouveau record trimestriel historique au T1 2015 avec 8,9 millions d’onces écoulées (source).

Demande d’or des banques centrales

Durant au moins les 3 dernières décennies, les banques centrales du monde entier furent vendeuses d’or mais depuis 2010 on a assisté à un renversement de tendance, les banques centrales repassant à l’achat sous l’impulsion de l’Orient. Pourquoi les banques centrales achètent-elles de l’or, si ce n’est par crainte de l’inflation ou d’un risque systémique ? Sans parler des demandes de rapatriement qui se multiplient…

D’après le World Gold Council, les banques centrales ont ajouté 120 tonnes d’or dans leurs coffres durant le premier trimestre 2015. Ce chiffre n’inclut évidemment pas les achats de la banque centrale chinoise sur lesquels l’opacité la plus totale règne depuis 2009 (source).

0

Article du Telegraph (Andrew Critchlow), publié le 11 mai 2015 :

L’argent n’est plus l’or du pauvre alors que la demande de l’industrie photovoltaïque pour le métal augmente fortement et que de nouvelles applications industrielles pourraient accentuer la tendance.

L’argent est extrait des mines depuis des millénaires. Mais durant la plus grande partie du 20e siècle, le métal fut considéré comme l’argent du pauvre, sa valeur étant éclipsée par le lustre éternel du métal jaune.

La première véritable révolution de l’argent eut lieu en 1492 avec la découverte du Nouveau Monde qui offrait désormais le métal dans des quantités jamais vues jusque-là. Durant les siècles qui ont suivi la destruction des Aztèques par les conquistadors d’Hernan Cortés, le Pérou, la Bolivie et le Mexique totalisèrent les 3/4 de la production et du commerce mondial de l’argent.

Aujourd’hui, plus de 877 millions d’onces sont extraites des mines chaque année tandis que le métal est de plus en plus utilisé dans de nouveaux processus industriels. L’un des plus grands catalyseurs de la demande de la décennie à venir sera la production d’énergie solaire.

L’argent est l’un des matériaux clés des cellules solaires photovoltaïques en silicium cristallin qui compose les panneaux solaires. D’après l’IHS, la demande pour le photovoltaïque augmentera de 30 % en 2015 pour une puissance totale de 57 GW. Rien qu’en Chine, on estime que 17 GW de capacités photovoltaïques seront créés d’ici la fin de l’année de quoi générer une demande potentielle énorme pour l’argent.

La majorité des cellules photovoltaïques utilisent une pâte d’argent. Rien que ce secteur devrait engloutir 70 millions d’onces d’ici le début de l’année 2016. La demande en argent de l’industrie photovoltaïque a augmenté de 7 % l’année dernière et on s’attend à ce que le rythme de cette croissance s’accélère au fil de la décennie à venir. Malgré l’aspect positif de cette demande pour l’argent à long terme, le cours de l’argent s’est écroulé durant ces 3 dernières années passant de 61 $ à 17 $ l’once. L’une des causes principales de cette chute fut la Chine, l’utilisateur industriel majeur de l’argent dans le monde. Comme toutes les matières premières qui dépendent des usines chinoises, l’argent a souffert. (…)

Mais des perspectives à long terme pourraient se dégager si un accord contraignant se dégageait de la conférence sur le changement climatique qui se tiendra cette année à Paris.

Un tel accord ne ferait qu’accentuer la demande déjà forte pour les cellules photovoltaïques alors que des pays comme l’Inde et la Chine se reposent de plus en plus sur le solaire pour satisfaire leurs besoins énergétiques. Si la demande semble assurée, l’offre pourrait par contre représenter un plus gros problème. Après des années d’augmentation de la production afin de satisfaire cette nouvelle demande, on s’attend à ce que la production d’argent stagne cette année en raison du ralentissement généralisé des marchés des matières premières.

La production d’argent des mines n’a augmenté que de 5 % l’année dernière, d’après Thomson Reuters. (…) Cependant, les analystes craignent qu’un manque d’investissements des mines mène à une stagnation de la production dans les années à venir alors que l’on s’attend à une forte hausse de la demande d’un secteur photovoltaïque en plein boum. (…)

Bien sûr, l’argent sera toujours dans l’ombre de l’or dans le cœur des investisseurs dans les métaux précieux. Mais comme son cousin, le cuivre, il s’agit d’une matière première dont l’importance va croître significativement alors que la planète est à la recherche de sources d’énergie renouvelable. »

0

Article de Louis James, de Casey Research :

« Un article de Mining.com concernant l’impact du photovoltaïque sur le secteur du charbon fournit des chiffres intéressants pour les investisseurs dans les métaux précieux, plus particulièrement dans l’argent. Le métal gris est seulement cité en passant lorsque l’article affirme que la baisse des coûts de production des panneaux solaires pourrait être une menace bien plus dangereuse pour le charbon que le gaz naturel bon marché. Pour revenir à l’argent, le papier affirme que les panneaux solaires de dernière génération utilisent des quantités moindres d’argent (même si elles ne sont pas spécifiées). De prime abord, il s’agit plutôt d’une mauvaise nouvelle mais parfois, « moins, c’est plus ».

Partons du principe que les panneaux solaires utilisent 50 % d’argent en moins. Cela semble peu probable, mais envisageons le scénario catastrophe. Supposons maintenant que cette économie associée à d’autres baisses de coûts encourage la prolifération de l’énergie solaire par un facteur 10. Dans un tel cas de figure, l’industrie photovoltaïque aurait besoin de 5 fois plus d’argent pour assurer la production.

Est-ce que la multiplication par 10 du photovoltaïque est un rêve irréaliste ? Peut-être mais lorsque l’énergie est virtuellement gratuite après l’achat et l’installation des panneaux et que le stockage de l’énergie (pour les journées nuageuses) ne cesse de faire des progrès, une augmentation est inéluctable. D’après l’article, le solaire produit 1 % de l’énergie consommée aux États-Unis. Il suffirait que cette part de marché passe à 2 % pour combler la quantité d’argent dont a besoin le secteur. (…)

Ces tendances prendront du temps à se matérialiser sur les marchés et donc sur le cours mais dans le futur, la demande d’argent semble prometteuse. Alors que, vu que l’essentiel de l’argent produit dans le monde n’est qu’un sous-produit de mines en difficulté en ce moment, l’offre ne peut pas en dire autant.

Ce ne sera probablement pas pour demain mais les conditions au déclenchement d’une grande tempête se préparent. (…) »

0

Interview de John Ing publiée sur KWN :

« Les Chinois avec qui je me suis entretenu la semaine dernière nous disent que la croissance de la Chine est la plus forte de tout le monde industrialisé. Les dépenses en infrastructures sont l’élément principal qui fait avancer la locomotive. Mais chose encore plus importante, ils affirment que l’appétit de la Chine pour l’or est ‘insatiable’.

La Chine achète tout l’or physique qu’elle peut

En ce moment, la Chine achète tout l’or physique qu’elle peut soit environ 100 tonnes par mois. Tout métal vendu par les ETF est immédiatement expédié en Chine. En ce moment, ce sont les Chinois les gros acheteurs.

L’or atteindra les 2000 $ l’once cette année

Il est intéressant de noter que durant le dernier trimestre, les achats de Treasuries de la Chine ont baissé. En fait, aujourd’hui, c’est le Japon qui est le plus gros porteur de bons du Trésor américain du monde. La Chine n’a pas acheté d’obligations américaines au lieu de cela elle a acheté de l’or physique. C’est la raison pour laquelle je m’attends à ce que l’or atteigne les 2000 $ l’once cette année.

La messe est en train d’être dite sous nos yeux

Le cours de l’or en euros, en roubles, en renminbi, etc., est très élevé. La réalité, c’est que les banques centrales ont créé d’énormes bulles. La dette des pays occidentaux qui explosent est l’un des soucis les plus inquiétants. Nous allons bientôt assister à la fin de la partie, qui permettra au métal jaune de reprendre sa marche en avant. Il n’y a pas de meilleur outil de préservation de la richesse que l’or. Nous qui vivons dans le monde du dollar, allons bientôt apprendre cette leçon. »