Tags Posts tagged with "Déport"

Déport

0

Article de Dave Kranzler, publié le 6 août 2015 sur Investment Research Dynamics : 

« L’expert renommé de l’or James Turk a déclaré que la backwardation (lorsque le prix actuel est plus élevé que sur le marché des futures) de l’or qui perdure en ce moment n’a jamais eu lieu auparavant (dans de telles proportions). « Non, jamais, et je suis pourtant aussi spécialisé dans l’histoire monétaire. Une telle situation ne s’est jamais présentée auparavant, » a-t-il déclaré à Greg Hunter de USAWatchDog.

Les signes sont visibles partout. Il y a une backwardation extrême de l’or au LBMA. Cette backwardation, ou déport, a lieu lorsque le prix de l’or pour achat immédiat est plus élevé que pour une livraison dans le futur. Ce qui signifie que ceux qui possèdent du métal peuvent le vendre et le racheter immédiatement, moins cher, sur le marché des futures (livraison à 30 jours, à 60 jours, etc.). Le déport signifie que les acheteurs d’or physique doutent de la capacité du marché à pouvoir fournir du métal à l’avenir.

C’est également le signe irréfutable d’une certaine pénurie d’or physique. Il n’est d’ailleurs pas surprenant que le LBMA ait décidé récemment de ne plus publier les données du GOFO (gold forward). Nous pouvons néanmoins obtenir des informations grâce à des participants au marché de Londres, comme James Turk.

Pour appuyer cette thèse, Bill Murphy a rapporté sa dernière conversation avec un trader du LBMA de Londres :

« En gros, j’ai appris que des acteurs puissants achètent à ces niveaux de prix. J’ai également reçu la confirmation qu’il est extrêmement difficile d’acheter de grosses quantités d’argent. Il faut attendre de 2 à 4 semaines pour être livré. L’achat d’or en grande quantité est également plus compliqué, ce qui est par contre une nouveauté. Notre source m’a affirmé qu’il faut désormais attendre 2 semaines pour être livré. »

Mais le signe le plus visible de cette pénurie, c’est probablement les sorties d’or des ETF. Pour que de l’or physique quitte les coffres d’un ETF, une banque participante habilitée doit restituer 100.000 parts d’un coup.

Mais ne vous y trompez pas, les banques de lingots ont souvent l’opportunité d’emprunter des parts du GLD pour atteindre le quota de 100.000 et recevoir des lingots en échange. Elles peuvent également massacrer le cours via les futures et forcer les mains faibles à céder leurs parts. (…)

Le raid en cours sur l’or du GLD est peut-être la preuve la plus claire que les banques centrales et leurs agents, les banques de lingots, ont du mal à trouver le métal qui est demandé en Asie. Il est d’ailleurs intéressant d’observer ce qui se passe au SGE. Durant les 3 derniers jours, 298 tonnes ont été livrées à Shanghai. Tandis que de nombreux experts examinent les retraits d’or du SGE, il est également important de surveiller ce qui y entre. Ces 298 tonnes sont à ma souvenance la plus grosse quantité de métal livrée au SGE (sur un tel laps de temps). (…)

Enfin, pour prouver une fois pour toutes qu’il y a bien pénurie sur le marché physique des métaux précieux, nous pouvons examiner le coût de location de l’or, un indicateur publié chaque jour par Kitco. (…)

lease-rate-or

Ce coût augmente lorsque les banques centrales sont désireuses d’emprunter de l’or physique afin de pouvoir en vendre sur le marché ou pour livrer de l’or qu’elles ne possèdent pas et ne peuvent pas acheter sur le marché au comptant (spot) (…)

james turk

Article de KWN, publié le 27 avril 2015 :

« La hausse importante du cours de l’or et de l’argent d’aujourd’hui véhicule un message important. Elle a été provoquée par une demande insatiable du métal physique. Aussi bien l’or que l’argent sont en déport (backwardation) marqué ici à Londres.

Je viens juste de vérifier les prix et de recevoir une offre. Même si l’argent a augmenté de presque 5 % aujourd’hui, contrairement à ce que l’on pourrait croire le déport ne s’est pas atténué par rapport à ce matin, avant la hausse.

Backwardation historique de l’argent

Le cours de l’argent pour livraison immédiate est supérieur de 5 centimes par rapport à la livraison dans une semaine. Annualisée, il s’agit d’une prime de 16 % que les possesseurs de métal préfèrent ne pas empocher par arbitrage. Je n’ai pas souvenir d’une telle backwardation.

Cela signifie qu’il y a une véritable ruée sur le métal en ce moment et la hausse massive de l’argent en est la preuve visible. Il y a une bonne raison derrière cette recherche de la sécurité pour les investisseurs d’acheter des actifs tangibles sans risque de contrepartie.

Le défaut grec secouera à la planète

On ne parle plus du grexit mais du Grefault, soit du défaut de la Grèce. L’impact d’un tel événement sera énorme. La Grèce doit environ 300 milliards d’euros. J’estime qu’environ 150 milliards ont été transférés du privé, principalement les banques, aux gouvernements (…). Au lieu que les pertes soient essuyées par les banques, ce sont les contribuables qui devront supporter ces énormes pertes. Ce fardeau sur les épaules du contribuable européen diffusera des ondes de choc à travers toute l’union.

En plus de ce qui est dû aux gouvernements, l’exposition de la BCE à la Grèce est désormais 213 milliards d’euros en raison des montants supplémentaires prêtés aux banques à travers le fonds de liquidités d’urgence. (…) On estime que l’ensemble des dépôts publics (entités fédérales et locales, entreprises d’État, etc.) s’élevait à un peu plus de 130 milliards d’euros à la fin mars. (…)

Vu le nombre d’acheteurs sur le marché de l’or et de l’argent, il semblerait que les investisseurs se positionnent pour un défaut de la Grèce. Il est intéressant de noter que le cours a fortement augmenté juste avant l’expiration des options, à un moment où on assiste historiquement à des pressions baissières. Sans parler du début de la réunion du comité de la Fed à partir de demain, un autre moment propice à la baisse et au contrôle du cours de l’or. Mais cette fois, cela ne s’est pas produit. (…)

Les 2 prochaines journées vont être très importantes en raison de l’expiration des options OTC. Pour limiter leurs pertes et maintenir leur couverture delta, ceux qui ont émis ces options devront acheter de l’or et de l’argent au fur et à mesure de la hausse de leur cours. Pour empêcher que cela arrive, de gros efforts sont consentis par les planificateurs centraux afin d’empêcher l’or de dépasser les 1200 $ et l’argent les 16,2 $ l‘once. Mais si une nouvelle vague haussière est déclenchée demain, on pourrait assister à une frénésie d’achat en conséquence de l’étranglement de ces positions short. »