Tags Posts tagged with "Dollar Index"

Dollar Index

0
lingot d'or

« Le dollar a grimpé en flèche après l’élection, tout comme le Dow Jones et le S&P 500. Ce mouvement n’est basé sur aucun facteur fondamental. Ce fut plutôt un petit effet de mode alimenté par la promesse vide de l’espoir. Si l’espoir est une émotion valide pour ceux qui croient à la vie après la mort, l’espoir en l’absence de raisons concrètes peut rapidement se muer en peur, la peur de perdre de l’argent.

Bank of America a publié un sondage, fait auprès de « professionnels » de Wall Street, dans lequel les interrogés ont indiqué que la hausse du dollar est de loin l’investissement le plus encombré. Le Dollar Index a déjà reculé d’environ 3,5 % depuis le 1er janvier. Si l’Index passe en dessous de la barre des 100, l’exode actuel du dollar pourrait rapidement se muer en sauve-qui-peut vers la sortie.

Côté face on retrouve l’or, qui a augmenté de presque 6 % depuis la fin décembre, et l’argent, qui a grimpé de 7,8 % depuis son plus bas de la fin décembre. Les facteurs fondamentaux qui alimentent la hausse de l’or par rapport au dollar est :

  • l’augmentation continue de l’émission d’obligations américaines, qui ont doublé durant les huit dernières années ;
  • la contraction de l’activité économique malgré la pléthore de « fausses nouvelles économiques » ;
  • le déficit du gouvernement qui ne cesse de se creuser, ainsi que le déficit commercial.

La solution rapide, de fortune, que Trump va implémenter sera une politique visant à faire baisser le dollar. Il l’a tweeté pas plus tard qu’aujourd’hui. Le bond de l’or est attribué à ce tweet.

Ce qui alimente vraiment la hausse récente de l’or

Mais minute papillon, vous qui appréciez les « fausses nouvelles ». 50 % de cette hausse de l’or a eu lieu ce lundi, alors que c’était jour férié aux États-Unis, bien avant le tweet de Trump. Les actions minières au Canada ont largement grimpé hier. Cela nous dit qu’il y a d’autres facteurs derrière la hausse de l’or que la simple attente d’une baisse du dollar.

Lael Brainard, un des gouverneurs de la FED, a donné un discours aujourd’hui dans lequel elle a en quelque sorte fait marche arrière par rapport à la menace de la FED de relever quatre fois son taux directeur en 2017. Nous savions que cela allait se produire. L’or va commencer à anticiper la posture plus mesurée de la FED sur sa politique monétaire, qui deviendra probablement officielle à l’occasion de sa prochaine réunion, surtout au vu des chiffres des ventes de détail et de la consommation de décembre qui furent catastrophiques.

Alors que le Dollar Index passe en dessous de 100, les algorithmes des hedge funds passeront de l’achat à la vente de dollars, et de la vente d’or à l’achat. Mais il ne s’agit que de zakouski. L’initiative de démonétisation de Modi n’a pas réussi à entraver les importations d’or en Inde, alors que la Chine et les États-Unis continuent d’engloutir de grandes quantités d’or physique. Ces facteurs permettront de donner de la substance aux actions des hedge funds sur les marchés papier or et argent. »

Interview de Dave Kranzler, ancien collaborateur de Paul Craig Roberts au Trésor américain, publiée le 17 janvier 2017 sur KWN

0
or physique

La période de grâce du dollar est-elle en train de prendre fin ? Sur fond de faiblesse du billet vert et de confiance en la Fed qui s’étiole, l’or ne cesse de progresser. Le métal jaune a désormais franchi la barre des 1150 $ l’once. Article d’Investing.com, publié le 4 février 2016 :

« Les contrats futurs or ont atteint leur plus haut depuis la fin octobre jeudi alors que l’US Dollar Index s’effondrait sur fond de scepticisme quant à la capacité de la Fed de poursuivre ses objectifs de hausse des taux au cours de l’année.

L’or pour livraison en avril a atteint jusqu’à 1155,3 dollars l’once au Comex, son plus haut niveau depuis le 29 octobre pour ensuite clôturer à 1153,20 dollars en hausse de 1,04 %. La veille, le métal jaune avait déjà progressé de 1,25 % soit de 14,10 dollars l’once pour connaître ses deux meilleurs jours de ces deux dernières semaines.

Le Dollar Index a quant à lui baissé de 0,85 % à 96,43 points, un niveau plus vu depuis le 23 octobre, sur fond de spéculation quant à la capacité de la Fed de relever ses taux durant cette année en raison du ralentissement de la croissance américaine et des remous qui secouent les marchés mondiaux.

Les investisseurs ne s’attendent désormais plus à une hausse des taux cette année alors que la Fed, d’après son plan, est censée augmenter son taux directeur à quatre reprises en 2016.

Depuis le début de l’année, les cours des métaux précieux ont augmenté de presque 9 % alors que les replis des cours du pétrole et des marchés mondiaux ont dopé la demande des actifs réputés sûrs. (…)

us dollar index février 2016

Du côté des chiffres économiques, le Département américain du Travail a déclaré jeudi que le nombre d’inscriptions au chômage a augmenté de 8.000 unités la semaine dernière pour un total de 285.000. Le consensus s’attendait à une augmentation de 3.000 inscriptions.

Les acteurs des marchés attendent désormais les chiffres des créations d’emplois qui seront publiés ce jeudi. Le consensus s’attend à 190.000 créations de postes durant janvier 2016 après les 292.000 emplois créés de décembre 2015 (note : après ajustements saisonniers, cliquez sur le lien pour connaître la vérité…). Le taux de chômage est attendu quant à lui à 5 %. »

calcul du cours de l'or en dollars

Article de Michael Pento publié le 25 novembre 2015 sur CNBC.com :

« Le président de la BCE Mario Draghi a promis de partir à la chasse de l’inflation. Il s’est récemment engagé à « faire tout ce qui est nécessaire pour augmenter aussi vite que possible l’inflation. »

Les efforts de Draghi, qui ont fait baisser l’euro, ont été en quelque sorte pris par Wall Street comme un conseil de vendre l’or. C’est ridicule.

La plupart des commentateurs vous diront que l’élément qui joue une plus grosse influence sur le cours de l’or est le Dollar Index (DXY). Donc, la seule chose que Wall Street fait en ce qui concerne l’or est de jeter rapidement un coup d’œil sur le DXY et d’appuyer sur la touche VENDRE lorsque l’index s’apprécie. S’il est vrai que le pouvoir d’achat du dollar est un indicateur clé pour anticiper les variations du prix de l’or, le DXY ne fait que refléter la santé du dollar par rapport à un panier de six autres devises imparfaites.

La principale composante de ce panier est l’euro. La monnaie unique représente presque 58 % du DXY. Donc, si l’euro chute, le Dollar Index augmente quasi dans tous les cas, quel que soit l’état de santé réel du dollar. En ce qui concerne la valorisation de l’or, les investisseurs doivent tout d’abord jauger la valeur intrinsèque du dollar. Pour ce faire, vous devez déterminer :

  1. Le niveau des taux d’intérêt réels ;
  2. La croissance de la masse monétaire ;
  3. La santé fiscale du gouvernement américain.

En analysant le dollar à travers ces indicateurs, il est clair que la valeur du dollar s’érode et que, donc, la valeur de l’or par rapport au dollar devrait augmenter quel que soit le sort des autres devises papier.

Taux réels négatifs

Le bon du Trésor américain à 1 an offre aujourd’hui un rendement de 0,49 % alors que l’inflation des prix à la consommation est à 1,9 % sur un an. Cela signifie que les taux d’intérêt réels sont négatifs, ce qui devrait baisser l’appétit des investisseurs pour le dollar et augmenter leur désir de posséder de l’or.

Les taux d’intérêt négatifs poussent également les consommateurs, les entreprises et les gouvernements à emprunter plus d’argent. Lorsque le crédit est créé, la masse monétaire augmente. Augmenter la masse monétaire abaisse la valeur des dollars déjà en circulation, d’autant que les nouveaux dollars apparaissent plus vite que l’or fraîchement extrait des mines. La masse monétaire de l’or augmente historiquement de 1 à 2 % par an alors qu’actuellement, la croissance sur un an de M2 est de 6 %.

Vu que la production américaine est en hausse d’environ 2 % cela signifie que la croissance des biens et des services disponibles est bien inférieure à celle de la masse monétaire. Cela provoque la hausse des prix tout en réduisant la valeur intrinsèque du dollar et en augmentant la valeur de l’or.

Dette américaine qui se creuse inexorablement

Enfin, notre gouvernement vient juste de s’accorder pour suspendre le plafond de la dette jusqu’à la mi-mars 2017. Aujourd’hui, la dette du gouvernement américain s’élève à plus de 18,6 trillions soit plus que le PIB annuel du pays.

Plus important encore, la dette américaine représente environ 600 % de ses rentrées fiscales annuelles et malgré l’autocongratulation de nos politiques concernant la baisse des déficits qui avaient explosé durant la crise, le déficit d’octobre qui sonne le coup d’envoi de l’année fiscale 2016 s’est élevé à 136,5 milliards soit +12,2 % par rapport au mois d’octobre 2014. La triste vérité est que la dette et les déficits augmentent bien plus vite que les recettes fiscales et devront donc être massivement monétisés (payés par de la création monétaire) dans les années à venir.

Le dollar américain se trouve sous une pression grandissante de la part des taux d’intérêt négatifs, d’années de création monétaire de la Fed et d’une dette nationale dont le gouvernement tente de se débarrasser via l’inflation. Ces faits ne doivent pas être occultés par l’Europe qui s’est engagée dans une opération de destruction de sa monnaie. L’annonce de Draghi de remuer ciel et terre afin d’obtenir immédiatement de l’inflation devrait faire paniquer l’ensemble des citoyens qui utilisent la monnaie unique. Les banquiers centraux poussent les détenteurs d’argent papier à se tourner vers l’or.

Aujourd’hui dans notre monde de gestionnaires abrutis et de robots traders, les algorithmes sont programmés pour vendre les ETF or dès que le DXY est dans le vert. Cependant, lorsqu’il deviendra clair que les économies d’Europe et des États-Unis ne sont pas bien différentes, que la BCE et la Fed suivent des politiques similaires… À ce moment la tendance dollar euro se retournera, ce qui poussera Wall Street à acheter de l’or sur les ETF alors que la valeur intrinsèque du dollar effectue un nouveau plongeon.

Les banques centrales majeures créent de la monnaie papier à des cadences record afin de maintenir les coûts du crédit à des plus bas historiques. En fait, toutes les devises papier de l’histoire ont fini par mourir. Ces programmes massifs de création monétaire à l’échelle mondiale ne changeront pas leur sort. »