Tags Posts tagged with "Dow Jones"

Dow Jones

1
graphe or dow jones

Même en l’absence de hausse des taux de la Fed, l’hiver monétaire semble approcher. Si tel est le cas, vous avez intérêt à vendre des actions pour acheter de l’or. Une opportunité comme il s’en est présenté cinq fois dans les cent dernières années.

On dirait que les marchés se sont figés, lundi.

Telles les feuilles d’automne d’un arbre, ils attendent que s’abattent un vent vif et un gel mordant.

Cette semaine, la Fed doit établir ses prévisions météo.

D’après Bloomberg, seuls deux des 23 primary dealers de la Fed – banques spécialistes des valeurs du Trésor, qui achètent directement ces titres à l’État – pensent que la Réserve fédérale décidera de relever les taux lors de sa réunion ce mercredi.

Bien sûr, tout est possible.

Mais la position de la Fed est claire : elle va peut-être relever les taux aujourd’hui, ou pas.

Peu importe. Dans les deux cas, elle ne maintiendra pas – elle ne le peut pas – le cycle de resserrement face au risque d’un inévitable sell-off à Wall Street et d’une récession.

Une vraie hausse des taux

L’époque de l’ex-président de la Fed, Paul Volcker, « le Grand Paul », est révolue.

Lorsque Paul Volcker est devenu président de la Fed, en 1979, l’économie pouvait encore survivre à une forte période de gel. Le nouvel argent fondé sur le crédit n’avait pas encore commis ses méfaits.

En 1980, première année complète du mandat de Volcker à la tête de la Fed, la dette nationale américaine était inférieure à 1 000 milliards de dollars (à présent, elle s’élève à plus de 19 000 milliards de dollars). Si vous vouliez acheter une maison, les intérêts de votre crédit étaient de 12%. Par ailleurs, le marché actions baissait régulièrement depuis 14 ans et enregistrait des niveaux de valorisation jamais vus depuis les années 1930.

Les prix à la consommation augmentant en plus au rythme annuel d’environ 14%, il fallait que Volcker fasse quelque chose.

Contrairement à son dernier successeur, Janet Yellen, il n’a pas annoncé un programme de relèvement des taux frileux – un quart de point de pourcentage tous les trois mois – pour ne pas l’appliquer ensuite.

En revanche, il a boosté les taux d’intérêt à court terme, en les relevant de 11% à un pic de 20% en juin 1981.

L’hiver monétaire

Du gel ? Volcker, lui, a déclenché un blizzard.

Pour cette raison, les politiciens ont voulu sa tête.

Un groupe d’éminents économistes a réclamé son départ. Son effigie a été brûlée sur les marches du Capitole.

Mais le programme de Volcker a été maintenu. Et il a fonctionné. Deux ans plus tard, l’inflation des prix n’était plus que de 3% par an. Volcker a pu abaisser les taux d’intérêt. L’économie a prospéré.

Aujourd’hui, personne ne se préoccupe de l’inflation. Les actions américaines sont proches d’un plus-haut historique. Les taux d’emprunt immobilier enregistrent un plus bas historique. Le taux de base – qui sert de référence aux prêts immobiliers – est de 3,5%. Nous sommes loin des 21,5% de 1981.

Et ni les investisseurs, foyers, banques, État, ni les entreprises américaines, ne pourraient survivre à un petit hiver monétaire.

Bien sûr, le climat change sans que quiconque ait son mot à dire, de même que les marchés, finalement.

En 1980, par exemple, le cours des actions était si bas que vous pouviez acheter toutes les actions cotées sur le Dow Jones avec une seule once d’or. Aujourd’hui, les cours sont si élevés qu’il vous faudrait 14 onces d’or.

Un modèle simple

Autrefois, nous avons proposé un modèle de trading tout simple…

Lorsque le Dow vaut moins de 5 onces d’or, achetez des actions et vendez de l’or. Lorsque le Dow vaut plus de 10 onces d’or, vendez des actions et achetez de l’or.

L’or est une monnaie réelle. Il est relié à la richesse réelle. La quantité d’or augmente, mais uniquement au rythme des biens et services qu’elle permet d’acheter.

Les actions représentent de la richesse réelle, aussi. Il est logique, du moins pour nous, qu’il y ait une relation plus ou moins prévisible entre l’argent réel et les sociétés qui produisent de la richesse réelle.

En jetant un coup d’œil au graphique, ci-dessous, on constate que les actions ont des hauts et des bas. Mais un schéma s’en dégage, également.

graphe or dow jones

En vous tenant strictement à notre modèle de trading, vous auriez eu cinq occasions de doubler votre mise au cours des cent dernières années.

Vous auriez pu transformer 10 onces d’or – qui, en 1917, valaient environ 180 dollars de l’époque – en 320 onces valant 400 000 $ actuels.

En partant du principe que le dollar a perdu 95% de son pouvoir d’achat, cela représente un gain réel de près de 1 000%.

Que devriez-vous faire à présent ?

Ce graphique est sans ambiguité : vendez des actions et achetez de l’or.

Et allez fouiller dans vos placards, à la recherche de vos moufles.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

Ratio Dow or

Article de Ronald-Peter Stoferle, publié le 3 septembre 2016 sur KWN :

« Tout exercice de valorisation est subjectif. C’est surtout le cas lorsqu’il s’agit d’actifs d’investissement vu que l’environnement futur joue un grand rôle sur celle-ci. L’un des ratios les plus connus et probablement les plus informatifs est sans aucun doute le ratio Dow/or.

Selon nous, le ratio Dow/or est le reflet des attentes des marchés concernant la santé future de l’économie. Durant le siècle dernier, des extrêmes en termes d’attentes positives furent enregistrés en 1929, 1966 et 2000. Après la crise financière de 2008, une augmentation significative de la confiance économique a pu être observée durant les années 2013 à 2015. Ceci peut être expliqué par le fait que l’opinion, selon laquelle la crise avait été gérée et que la reprise était en cours, prévalait.

Le vent tourne désormais en faveur de l’or

Comme nous l’avons noté, nous nous attendons à ce que ce scénario de reprise économique ne soit pas durable. Si la foi en l’expansion économique devait s’évaporer, nous devrions assister à un déclin marqué du ratio ; le cours de l’or surperformerait alors à nouveau les actions.

Une baisse du Dow de 7000 points ?

Avec un cours de l’or à 2300 $ et un ratio Dow/or de 5, cela signifierait un Dow Jones à 11.500 points, soit 7000 points en dessous de la clôture d’aujourd’hui.

Conclusion

Le retour de l’inflation est actuellement un scénario qui n’est pas pris en compte par la majorité des participants aux marchés. Ce scénario se base sur l’anticipation d’une période inflationniste, voire même de stagflation, vu que les mesures prises par les décideurs jusqu’à aujourd’hui ne peuvent mener à une reprise économique durable. Si nous devions avoir raison et si le cours de l’or devait être significativement plus élevé en 2018, ce changement de cap des prix ne devrait pas avoir lieu de façon isolée. Nous avons calculé les objectifs possibles des cours du pétrole, de l’argent métal et du Dow Jones sur base des ratios historiques (voir ci-dessous).

previsions-or-sur-base-ratio-dow-or

0
or physique

Quand le dollar a été détaché de l’or en 1971, l’hyperinflation semblait inévitable et l’or indispensable. Mais l’expansion du crédit a finalement profité aux actions. Pourtant, le Gold n’a pas démérité : il a fait que 30 fois la mise contre 21 pour le Dow Jones, pour le moment…

Il est encore bien trop tôt pour savoir si la tendance haussière des sept dernières années s’est achevée pour les marchés boursiers. M. le Marché est peut-être épuisé par tant de temps passé à monter en courant. Ou peut-être qu’il joue simplement avec nous. Nous allons devoir attendre pour en avoir le cœur net.

Quand les prix vont dans le sens que l’on attendait, les ennuis ne sont pas loin. Inutile de réfléchir ; on sait déjà tout. Inutile aussi de s’inquiéter ; il suffit d’attendre que l’argent arrive. Jusqu’à ce qu’il n’arrive plus.

Mieux vaut que les nouvelles financières aillent contre vous. Il faut alors remettre en question vos principes, vos émotions — et votre santé mentale.

Il ne se passe quasiment pas de jours sans que nous remercions notre étoile. Voyez-vous, nous avons été béni par la malchance.

Durant notre enfance, nous n’avions pas d’argent. Nous ne pouvions pas perdre la fortune familiale — elle n’existait pas ! Ce qui se révéla être une bonne chose — parce que si nous avions eu de l’argent, nous l’aurions perdu durant le Grand marché baissier de l’or de 1980-1998.

Le président Nixon a finalement coupé le lien entre le dollar et l’or le 15 août 1971. Nous avions lu assez de livres d’histoire pour savoir ce que ça signifiait. Nous ne tarderions pas à pousser des brouettes de billets de 100 $ pour aller acheter notre pack de bière au supermarché.

Comment se protéger de l’hyperinflation inévitable ?

Simple : en achetant de l’or.

C’est ainsi que nous sommes devenus fanatique de l’or. Puis le pire s’est produit : l’or a grimpé. De 41 $ l’once en 1971, le Gold a grimpé en flèche pour dépasser les 800 $ en 1980.

Nous avions raison ! Nous étions intelligent ! Nous avons donc tout misé sur l’or… et attendu la fortune.

Heureusement, notre chance tourna avant que nous allions bien loin. La malchance nous a souri… nous mettant en porte-à-faux grâce à un marché baissier de 18 ans sur l’or.

Savez-vous ce que c’est, cher lecteur ?

Tous les jours… tous les mois… tous les ans… vous perdez de l’argent… vous êtes conspué par les dieux du marché… et critiqué par votre famille et vos voisins.

Chaque jour prouvait encore plus lourdement que le précédent que nous n’avions pas la moindre idée de ce que nous faisions. Chaque jour, lorsque sonnait la cloche de clôture, M. le Marché prononçait son jugement solennel : nous étions un idiot.

Or : Rira bien qui rira le dernier ?

Pendant 18 ans, nous avons enduré ce châtiment. Dieu merci : parce que nous savons à présent combien il est facile de se tromper.

On essaie de comprendre ce qui se passe… mais on ne voit que des ombres, on n’entend que des échos. Comme un fantôme hantant une vieille maison, on sent une brise glaciale frôler son visage… on voit des choses apparaître dans des endroits étranges et on se demande comment elles sont arrivées là. Mais on ne saura jamais comment fonctionne ce monde spectral — pas tant qu’on n’a pas rendu l’âme…

Alors que nous nous accrochions à nos positions perdantes en or, l’argent intelligent passa aux actions. Peut-être avait-il compris que nous vivions une gigantesque expansion du crédit qui multiplierait les actions par 20 par rapport à leurs niveaux de 1971.

Le Dow Jones passa de 874 points en 1971 à 18 588 points à l’heure où nous écrivons ces lignes. Superbe ! Mais attendez. Et si on s’en était tenu à l’or ? Voyons voir… de 41 $ à 1 340 $ l’once. Accrochez-vous : c’est plus de 30 fois votre mise !

Peut-être que notre idée “fêlée” était saine dès le départ. Et peut-être que l’or se révélera être un investissement exemplaire, finalement.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit.

Article des Publications Agora, publié avec leur aimable autorisation.

0

Article de Gary Christenson, publié le 21 mars 2016 sur SilverSeek.com :

« Nous savons tous que l’argent métal est volatil. Lorsque l’or grimpe, la progression de l’argent est habituellement plus rapide et prolongée une fois le marché haussier est bien en place.

La volatilité n’est pas une raison pour éviter l’argent. En fait, le moment est opportun pour continuer d’accumuler ce métal. Oui, on peut dire avec quasi-certitude que l’argent fera l’objet de plusieurs corrections, mais voyez ses perspectives à long terme.

Durant les 50 dernières années, les prix des actions, de l’argent métal, de l’or, du pétrole, des soins de santé et des élections présidentielles ont grimpé de façon exponentielle, principalement à cause de l’explosion de la dette (voir graphique ci-dessous) et de la dévaluation des devises. On peut donc s’attendre à la poursuite de cette hausse exponentielle des prix.

dette-usa-dow-jones

argent-metal-dow-jones

Durant les 50 dernières années, l’indice Dow Jones s’élève en moyenne à 700 fois le cours de l’argent. Voyez le graphique ci-dessus.

Que peut-on observer ?

  1. Les prix grimpent de façon exponentielle
  2. La bulle de l’argent de 1980 apparaît clairement
  3. La petite déviation de 2011 provoqué par la hausse de l’argent jusqu’à presque 50 $ est visible. Il ne s’agissait pas d’une bulle
  4. Nous assisterons probablement à une bulle de l’argent, mais ce n’est plus arrivé depuis 1980

Et que dire du Dow Jones ? Examinez le graphique ci-dessous sur 28 ans :

djia-28 ans

  1. Le Dow Jones augmente de façon exponentielle depuis 3 décennies
  2. Les ovales rouges indiquent les « zones dangereuses », lorsque la hausse du Dow Jones fut trop rapide et marquée, corrigée en dessous par la ligne indiquant la tendance exponentielle ; hausses qui furent suivies par une chute de 40 % ou plus du DJIA.
  3. Le Dow Jones a plafonné en mai 2015 pour ne baisser que modestement depuis. Il faut s’attendre à une correction plus importante.

Examinez le ration argent/Dow Jones (argent x 700) durant les 30 dernières années. Ce graphique exclut donc la bulle de 1980, lorsque ce ratio fut bien supérieur à celui de 2011.

argent-djia-30-ans

  1. Ce ratio montre la tendance à long terme de la préférence des investisseurs pour les actifs papier tels que le Dow Jones par rapport aux actifs tangibles comme l’argent métal.
  2. Le cours de l’argent et ce ratio ont connu un plus bas de plusieurs décennies en novembre 2001, comme le montre le premier ovale en vert.
  3. En 2016, ce ratio est légèrement supérieur, comme le montre le second ovale.
  4. Il y a énormément de marge de manœuvre pour une augmentation de ce ratio, qui sera probablement provoquée par un Dow Jones en baisse et un cours de l’argent en hausse.

Conclusions

  • Le DJIA a atteint un plus haut en mai 2015. Son prochain mouvement majeur sera probablement à la baisse, similaire aux corrections de 2001 et 2008.
  • Le prix de l’argent, comme indiqué par son ratio par rapport au Dow Jones, est proche d’un plus bas de plusieurs décennies. Il faut donc s’attendre à une hausse substantielle du prix de l’argent entre 2016 et 2020. L’argent atteindra les 50 $, probablement dans un futur proche. L’argent à 100 $ prendra plus de temps.
  • Le cours de l’argent et le Dow Jones grimpent de façon exponentielle, principalement grâce à la dévaluation du dollar et au creusement de la dette.

Pourquoi choisir l’argent métal

De nombreuses raisons financières et politiques plaident en faveur des actifs tangibles en guise d’alternative aux actifs papier dans les années à venir. En voici quelques-unes :

  1. Les taux négatifs sont le reflet du désespoir des banques centrales. Ils devraient encourager les investissements sains dans les actifs tangibles.
  2. La demande croissante des investisseurs pour l’argent métal. Lire à ce propos Steve St Angelo.
  3. Le cours de l’argent a tendance à atteindre plus ou moins son plus bas lorsque le Dow Jones atteint un pic. Celui-ci a eu lieu en mai 2015 alors que l’argent a atteint un plus bas significatif en décembre 2015. On peut donc s’attendre à une hausse de l’argent et à une baisse du Dow Jones.
  4. La dette mondiale est estimée à 230 trillions de dollars. Lorsque les gens finiront par comprendre que cette dette ne sera jamais remboursée en dollars, euros, yens, etc.,  d’aujourd’hui, les particuliers et les institutions chercheront à protéger leur pouvoir d’achat et la valeur de leurs devises. Les obligations à taux négatifs ne sont pas une solution. Les lingots et les pièces d’argent sont de loin la meilleure option.
  5. Les guerres ! À situation désespérée, mesures désespérées pour faire repartir les économies, regonfler les bulles et créer une diversion. Cette option est à considérer. »