Tags Posts tagged with "Effondrement"

Effondrement

0

Article de Charles Hugh Smith, publié le 29 avril 2016 :

« La vérité inavouable est que les jours des systèmes financiers, que l’on pense éternels, sont comptés. Une façon d’évaluer le déclin de la résilience de ces systèmes est d’observer le temps qu’il leur faut pour récupérer lorsqu’ils sont mis sous pression, ou encore de jauger la vigueur du redressement.

Pour y parvenir, on peut aussi se pencher sur les extrêmes atteints avant le retour « à la normale ». Par exemple, les taux d’intérêt, qui au lieu de se normaliser après 7 années de répression, sont poussés en territoire négatif par des banquiers centraux de plus en plus désespérés.

L’idée la plus importante ici est de comprendre que les systèmes financiers et les économies fonctionnent comme des systèmes naturels. La planification centrale et les manipulations des banquiers centraux semblent contrôler le système, mais ce contrôle occulte la réalité de la fragilité grandissante du système, de plus en plus sujet à l’effondrement et pas uniquement en raison de ses dynamiques internes, mais en résultante des manipulations des banquiers centraux.

Les signaux d’avertissement d’une résilience qui se fissure sont visibles tout autour de nous. (…) Les systèmes dominants n’opèrent pas en vase clos. En dessous de la surface d’un système dominant cohabitent de nombreux autres systèmes, réprimés par le système dominant.

Alors que le système dominant s’affaiblit/ralentit, d’autres systèmes occupent les places laissées vides dans l’écosystème. À un moment donné, l’équilibre de l’écosystème est bouleversé ; c’est alors qu’un nouvel équilibre composé de nouvelles dynamiques devient dominant.

Dans l’univers des devises, la montée en puissance des crypto-monnaies est un parfait exemple d’un système naissant qui gagne du terrain alors que le système dominant ralentit, ou se décompose.

Dans le système financier, ce processus peut être au moins conscient : nous pouvons voir le paradigme dominant s’affaiblir et voir d’autres systèmes se développer, qui seront en concurrence pour occuper le vide laissé par le système principal. (…) »

Egon von Greyerz

Interview d’Egon von Greyerz publiée par KWN :

«  Nous sommes désormais en septembre 2015. Il se peut que nous soyons sur le point d’entrer dans une période qui va secouer la planète entière. Je m’attends à des baisses dévastatrices des bourses du monde entier déclenchées par des événements inattendus, qu’ils soient d’ordre financier ou géopolitique.

Des années sombres sont devant nous alors que les mauvaises nouvelles s’accumulent. Il suffit d’ouvrir les yeux. Le Brésil est en récession alors que sa devise s’effondre, elle a chuté de 50 % depuis 2011. La note du pays va probablement être abaissée à « junk » (obligations pourries).

Si on se tourne vers la Corée du Sud, la production industrielle y a chuté de 15 % en août. Les Coréens pourraient bien voir la valeur de leur devise encore baisser. Aux États-Unis, une famille des classes moyennes n’a même plus les moyens de vivre dans les zones métropolitaines les moins chères du pays. Le marché américain de l’immobilier se contracte. Le PMI de la Chine est en baisse tandis que la situation économique en Europe continue de se détériorer. Ce constat risque de s’aggraver en s’accélérant dans tous ces pays dans les mois à venir.

Le PIB du Canada a baissé de 0,5 % au T2. En Europe, Draghi vient de remettre une couche de QE afin de sauver l’Europe. Désormais, la BCE va acheter jusqu’à 33 % des obligations de n’importe quel pays membre. Donc jusqu’à 1/3 de cette dette non viable sera achetée par la BCE. Ce pourcentage, qui était de 25 %, a été porté à 33 % car il s’agit d’une dette invendable.

L’effondrement de l’économie mondiale

Draghi a également déclaré que la débâcle des marchés émergents menace la croissance mondiale. Il a tort. Ils ne menacent pas la croissance mondiale mais de provoquer l’effondrement de l’économie mondiale. Du côté du Japon, la banque centrale monétise des sommes supérieures aux déficits budgétaires du pays.

Aux États-Unis, Robert Schiller vient juste d’affirmer que le Dow Jones ne devrait pas être à 16.000 points mais plutôt autour des 11.000. Cela correspond à une baisse des actions de 30 %. Des plans de réduction des effectifs sont annoncés un peu partout. En 2015, il y aura 650.000 suppressions de postes, un record depuis 2009.

Les banques centrales paniquent parce que la liquidité s’assèche alors que les réserves en devises fondent comme neige au soleil. L’année dernière, elles avaient déjà baissé de 600 milliards. Cet événement a été provoqué par la sortie des capitaux, ce qui est synonyme de contraction mondiale. La Chine a utilisé l’afflux massif de devises étrangères pour doper son économie durant les 15 dernières années. Ces flux entrants sont désormais de l’histoire ancienne.

Cela va clairement exacerber et accélérer le déclin mondial. Et tandis que celui-ci poursuit sa descente, les banques centrales sont coincées. Nous avons déjà assisté à un regain dramatique de la volatilité des bourses mondiales mais ce n’est que le début. Chaque jour, le Dow Jones monte ou descend de quelques centaines de points.

Il est désormais clair que les bourses mondiales sont engagées dans un marché baissier qui va durer des années. Nous allons assister à des chutes massives, surtout dans les mois à venir. Lorsque ce marché baissier sera terminé, de nombreux marchés auront perdu jusqu’à 90 % en termes réels. En août, de nombreuses bourses ont perdu 20 % en un seul mois.

La situation est chaotique en Arabie Saoudite à cause de la chute des cours du brut. Son déficit extérieur courant chute de façon dramatique et son déficit budgétaire est désormais de 20 % du PIB. Un prix du pétrole bien plus élevé est la seule chose qui peut sauver l’Arabie Saoudite de l’effondrement et de des troubles sociaux.

À chaque fois que je me rends à Dubaï je suis frappé par les excès de ce pays. Ce pays n’a pas pétrole, il a simplement des services financiers ainsi que l’une des bulles immobilières les plus importantes du monde. Je m’attends à un effondrement total de Dubaï dans les années à venir.

À Hong Kong, quasi tous les bâtiments principaux disposent de leur centre commercial dont la plupart des magasins sont vides. J’avais déjà signalé cette tendance il y a 2 ans sur KWN et aujourd’hui la situation dégénère alors que les grandes marques ne peuvent plus se permettre de payer les loyers exorbitants de Hong Kong.

Des bulles partout

Il y a donc des bulles partout mais comment pourrait-il en être autrement dans un monde qui a dépensé 200 trillions à crédit durant les 100 dernières années ? Avant la fin de cet épisode nous assisterons à l’implosion de la majorité de ces 200 trillions de dollars et de tous les actifs qui y sont liés comme les actions, l’immobilier et les obligations. Et alors que les actifs mondiaux s’effondrent, les gouvernements créeront de la nouvelle monnaie par multiples de ces 200 trillions tandis que l’hyperinflation dérape et que le marché des produits dérivés pesant 1,5 quadrillion de dollars implose. (…)

Lorsque cela arrivera, nous aurions bien d’autres soucis que celui de préserver notre patrimoine. Mais pour ceux qui ont quelque chose à protéger aujourd’hui, l’or physique l’une des rares solutions pour éviter la destruction totale de son patrimoine et préserver son pouvoir d’achat.

Vu les troubles sociaux qui se manifesteront à travers le monde, il est absolument critique de conserver son or dans les coffres les plus sûrs du monde. (…) »

0

Egon von Greyerz argentEgon von Greyerz :

« Comme nous en avons discuté récemment, l’or et l’argent vont augmenter en septembre, pour battre le record des 2014. À terme, le cours de l’or sera multiplié plusieurs fois, peut-être plus de 10 fois ou plus son cours actuel. Malheureusement, ce fait signifie une gestion désastreuse de l’économie mondiale, et la destruction tout aussi catastrophique des monnaies papier.

Cette destruction se fera via la création illimitée de monnaie papier et de crédit. Le cours de l’or qui monte, c’est une mauvaise nouvelle. Car il s’agit d’un indicateur du chaos qui nous attend. Il est presque sûr et certain que cela arrivera. Je sais que les lecteurs de KWN (et d’or-argent.eu) ont pris les mesures qu’il fallait prendre, mais ils doivent également comprendre dans quel monde ils devront vivre à l’avenir.

Lorsque l’or va atteindre 10.000, 50 000 dollars l’once, voire 100 trillions de dollars en cas d’hyperinflation (un remake de Weimar), cela signifiera qu’il ne fera pas bon vivre. En Occident, moins d’un pour cent de la population possède de l’or afin de se protéger.

Faire partie de cette minorité comportera des avantages. Mais être riche au beau milieu de la pauvreté est également dangereux. J’ai déjà insisté à de nombreuses reprises sur l’importance d’adopter un profil bas.

Egon von Greyerz : tous les actifs papiers vont s’effondrer

Les monnaies papier ne vaudront plus rien, les marchés actions s’effondreront, les obligations aussi, le système financier va s’écrouler et les taux d’intérêt vont exploser. Les retraites ne vaudront plus quasi plus rien. Dans certains pays, le gouvernement ne pourra rien pour sa population, qui se retrouvera livrée à elle-même.

Cela signifie plus de sécurité sociale, de nombreux établissements publics hors service comme les écoles, les hôpitaux, les transports, la police et les pompiers. Il y aura beaucoup de remous sociaux, de la criminalité. On pourrait se retrouver dans des régimes de type anarchique ou totalitaire.

Le risque géopolitique est également très grand aujourd’hui. Je ne vais pas insister, je sais à quel point tout ceci est négatif. J’espère que rien de tout cela ne va se produire, mais malheureusement, les risques n’ont jamais été aussi élevés. Vous devez en être conscient, et vous préparez au cas où.

Pour en revenir à l’or et l’argent, si le premier devait atteindre 2500 $ dans les 12 prochains mois, et le second 70 $, ces chiffres ajustés à l’inflation représenteraient des cacahuètes. En 1980, l’or a atteint 850 $. Ce chiffre, ajusté à l’inflation, est supérieur à 7000 $. En ce qui concerne l’argent, ce serait 400 $.

Tout cela alors que la dette américaine était d’un trillion en 1980, alors qu’elle est aujourd’hui de 17 trillions. La dette mondiale était située entre 10 et 15 trillions en 1980, aujourd’hui il s’agit de 250 trillions. Cette augmentation exponentielle de la dette devra automatiquement déboucher sur une augmentation exponentielle de la véritable monnaie, qui est évidemment l’or.

Lorsque l’on prend en compte tous ces éléments, mes prévisions de 10.000 $ pour l’or et 500 $ pour l’argent sont très réalistes ; elles ne prennent même pas en compte la création supplémentaire de monnaie. Évidemment, c’est à ce scénario que l’on risque d’assister. Mes objectifs sont donc ultraconservateurs. »

Source : interview d’Egon von Greyerz sur KWN (31 août 2013)

0

William Kaye Or« La vente de vendredi, on la sentait venir. À chaque fois que les chiffres de l’emploi sont publiés, qu’ils soient bons ou mauvais d’ailleurs, on assiste à ce genre de mouvement baissier. Ils jouent toujours sur ces chiffres, qui sont d’ailleurs manipulés.

Il n’y a manifestement aucun signe tangible de reprise, mais ce n’est pas grave. Lorsque le prix du cours papier de Londres a été arrangé, le cours du COMEX a ensuite été attaqué et a continué de descendre. Pendant les heures d’ouverture du marché asiatique, les choses sont pourtant différentes : on laisse souvent le cours monter. Il faut bien, sinon les primes sur le cours officiel seraient trop importantes et cela serait trop gros.

Donc, lorsque le marché est ouvert en Asie, on le laisse un peu monter, afin que les gens qui vendent l’or physique d’Occident en Orient puissent se faire une belle marge. Mais cette semaine, cela pourrait ne pas se passer car la Chine est en congé.

Il s’agit d’une fête très importante en Chine, ce qui fait que la place financière de Shanghai sera fermée jusqu’à mercredi. C’est pourquoi alors devrait baisser en début de semaine (note : c’est effectivement ce qui est en train de se passer). Après mercredi, je pense que les choses vont alors rentrer dans l’ordre et l’or va remonter (note : au-dessus des 1400 dollars l’once). »

– Si je vous ai bien compris, nous avons atteint ou nous sommes proche du plus bas en ce qui concerne l’or, le marché haussier devrait donc reprendre de plus belle.

William Kaye : « c’est juste. En fait, nous avons connu un double plus bas. On a touché les 1330 et les 1340 dollars l’once quelques fois. Je ne pense pas que cela descendra plus.

Pour ceux qui veulent entrer sur l’or ou consolider leur position, je pense que le cours actuel est un bon point d’entrée. Par contre, il n’est pas dit que nous ne retesterons pas de nouveau les 1350 dollars l’once.

Je ne crois cependant pas à ce scénario, pas pour des raisons techniques, mais fondamentales. Lorsqu’on investit dans l’or physique, on se base sur les fondamentaux économiques. Bien sûr, on regarde les graphiques, simplement pour essayer de comprendre ce que vont faire les acteurs du marché papier.

Du point de vue de l’investisseur, nous pensons que les cours actuels des métaux précieux sont très intéressants. Nous pensons également que le cours de l’or va monter significativement dans les 2 à 3 mois qui viennent. »

Kaye a également expliqué qu’il pense qu’être basé en Chine était grandement profitable, car il a pu voir de ses propres yeux les développements du marché de l’or physique. Il a également répété qu’il s’attendait à un effondrement des monnaies papier, dont la valeur a toujours fini par tomber à zéro depuis leur invention.

Pour William Kaye, l’or qui déménage de l’Occident vers l’Orient est la preuve du basculement de la puissance économique de l’Ouest vers l’Est.

Source