Tags Posts tagged with "Embry"

Embry

0

Si les actionnaires de Banco Espirito Santo ont perdu toutes leurs billes, les épargnants ont été jusqu’à présent protégés. Pour John Embry (source), cela signifie que les choses sont tellement graves que les autorités n’ont pas osé laisser couler la banque.

 

« Nous traversons la période financière la plus dangereuse de l’histoire. Le système financier utilise des effets de levier monstre. Je ne parle pas uniquement des centaines de trillions de dollars de dette, qui représentent 3 fois le PIB mondial, mais aussi du nombre incalculable des passifs non capitalisés dont personne ne parle.

Sans parler des montants fous des produits dérivés, évoqués hier par Andrew Huszar, qui sont bien supérieurs au quadrillion de dollars en valeur notionnelle. La plupart de ces produits dérivés dépendent des taux d’intérêt. Nous n’avons jamais connu pareille situation.

Ces problèmes sont bien plus importants que ceux de 2007 qui ont provoqué la crise. La plupart des ressources des banques centrales et des gouvernements, au point de vue fiscal et monétaire, ont déjà été déployées pour éviter un effondrement global. Il est donc normal de se demander ce qu’il va se passer lorsque la prochaine crise, inexorable, se déclarera.

L’économie est anémique à cause de la dette excessive qui se trouve dans le système. Les taux d’intérêt maintenus artificiellement à des niveaux extrêmement bas augmentent le risque sur ces produits dérivés.

Pour cacher cette réalité désolante, les politiciens et les banques centrales falsifient les statistiques économiques, sous-estiment grossièrement l’inflation tout en gonflant les chiffres de croissance du PIB et en exagérant les créations d’emplois. Les marchés sont agressivement manipulés, par les ventes à découvert, le trading à haute fréquence, tandis que la presse mainstream applaudit. Plus les choses perdurent en l’état, plus douloureuse sera la chute.

Il est intéressant de noter que Banco Espirito Santo a été renflouée, car pendant un moment on s’attendait à un « bail-in ». Je pense que la situation est tellement précaire que toute faillite sera couverte afin d’éviter un nouveau Lehman, qui a provoqué le début de la crise en 2008.

Dans ce contexte, je persiste à croire que l’or et l’argent sont les seules protections réelles dans un tel scénario. Et leur sous-évaluation durant ces 3 dernières années suite à la manipulation des cours ne fait que renforcer mon opinion. (…) »

La mondialisation, c’est bien pour les États-Unis, mais quand on commence à perdre le privilège d’émettre la monnaie de réserve, à savoir le dollar, et que l’on se met d’autres grands pays à dos à force de vouloir dicter sa loi aux 4 coins de la planète, cette mondialisation signifie que vos adversaires peuvent vous faire mal. Pour John Embry, la Russie dispose des armes pour mettre financièrement à genoux l’accident. Et il nous explique pourquoi (source KWN) :

John-Embry-Or-Russie

« Je suis attentif à pas mal de choses en ce moment, mais je me concentre surtout sur la situation en Ukraine. Je ne pense pas qu’il existe quelqu’un d’assez stupide pour démarrer une guerre mondiale, par contre il y a de grandes chances qu’une guerre économique se développe.

Les États-Unis visent déjà assez durement Poutine avec leurs sanctions, maintenant il y a des rumeurs qui affirment qu’ils voudraient s’en prendre à ses milliards (note : pour autant qu’il les ait…). Poutine devra répondre à un moment donné, et il a les armes pour le faire.

J’ai également lu un article fascinant d’Ambrose Evans Pritchard, pour qui j’avais beaucoup de respect jusqu’à cet article. Il l’avait intitulé : « l’Amérique a dompté sa crise de la dette à une vitesse incroyable ». Son article détaille ensuite toute une série de chiffres sur le sujet. Mais il omet beaucoup de points importants, notamment que les taux d’intérêt sont artificiellement bas. L’idée que les États-Unis aient dompté leur crise de la dette est donc risible. Mais il s’agit de la propagande classique qui se développe durant une guerre économique.

Standard & Poor’s a également dégradé la note de la Russie (un cran au-dessus des obligations pourries), ce qui est très intéressant quand on connaît la situation de la dette russe. Les Russes ont une dette de seulement un peu plus de 10 % de leur PIB, pour plus de 100 % en ce qui concerne les États-Unis. Sans parler des engagements futurs sans financement qui représentent probablement 4 à 5 fois ce chiffre.

Sur des bases purement comptables, je dirais donc que la situation de la Russie est bien meilleure que celle des États-Unis. Il faut également prendre en compte que les Russes disposent d’un excédent commercial massif, ainsi que des réserves en devises positives, alors que les États-Unis présentent un déficit commercial structurel conséquent.

Si la dette russe est juste au-dessus des obligations pourries, que dire de la dette américaine alors ? Personne en Occident n’en parle. Poutine peut pourtant répliquer. Je vais vous expliquer comment en évoquant une petite leçon d’histoire.

En 2005, j’ai participé à une conférence du GATA. Ce fut un événement très intéressant car il expliquait en détail tout ce qui se passe sur le marché de l’or. Un conseiller du président russe était présent pour s’informer à propos de la manipulation du cours de l’or par les banques centrales occidentales.

À la fin de la conférence, l’or valait 436 $ l’once, et à l’époque personne du côté des médias dominants ne s’attendait à une hausse conséquente dans un avenir proche. Mais dans les 9 mois qui suivirent, le cours augmenta de 290 $. Une augmentation de presque 70 % en 9 mois ; une hausse impressionnante, d’autant que personne ne s’y attendait.

Je pense que cette hausse fut la conséquence de l’implication russe sur le marché de l’or. Ils l’ont analysé et se sont dits : ce marché est complètement manipulé, il s’agit d’une excellente opportunité pour nous. Je le savais car l’un de leurs représentants s’envola immédiatement pour Moscou à la fin de la conférence afin de remonter l’information.

Revenons à notre époque : je pense qu’il est facile de comprendre que le marché de l’or est bien plus vulnérable aujourd’hui. Il est clair qu’il existe 100 certificats papier pour chaque once d’or physique disponible dans le système occidental. Si quelqu’un se mettait à parier massivement sur l’or, cela pourrait devenir chaotique. C’est quelque chose que Poutine pourrait faire, car il comprend parfaitement le marché de l’or, ou encore les Chinois.

Car si le cours de l’or et de l’argent devait atteindre leur valorisation réelle, Egon von Greyerz parle de 10.000 $ l’once pour l’or et je suis d’accord avec lui, le château de cartes de l’or et de l’argent papier s’effondrerait.

Je pense également que cela aurait des conséquences dramatiques sur les taux d’intérêt. Si les États-Unis devaient subitement payer des taux d’intérêt en adéquation avec le risque que leur dette présente, en termes de risque de défaut et d’inflation, cela pourrait mettre le système financier occidental à genoux.

Dans cette bataille économique pourrait se jouer purement et simplement la solvabilité occidentale. L’Occident pourrait payer très cher sa stratégie de sanctions envers la Russie, cela ne m’étonnerait pas que tout cela leur explose à la figure. Poutine a les moyens de provoquer un chaos économique en Occident. C’est la raison pour laquelle je pense que l’or, l’argent et les actions minières représentent aujourd’hui l’une des plus grandes opportunités de l’histoire de la finance. »

1

Argent-Cours-Exploser-EmbryAlors que l’or et l’argent ont franchi des seuils critiques (respectivement 1300 et 20 dollars), John Embry a expliqué à KWN que si l’or va bientôt battre son record, l’explosion du cours de l’argent sera encore plus spectaculaire. Il a également parlé des bulles créées par la Fed via le crédit facile.

John Embry : « Pour l’instant, je suis de près l’amélioration des cours des métaux précieux. Ce fut difficile, mais d’après toutes les informations dont je dispose à propos des tensions sur le marché physique et le fait que le marché papier de l’or est probablement l’un des plus gros Ponzi de l’histoire, je pense que la situation est mûre pour une explosion du cours de l’or. Je ne parle pas d’une hausse de 100 ou 200 $. Je parle de passer le cap du record, soit 1920 $ l’once, à brève échéance.

La semaine dernière, certaines choses que Bernanke a dites m’ont rendu dingue. Comme Gerald Celente la fait remarquer, Bernanke a dit que si la Fed arrêtait de faire tourner la planche à billets, l’économie « basculerait ». C’est exactement ce que tous les intervenants de KWN répètent depuis de nombreux mois, si pas des années.

Il est cependant intéressant de remarquer que Bernanke l’a avoué. Or, personne n’en a fait de gros titres. Un membre du congrès lui a demandé s’il faisait tourner la planche à billets, et il a répondu « pas exactement ». Que cela signifie-t-il ? S’il achète pour 85 milliards de dollars de bons du trésor et de créances hypothécaires douteuses par mois, si ce n’est pas via la planche à billets, comment fait-il (note : à moins que, petit clin d’œil à Alexandre Astier, Ben Bernanke trouve de l’argent dans le c*l des vaches…) ?

La Fed continue d’alimenter des bulles selon Embry

Lorsqu’on lui a demandé si ses politiques bénéficiaient à Wall Street au détriment de Main Street (la population), il a répondu que sa politique de taux plancher avait permis aux Américains d’acheter des véhicules. On se retrouve donc avec le même problème que celui qui a provoqué le boom immobilier il y a 5 ans. La politique des taux d’intérêt bas ont alimenté la bulle de l’immobilier. Aujourd’hui, nous avons une population paupérisée qui achète des voitures qu’elle ne peut pas vraiment se permettre. C’est stupéfiant.

Mais c’est ce qu’il a dit sur l’or qui m’a fait sortir de mes gonds. Après avoir déclaré que la chute du cours pouvait indiquer une diminution des craintes quant à une catastrophe, il a ajouté : « personne ne comprend vraiment ce qui dicte le cours de l’or, et je ne prétends pas savoir de quoi il en ressort. »

Franchement, cela fait 2 décennies que la Fed est en première ligne quand il s’agit de contrôler le cours de l’or. Faire de telles déclarations, je trouve ça déloyal pour rester poli.

Si l’or finit par décoller et que l’argent s’installe confortablement au-dessus des 20 $, on va assister à une explosion du cours. Les fondamentaux pour l’argent ont un potentiel extraordinaire. Lorsque le marché haussier va faire son retour vengeur, l’argent surperformera l’or. Le métal jaune se comportera admirablement bien, mais la progression de l’argent sera inouïe. »