Tags Posts tagged with "First Majestic"

First Majestic

0
pièces d'argent métal

Article de Bloomberg, publié le 26 mai 2016 :

« Un grand fabricant d’électronique japonais a approché First Majestic Silver Corp. le mois dernier, une première, afin de réserver sa production d’argent future, un signe que des craintes concernant l’approvisionnement pourraient multiplier le cours du métal par 9 d’après la société minière d’argent au titre le plus performant.

« Pour qu’un fabricant d’électronique se tourne directement vers nous, cela me fait penser que quelque chose est en train de changer sur le marché, » a déclaré Keith Neumeyer, CEO de First Majestic, titre minier phare au Canada ainsi que dans le monde cette année. « Je pense que nous verrons un prix de l’argent à 3 chiffres, » a-t-il ajouté, prédisant que le métal pourrait atteindre les 140 $ l’once dès 2019.

Il s’agit d’une prédiction osée. Si l’argent a grimpé de 19 % cette année pour dépasser l’or en tant que métal précieux le plus performant, il s’est replié ce mercredi au Comex de NY à 16,26 dollars l’once tandis que son record, proche des 50 $, date de 2011. La prédiction la plus élevée parmi les analystes interrogés par Bloomberg est de 57 $ l’once en 2019.

Le cours de l’argent atteindra-t-il 3 chiffres en 2019 ?

« Cela me semble agressif, » a indiqué par e-mail Dan Denbow, un gestionnaire de d’USAA Precious Metals & Minerals Fund de San Antonio. « Cela fait un moment qu’il y ait un défaut d’investissement dans l’exploration, mais avec des prix significativement plus élevés de nouvelles sources apparaîtront. La courbe actuelle des coûts ne supportera pas un tel prix. »

Néanmoins, il y a quand même des signes positifs en faveur d’une hausse de l’argent. Les hedge funds ont augmenté leurs paris sur une hausse à un niveau record plus tôt ce mois. (…)

First Majestic est le second producteur d’argent au Mexique, première nation productrice de ce métal. De ce fait, la société fut l’un des grands bénéficiaires de la hausse de l’argent après avoir choisi de ne pas se diversifier dans d’autres métaux, comme l’ont fait bon nombre de ses pairs. L’argent représente plus de 63 % des ventes de la société. (…)

prédictions argent bloomberg

L’argent, un « métal stratégique »

Longtemps convoité pour la fabrication de bijoux, de pièces de monnaie et d’argenterie, la demande d’argent ne cesse de grandir dans l’industrie. L’année dernière, environ la moitié de la consommation mondiale d’argent a été absorbée par ce secteur, notamment dans la fabrication de téléphones portables, d’écrans plats, de panneaux solaires, d’alliages, etc.

« L’argent n’est pas un métal précieux, c’est un métal stratégique, » a déclaré Neumeyer à l’occasion d’une interview donnée à Toronto, où se trouve le siège de sa société. « Excepté l’or, l’argent est le meilleur conducteur électrique. L’or est trop cher pour les circuits imprimés, les panneaux solaires, les voitures électriques. Au fil de l’électrification de la planète, nous avons besoin de plus en plus d’argent. Il n’y a pas de substitut»

La demande industrielle se prépare à grimper, poussée par la hausse du pouvoir d’achat et la pénétration grandissante de la technologie dans des pays  en voie de développement et fortement peuplés, ainsi que grâce aux utilisations nouvelles trouvées à l’argent en raison de ses propriétés antibactériennes et réflectives, et ce dans toute une série d’applications, de la peinture pour hôpitaux aux fenêtres en passant par les sparadraps.

« Dans les 10 à 20 années à venir, de plus en plus de gens vont utiliser ces appareils alors que l’argent est une matière première disponible en quantité très limitée, » a déclaré Neumeyer. (…)

L’utilisation d’argent, incluant la demande d’investissement, les pièces et le métal qui sert à payer une transaction, a dépassé l’offre annuelle de métal chaque année depuis 2000, d’après les statistiques de GFMS, unité de recherche de Thomson Reuters Corp. (…) »

0
argent 1 once Philarmonique

Keith Neumeyer croit « dur comme fer » en l’argent métal. Le CEO de First Majestic avait défrayé la chronique l’année dernière lorsqu’il avait proposé de ne plus livrer de métal pendant 30 jours afin de protester contre les manipulations du cours de l’argent. Dans son interview accordée à Mike Gleason (source), il explique pourquoi le cours de l’argent pourrait bien atteindre les 3 chiffres lorsque Gleason l’interroge sur les raisons de son optimisme pour « l’or du pauvre » :

« Je pense que la raison est très simple. En fait, l’argent est beaucoup plus rare que les gens le pensent. Nous avons ce chiffre ancien qui fut produit par Sir Isaac Newton lorsque le roi Édouard créa la livre sterling. Ce chiffre, 16, le ratio or/argent, a été défini dès le 16e siècle.

La question est de savoir exactement combien il y a d’onces d’argent et d’or dans la croûte terrestre. Pour Isaac Newton, il y a 16 onces d’argent pour une once d’or. Il s’agit de son estimation. Depuis, ce chiffre fait office de vérité.

Pourtant, fait intéressant, le ratio d’extraction est de 10 pour 1. Pour chaque 10 onces d’argent qui sont produites, une once d’or sort de terre. L’argent est beaucoup plus rare que nous le pensions il y a 500 ans alors que la consommation augmente chaque année qui passe. Si on regarde la quantité de métal disponible en surface, dans les années 80 nous avions 5 milliards d’onces en lingots de 1000 onces disponibles. Aujourd’hui, cet argent disponible ne représente plus qu’un milliard d’onces.

Durant les 30 dernières années, nous avons donc consommé 4 milliards d’onces qui sont parties en fumée. Il ne revient pas dans le circuit via le recyclage. Il se trouve au fond des océans, dans les décharges, dans des endroits où on n’ira jamais le chercher. À la vitesse où la consommation d’argent augmente, et même si la production devait se stabiliser, ce qui est très loin d’être acquis… Mais admettons même que la production ne baisse pas, le déficit d’argent est d’environ 800 millions d’onces. Cette consommation engloutira toutes les réserves disponibles à la surface.

Pourtant, l’or et l’argent s’échangent aujourd’hui à un ratio de 80/1. Alors que la production réelle affiche un ratio de 10/1 et que nous connaissons un déficit. Combien de temps cette relation peut-elle perdurer ? Nous assisterons à une compression radicale qui, à mon avis, propulsera le cours de l’argent, et je l’ai déjà dit des centaines de fois, vers un montant à 3 chiffres. Je sais qu’une telle déclaration, alors que l’argent est à 14 ou 15 $ l’once, semble stupide et que je vais bien faire rire de nombreuses personnes. C’est néanmoins mon scénario. C’est pourquoi j’ai créé une entreprise de production d’argent il y a 13 ans : c’est ce que j’anticipe et nous verrons si j’ai eu tort ou raison, mais je pense que j’aurai raison. (…)

Et les industriels, se rendent-ils compte de cette pénurie ? Pourraient-ils « faire des provisions » ?

« Je pense que l’autosatisfaction règne parmi les industriels. Les Sony, Toyota, Intel, Tesla et compagnie, qui sont de gros consommateurs d’argent, pensent que le métal est disponible en abondance. Je doute que ces sociétés suivent de près ce dossier. Seuls quelques investisseurs futés comprennent ce qui se passe. (…)

Il sera donc très intéressant de voir, l’année prochaine ou un peu plus tard lorsque la pénurie se fera senti, les fabricants d’électronique et d’autres produits ne simplement plus parvenir à se procurer de l’argent. Ce n’est qu’à ce moment-là que la panique les gagnera et qu’ils payeront n’importe quel prix pour se procurer ce métal. N’oubliez pas que ces produits utilisent à l’unité très peu d’argent. Si vous produisez des iPhones ou des BlackBerry, vous vous moquez du cours de l’argent. Même si le métal devrait atteindre les 100 $ l’once, cela ne change pas beaucoup le coût de production d’un iPad. Il s’agira de quelques dollars, facilement répercutables sur le prix du produit. Donc je pense qu’en définitive, les utilisateurs industriels ne verront rien venir et payeront le prix à payer tandis que les investisseurs sophistiqués qui auront anticipé empocheront de plantureux bénéfices. »