Tags Posts tagged with "Flash crash"

Flash crash

0

Plus de 50 dollars : voici le plongeon vertigineux de l’or lorsque le marché s’est ouvert ce dimanche en Asie. Une chute provoquée par la vente de 2,7 milliards d’or papier qui a ensuite débouché sur un flash crash épique. Tout ceci dans la foulée de l’annonce des nouvelles réserves d’or chinoise… hasard ou réalité scientifique, chacun se fera son opinion. Voici celle de ZeroHedge, publiée le 19 juillet 2015 :

« La dernière fois que l’or a chuté de plus de 30 $ l’once jusqu’à provoquer la suspension des marchés pendant 10 secondes, c’était le 6 janvier 2014. Certains avaient affirmé qu’il s’agissait d’une vente normale bien que nous ayons déclaré explicitement (et démontré) qu’il s’agissait d’un exemple clair d’un algorithme HFT (trading à haute fréquence) qui avait pété les plombs à la demande de ses maîtres en explosant tous les ordres de vente stop dans le but de faire baisser le cours.

Il a fallu attendre 18 mois, soit il y a un mois, pour que le Comex admette grosso modo ce que nous disions (…).

Nous rappelons cet événement car à l’ouverture des marchés en Chine, l’or (ainsi que quasi tous les métaux précieux) a été victime d’un flash crash lorsque « quelqu’un » a décidé de vendre pour 2,7 milliards notionnels de métal en provoquant ainsi une baisse de 4,2 % du cours, soit de 50 $ à 1086 dollars l’once, le niveau le plus bas depuis mars 2010.

Une fois de plus comme en février 2014 et dans d’autres cas, le fait que « quelqu’un » soit prêt à vendre à n’importe quel prix montre qu’il ne s’agissait pas d’une transaction normale à la recherche du prix d’équilibre mais d’une manœuvre intentionnelle dirigée par des algorithmes pour forcer les ordres de vente stop (note : ordre de vente automatique lorsqu’un actif atteint un certain seuil, un mécanisme de sécurité censé limiter les pertes).

Qui est derrière tout ceci ?

La réponse importe peu : il s’agit peut-être d’un bis repetita du 2 février 2014, de la BRI et de son responsable des opérations sur les marchés des changes Benoît Gilson, d’une méga opération chinoise pour le démontage d’une opération financière sur les matières premières ou de Citigroup qui s’est lourdement positionné sur le marché des métaux précieux via les produits dérivés. (…)

Le cours semble avoir rebondi depuis d’environ 20 $ (note : au moment d’écrire ces lignes, l’or flirte avec les 1120 $, soit de plus de 30 $ par rapport au pic du flash crash) mais nous nous attendons à ce que le niveau des 1086 $ soit à nouveau testé sous peu. (…) »

Pour rappel, le coût de production d’une once d’or est en moyenne d’environ 1100 $.

0

Casino_Marche-Or-Argent« Quiconque pénètre pour la première fois dans un casino de Las Vegas ne peut oublier cette expérience. Les casinos sont des versions indoor du Circus maximum ou du Colisée du temps des Romains. Dans un casino, vous êtes dans un monde qui a été créé pour vous faire perdre toute notion du temps et d’orientation. Les joueurs sont certains de trouver leur bonheur, quel qu’il soit.

Tout commence lorsque vous convertissez votre argent officiel en supports créés par le casino, comme les jetons, afin de pouvoir jouer. Lorsque vous avez fini, vous avez l’opportunité d’échanger à nouveau vos jetons contre de l’argent papier.

On peut considérer les jetons comme une monnaie dérivée de la monnaie nationale, qui elle-même est un produit dérivé de la confiance du gouvernement qui l’émet. En fait, un casino ressemble à un pays. Il émet sa propre monnaie, qui est échangeable contre d’autres devises.

En théorie, pour chaque unité de devise nationale doit correspondre une unité de devises Casino. Imaginons que celui-ci ait dépensé votre argent pour couvrir ses frais ou acheter des actifs. Mais en fait, les gérants de casinos savent que seulement une petite partie des clients échange leurs jetons contre la devise nationale.

Ce qui permet au casino d’utiliser cette différence pour mener d’autres activités lucratives. Si tous les joueurs allaient en même temps à la caisse récupérer leur argent, il y aurait un problème. C’est exactement ce qui s’est passé à Chypre.