Tags Posts tagged with "Hausse"

Hausse

0
james turk

Interview de James Turk du 5 octobre 2015 (KWN) :

« Tous les lecteurs doivent observer attentivement ce qui se passe en Syrie. Les risques se développent rapidement alors que la Russie s’implique dans la guerre afin de porter secours à son allié, soit le gouvernement même que les États-Unis souhaitent renverser. Nous savons tous que le problème des imbrications d’alliances est ce qui a provoqué la Première Guerre mondiale.

Nous avons déjà vu dans la presse des articles et des vidéos d’avions russes bombardant des objectifs un peu partout en Syrie, mais l’implication de la Russie pourrait ne pas s’arrêter là.

Des rumeurs affirment que la Russie est en train d’envisager un blocus maritime de la Syrie, ce qui ne ferait évidemment que mettre de l’huile sur le feu sur une situation déjà explosive dans cette région du monde, voire même plus loin. Tout ceci a lieu évidemment dans un contexte de tragédie humaine horrible pour la population locale.

Les chiffres de l’emploi ou la Syrie : à quoi est due la hausse des métaux précieux ?

Espérons que le bon sens l’emporte, mais je m’interroge désormais sur ce qui a véritablement poussé les métaux précieux à la hausse vendredi dernier. Bien sûr, les chiffres catastrophiques de l’emploi montrant que l’économie américaine faiblit rapidement furent l’élément déclencheur. Le rapport fut tellement mauvais qu’il semble inévitable que la Fed décide d’un affaiblissement du dollar afin de donner un peu d’air à son économie. Il semble donc logique que les métaux précieux aient anticipé un dollar plus faible en progressant.

Néanmoins, les perspectives du dollar sont-elles véritablement la raison qui a permis à l’or et à l’argent de poursuivre leur hausse ou s’agit-il des tensions géopolitiques grandissantes ?

Pour répondre à cette question, considérez ce qui s’est passé avec le dollar vendredi. Il a d’abord chuté comme une pierre après l’annonce des chiffres de l’emploi, une réaction logique si la situation économique et la politique de la Fed sont derrière ce mouvement. Cependant, le dollar n’a pas poursuivi sa baisse au cours de la journée.

En fait, c’est même le contraire qui s’est produit : le dollar n’a cessé de se redresser. Cette vigueur pourrait signaler que les investisseurs voyaient plus loin, d’autres facteurs, que les chiffres de l’emploi. Vu que le dollar grimpe habituellement durant les périodes de troubles géopolitiques, ces autres facteurs pourraient être l’escalade de la tension en Syrie. Le fait que le dollar a grimpé à nouveau aujourd’hui semble confirmer ce point.

Il se peut que les investisseurs perçoivent la situation syrienne comme une poudrière où l’accident est possible à tout moment. Les accidents géopolitiques mènent le plus souvent à une hausse du cours de l’or et de l’argent. Il est intéressant de noter que l’argent mène la danse. Nous avons assisté à une baisse régulière du ratio or/argent depuis son pic de 80 du mois d’août. Les meilleurs marchés haussiers des métaux précieux ont lieu lorsque l’argent mène la hausse, soit exactement ce qui se passe en ce moment. »

0
Andrew Maguire or

Extraits de l’entretien que Maguire a accordé à KWN le 8 mai 2015 :

« Je peux vous dire avec certitude les banques commerciales se sont positionnées pour une hausse (de l’or et de l’argent). Il suffit d’observer l’activité de ces banques sur le marché de l’argent, activité plus visible en raison de sa taille limitée, pour anticiper ce qu’elles vont faire sur le marché de l’or.

Et que vont-elles faire ? Passer à la caisse en rinçant les énormes positions short des opportunistes.

L’activité sur marché de l’argent présage toujours de ce qu’il va se passer sur celui du métal jaune. Et lorsque l’on voit les mains faibles des opportunistes, c’est-à-dire des hedge funds, empiler les positions short pour atteindre des niveaux records on sait que la contrepartie long de ces positions est détenue par les banques de lingots.

Il est impossible pour ces hedge funds de gagner leur pari short car ces positions sont disséminées parmi de nombreux traders alors que les initiés des banques de lingots, en coopération avec la BIS, travaillent de concert.

Ces shorts sont en panne de carburant, il reste très peu de profit à retirer de ces positions. Pourtant, ces hedge funds ont réinvesti leurs profits dans de nouvelles positions short (sur l’argent). En raison de leurs marges de stop très limitées, elles sont très vulnérables.

L’argent à 20 $ et l’or à 1300 $ en résultante de la couverture de ces shorts

Le marché de l’argent est tendu comme un ressort à son maximum. Rien que via la couverture de ces positions, l’argent pourrait atteindre les 20 $ l’once. Et cela ne prend même pas en compte les positions ouvertes pour profiter de la hausse. L’or et l’argent sont bien positionnés pour une hausse importante. (…)

Les banques centrales se regardent en chiens de faïence

(…) Cette déconnexion ne peut être gommée qu’avec une hausse. L’époque à laquelle les banques centrales pouvaient emprunter de l’or pour le fournir au marché est révolue. Elles sont bien trop occupées à rapatrier leur métal réhypothéqué pour le restituer à leurs propriétaires respectifs.

Les banques centrales se regardent désormais mutuellement avec suspicion en ce qui concerne leurs réserves d’or. On assiste désormais à la formation de deux camps alors que de plus en plus de nations rejoignent en douce celui de la Chine et des BRICS, le camp de ceux qui comprennent l’importance d’avoir des réserves d’or.

Si vous n’avez pas de métal jaune, vous ne faites pas partie du club et s’il n’est pas dans vos coffres, vous n’en possédez pas. Indubitablement, la Chine est en train de gagner la guerre financière de l’or contre les puissances occidentales corrompues qui ont utilisé l’argent des contribuables pour faire perdurer leur Ponzi.

En ce moment, des événements sans précédent ont lieu qui vont changer irrévocablement les marchés papier truqués. En 2009, j’avais averti la CFTC (régulateur américain) qu’un jour, le marché physique allait submerger les banques de lingots pour faire le travail que la CFTC se refusait de faire. La seule différence, c’est que les conséquences seront bien plus terribles qu’un coup de balai du régulateur américain à l’époque. »

La question de savoir si la Fed va augmenter ou non son taux directeur entraîne le cours de l’or à jouer au yo-yo. La Fed va-t-elle agir en juin ? Si oui, quelles seront les conséquences pour l’or ?

« La volatilité de l’or en réaction à la publication des chiffres économiques américains est extraordinaire. Des chiffres de l’emploi positifs font baisser son cours de 20 à 30 $ tandis que des chiffres négatifs ont l’effet inverse.

Le cours de l’or semble être dicté par le timing potentiel de l’augmentation des taux de la Fed. Pourtant l’impact réel sur le métal jaune disons pour une hausse de 0,25 % soit ce que devrait décider la Fed lorsqu’elle se jettera enfin à l’eau, devrait être ridicule. Avec une telle hausse, les taux d’intérêt réels resteraient négatifs ce qui est positif pour l’or. Et même si ce premier relèvement des taux n’est censé être que le premier d’une longue série, personne ne s’attend à autre chose qu’à des hausses graduelles et étalées dans le temps. (…)

En vérité, les derniers chiffres économiques ne jouent pas vraiment en faveur du scénario d’un relèvement des taux même limité. Mais cela ne signifie pas que la Fed reportera à nouveau sa décision. Elle en a fait l’un de ses chevaux de bataille et le Comité de la Fed, qui est divisé sur la question, pourrait être tenté de se lancer à l’eau dès le mois de juin par exemple dans le but de jauger la réaction des marchés et de l’économie. Comment la bourse va-t-elle se comporter ? Je doute que la Fed s’en soucie vraiment, tout comme du cours de l’or. (…)

Comme les consultants de Metal Focus l’ont écrit dans leur dernier rapport de 2015, le métal jaune pourrait même profiter de cette hausse une fois en place. Le rapport indique : « nous pensons que le début de la remontée des taux supprimera paradoxalement l’un des obstacles majeurs à l’investissement dans l’or. Cette analyse se base sur la supposition que la remontée des taux sera lente et modeste, ce qui signifie que les taux d’intérêt réels resteront négatifs pendant un bon bout de temps. Étant donné la dépendance de l’économie américaine à la consommation privée et à la dette des ménages, nous pensons que les autorités monétaires seront réticentes à l’idée de laisser augmenter le ratio du service de la dette de façon significative afin de ne pas faire dérailler le redressement économique du pays. »

Autrement dit, lorsque le marché se rendra compte que cette hausse modeste des taux ne change quasi rien à la situation et que l’économie est trop fragile pour envisager leur normalisation,  l’or pourra se stabiliser voire peut-être augmenter.

Source : MineWeb

0

Pierre Lassonde, le célèbre et richissime spécialiste de l’or, a livré à King World News sa vision pour l’avenir du métal jaune dans les mois et les années à venir :

Eric King : nous vivons depuis 4 ans un marché baissier brutal pour l’argent et depuis 3 ans et demi pour l’or. Durant cette période, le nombre d’investisseurs qui ont été dégoûtés est si élevé que ceux qui surferont sur la vague montante seront très peu nombreux. Nous en faisons partie, nous ne vendrons pas. Nous sommes une minorité, il ne reste plus grand monde à qui faire les poches, on est donc en droit de se demander : va-t-on assister à  la fin de ce marché baissier ?

Pierre Lassonde : mon analyse de la situation actuelle c’est que la demande pour l’or physique est assez forte par rapport à celle du marché papier, sur lequel seuls les hedge funds et quelques fonds privés jouent. Plusieurs fois, ils ont tenté de faire baisser le cours de l’or. Et à chaque fois que celui-ci a atteint les 1130-1140 $, le marché physique a ouvert grand ses bras en disant : par ici, j’achète tout.

Tant que ce facteur d’équilibre sera en place, le seuil des 1130 1140 dollars tiendra. Mais à moins d’un changement d’attitude par rapport au dollar américain, le marché de l’or devra assister au retour de l’inflation pour démarrer la prochaine étape de sa hausse.

Les turbulences des années 70

Voilà ce qu’il s’est passé dans les années 70. Durant le marché haussier de 1976 – 1980, durant cette période de l’or et le dollar ont grimpé de concert pour atteindre leur record. Mais à cette époque, l’inflation augmentait de façon mensuelle. Les taux progressaient aussi mensuellement, ce qui est complètement contre-intuitif. Cela signifie donc que si le dollar continue de s’apprécier, l’or pourrait tout de même grimper. C’est déjà arrivé dans le passé. En 1980, l’or est monté jusqu’à 850 $ l’once.

Je pense donc que l’or sera à environ 1250 $ l’once lorsque nous assisterons au déclin du dollar, du haut de son perchoir. Les sociétés minières comme Newmont, Barrick et Goldcorp peuvent très bien se comporter dans cet environnement. (…)

À quand la future phase haussière ?

Le retour en grâce de l’or est encore à venir. Mon sentiment est que le grand retour de la tendance haussière démarrera dans les 12 à 18 mois à venir. Elle devrait débuter en 2016 et durer jusqu’en 2019. Durant cette période, on devrait assister à un véritable rush sur l’or.

Je pense que la Chine sera le catalyseur de ce rush. Le Shanghai Gold Exchange finira peut-être par devenir un véritable casino notamment parce que la Chine est aujourd’hui les plus gros consommateurs d’or du monde. La Chine ne ménage pas ses efforts pour que le SGE devienne la référence mondiale pour les échanges d’or physique.

Et tandis que les rangs des classes moyennes ne cessent de grossir en Chine, la demande pour l’or va poursuivre sa hausse soutenue. La Chine avec l’Inde, est déjà la force dominante du marché. Nous savons tous que les Chinois sont de grands joueurs dans l’âme à un certain moment le Shanghai Gold Exchange deviendra un casino, c’est à ce moment-là que le cours de l’or va vraiment exploser.

Cela ne se passera pas aux États-Unis ou en Europe mais en Chine. Le cours de l’or sera à des niveaux que vous n’auriez jamais imaginés. Aujourd’hui, il y a de grosses opportunités. Durant les 3 derniers mois, j’ai acheté des actions à des prix que je n’avais même pas osé imaginer en rêve. En 30 ans je n’ai jamais vu ça. Même si les 2/3 de mon portefeuille sont composés d’or, je continue d’en acheter parce que les opportunités sont juste incroyables. »