Tags Posts tagged with "Heta"

Heta

0

Il y a environ un an, la bad bank HETA, zombie de la banque en faillite Hypo Alpe Adria, assombrissait le paysage bancaire européen lorsqu’on découvrait un nouveau trou financier à combler. Aujourd’hui, le régulateur autrichien vient de décider d’un haircut de 54 % pour les créditeurs seniors. L’Autriche devient ainsi le premier pays européen à appliquer les nouvelles règles de renflouement interne de l’Union, ou bail-in.

Cependant, les créditeurs et la Carinthie n’ont pas encore dit leur dernier mot. S’ils exigeaient d’être remboursés jusqu’au dernier centime, certains acteurs du dossier, comme les assureurs, pourraient désormais tenter d’obtenir un remboursement à 92 % via un accord à l’amiable. D’autres resteraient intransigeants, n’étant prêt qu’à discuter que de l’extension de l’échéance des obligations.

Pour la Carinthie, province autrichienne qui était la propriétaire jusqu’en 2007 de Hypo Alpe Adria, l’enjeu est de taille : les créditeurs pourraient se retourner contre elle en ce qui concerne les obligations émises avant 2007.

Comme le note Zero Hedge, qui rapporte l’information en citant des articles comme celui de Bloomberg, la résolution judiciaire de ce dossier prendra probablement des années. Néanmoins, le précédent existant, HETA pourrait bien avoir ouvert la boîte de Pandore en demandant à ses créditeurs de contribuer à son renflouement. Et si cela ne devait pas avérer suffisant, les épargnants seraient les prochains à être sollicités pour combler les trous.

0

Besoin de preuves de la fragilité du système bancaire en raison du leverage des banques mais aussi de l’effet domino qui fait que lorsqu’un établissement est en difficulté il peut entraîner dans sa chute bien d’autres banques en aval ? Voici les cas de Duesselhyp et Banco Madrid, 2 banques en faillite rien que cette semaine.

Duesseldorfer Hypothekenbank AG (DuesselHyp) : RIP

Commençons avec la première victime de l’enterrement de la Bad Bank autrichienne créée avec les actifs pourris de Hypo Alpe Adria, Heta. ZeroHedge rapporte qu’en Allemagne, le fonds de garantie bancaire est intervenu alors que la banque Duesseldorfer Hypothekenbank AG (DuesselHyp) a été déclarée en faillite en raison de son exposition à Heta. La nouvelle a été bien sûre annoncée vendredi dernier, après la clôture des marchés.

Cela signifie-t-il que DuesselHyp va disparaître du paysage bancaire allemand ? Que nenni. Le fonds de garantie va intervenir afin de couvrir les 365 millions d’obligations corporate de Heta que possède DuesslHyp. Comme le note ZH DuesslHyp, d’après les derniers chiffres publiés, disposait pour 10,9 milliards d’euros d’actifs mais un problème partiel de remboursement sur une dette de 365 millions d’euros a été suffisant pour la mettre au tapis ? Une nouvelle preuve de la farce au stress test de la BCE, si besoin en était…

Banco Madrid : la faute à la maison-mère BPI

Une dépêche AFP en date du 16 mars annonce le dépôt de bilan de Banco Madrid, filiale de BPA, une banque d’Andorre. Le communiqué dit :

« La banque privée Banco Madrid a déposé le bilan alors que sa maison mère BPA, basée en Andorre, est soupçonnée par les autorités américaines de blanchiment d’argent, a annoncé lundi la Banque d’Espagne.

Cette décision a été prise en raison de la « forte détérioration de la situation financière de Banco Madrid conséquence des importants retraits de fonds de clients », explique la Banque d’Espagne qui a pris la direction de cet établissement bancaire, spécialisé dans la gestion de fortune le 10 mars. Banco Madrid a suspendu ses activités selon le communiqué.

Cette banque privée comptait à cette date environ 15.000 clients en Espagne, privés et institutionnels ayant au moins 500.000 euros sur leur compte et 21 agences à travers le pays a précisé une porte-parole. Elle gère en tout pour 6 milliards de gestion d’actifs et est une filiale à 100% de Banca Privada de Andorra (BPA) depuis 2011. (…)

« Le problème de Banco Madrid n’est pas un problème de solvabilité » assure le secrétaire d’Etat espagnol à l’Economie, Inigo Fernandez de Mesa, dans une interview au quotidien El Mundo. « C’est la maison mère BPA qui est à l’origine du problème », selon lui. »

or

Les indicateurs économiques chinois qui passent au rouge à l’instar de ce qui se passe aux États-Unis, le vaudeville grec, les habitants de Carinthie qui transpirent en Autriche et bien d’autres sujets sont au menu des nouvelles du 13 mars 2015.

Le vaudeville grec se poursuit, l’Islande en prend bonne note ?

Les tensions entre l’Allemagne et la Grèce sont loin de s’apaiser alors qu’Athènes tente d’obtenir le paiement des réparations de guerre. La guerre des mots s’est poursuivie sur d’autres terrains notamment lorsque Tsipras et Varoufakis ont admis que la Grèce « ne remboursera jamais sa dette ». Très bien Messieurs mais pourquoi poursuivez-vous alors la mascarade au prétexte de vous accrocher à l’euro ? On aurait presque envie de rire, si les conséquences pour le peuple grec n’étaient pas aussi tragiques. Les Allemands n’ont pas trop apprécié cet éclair de lucidité en déclarant « qu’il fallait mettre un terme à cette folie, on n’a pas le droit de se moquer de la sorte de l’Europe. »

Le gouvernement grec, catalogué d’extrême gauche, vient aussi de passer une loi lui permettant d’utiliser les réserves de ses fonds de pension pour les besoins en liquidité du gouvernement ne faisant que confirmer l’article que nous avons publié il y a quelques jours. Par exemple pour rembourser sa dette au FMI. Une dette qu’ils ont qualifiée d’impayable. Vous trouvez cela incohérent ? C’est normal !

L’Islande qui avait disposé sa candidature pour rejoindre l’UE en 2009, a décidé quant à elle de la retirer… suivant l’adage qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire, sans doute (source) !

Les indicateurs économiques américains enchaînent les déceptions…

On a beau nous dire que les États-Unis se portent mieux que le reste du monde et que leur crise est (aussi) dans le rétroviseur, les indicateurs économiques disent tout le contraire. Les prévisions de croissance au premier trimestre ne cessent d’être revus à la baisse pour s’élever désormais à 2,4 % (consensus) alors que la Fed d’Atlanta prévoit une hausse de seulement 0,6 % du PNB américain durant le T1 (sur base de son système de prévision en temps réel GDPNow, source).

…et la Chine ne fait pas mieux

En plus de la bulle immobilière et de la fuite des capitaux, la Chine doit faire face à un autre problème : la chute des salaires dans ses 4 plus grandes villes. Il y a un an, les salaires avaient déjà baissé en moyenne de 6 % à Shanghai. La preuve selon ZeroHedge, qu’une crise déflationniste est bel et bien en marche en Chine.

Une assurance-vie ?

Alors que le taux des obligations européennes ne cessent de plonger grâce aux QE de Draghi et consorts (pour être parfois négatifs), certains se disent que contracter une assurance-vie en euro n’est de toute façon pas risqué vu que le capital est garanti. Mais en cas de problème systémique, pensez-vous vraiment que ce sera le cas ? Aux États-Unis, l’agence gouvernementale en charge de la garantie des assurances vie privées (le PBGC) n’est pas « optimiste quant à sa capacité de fournir un filet de sécurité efficace pour les plans multiemployeurs ».

Pour l’instant, 21 % de ces assurances sont déjà en difficulté et bénéficient d’une assistance du fonds. Mais dans le futur, le PBGC affirme qu’il ne sera pas en mesure d’aider tout le monde et que 51 % des assurances-vie multiemployeurs devront enregistrer une perte (allant de quelques pourcents pour une petite moitié, de 10 à 20 % pour l’autre petite moitié et jusqu’à plus de 30 % pour les autres).

Notez que ces chiffres ne concernent que les assurances qui ont déjà la tête sous l’eau en ce moment ou qui sont déjà arrivées à échéance. Il ne prend pas en compte les contrats en cours qui, vu la baisse des taux, ne seront pas en mesure de fournir les rendements promis. Le PBGC estime que plus de 50 % des assurances-vie seront concernées en 2022 et plus de 90 % en 2025 (voir l’article de ZH pour plus de détails).

La Russie obtient un siège au CA de SWIFT

Encore un grand succès de la diplomatie américaine ! Après avoir menacé d’exclure les Russes du système de paiements internationaux SWIFT (de quel droit, vu que SWIFT est un organisme international indépendant ?), leur stratégie a provoqué des effets complètement opposés alors que SWIFT vient d’annoncer l’attribution d’un siège à la Russie à son Directoire qui comporte 25 membres nommés pour 3 ans (source).

La Carinthie retient son souffle

La Carinthie magnifique région montagneuse autrichienne retient son souffle en raison du démantèlement de Heta, la « Bad Bank » censée régler tous les problèmes de la banque en faillite Hypo Alpe Adria. La région autrichienne garantit un peu plus de 10 milliards d’euros… soit 5 fois ses revenus de 2014 ! C’est pourquoi la note de la Carinthie a été abaissée à baa3 par Moody’s. Si les conséquences financières ne sont pas encore claires, le risque pour la Carinthie est conséquent d’autant que l’État autrichien a déjà déclaré qu’il ne viendrait pas en aide à sa province (voir Forbes).