Tags Posts tagged with "Importations"

Importations

0
lingot et pièces d'or

Dans le secteur de l’or physique, l’opacité règne. Qui achète, qui vend, en quelles quantités… L’information est parfois difficile à obtenir pour l’investisseur individuel. Mais quelques éléments permettent de mieux comprendre la situation.

Quelles sont les informations disponibles concernant les flux d’or physique, et susceptibles de nous aider à comprendre la situation de l’offre et de la demande ?

Il y a un peu de tout.

Certains acteurs du marché de l’or physique sont totalement opaques et ne déclarent pas de façon transparente les achats et les ventes qu’ils effectuent. Les Chinois et les Saoudiens sont les moins transparents concernant leurs activités sur le marché de l’or.

D’un autre côté, la Suisse est extrêmement transparente. Les Suisses déclarent leurs achats et ventes d’or chaque mois, par source et par destination.

Ces informations suisses nous permettent de voir ce qu’il se passe dans le monde. En effet, l’essentiel des importations et exportations suisses sont liées au secteur des raffineries du pays, leader mondial dans ce domaine. Il n’y a pas de grandes mines d’or, en Suisse. Et les citoyens suisses, à ma connaissance, ne sont pas de gros acheteurs d’or (contrairement aux Chinois et aux Indiens). L’industrie horlogère suisse utilise beaucoup d’or, mais les importations s’équilibrent avec les exportations ; la Suisse n’est pas une destination importante, pour les montres qu’elle produit.

En fait, la Suisse est une sorte de canal dans lequel transite une grande partie de l’or présent dans le monde. L’or arrive en Suisse sous forme de barres good delivery de 400 onces, de doré (barres pures à 80%, issues des mines d’or), et d’or recyclé (terme désignant l’or provenant des bijoux et d’autres objets en or recyclé).

Cet or est ensuite fondu et raffiné pour former généralement des barres de 1 kg, d’une pureté de 99,99%, valant chacune 45 000 dollars au cours actuel du marché. Ces barres d’1 kg, de qualité “4 neuf”, représentent la nouvelle norme en vigueur, et celle que privilégient les Chinois.

En étudiant les importations et les exportations suisses, nous constatons d’où viennent l’offre et la demande d’or physique, et si elles sont proches de l’équilibre (ou du déséquilibre). Cette information peut nous aider à prévoir la prochaine super-flambée des cours de l’or.

Le premier graphique, ci-dessous, indique le total des importations et exportations d’or de la Suisse. Les barres rouges, au bas du graphique, indiquent pour chaque mois si la Suisse est importateur net ou exportateur net.

import-export-or-suisse

Ce qui est révélateur, sur ce graphique, c’est que la Suisse est exportateur net depuis ces quatre derniers mois : les mouvements de sortie de l’or sont supérieurs aux mouvements d’entrée. Cela signifie que la demande demeure forte, mais que l’approvisionnement est tendu.

La Suisse ne produit pas son or. Certaines raffineries possèdent peut-être des stocks, et il existe des chambres fortes qui stockent de l’or et peuvent être une source d’approvisionnement. Mais les gens très fortunés qui conservent leur or en Suisse sont des investisseurs qui achètent et conservent l’or sur le long terme : ils ont tendance à ne pas en vendre. Tout bien considéré, ces flux nets sortants sont intenables. S’ils persistent, le cours de l’or pourrait grimper car c’est ainsi que le marché règle la question d’une demande excessive.

A présent, observons uniquement les exportations suisses détaillées par pays. Elles figurent dans le graphique suivant. Les cinq principales destinations sont la Chine, Hong Kong, l’Inde, le Royaume-Uni et les Etats-Unis. Ces cinq destinations absorbent 91% des exportations suisses.

exportations d'or de la Suisse

La demande émanant de Hong Kong est principalement destinée à être réexportée vers la Chine. C’est ce que révèlent les chiffres relatifs aux importations et exportations de Hong Kong, publiés par ailleurs et également réputés fiables selon les critères internationaux. En se servant de Hong Kong comme canal où transite son or, la Chine a trouvé un autre moyen de dissimuler ses véritables activités sur le marché de l’or.

Les demandes chinoise et indienne (environ 70 tonnes au total, y compris Hong Kong) sont essentiellement destinées aux particuliers, soit sous forme de lingots, soit sous forme de bijoux. (Je considère que les bijoux représentent “une valeur transportable”, qui diffère peu, matériellement, de la demande en faveur de lingots). Gardez à l’esprit que la Chine est le plus grand producteur d’or dans le monde. Il faut donc ajouter les 450 tonnes par an issues de sa production nationale, qui viennent satisfaire l’énorme demande en or officiel émanant de sa banque centrale et de ses fonds souverains.

Les demandes chinoise et indienne sont fortes, mais quelque peu en baisse par rapport à des périodes antérieures où elles ont représenté jusqu’à 100 tonnes par mois. Historiquement, la demande indienne est cyclique et tend à enregistrer un pic au quatrième trimestre (saison des mariages).

La demande chinoise a été atténuée par la vigueur récente du dollar, qui augmente le coût de l’or lorsqu’il est acheté en yuans. Ce contretemps pourrait se dissiper si la Fed orchestre une dépréciation du dollar (ce que je crois) afin de s’attaquer au ralentissement de l’économie américaine.

Les 102 tonnes exportées vers le Royaume-Uni et les Etats-Unis sont presque toutes destinées à satisfaire la demande émanant des investissements en ETF, en or-papier. Cette forte demande va-t-elle persister ? La demande en faveur des ETF évolue dans une boucle de rétroaction par rapport aux cours de l’or. Lorsque l’or augmente, la demande en faveur des ETF augmente également, ce qui accentue la pression à la hausse sur le cours. Cela fonctionne également en sens inverse, comme nous l’avons constaté en 2013. Lorsque l’or baisse, les ETF tendent à “déverser” de l’or sur le marché, ce qui accentue la pression à la baisse exercée sur son cours.

Dans les deux cas, la demande en faveur des ETF a tendance à être procyclique et à amplifier le comportement de l’or, quels que soient les facteurs qui en sont à l’origine. Si nous avons des raisons de penser que les cours de l’or grimpent d’eux-mêmes, la demande en faveur des ETF a tendance à faire grimper le cours encore plus haut et encore plus vite.

La dernière pièce du puzzle, c’est la question des importations d’or de la Suisse. D’où vient l’or que les Suisses importent, raffinent et réexportent ? Ces informations figurent dans le graphique ci-dessous.

importations d'or de la Suisse

L’or expédié vers la Suisse vient principalement du Burkina Faso, d’Allemagne, du Ghana, d’Italie, de Hong Kong, du Royaume-Uni, du Pérou, de Russie, d’Afrique du Sud, de Thaïlande, de Turquie, des Emirats arabes unis et des Etats-Unis. Ces treize sources représentent 73% des importations d’or de la Suisse.

Le Burkina Faso, le Ghana, le Pérou, la Russie, les Etats-Unis et l’Afrique du Sud correspondent à la production minière. Cette production a été relativement constante au cours de ces dernières années et il est peu probable qu’elle se développe ou se contracte de façon considérable d’un mois sur l’autre.

L’or provenant d’Allemagne, d’Italie, de Hong Kong, du Royaume-Uni et de Thaïlande est essentiellement recyclé (la Thaïlande est la plaque tournante de l’or recyclé provenant d’Asie du Sud-est, notamment du Vietnam, d’Indonésie et de Malaisie, entre autres). Une partie de l’or britannique est constitué de barres de 400 onces acquises directement auprès des banques affiliées à la LBMA.

La Turquie et les Emirats arabes unis constituent deux cas intéressants : ils représentent quasiment 30% des importations d’or de la Suisse. Les Emirats arabes unis sont l’un des principaux opérateurs de chambres fortes stockant de l’or pour le compte du Moyen-Orient et de la Russie. La Turquie est un canal de transit pour l’or provenant du Golfe Persique et d’Iran. Il y a encore peu, la Suisse n’importait presque pas d’or des Emirats arabes unis : il n’était pas disponible. Les chiffres de la Turquie et des Emirats arabes unis révèlent un déstockage massif de la part des investisseurs russes et moyen-orientaux, probablement en réaction à la baisse persistante des prix du pétrole et à un besoin de liquidités afin de rembourser leurs dettes libellées en dollars.

Quelles sont les conséquences de ces mouvements d’or mondiaux, en ce qui concerne le futur cours de l’or ?

Actuellement, les indicateurs et alertes les plus puissants sont l’augmentation du cours du pétrole et la perspective d’une baisse du dollar alors que l’économie américaine s’oriente vers une récession :

– La hausse des cours du pétrole va alléger une partie de la pression qui s’exerce sur les pays du Moyen-Orient et la Russie, qui sont endettés en dollars, et réduire les flux d’or provenant des Emirats arabes unis.

– La dépréciation du dollar rendra les cours de l’or en dollar plus attrayants aux yeux des acheteurs chinois.

Observez à nouveau le graphique des importations et des exportations, ci-dessus. Imaginez que les exportations vers la Chine augmentent et que les importations depuis les Emirats arabes unis et la Turquie diminuent. En conséquence, les exportations nettes provenant de Suisse vont augmenter : il y aura une sorte de “déficit commercial” de l’or.

En Suisse, les stocks d’or sont déjà tendus, (je l’ai appris de source sûre, via mes contacts au sein des raffineries et des chambres fortes). Si cette pénurie s’aggrave, comme nous le prévoyons, il n’y aura qu’une seule façon de réajuster le déséquilibre de la balance-or de la Suisse : la hausse des cours.

Une fois que la hausse des cours entrera en jeu, la demande en faveur des ETF la fera accélérer. Ensuite, ce ne sera qu’une question de temps avant que l’ensemble de la pyramide de l’or-papier ne s’écroule.

La conjonction entre les fondamentaux de l’offre et de la demande et cette boucle de rétroaction procyclique, dans laquelle évoluent les ETF, devrait faire flamber les cours de l’or. Si l’or augmente, le cours des actions des mines d’or devrait grimper encore plus vite. En fait, l’achat de minières est un pari assorti d’un effet de levier sur le cours de l’or lui-même.

Par Jim Rickards via les Publications Agora. Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit.

2

Article de SrsRoccoReport.com, publié le 1er octobre 2015 :

« S’il y a un graphique que les investisseurs de l’argent doivent contempler, c’est celui de l’Inde contre le Comex. Ce graphique met en perspective à quel point les entrepôts du Comex ont peu de métal. De plus, les stocks d’argent du Comex continuent de tomber alors que de gros retraits ont été enregistrés durant ces 2 derniers jours.

Comme rapporté par de nombreux sites spécialisés dans les métaux précieux, l’Inde poursuit ses importations records d’argent. D’après le dernier article de Koos Jansen, l’Inde a importé 1400 tonnes d’argent en août et 126 tonnes d’or.

Ces 1400 tonnes, même si elles sont inférieures aux 1542 tonnes importées en mai, n’en sont pas moins sur la seconde marche du classement des importations mensuelles d’argent records de l’Inde. Cependant, ce que l’article de Koos ne mentionne pas, c’est que les analystes avaient anticipé un déclin des importations d’argent de l’Inde en 2015 en raison des restrictions imposées à l’or. (…)

L’Inde devient le premier importateur d’argent devant les États-Unis

En observant le graphique ci-dessous, on peut constater à quel point les importations d’argent de l’Inde ont explosé récemment par rapport aux années précédentes.

usa-inde-argent-importations

Ce graphique met en évidence les 2 plus gros importateurs d’argent du monde. On voit bien que les États-Unis importaient systématiquement plus d’argent que l’Inde. Les importations américaines s’étalaient de 150 à 200 millions d’onces par an tandis que les chiffres indiens étaient plus volatiles.

Durant la crise financière de 2008, les importations d’argent en Inde ont grimpé jusqu’à 175 millions d’onces pour une moyenne de 80 millions d’onces précédemment. Après avoir chuté à 41 millions d’onces en 2009, les importations d’argent de l’Inde ont doublé l’année suivante pour ensuite atteindre 149 millions d’onces en 2011 alors que le cours du métal atteignait les 50 $. En 2012, les importations ont chuté à 63 millions d’onces tandis que les investisseurs indiens temporisaient en raison des incertitudes sur le futur de ce marché. De plus, les prises de bénéfice firent en sorte que nombreux Indiens se séparèrent d’une partie de leur métal.

La situation s’est ensuite retournée en 2013, lorsque le cours chuta brutalement. Les importations indiennes explosèrent à 197 millions d’onces en 2013 pour encore progresser l’année suivante (228 millions d’onces). Si la tendance actuelle se poursuit, voici à quoi nous devons nous attendre en fin d’année :

usa-inde-argent-import-production

Les États-Unis et l’Inde sont bien partis pour importer des quantités extraordinaires d’argent, soit 533 millions d’onces qui correspondent à 63 % de la production mondiale anticipée de métal (850 millions d’onces en 2015). Si l’Inde importe bel et bien de 320 à 340 millions d’onces d’argent en 2015, ce sera 8 fois plus que les importations de 2009 et presque 5 fois plus que celles de 2012.

La raison pour laquelle les États-Unis sont un gros importateur historique avec des volumes relativement stables s’explique par la demande industrielle. La demande indienne est plus volatile car elle est axée sur les lingots et les pièces d’investissement. Cette demande évolue donc avec les variations du cours et l’humeur des marchés.

Inde Vs Comex

Voici désormais le graphique portant sur le sujet de l’article. Comme indiqué ci-dessus, l’Inde a importé 1400 tonnes d’argent en août. Il s’agit d’un volume supérieur aux inventaires du Comex :

inde-vs-comex-argent

D’après les chiffres de mercredi de la semaine dernière, le Comex possédait 44,3 millions d’onces, soit 1385 tonnes. Autrement dit, l’Inde a importé en un mois une quantité d’argent supérieure aux stocks de métal disponible actuellement au Comex. (…)

Lorsque le cours de l’argent a explosé jusqu’à 49 $ en 2011, les inventaires du Comex avaient chuté de 56 millions d’onces en mars 2010 à 26,7 millions d’onces en juillet 2011. Ce qui correspond donc à une baisse mensuelle des stocks d’argent du Comex de 1,8 million d’onces. Alors que la tendance actuelle affiche une baisse de 4 millions d’onces par mois. (…) »

inventaires-comex-baisse-argent

0

Article de Koos Jansen, publié le 10 septembre sur BullionStar.com :

« Durant le mois d’août 2015, l’Inde a importé 126 tonnes d’or et 1400 tonnes d’argent d’après les chiffres d’Infodrive India. Les importations d’or augmentent en Inde après une chute de la demande en 2013 suite aux restrictions sur les importations d’or imposées par le gouvernement.

Inde-Or-Importations

Depuis le début de l’année, l’Inde a importé 654 tonnes d’or, ce qui représente une hausse de 66 % par rapport à la même période de l’année dernière. En ce qui concerne l’argent, ce sont 6782 tonnes de métal qui ont franchi ses frontières depuis le début de l’année 2015, soit une hausse de 96 % par rapport à la même période de l’année précédente.

Les importations d’or devraient atteindre un volume annualisé de 980 tonnes, ce qui serait une augmentation de 26 % par rapport à 2014 et le second chiffre le plus élevé depuis 2008.

L’argent est en bonne voie pour atteindre des importations annuelles de 10.172 tonnes, soit une hausse de 44 % par rapport à l’année précédente. Si ce chiffre devait être atteint, cela signifie également que l’Inde accapare 37 % de l’argent extrait annuellement par les mines du monde entier.

Les données du mois d’août sont des chiffres préliminaires qui seront révisés. Cependant, ces révisions sont dans la plupart des cas insignifiantes. (…)

Les importations d’or en hausse en Inde

En juin 2013, le gouvernement indien décidait d’augmenter les droits de douane sur l’or, qui passèrent de 4 à 8 %, puis ensuite à 10 % en août. Durant ce mois, la règle des 80/20 fut également imposée, à savoir l’obligation d’exporter 20 % de toute quantité d’or importée. Résultat des courses, de 265 tonnes importées en mai 2013 le tonnage passait à seulement 16 tonnes en septembre. Même si de l’or fut importé illégalement, il est impossible de quantifier cette contrebande.

inde-primes-or

Ces mesures provoquèrent un véritable séisme et firent exploser les primes jusqu’à 25 % du cours officiel (voir ci-dessus). (…) En novembre 2014 la règle des 80/20 fut abolie. (…) L’Inde vient d’élaborer une nouvelle stratégie pour juguler la demande d’or de sa population (qui creuse la balance commerciale du pays) via un plan de monétisation. L’objectif est de pousser les propriétaires d’or à déposer leur métal en banque en échange du paiement d’un intérêt. La banque pourrait ensuite prêter cet or. À mon avis cette stratégie échouera car les Indiens ne souhaitent pas se départir de leur or.

Les importations d’argent en hausse en Inde

Lorsque le gouvernement indien a augmenté ses droits de douane sur l’or en 2013, il l’a fait simultanément pour l’argent en les portant à 10 %. Cependant, la prime sur l’argent n’a pas atteint les 25 % de l’or. De nombreux Indiens se sont donc tournés vers l’argent. Les importations ont ainsi augmenté de façon spectaculaire depuis 2013 (voir ci-dessous… Ces chiffres excluent les bijoux en argent).

En mai dernier l’Inde a importé des quantités records d’argent (1542 tonnes), pour août la demande est estimée à 1400 tonnes, soit le second volume le plus élevé depuis 2008. (…) »

0
pièces d'argent

Article de SRSroccoReport publié le 6 juillet 2015 : 

« Le marché de l’argent semble indiquer que nous sommes au début d’une ruée mondiale sur le métal. Cette affirmation se base sur plusieurs indicateurs que je suis et qui pourraient découler sur des pénuries à l’avenir. Voici pourquoi.

Tout d’abord, j’ai récemment signé un article intitulé « pourquoi les États-Unis importent-ils autant de lingots d’argent ? » montrant que les importations américaines d’argent ont considérablement augmenté durant les 2 premiers mois de l’année. Eh bien, la tendance s’est poursuivie en mars alors que les importations d’argent américaines ont totalisé 1504 tonnes au lieu de 1129 tonnes durant la même période de l’année dernière.

argent-importations-usa-2014-2015

Durant le premier trimestre 2014, cela signifie que les importations américaines d’argent ont augmenté de 33 %. Si on examine la demande industrielle d’argent, les ventes de Silver Eagle et l’inventaire du COMEX, le marché américain n’avait pas besoin de ces 375 t supplémentaires d’argent. La demande industrielle a probablement baissé en raison du PIB en baisse du T1. Les ventes de Silver Eagle ont baissé durant le premier trimestre de 2015 par rapport à 2014 tandis que les inventaires du COMEX n’ont quasi pas évolué.

Alors, pourquoi ? Si le marché américain avait besoin de moins d’argent que durant le premier trimestre 2014, cela signifie que quelqu’un doit accumuler en masse de l’argent. Des rumeurs affirment que la JP Morgan pourrait être l’un de ces gros acheteurs. (…)

argent-importations-inde-2015

Deuxièmement, jamais l’Inde n’a importé autant d’argent dans son histoire. Durant les 4 premiers mois de l’année, ce pays a importé 3000 tonnes d’argent, une quantité énorme. Si la tendance se poursuit, l’Inde aura importé 9000 t d’argent d’ici la fin 2015, battant son record précédent de 7000 tonnes établi en 2014. (…)

argent-cobasis

Troisièmement, des éléments indiquent que le marché physique de l’argent pourrait montrer des signes de pénurie. Keith Weiner a récemment publié ce graphique sur le cobasis (différence entre le prix de l’offre spot et la demande sur les futures, qui sert d’indicateur de pénurie). On voit que la courbe cobasis en rouge a explosé. Selon Weiner, c’est l’indicateur soit d’un risque (de ne pas recevoir la livraison du métal en cas de défaut de la contrepartie), soit d’une pénurie grandissante d’argent.

Quatrièmement, la hausse récente des achats de pièces Silver (et Gold) Eagle. Sur base des derniers chiffres de la US Mint, on peut s’apercevoir que les ventes de Silver Eagles ont explosé en juin et la tendance en juillet s’est poursuivie (note : jusqu’à ce que la monnaie américaine déclare ne plus avoir une seule pièce à vendre jusqu’à août). Les ventes de ces pièces d’argent ont atteint 4,8 millions d’onces en juin contre un peu plus de 2 millions en mai. (…)

Cinquièmement, la production minière chute : comme je l’ai écrit dans un autre article, la production d’argent du Mexique s’est effondrée de 12 % en avril 2015 par rapport au même mois de l’année précédente. Sur base annuelle, la production a jusqu’à présent baissé de 5 % par rapport à l’année précédente. (…)

ventes-nettes-argent-gouvernement

Mais le facteur le plus important est le suivant : les ventes d’argent du gouvernement sont à zéro en net comme le montre le graphique ci-dessus. Il s’agit d’un graphique très important pour tous les investisseurs dans l’argent. Et cela s’explique principalement par le fait que la Chine a décidé de ne plus vendre d’argent (…)

Je pense que nous vivons les premières étapes d’une ruée mondiale vers l’argent. Les indicateurs que je viens de lister montrent que quelque chose a changé sur ce marché. Si la situation financière continue de se détériorer à cause du Grexit, la demande pour l’argent ne fera qu’augmenter, ce qui signifie que des pénuries se manifesteront probablement.

Malheureusement, cela aura lieu au moment même où la plupart des gens se réveilleront alors qu’il n’y aura presque plus d’argent physique à échanger contre de l’argent papier. (…) »

0

En mars 2015, les importations d’or de l’Inde ont plus que doublé par rapport au même mois de l’année précédente. 3 chaînes de télévision indienne ont rapporté que les importations de mars ont totalisé 125 tonnes contre 60 tonnes en mars 2014.

Durant l’année comptable 2014/2015, qui a pris fin le 31 mars, les importations ont bondi pour atteindre 900 tonnes soit 36 % de plus que l’année dernière d’après les reportages télévisés.

Les importations d’or du plus gros consommateur de métal du monde ont augmenté en mars en raison du festival hindou Akshay Tritiya une période considérée comme propice pour acheter de l’or ainsi que grâce à la période des mariages qui a lieu en ce moment durant laquelle la demande pour l’or augmente traditionnellement d’après Rahul Gupta (directeur de P.P. Jewellers) s’exprimant auprès de Reuters.

0

Est-ce une autre raison qui a poussé le gouvernement indien à assouplir ses restrictions concernant les importations d’or ? Les Indiens ont largement augmenté leurs achats d’argent, si bien que l’on se dirige vers une année record pour l’argent en termes de volumes.

La tendance avait déjà démarré en 2013, lorsque l’Inde avait importé 5819 tonnes d’argent, explosant le record de 2008 de 5049 tonnes. En ce qui concerne 2014, les chiffres jusqu’à la fin octobre totalisent déjà 5535 tonnes d’argent importées. En 2 mois, l’Inde va avoir tout le loisir de battre à nouveau ce record ; si elle continue à ce rythme, elle pourrait même dépasser les 6000 tonnes.

6000 tonnes, cela représente environ 25 % de la production annuelle d’argent. Rien qu’en octobre, l’Inde a importé 1243 tonnes d’argent !

Source : SeekingAlpha

0

Il y a 2 semaines, l’or avait bondi pour atteindre son record de 2014 suite à des rumeurs faisant état que la responsable du Parti du Congrès, Sonia Gandhi, faisait pression pour le gouvernement afin qu’il abaisse les droits de douane sur l’or, ainsi que d’autres barrières qui entravent l’achat du métal jaune.

Or-Inde-Dubai-Trafic

Aujourd’hui, alors que la tendance haussière a repris pour l’or, il semblerait que la nation qui a mis en place les contrôles sur l’or les plus draconiens du monde soient en train de plier sous la pression populaire, mais aussi en raison de l’échec de ses politiques, qui n’ont pas empêché l’or de rentrer en douce dans le pays. Reuters vient d’annoncer que l’Inde « envisage d’assouplir ses mesures anti or », tout en précisant que le pays ne laissera pas son déficit commercial en pâtir :

« Il y a des avantages et des inconvénients (à assouplir les mesures anti or), nous les évaluerons consciencieusement, le but est de maintenir le déficit de la balance commerciale à des niveaux gérables, » a déclaré le ministre des Finances indien après avoir présenté le projet de budget au parlement. Reuters ajoute que l’Inde tente désespérément de réduire son déficit commercial, alors que l’or représente la 2e importation du pays après le pétrole.

1

Or-Inde-Dubai-TraficAu moment d’écrire ces lignes, nous sommes en train d’assister à une belle courbe montante pour l’or, qui a gagné un peu plus de 20 $ l’once durant ces 10 dernières heures. D’après ZeroHedge, cette hausse serait due à la possibilité de voir l’Inde assouplir les différentes restrictions qui ont été mises en place ces derniers mois pour empêcher les Indiens d’acheter de l’or.

Prenant probablement acte de l’échec des mesures en place, qui n’ont eu comme conséquences que de développer le trafic, la responsable du parti du Congrès, Sonia Gandhi, aurait demandé au gouvernement de jeter du lest.

0

Inde-Importations-Argent-Record-2013Si la tendance se poursuit, alors que l’Inde a importé ces derniers mois énormément d’argent, 2013 pourraient bien constituer un nouveau record pour le pays. D’après les données fournies et par le secteur, l’Inde a déjà importé 2400 tonnes sur les 5 premiers mois de l’année 2013, alors que le total de l’année 2012 s’élève à 1900 tonnes.

2013, année record pour les importations d’argent de l’Inde ?

Jusqu’à aujourd’hui, le record date de 2008, lorsque l’Inde a importé 5048 tonnes d’argent, à l’époque où le cours a fluctué entre 21 et 9 $. Après le pic de 2011, la demande a chuté d’un peu plus de 50 %. Mais désormais, les importations sont reparties à la hausse.

Alors que le gouvernement fait tout pour dissuader les Indiens d’acheter de l’or, il semblerait que ceux-ci se soient retranchés sur l’argent. De plus, ayant encore plus chuté que l’or, l’argent semble avoir un bon potentiel à moyen terme.