Tags Posts tagged with "Keith Barron"

Keith Barron

pièces d'argent

Les marchés actions sont dans la tourmente, alors que l’or et l’argent ont redressé la barre après une énième tempête. Va-t-on enfin assister à une grosse correction sur les marchés, qui pourrait profiter aux métaux précieux ? Voici ce qu’en pense Keith Barron :

« Nous avons assisté à une grande volatilité des marchés actions à travers le monde, mais aussi sur le marché de l’or. En ce qui concerne le métal, je pense que le support est fermement établi. Il semble même que les choses sont en train de bien tourner. Les marchés actions américains semblent connaître un inversement de tendance. Alors que les investissements vont quitter Wall Street, ils chercheront un refuge, donc notamment l’or.

Nous entrons désormais dans la saison des festivals en Inde, ce qui devrait également supporter le cours de l’or. Cela fait un bon bout de temps que le métal jaune construit sa base. Nous savons également qu’au cours actuel, de nombreux producteurs ne gagnent pas d’argent. Ces sociétés exploitent leurs meilleurs filons afin de rester rentables, mais cela ne pourra pas durer éternellement. Les prédictions baissières répétées à l’unisson sont également un indicateur, selon moi, que le cours de l’or va grimper.

Si l’initiative pour l’or de la Suisse, dont je suis un grand partisan, devait passer, le métal jaune de la nation devrait être rapatrié. Le franc suisse devrait également être adossé à concurrence de 20 % à de l’or, tandis que toute vente de métal jaune serait interdite dans le futur. Ce référendum sera soumis à la population le 30 novembre 2014. Il s’agira d’un moment historique, pour la Suisse mais aussi pour le monde entier.

Ce vote a le pouvoir d’envoyer une véritable onde de choc sur le marché, car en cas de victoire du oui, la Suisse sera contrainte d’acheter plus de 1500 tonnes d’or physique. Je pense qu’il sera très difficile de trouver une telle quantité de métal au cours actuel.

Si ce référendum est voté, cela deviendra une loi. Ils ne pourront pas utiliser un artifice pour la contourner, comme cela se passe souvent dans les pays occidentaux. Alors que l’on approche de la date fatidique, on entend de plus en plus la voix de la Banque Nationale Suisse, qui s’oppose évidemment à l’initiative. Elle ne veut pas d’un adossement à l’or.

Pourtant, c’est exactement ce qu’elle fait avec l’euro, en ayant arrimé le franc suisse à la monnaie unique et en fixant son cours à 1,2 francs par euro. Pour y parvenir, ils ont dû acheter une quantité incroyable d’euros. Que cela signifie-t-il ? Pour moi, que l’indépendance de la Suisse est déjà fortement menacée.

Dans les faits, c’est la zone euro qui dicte la politique monétaire de la Suisse. Ce pays risque donc de devenir comme Malte, la Grèce, l’Espagne, etc., c’est totalement absurde. (…)

Je pense que la quote-part de l’euro dans les réserves suisses est déjà suffisante pour mettre le pays dans une situation précaire. Nous avons déjà vu l’euro vaciller, ce qui signifie que les réserves en devises de la Suisse ont été touchées aussi.

Les gens pensent que la valeur de l’euro ne peut pas plonger à zéro, pourtant c’est arrivé 5 fois au franc français en un siècle. J’ai vécu dans plusieurs pays où cela est arrivé, je peux vous dire qu’il faut se préparer lorsque l’on aperçoit des signes de forte inflation. Nous n’y sommes pas encore, mais ce jour approche rapidement.

Les 3 ou 4 responsables de la banque suisse qui dictent sa politique sont en train de faire des expériences très dangereuses. C’est la raison pour laquelle l’initiative pour l’or est tellement importante. Il s’agira d’un signal fort envoyé aux planificateurs centraux, que la Suisse souhaite conserver son indépendance. Il s’agira également d’une victoire pour les partisans d’une monnaie tangible du monde entier, qui aura d’énormes conséquences sur le marché de l’or si elle devait être votée. »

0

Or-Europe-Crise« Je suis attentivement ce qu’il se passe actuellement sur le marché de l’or, mais aussi sur celui de l’uranium. En ce qui concerne l’or, il a atteint son plus haut depuis 5 mois. Mais c’est ce qui se passe à Shanghai qui est intéressant.

Les primes ont baissé et sont devenues négatives. Ce n’est pas une surprise, car les Chinois achètent quand le cours est bon marché, et se retirent lorsque le cours augmente brutalement. Ils ne vendent pas, mais ne se pressent pas au portillon pour acheter.

L’or profite en ce moment de la situation en Ukraine et de la faiblesse du dollar. Mais cela ne doit pas occulter la raison principale : il s’agit d’un rebond suite à sa faiblesse anormale de l’année dernière.

Les fondamentaux qui soutiennent l’or sont toujours très positifs. Les banques centrales asiatiques continuent d’en acquérir pour se débarrasser de leurs dollars excédentaires. Tant que les QE se poursuivront à travers le monde, les gens préféreront posséder de l’or que du papier.

Nous avons également vu l’argent dépasser le seuil des 21 $ l’once. D’une manière générale, les métaux précieux se portent bien, et les actions minières encore mieux.

En ce qui concerne l’uranium, les Russes ont déclaré que l’Europe ne pourra plus rien recevoir via l’Ukraine. En conséquence, l’Union a mis 2 gros projets de pipelines, destinés à approvisionner en gaz l’Europe, en suspens.

Aujourd’hui, 28 pays européens dépendent du gaz naturel russe. C’est évidemment une arme dans les mains des Russes. Par exemple, la Lituanie et la Lettonie dépendent intégralement de la Russie pour leur approvisionnement en gaz naturel.

Il se pourrait que ces pays se mettent au gaz de schiste pour tenter de réduire leur dépendance aux Russes. Il n’en reste que tout cela est très positif pour l’énergie nucléaire. Pourquoi fermer des réacteurs alors que les Russes sont les principaux fournisseurs de gaz naturel ? Il suffit de les fâcher pour perdre son approvisionnement énergétique.

C’est pourquoi la politique énergétique de l’Allemagne semble tellement bizarre, alors qu’elle veut se débarrasser du charbon qu’elle peut extraire pour consommer du gaz russe. Ils installent également des panneaux solaires, alors que l’Allemagne n’est pas connue pour être un pays particulièrement ensoleillé.

Tout cela n’a aucun sens. Les Allemands ferment leurs centrales nucléaires, mais achètent de l’électricité produite de la même façon à la France. C’est vraiment bizarre. Cela pourrait ressembler à une blague, mais c’est vrai. Les Français exportent de l’électricité à leurs voisins. Les Allemands se la jouent écolo alors que leur électricité est produite par les centrales nucléaires françaises. C’est pour le moins étrange.

0

Eric King : « vous aviez lancé des avertissements à propos des problèmes que rencontre actuellement de nombreux devis à travers le monde, parce que vous avez déjà été témoin de ce genre de mouvements »

10-pengos

Keith Barron : « en Argentine, la monnaie locale s’est effondrée à de nombreuses reprises jusqu’à zéro. Début des années 90, j’étais dans le pays, et c’est ce qui est arrivé. J’étais aussi ou brisé lorsque deux devises locales se sont effondrées, juste avant l’introduction du real. J’étais également en Équateur lorsque le sucre (monnaie équatorienne) s’est ramassé, pour être remplacé par le dollar. Je ne pense pas que les États-Unis soient à l’abri d’un tel événement, à vrai dire c’est déjà arrivé, même si cela remonte à bien longtemps.

J’ai une anecdote amusante à raconter : j’étais au Zimbabwe en 2001, lorsque l’inflation a commencé à exploser. J’étais en fait dans un casino. J’étais en compagnie d’amis, dans l’attente du dîner, lorsque j’ai remporté le jackpot. Je fus très heureux, mais lorsque j’ai réalisé quelle était la contrepartie en dollars… Je n’en avais même pas 20 (rires). C’est ce qui arrive, une bonne illustration pour montrer à quel point l’argent devient sans valeur dans de telles situations.

Dans ce genre de pays, il faut se promener avec d’énormes liasses d’argent pour payer, et personne n’a de monnaie. Par exemple, en Argentine, lorsque vous achetiez le journal, vous donniez un billet et on vous donnait des bonbons en guise de monnaie (rires).

Au Kazakhstan, la monnaie était en carton. Il s’agissait en fait de monnaie officielle, mais c’est en carton. Le Kazakhstan ne disposait pas de métaux pour frapper des pièces.

Les gens deviennent inventifs lorsqu’il fonctionne en « mode survie ». Des qui reçoive de l’argent, il le dépense. La vélocité de la monnaie est énorme dans ces pays, car vous voulez vous en débarrasser le plus vite possible, avant qu’il ne perde encore plus de valeur.

0

Grece-Manifestations« J’ai vu des chiffres intéressants en provenance de Turquie, montrant une demande effrénée pour l’or. La BCE vient de décider d’abaisser ses taux directeurs (hier, à 0,25 %) en justifiant sa décision par son souhait de combattre la déflation.

La réalité, c’est qu’en ce moment, il y a une grève au Portugal. Les gens estiment que leurs salaires sont trop bas. Il y a également eu une grève générale de 24 heures en Grèce contre l’austérité. Ces manifestations ont lieu un peu partout en Europe, preuve que la situation économique est mauvaise. Donc, lorsque la BCE parle de déflation, cela signifie combattre une économie qui faiblit, provoquant des remous sociaux un peu partout en Europe.

Si on observe la situation aux États-Unis, il y a un mouvement à Seattle pour relever le salaire minimum à 15 $ de l’heure. Si la mesure devait être adoptée, ce serait assez inflationniste. La conclusion, c’est que de nombreuses personnes n’arrivent pas à boucler leur fin de mois.

Aux États-Unis, il y a une grande déconnexion entre la bourse, qui bat ses records quasi chaque semaine, et ce qui se passe dans l’économie réelle. Si vous visitez une ville comme Detroit, vous aurez du mal à croire que vous êtes aux États-Unis.

Mais comme le dit la BCE, de nombreuses nations se battent contre la déflation. La seule façon de la combattre, c’est de fournir des liquidités. En attendant, la Fed continue sa propagande qui fait croire qu’elle diminuera ses achats mensuels. La vérité, c’est que l’économie américaine est bien trop fragile que pour réduire le QE. Il a déjà énormément de faillites.

Il est donc clair que l’Occident a toujours de nombreux problèmes. Au Japon, ce n’est pas non plus la gloire, malgré la politique monétaire la plus agressive qui y a court. À travers le monde, les bulles ne cesse d’être gonflé depuis 10 ans. Mais les grosses difficultés sont à venir. Jusqu’à présent, il n’y a que quelques banques importantes qui ont disparu. À de nombreuses reprises, le système a été sauvé par des injections énormes de liquidités. Mais les problèmes qui ont mené à ces sauvetages sont toujours présents dans le système financier.

Tout ou tard, il devrait y avoir une purge. Les politiques la repousse tant qu’ils peuvent par ce qu’elle va provoquer de nombreux malheurs pour la population. En 1929, Hoover n’a pas réagi assez vite, cela lui a coûté les élections. Les politiciens ont retenu la leçon. Pour sauver sa tête, il ne faut pas fermer le robinet. »

Source : Keith Barron sur KWN

0

Or-cours-exploseKeith Barron : « le cours de l’or explose aujourd’hui (l’interview date du 17 octobre) en raison du chaos qui règne en ce moment à Washington, qui a débouché sur la baisse de la notation américaine par les Chinois (l’agence de notation Dagong). Les Chinois savent que les Américains n’ont fait que reporter la crise et que rien n’est réglé.

Cela a donc débouché sur la dégradation de la note américaine par Dagong. Cette dégradation d n’a certainement pas les conséquences d’une décision similaire qui seraient prises par Fitch ou Moody’s. Il n’empêche, le dollar a vacillé et le cours de l’or a explosé.

Il ne faut pas perdre de vue que les Chinois se sont beaucoup faits entendre à propos de la crise de la dette américaine. Dagong leur a permis d’augmenter leur influence internationale et de mettre la pression sur les États-Unis. La communauté internationale observe attentivement ce qui est en train de se passer.

Les Chinois savent que les Américains se retrouveront avec le même problème sur le dos dès le 15 janvier, lorsque le trésor n’aura de nouveaux plus d’argent. Et le 7 février qui suit, c’est le plafond de la dette qui sera atteint. Les Chinois ne veulent pas que les Américains endommagent leurs réserves en dollars. C’est le genre d’événement qui peut littéralement mener à la guerre.

Les États-Unis sont censés être la première puissance mondiale, or il montre en ce moment une image de ce pathétique. Entendre des gens à Washington dire « nous n’avons pas d’argent pour faire tourner les services publics ». C’est incroyable pour un pays qui émet la monnaie de réserve internationale.

Mais le véritable problème qui mine l’économie américaine, c’est que malgré les injections de 85 milliards par mois de la Fed, celle-ci ne s’améliore pas. La situation américaine est donc très compromise. Le reste du monde ne va pas continuer à acheter ses obligations dans une telle situation. Ces pays exigeront alors des taux d’intérêt plus élevés. Mais si ceux-ci augmentent, c’est toute l’économie qui se retrouvera à terre.

Un désastre est donc en préparation. Et sans le QE massif de Bernanke, on aurait assisté à une dépression similaire à celle des années 30. À la différence qu’aujourd’hui, les problèmes de l’Amérique sont trop profonds. Il y a trop de dettes privées, personnelles et publiques. J’espère que le pays parviendra à se relever lorsque les choses seront remises à plat. »

0

Or-Syrie-Manipulations-BarronDans sa dernière interview, Keith Barron avait affirmé que la Syrie n’était pas à la base de l’augmentation des cours de l’or et de l’argent de fin août. Dans sa dernière interview, il estime que la Syrie sert d’écran de fumée à la manipulation des cours des métaux précieux.

Keith Barron : « comme je l’ai lu dans ma dernière interview du 29 août, ce ne sont pas les événements du Moyen-Orient qui sont responsables des fluctuations du cours des métaux précieux. Je vous avais dit que les médias dominants nous expliquaient que la hausse du cours était due à la Syrie, mais que leur message sonnait faux. Désormais, ils utilisent le même prétexte pour massacrer le cours de l’or et de l’argent.

Quand on y réfléchit, c’est à croire que le scénario était écrit d’avance. Nous savons qu’il y a des acteurs puissants en Occident qui souhaitent contrôler le cours des métaux précieux. On peut voir ces interférences dans un pays comme l’Inde. Ils ont taxé l’or à mort, tout simplement parce que ce sont les Occidentaux qui contrôlent l’Inde, et pas les marionnettes de politiques qui ont le pouvoir là-bas.

Imaginez que l’on s’amuse à interférer sur la balance des paiements d’un pays européen ou américain. Comme le dit John Embry, c’est une guerre psychologique, mais une guerre tout court. Dès qu’un prétexte se présente, ils se servent du marché papier pour faire baisser le cours, tout en envoyant leurs larbins sur les médias dominants pour discréditer l’or.

Cela fait 12 ans que l’or finit chaque année à la hausse. Cela embête les banques centrales occidentales. Mais comment vont-elles faire pour empêcher les populations chinoises et indiennes d’acheter de l’or, ainsi que dans d’autres pays asiatiques, où le métal jaune fait partie intégrante de la culture de la richesse.

Pour les Asiatiques, l’or n’est pas un investissement, ou une épargne pour sa retraite. Il s’agit d’une habitude ancrée dans leurs gènes. Pour de nombreuses familles indiennes, elles préféreront vendre tout ce qu’elles possèdent avant de se départir de leur or. C’est pourquoi les banques centrales occidentales se fatiguent pour rien : le marché papier finira tôt ou tard par s’effondrer.

0

Crisis in SyriaKeith Barron (KWN) :

« Malgré une légère retraite, en général le marché de l’or et de l’argent se porte bien. Il se passe ce que les intervenants de King World News prédisaient depuis quelques semaines. Nous savions tous que le cours de l’or et de l’argent été bien trop bas. Ce niveau ne pouvait perdurer trop longtemps, car cela aurait entraîné la faillite d’une grosse partie du secteur minier.

Ce cours sous-évalué a cependant vidé les stocks du COMEX et du LBMA. Cet or se trouve se trouve désormais en Orient. Et on peut lui dire au revoir, car on ne le reverra jamais. Cela a d’énormes conséquences sur le cours de l’or, pour le court terme, mais aussi le long terme. Désormais, ce métal physique n’est pas détenu par des gens qui cherchent les profits à la petite semaine.

Il s’agit des banques centrales orientales et de gens souhaitant mettre leur richesse à l’abri, car ils savent ce qui nous attend. Les Chinois se sont débarrassés de beaucoup de leurs dollars. En Inde, les gens cherchent désespérément à mettre la main sur du métal physique, alors que leur monnaie nationale, la roupie, s’effondre littéralement. Malgré cela, les Indiens ne veulent pas non plus du dollar. C’est donc la course au métal jaune, qui doit désormais entrer dans le pays via le marché noir à cause des mesures anti or prises par le gouvernement.

Les médias dominants nous racontent que le cours de l’or augmente à cause des tensions en Syrie. Ce sont des conneries (sic). Cela fait des décennies que les événements du Moyen-Orient n’ont aucune influence sur le marché de l’or. Mais les médias dominants font leur boulot : mentir et tromper le public à propos des véritables raisons qui entraînent l’or à la hausse.

Si la guerre devait éclater demain en Syrie, l’or pourrait en profiter un jour ou 2, mais ce n’est pas un événement qui pourrait porter le marché à long terme (note : sur ce point, nous n’en sommes pas aussi persuadés que Keith Barron : avec la Russie et la Chine qui sont contre cette intervention, le conflit pourrait dégénérer).

La véritable raison, c’est le plafond de la dette, qui sera une nouvelle fois atteinte en octobre. Il s’agit de la véritable raison qui explique la hausse du cours de l’or. Encore une fois, les 2 grands partis américains nous font leur show devant les caméras. Mais en coulisse, ils se serrent la main et rigolent.

Cela va permettre également de distraire les gens à propos de la décision qui sera prise par la Fed quant à son « tapering » (réduction des injections mensuelles de liquidités du QE). Comment réduire les achats de Treasuries alors que le gouvernement américain manque d’argent ? Ils vont rehausser le plafond de la dette, ce qui signifie plus de dépenses et plus d’inflation.

Alors que le brut s’approche des 110 $ le baril, ce cours du pétrole pose des risques inflationnistes sur l’économie mondiale. C’est également très constructif pour le cours de l’or et de l’argent. Le marché haussier des métaux précieux connaîtra des bas occasionnels, mais je pense que nous sommes désormais partis pour battre le record précédent, aussi bien de l’or et que de l’argent.

0

Pénurie d'or BarronKeith Barron, véritable légende des métaux précieux, a donné vendredi dernier une interview à KWN dans laquelle il décrit la pénurie d’or qui fait rage en ce moment.

Barron : « Aujourd’hui (vendredi 7 juin 2013), le cours de l’or a chuté de 30 $ l’once. Souvent, les acteurs puissants du marché décident de faire chuter le métal jaune le vendredi. Cette fois-ci, ils ont utilisé l’excuse des chiffres de l’emploi américain.

On a l’impression de n’entendre que des nouvelles qui sont négatives pour l’or dans les médias, tandis que du côté de la Fed, on se demande la stratégie à adopter concernant l’assouplissement monétaire en cours… Faut-il arrêter, freiner ? Ça n’arrête pas de palabrer à propos de la planche à billets, ce qui fait réagir le cours de l’or. Quoi qu’il en soit, la demande pour l’or physique reste incroyablement élevée. Lorsque l’or plonge de 32 $ en une seule séance, beaucoup de gens se frottent les mains car il s’agit d’une opportunité pour acheter. C’est ce que je fais.