Tags Posts tagged with "Lehman"

Lehman

0
Comparaison Deutsche Bank Lehman

Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, la Deutsche Bank était quelque peu sortie des radars médiatiques en raison des soucis rencontrés par sa concurrente, Commerzbank, qui a fini par confirmer la rumeur d’un plan de licenciement portant sur près de 10.000 postes, soit 20 % de ses effectifs, et la suspension de ses dividendes. Mais le répit fut de courte durée pour DB, qui commence à voir certains de ses clients « hedge funds » retirer leurs billes… Le risque d’assister à un nouveau « Lehman » est plus que jamais d’actualité.

Un plan de sauvetage se profile-t-il ? Peut-être. Dans cet article de Zero Hedge, on apprend que Jeffrey Gundlach se méfie comme de la peste de la Deutsche Bank, un dossier devenu « trop binaire » :

« Les marchés sont paralysés alors que les investisseurs atterrés se rappellent au bon souvenir de la crise de 2008 à cause de Deutsche Bank, un établissement financier dont la taille représente la moitié de son pays d’origine, qui semble être au bord du précipice et qu’Angela Merkel refuse d’aider avant les prochaines élections allemandes. Que faire, faut-il « acheter ce foutu dip » (BTFD) comme ils l’ont toujours fait durant ces 7 dernières années, ou vaut-il mieux attendre plus de clarté de la part des « renfloueurs-en-chef » avant d’allouer du capital à une nouvelle transaction risquée, qui pourrait bien devenir un nouveau Lehman ? Jeffrey Gundlach n’a pas arrangé les choses lorsqu’il a déclaré à Reuters que la prudence doit être de mise avec les titres de la Deutsche Bank vu qu’un plan de sauvetage gouvernemental n’est pas une impossibilité.

« Je préfère m’en tenir éloigné. C’est impossible à analyser, » a déclaré Gundlach à propos des titres Deutsche Bank et de sa dette. « C’est trop binaire. »

Pour ceux qui parient contre l’action Deutsche Bank, leur tentative pourrait être futile, à moins de couvrir leurs positions short (courtes) juste avant le plus bas à venir, une stratégie que le marché cherchera activement à mettre en oeuvre.

« Le marché va pousser à la baisse Deutsche Bank jusqu’à ce que les promesses de support soit faites. En cas de besoin, ils recevront de l’aide. » Et que se passera-t-il ensuite ? « Un jour, le titre Deutsche Bank bondira de 40 %, ce sera le jour du plan de sauvetage du gouvernement. Cette hausse pourrait avoir lieu en l’espace d’une minute, » a déclaré Gundlach. « Il s’agit d’un événement totalement imprévisible. »

À moins que le gouvernement décide de ne pas renflouer DB, comme l’a déclaré Merkel. Ce faisant, elle perd toute marge de manœuvre, pour des conséquences qui ne pourront être que néfastes. (…) »

1
nuages noirs

Article de David Stockman, publié le 6 juillet 2016 sur DailyReckoning.com :

« Presque aux 4 coins de la planète, les bulles financières géantes créées par les banques centrales durant les 2 dernières décennies sont en train de se fissurer. Le dernier exemple en date ? La valeur en chute libre des actions des banques italiennes et européennes ainsi que le gel de fonds immobiliers commerciaux en Grande-Bretagne.

Si cela commence à ressembler à août 2007, c’est parce que nous vivons la même situation. Les démentis des opérateurs de casinos fusent en nombre. Pour en revenir à 2007, les permabulls sortirent en force, en nous vendant il s’agissait « d’un événement unique ». Soit que la tempête avait été provoquée par quelques événements isolés n’ayant aucun impact sur les tendances globales des marchés, notre économie étant supposément solide comme un roc.

Donc, l’effondrement inattendu des fonds hypothécaires de Countrywide Financial et de Bear Stearns n’était que des événements isolés. Les experts nous ont dit : « circulez, il n’y a rien à voir ». Et surtout, continuez d’acheter.

Après avoir atteint un pic de 1550 points le 18 juillet 2007, le S&P 500 a vacillé d’environ 9 % durant la crise d’août. Mais les acheteurs de dip ont continué de se manifester, rassurés par les déclarations des experts. Dès le 9 octobre, l’indice boursier avait remonté jusqu’à son pic d’avant la crise pour ensuite un peu baisser jusqu’à septembre 2008.

Les garanties étaient fausses, bien sûr. Après Lehman les choses ont explosé, les marchés actions se sont ensuite fait massacrer. Dans les 160 jours qui suivirent, le S&P 500 plongea de 50 % supplémentaires. En tout, 10 trillions de dollars de capitalisation boursière s’évaporèrent.

L’ironie suprême du moment présent est que les parmabulls insistent sur le fait qu’il ne faut tirer aucune leçon de la grande crise financière. Tout simplement car toute liquidation d’un actif est désormais considérée comme un événement unique.

Cela n’arrivera plus, nous dit-on. Après tout, les causes majeures ont été rectifiées et les inondations du siècle n’ont jamais lieu à nouveau. À ce titre, on insiste pour nous dire que la situation des banques américaines a été rectifiée, que leur bilan est désormais une forteresse imprenable. Similairement, le marché immobilier a enregistré une reprise saine, et stable sans aucun signe de bulle. Le ratio PE des marchés actions sont soi-disant dans leur moyen historique est complètement garanti par les taux plancher. (…)

Cela ressemble de plus en plus furieusement à août 2007, où que l’on regarde. »

1
cds de Deutsche bank

Après un début d’année encourageant ayant fait des métaux précieux les actifs les plus performants de janvier, l’or et l’argent se sont littéralement envolés en raison du regain de faiblesse du dollar dans un premier temps, et, dans un second temps, du grand retour du risque bancaire matérialisé par les soucis de plus en plus inquiétants rencontrés par la Deutsche Bank.

Les difficultés du géant allemand ne datent pas d’hier. Le 11 juin 2015, nous publiions déjà la traduction d’un article de NotQuant.com que nous intitulions « Deutsche Bank : chronologie d’une mort annoncée ? ». Cet article dresse la liste des déboires de la banque, de ses problèmes de liquidités à la démission des 2 CEO de DB de juin 2015 tout en dressant des parallélismes avec la faillite aussi soudaine qu’inattendue de Lehman Brothers en 2008.

Aujourd’hui, les choses ont évolué de mal en pis pour la Deutsche Bank. Comme le rapporte le média financier indépendants Zero Hedge :

« Les échos de Bear (Stern) et Lehman se rapprochent chaque jour qui passe. Quelques heures seulement après l’effondrement du cours de l’action Deutsche Bank de 10 %, portant le titre à une valorisation plus vue depuis la crise financière, le géant allemand aux positions brutes notionnelles de plus de 50 trillions de dollars en produits dérivés se retrouve dans une énième situation de déjà vu, et quelque peu déplaisante, à devoir défendre sa liquidité et plus spécifiquement rassurer les investisseurs quant à sa capacité de rembourser des coupons pour 350 millions d’euros d’émissions de Tier 1 arrivant à échéance en avril. Soit l’une des nombreuses raisons ayant justifié la vaporisation de valeur de plusieurs milliards, en titres ainsi qu’en obligations convertibles qui ressemblent de plus en plus, au fil des jours qui passent, à des capitaux propres. »

De quoi rappeler de mauvais souvenirs à la communauté financière : la dernière fois que de grandes banques des « marchés développés » ont du faire des sorties publiques pour rassurer les investisseurs sur leur liquidité, un énorme plan de renflouement de plusieurs trillions de dollars ne tarda pas à suivre. Cependant, ce n’est probablement pas pour tout de suite, toujours selon Zero Hedge. Si le régulateur allemand interdit de shorter le titre DB, ce sera probablement le signe du début de la fin. En attendant, le risque Deutsche Bank est reflété par ses CDS, dont la courbe a adopté la formation tant redoutée du « Viagra », passant de 100 à 250 points de base en l’espace de quelques semaines.

5

Article publié sur NotQuant.com le 11 juin 2015 :

« Avec le recul, l’effondrement de Lehman Brothers en 2008 s’est déroulé à une vitesse surprenante. À la surface, quelques signes annonciateurs se déclarèrent mais la réelle étendue du désastre n’a fini par apparaître que dans les derniers instants, lorsqu’il était devenu évident que Lehman était condamné.

Afin de dresser le parallèle avec la Deutsche Bank, récapitulons les événements de 2007 et 2008 :

Malgré le peu d’indicateurs concernant le destin de Lehman, les initiés furent par contre au courant assez tôt : à la fin 2008 Goldman Sachs paria en son nom des montants énormes contre Lehman, une position qui fut appelée en interne « le gros short » (Big Short), un pari qui allait rapporter gros durant la crise.

À l’été 2007, les crédits subprimes commençaient à battre de l’aile sur les marchés. À partir du mois d’août, la liquidité commença à s’évaporer rapidement tandis que les fonds derrière les titres adossés à des créances s’asséchaient. Malgré tout, même jusqu’à la fin 2007, peu de gens suspectaient ce qui allait arriver à Lehman.

La première indication publique date probablement du 9 juin 2008, lorsque Fitch abaissa la note de Lehman à AA- avec perspective négative et ironie du sort à la même date jour pour jour ce fut l’abaissement de la note de Deutsche Bank par Standard & Poor’s en 2015, 7 ans plus tard. La « perspective négative » indique qu’une nouvelle baisse de la note est probable. Dans le cas de Lehman, ce fut un euphémisme.

À peine 3 mois plus tard dans le courant d’une seule semaine, Lehman annonçait une énorme perte de 3,9 milliards et déclarait faillite (entre le 10 et le 15 septembre). Le reste, vous le connaissez. (…)

Chronologie des difficultés de la Deutsche Bank

Voyons maintenant ce qu’il s’est passé avec la Deutsche Bank durant les 15 derniers mois :

  1. En avril 2014, Deutsche Bank est forcée de lever du capital de tiers 1 pour 1,5 milliard afin de renforcer son bilan. Pourquoi ?
  2. Un mois plus tard, en mai 2014, la recherche effrénée de liquidités continue alors que la DB annonce la vente d’actions pour 8 milliards de dollars, bradées de 30 %. De nouveau, pourquoi ? La nouvelle étonna les médias financiers. L’image de géant tranquille de la Deutsche Bank était écornée par ses efforts pressés pour trouver de l’argent frais. Quelque chose devait se tramer en coulisse.
  3. Mars 2015, la Deutsche Bank ne passe pas les stress tests, on lui demande de renfoncer sur-le-champ sa structure en capital.
  4. En avril, la Deutsche Bank confirme son accord de règlement à l’amiable avec les États-Unis et le Royaume-Uni concernant la manipulation du LIBOR. La banque se retrouve avec une amende énorme de 2,1 milliards à payer à la justice américaine.
  5. En mai, l’un des CEO de Deutsche Bank, Anshu Jain, reçoit de la part du Directoire de la banque des pouvoirs étendus ce qui ressemble furieusement à une décision de résolution de crise, le pouvoir exécutif étant souvent renforcé durant les périodes difficiles.
  6. Le 5 juin 2015, la Grèce ne rembourse pas le FMI. Le risque du défaut du pays sur sa dette est désormais élevé ce qui aurait d’énormes implications pour la DB.
  7. Week-end du 6 et 7 juin : les 2 CEO de Deutsche Bank annoncent à la surprise générale leur départ. Soit un mois seulement après que l’un d’entre eux ait reçu des « pouvoirs spéciaux ». Anshu Jain sera le premier à partir à la fin de ce mois de juin tandis que Jürgen Fitschen suivra en mai prochain.
  8. 9 juin 2015 : Standard & Poor’s abaisse la note de Deutsche Bank à BBB+ soit seulement 3 crans au-dessus de « junk » (actif pourri). Soit une note inférieure à celle accordée par Fitch à Lehman il y a 7 ans alors que la banque avait mordu la poussière à l’époque dans les 3 mois.

Voici ce que nous savons. Quelle est la gravité de la situation ? Nous l’ignorons car nous n’avons pas le droit de savoir. Mais ces nouvelles n’émanent pas d’une société saine.

Quelle est l’exposition de la Deutsche Bank ?

Le problème de la Deutsche Bank, c’est que son secteur bancaire conventionnel (agences) ne génère pas de bénéfice significatif. Pour conserver ses marges, elle a dû prendre plus de risques que ses pairs.

Deutsche Bank repose sur 75 trillions de dollars de paris sur les produits dérivés ce qui représente 20 fois le PIB allemand. La DB fait même mieux de 5 trillions que la JP Morgan.

Avec une telle exposition, des mouvements relativement limités peuvent engendrer des pertes catastrophiques. La Grèce est au bord du défaut, l’annonce de faillites n’est pas de l’ordre de l’impossible. (…) L’histoire ne se répète pas mais elle rime et sur les marchés, cela a tendance à se passer tous les 7 ans.

deutsche-bank-produits-derives