Tags Posts tagged with "Limites"

Limites

0
Banque du Japon à Tokyo

Acheter des obligations, voire même les marchés actions via les ETF c’est bien, mais combien de temps cela pourra-t-il durer jusqu’à ce que les limites des banques centrales soient atteintes ? Ray Dalio, de Bridgewater, a fait le calcul pour nous, comme le rapporte cet article de Zero Hedge.

limites-banques-centrales

Après avoir passé en revue toute une série de graphes de Deutsche Bank qui montrent que les banques centrales sont « au bout du chemin », le papier du média financier iconoclaste américain plonge au cœur du sujet :

« Ok très bien, les banques centrales arrivent « au bout du chemin », mais elles sont également terrifiées à l’idée de retirer le sparadrap. Celui-ci a permis d’installer un équilibre instable dans le système ; d’un côté les banques centrales reconnaissent qu’elles doivent transmettre le témoin de l’impulsion de la croissance aux gouvernements, mais d’un autre côté elles sont terrifiées à l’idée d’apporter toute modification au statu quo vu qu’elles savent pertinemment qu’elles pourraient effacer du jour au lendemain ces 7 années « d’effet de richesse ».

Combien de temps va durer cette comédie ?

Si nombreux sont ceux qui seraient tentés de dire « indéfiniment », ce n’est pas vrai. Car pour toute obligation, part d’ETF ou action acheté par un banquier central, le jour arrivera où soit ils auront acheté l’intégralité du marché, soit ils l’auront tellement acheté qu’ils auront complètement déstabilisé le bon fonctionnement des marchés des capitaux (voir à ce titre les douzaines de hedge funds qui ont mis la clé sous le paillasson ces dernières années).

Heureusement, dans une analyse récente, Ray Dalio de Bridgewater s’est posé cette question précise, et mieux encore, il nous fournit la réponse quant à savoir combien de temps il reste à la BCE et à la BoJ avant d’atteindre les limites de leurs programmes existants.

Comme le montre le graphique ci-dessus, en admettant que les programmes actuels suivent leur cours sans modification, la BCE et la BoJ, à savoir les 2 banques centrales qui monétisent le plus la dette aujourd’hui, pourront poursuivre respectivement pendant 8 et 26 mois leur stratégie avant d’atteindre ses limites.

Cependant, si ces programmes devaient être étendus, par exemple en élargissant l’éventail d’obligations pouvant être achetées ou en achetant les marchés actions encore plus agressivement, ce délai serait allongé. La réponse finale est de 66 mois, soit un peu plus de 5 ans et demi pour la BCE si elle parvenait à balayer l’opposition politique l’empêchant de faire l’acquisition de l’intégralité du marché obligataire européen et de 20 % des marchés actions. Pour la banque du Japon, ce délai passe à 48 mois, soit 4 ans.

Ce qui signifie que les investisseurs, qui se sont déjà arraché tous les cheveux de la tête pour avoir participé à des marchés planifiés centralement qui n’ont plus aucun sens, pourraient devoir prendre leur mal en patience car cette folie pourrait encore durer 4 à 5 années supplémentaires…

0
or

Article de Turd Ferguson, publié sur le site TF Metals Report (11 décembre 2015) :

« Le CME Group vient de notifier la CFTC, sans sortir les tambours et trompettes, qu’elle va mettre en place des limites sur les mouvements quotidiens des métaux précieux du Comex. Ces limites seront implémentées à partir du lundi 22 décembre 2014.

Ces limites de mouvement ne sont pas exceptionnelles. Sur les marchés des matières premières, elles sont en place depuis longtemps pour limiter les fluctuations journalières des céréales. Sur les futures du S&P, ces limites existent également depuis des années ; elles avaient été notamment mises en place en raison du crash de 1987.

Cependant, l’intégration de telles limites pour les métaux précieux est, à ce que je sache, une nouveauté. Il est également intéressant de constater que ces limites sont mises en place seulement maintenant, alors que l’or et l’argent sont à leur plus bas. N’aurait-il pas été plus judicieux de les mettre en place au 1er mai 2011, ou au 15 avril 2013 ? Ce timing ne peut que déboucher sur une grosse interrogation : pourquoi maintenant ?

D’après le mémo S-7258 (consultable dans la source de l’article), la cotation de l’or sera désormais interrompue pendant 5 minutes après tout mouvement quotidien de 100 $ par rapport à la clôture précédente. Cette même interruption de cotation aura lieu pour l’argent après un mouvement de 3 $. Sur base des cours actuels, cela correspond à une fluctuation de respectivement 8 et 17 %. Il s’agit de gros mouvements quotidiens, qui semblent inatteignables durant un tel laps de temps. Alors pourquoi la CME a choisi ce moment en particulier pour mettre en place ces limites ? Que savent-ils que nous ignorons ? De quoi ont-ils peur ?

L’explication est peut-être la suivante… Nous attendons tous que les banques soient forcées de sortir des marchés des matières premières. Grâce à leur puissance de feu, les banques dominent les marchés des métaux précieux en plafonnant les cours; c’est donc elles qui font la loi sur ces marchés. Sans leur influence, le métal papier pourrait fluctuer librement. Ce jour se rapproche-t-il plus vite que nous le pensons ? Il y a 2 semaines, des cadres de Goldman, Morgan Stanley et JP Morgan ont été passés sur le grill par le comité du Sénat américain à propos de leur « contrôle des matières premières physiques et des activités économiques associées. »

Cet événement annonce-t-il la fin de la mainmise des banques sur les marchés de l’or et de l’argent, qu’elles contrôlent actuellement ? Peut-être. Nous ne pouvons que l’espérer. »