Tags Posts tagged with "Minières"

Minières

0
lingot d'or

La prochaine crise se rapproche. L’examen du comportement du Gold et des minières en 1929 et en 2008 est riche d’enseignements et permet de dresser une stratégie, un an après la première hausse des taux de la Fed.

Nous connaîtrons bientôt de graves problèmes avec le dollar américain. Je m’attends à voir certains secteurs gagnés par l’inflation, d’autres par la déflation. Sur la scène mondiale, tout pourrait arriver, y compris une véritable crise monétaire.

L’effondrement économique se déroulera en plusieurs étapes, parce que la marge de manœuvre des banques centrales se réduit à un canal très étroit.

La Fed n’a pas relevé les taux en 2010 ni en 2011, au moment où elle aurait dû oser prendre le taureau par les cornes et remédier à la situation. A présent, alors que l’économie mondiale vacille au bord d’une crise majeure, la Fed ne peut plus réduire les taux pour booster l’économie. Même si le remède classique de la Fed consistant à réduire les taux a déjà fonctionné, la bouteille de ce remède de charlatan est presque vide.

Outre la Fed, d’autres banques centrales dans le monde sont dans une situation encore pire. Beaucoup d’entre elles ont participé à l’expérience ratée des taux d’intérêt négatifs. On ne peut donc attendre aucun secours de leur part.

Tout cela va accroître l’importance des special drawing rights (SDR), c’est à dire la monnaie mondiale, et de l’or comme outils possibles pour amortir le prochain effondrement. A mon avis, beaucoup de pays utiliseront les SDR comme moyen de se protéger — et certainement les Etats-Unis.

Dans son dernier livre (qui avait correctement prévu la victoire de Trump),  Nouveau plaidoyer pour l’or, Jim Rickards explique les options possibles du FMI pour contrer la prochaine crise et surtout les moyens que vous avez, vous, d’en profiter en anticipant ces mouvements.

Mais, que nous reste-t-il à nous, simples mortels qui ne sommes pas branchés à la banque centrale? Notre meilleure option est l’or.

Comportement de l’or en 2016 après la première hausse des taux de la Fed

En décembre 2015, la Fed a relevé les taux d’intérêt d’un quart de point. D’une façon ou d’une autre — et il existe de nombreux points de vue sur ce sujet — ce mouvement de la Fed a déclenché le rallye du prix de l’or et des valeurs minières constaté cette année.

Voici un graphique montrant l’évolution de la valeur sur l’année du London gold fix ainsi que les moyennes mobiles. Après la hausse par la Fed en décembre dernier, la moyenne mobile sur 200 jours est montée à partir de février et n’a depuis cessé son ascension :

year_gold_london_fix

Tout au long de l’année 2016, l’or a profité du choix de la Fed d’élever très légèrement les taux en décembre 2015. Toutefois, ce choix a fait vaciller le marché boursier. A présent, nous pouvons nous attendre à ce que le marché réagisse de la même façon. La Fed fait tout ce qu’elle peut pour nous préparer à une autre hausse des taux en décembre 2016. Nous nous attendons à ce que cela déclenche à nouveau une réévaluation de l’or, ou la première étape de l’effondrement financier.

C’est pourquoi il est important que vous compreniez comment le prix de l’or varie à chaque étape.

Si vous parvenez à évaluer à quelle étape de l’effondrement économique nous en sommes, alors vous pourrez prédire ce qui arrivera à l’or. Ceci est tout particulièrement important au cours des premières phases d’accélération et de transmission.

Les étapes de l’avènement de l’or

Remontons loin dans l’histoire, et prenons l’exemple des années 1920 et 1930 — le boom des « années folles » suivies de la crise de 1929.

Ci-dessous, un graphique montre l’indice Dow Jones, qui représente la valorisation des grandes entreprises cotées de l’époque, comparé au cours du titre Homestake Mining Co., qui représente l’or :

homestake_mining

Créés tous deux au milieu des années 1920, le Dow et le titre Homestake ont connu une tendance haussière. Puis tous deux subirent une forte baisse au cours du krach de 1929. Après cela, le Dow continua à baisser tandis que Homestake / l’or remontèrent. Après une courte période de consolidation, Homestake retrouva rapidement son ancien plus haut puis s’envola. Il enregistra une forte ascension de 1929 à 1936, doublant trois fois au cours de cette période.

Appliquons à présent cet exemple des variations de l’or pendant un effondrement.

En bref, nous aurions une liquidation de marché. Certains vendront des actions dans pour tenter de minimiser les pertes. D’autres vendront probablement de l’or et des actions minières de bonne qualité parce qu’ils veulent concrétiser leurs gains latents et que l’or est liquide. Il faut s’attendre à ce que l’or se réévalue à la hausse comme à la baisse au gré des marchés.

La réévaluation va empirer encore lorsque la pente descendante s’ouvrira sur un abîme de pertes. Les gens seront frappés par des appels de marge. L’effet de levier deviendra un outil dangereux qui entraînera à la faillite nombre de détenteurs de compte. La liquidité diminuera. L’or et les actions se vendront sans doute plus encore au rabais mais finiront par atteindre un plancher. Pourquoi ? Parce que l’or possède une valeur inhérente — « l’or c’est de l’argent » — qui domine le désir de vendre, vendre, vendre. Par conséquent, alors que le marché chutera, l’or et les meilleures minières monteront.

Cette ruée vers les issues de secours va passer d’un marché à l’autre puis à un autre, et ainsi de suite. Tout le monde voudra récupérer son argent mais commencera à se rendre compte que ce n’est pas possible. A la recherche d’un semblant de sécurité, tout le monde se tournera alors vers l’or et les valeurs minières robustes.

C’est ce qui arrive lorsque les gens paniquent. Ils vendront tout ce qu’ils pourront. C’est à ce moment que vous devrez avoir des liquidités disponibles qui vous permettront d’acheter de l’or et des minières de bonne qualité pour une somme minime. Aussi étrange que cela paraisse, l’or et les minières de bonne qualité commenceront à remonter.

Les gens détestent les marchés, ils détestent les actions, ils détestent les entreprises et les équipes de management. Il sera quasiment impossible de se débarrasser d’actions de beaucoup d’entreprises. C’est alors que l’or et les minières renaîtront de leurs cendres.

Par moments, des banquiers et des responsables politiques parviendront « avec succès » à stopper l’avancée de la catastrophe financière. Ils ne feront ainsi que repousser le problème dans le futur et ne s’attaquent pas à la racine du mal. Cela signifie que, au final, nous avons une forte probabilité d’implosion.

Lorsque cela arrivera, vous devrez posséder de l’or. Ce sera l’un des premiers actifs à rebondir – recherchez les gains de l’or.

L’or reprend plus rapidement après l’effondrement

A un certain stade, l’économie commencera à reprendre. Selon moi, ce ne seront ni les banquiers ni les responsables politiques qui en seront à l’origine. Ce seront les forces naturelles du marché qui mettront de l’argent dans des idées où il y a des perspectives de croissance et de rendement.

L’histoire montre que l’or est le premier actif à reprendre. C’est pourquoi il est important de détenir du cash pour pouvoir acheter de l’or lors de la chute des prix au cours des étapes de propagation de l’effondrement et d’irrationalité.

Penchons-nous sur la crise de 2008. Le graphique ci-dessous montre le ratio du S&P 500 par rapport au prix de l’or. Le tracé bleu montre combien d’onces d’or il fallait pour acheter le S&P 500 à un mois donné. Cela signifie que lorsque le tracé baisse, l’or donne plus de pouvoir d’achat en actions, parce que moins d’onces sont nécessaires pour acheter le S&P 500 :

sp_500_to_gold_ratio

En étudiant ces dix dernières années, on peut voir que le pouvoir d’achat de l’or par rapport au S&P 500 a connu un pic en 2011. Depuis la vente massive de 2008 (au cours des étapes d’accélération et de propagation), l’or a atteint un plus bas à 725,8 dollars l’once. Toutefois, l’or est passé à 1 809,9 dollars l’once en septembre 2011. C’est là un gain de 150% en trois ans.

Pour voir la performance du reste du marché, revenons au Dow comme représentatif du marché actions. Au cours de la même période, le Dow Jones Industrial Average (DJIA) n’a regagné que 36%. C’est pourquoi il vous faudra avoir du cash disponible pour acheter de l’or lorsque tout le monde sera obligé de vendre.

En plus de ce schéma historique, les fondamentaux de l’or sont solides, alors que nous savons que les actions sont en ce moment surgonflées. Cela signifie que lorsque les actions chuteront, elles le feront probablement plus qu’en 2008. Toutefois, je ne pense pas que l’or chutera beaucoup avant de trouver son niveau plancher.

Ensuite, lorsque l’effondrement sera freiné et que la reprise recommencera, l’or (et l’argent-métal) sera l’un des premiers actifs à rebondir.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit.

Article de Byron King via les publications Agora.

1

Interview de John Embry du 9 février 2016 sur KWN : 

« Je pense que la tournure des événements nous donne raison. Les banques centrales qui ont piloté les marchés pendant bien trop longtemps finissent enfin par manquer de munitions. Durant ces 30 dernières années, à chaque fois que nous avons connu une crise la réponse des banques centrales fut de desserrer la vis monétaire mais ce qui est plus grave, c’est qu’elles ont empêché l’annihilation des investissements hasardeux et des créances douteuses car cela n’aurait que révélé la nature de fosse septique des banques commerciales.

Après le crash de 1987, la bulle Internet de 2000 et la crise de 2007-2009, les injections de liquidités furent à chaque fois plus importantes et les taux d’intérêt plus bas mais je vous le dis clairement : les limites de cette horrible expérience monétaire ont été atteintes.

Désormais, les taux négatifs sont en vigueur dans la plupart des nations industrialisées. Ils s’appliquent à des dizaines de trillions de dollars de dettes qui ne seront pas remboursées ou alors en monnaie sans valeur dévaluée par l’hyperinflation. Quel individu sain d’esprit pourrait vouloir détenir de tels actifs papiers poubelle qui sont émis afin de maintenir le Ponzi que nous appelons aujourd’hui le système financier mondial ?

Les obligations risquées se sont déjà détricotées, les obligations d’entreprises commencent à suivre dans leur sillage mais la crise ne s’intensifiera vraiment que lorsque la dette souveraine sera évaluée sur la base de ce qu’elle vaut réellement. Un observateur futé a récemment déclaré que 2016-2020 sera une période de défauts souverains. Je ne peux qu’être entièrement d’accord.

Les Etats-Unis, par exemple, ont une dette de 19 trillions plus ou moins 6 trillions qui ne sont pas comptabilisés, sans parler de ses 100 trillions d’obligations non provisionnées, ce qui fait de ce pays la nation la plus endettée par habitant du monde. C’est pourtant le pays qui émet la monnaie de réserve, la monnaie papier la plus forte. Cependant, certains investisseurs semblent se réveiller : la véritable monnaie, l’or et l’argent, sont achetés agressivement.

Les métaux précieux ont le vent en poupe mais surtout les minières

Vendredi dernier fut une journée intéressante. Juste après la publication des chiffres de l’emploi américain, le cours de l’or chuta au Comex d’environ 15 $ mais cette fois, le métal jaune a terminé la session en ayant remonté de 30 $ tandis que cette vigueur s’est poursuivie le lundi ainsi que durant une partie de ce mardi. Je pense que cela représente un changement à la fois de sentiment et de dynamique du marché. Plus important encore, l’index des minières or HUI a explosé de plus de 50 % en un peu moins de deux semaines.

Comme vous le savez, j’ai géré des fonds spécialisés dans les métaux précieux pendant des années durant ma jeunesse, il m’est arrivé d’engranger des gains de plus de 100 % en moins d’un an à quelques reprises. Cependant, la hausse récente est peut-être la dynamique la plus explosive à laquelle j’ai assisté durant ma carrière. Comme je l’ai dit à de nombreuses reprises avant le début de cette hausse, les actions n’ont jamais été si bon marché par rapport à l’or. Il y aura évidemment des corrections pour l’or, l’argent et les minières mais à partir de maintenant il faut être à l’achat. »

0

rick-rule-or-SprottRick Rule, à l’occasion de sa dernière interview sur King World News, est arrivé avec la meilleure nouvelle pour l’or qu’il ait apprise durant ces 3 dernières années.

Rick Rule : « je voudrais partager quelque très bonne nouvelle avec les lecteurs de KWN, qui devraient apporter une lueur d’espoir à tous ceux qui possèdent de l’or et de l’argent. La première bonne nouvelle concerne notre fonds mutuel Sprott : pour la première fois depuis longtemps, nous avons plus de dépôts que de retraits. Pour la première fois depuis 3 ans, nous ne faisons pas face à une décollecte.

La seconde bonne nouvelle, c’est que nous venons de signer un accord de partenariat avec une société minière d’État gigantesque en Chine. Cela montre que le gouvernement chinois est toujours désireux d’investir dans le secteur minier.

La 3e bonne nouvelle, c’est que nous allons probablement signer un accord similaire d’ici la fin de l’année avec un autre investisseur asiatique. Une autre preuve que ce continent souhaite investir dans les projets miniers d’avenir.

À l’occasion de la Mines et Money Conference de Londres, j’ai eu l’occasion de m’entretenir avec beaucoup de participants. Si je ne peux pas affirmer que c’était l’euphorie qui régnait, je peux dire que les acteurs majeurs du secteur ont reçu beaucoup d’attention de la part d’investisseurs prêts à mettre la main au chéquier.

Nous avons également visité nos plus gros clients de la City à Londres. Nous avons été écoutés de façon très attentive, et tout le monde semble s’accorder sur le fait que les minières junior ont un très bel avenir devant elles. Pour toutes ces raisons, je suis beaucoup plus optimiste qu’il y a 6 semaines.

Certes, le sentiment reste très négatif pour l’or. Mais nous sommes en quelque sort dans la même situation qu’en 1975. Après un déclin de 50 %, tout le monde annonçait la mort du métal jaune. Il s’en était suivi une explosion du cours de 850 %. Il s’agissait donc d’une période de correction intégrée dans un marché haussier à plus long terme. Je reste donc très optimiste pour l’or. Je préfère en posséder et attendre que me retirer.

0

coût de production de l'orTandis que le cours de l’or plongeait au début de l’année 2013, les sociétés minières faisaient face en même temps à des coûts opérationnels plus élevés pour leur production d’or. Ces entreprises se retrouvent donc sur le fil du rasoir, avec des marges très minimes sur chaque once extraite des entrailles de la Terre.

Le coût de production d’une once d’or, en moyenne, se situe entre 1100 et 1250 $. Certains producteurs obtiennent des coûts très raisonnables, tandis que d’autres produisent le métal à un prix plus élevé que son cours.

Lorsque le métal jaune a dépassé la barre des 1900 $ l’once à l’automne 2011, la plupart des gens pensaient que cette hausse subite leur rapportait énormément d’argent. Pas vraiment, d’après Peter Gray, manager de Headwaters MB, une banque d’investissement situé aux États-Unis.

« La plupart des gens pensaient qu’à 1600, 1800 et 1900 $ l’once, les compagnies minières qui produisent de l’or faisaient des bénéfices monstres. Mais la réalité, c’est que les coûts ont augmenté de façon si significative que les marges sont aujourd’hui très étroites, » déclare Gray.

« 1300 $, ce n’est pas tenable. À long terme, je pense qu’il est bon que cette correction ait eu lieu, mais pour le futur immédiat de l’or, il va y avoir des changements systémiques qui va avoir des conséquences sur l’environnement de ce prix, c’est sûr. »

Production d’or : évaluer au cas par cas

Il faut cependant évaluer la situation au cas par cas, société par société, mine par mine, déclare quant à lui Brent Cook, géologue et auteur d’une newsletter sur les minières, Explorations Insisghts. « À 1300 $ l’once, il y a encore beaucoup de mines qui sont dans le vert. »

« Cependant, le problème, c’est que pour chaque once qui est vendue, il faut trouver de nouveaux gisements. »

Le problème, c’est aussi que très peu de sociétés minières publient un coût de production « tout inclus ». Ce nouveau standard tente d’être imposé petit à petit via le World Gold Council. (…)

Après la publication des résultats 2013 des producteurs d’or, le message que l’on entend retentit à l’unisson : il faut abaisser les coûts. Malgré ces mesures, toute baisse supplémentaire du cours de l’or pourrait avoir des conséquences catastrophiques pour les mines qui sont péniblement à l’équilibre, voire déjà en pertes.

Rohit Savant, analystes matières premières senior pour le CPM Group, estime que même si le métal jaune devait un peu baisser, cela ne signifierait pas immédiatement la panique chez les minières.

« Si le cours devait descendre à 1280 ou 1260 $ l’once, ce qui reste une possibilité si le seuil support des 1340 $ est franchi, cela n’affecterait pas beaucoup l’offre. Les sociétés minières contrôleraient alors leurs coûts de façon encore plus sévère. Tout dépend de la durée de ce niveau. Avant de baisser la production, les minières ont l’habitude d’attendre un peu de voir comment les choses évoluent. On ne ferme pas une mine du jour au lendemain parce que le cours a baissé. »

L’avenir n’est pas si noir

Pour Peter Gray, malgré la situation, l’avenir n’est pas si noir pour l’or.

« C’est une question de perspective et de perspectives pour les marchés. Si on prend en compte que l’or est passé de 1900 à 1300 $ en peu de temps, c’est un désastre. Ce prix n’est pas tenable. La réalité, c’est que si on regarde à terme, l’or est un actif qui a un énorme potentiel de hausse. »

D’après Bergeron, les sociétés minières s’étaient préparées à de telles fluctuations lorsque le cours était à 1900 $, si bien qu’elles sont capables d’encaisser le choc pendant un moment.

Cependant, alors que l’embellie n’est pas encore en vue, Cook estime qu’il s’agit d’une excellente opportunité pour investir dans les quelques projets à gros potentiel, qui rapporteront dans un an ou 2.

Source : traduction parcellaire de l’article d’Alex Létourneau publié sur Kitco