Tags Posts tagged with "Modi"

Modi

0
collier en or en Inde

Dans un article précédent, nous avons clairement réfuté l’idée selon laquelle l’Inde se serait engagée dans une guerre totale contre l’or, bien qu’elle continue d’être véhiculée ici et là. Aux faits que nous avons avancés vient s’ajouter cette nouvelle importante : l’Inde est en train de considérer l’abaissement de ses droits de douane sur le métal jaune. De plus, comme l’explique Stewart Thomson (source), les politiques de croissance de Modi ne peuvent être à terme que positives pour l’or, un pouvoir d’achat en hausse des Indiens ne pouvant en effet que doper la demande, dans un pays où l’or est une seconde religion :

Je reçois des e-mails de la communauté des investisseurs dans l’or, qui s’inquiètent d’une guerre menée contre le métal jaune par le gouvernement indien. Il s’agit d’une réalité, mais jusqu’à un certain degré. N’oubliez pas non plus que tous les gouvernements préfèrent la dette et l’argent papier à l’or.

Pouvoir d’achat en hausse = achats d’or en hausse

L’or donne le pouvoir aux citoyens, tandis que la dette et l’argent papier permettent au gouvernement de s’ériger en tant que sauveur de la population. En tant qu’investisseur professionnel, je pense que l’obsession de Narendra Modi, qui est le Premier Ministre indien, est de faire de l’Inde ce que l’on pourrait appeler une énorme usine à croissance.

Les libertés individuelles ne semblent pas importantes aux yeux de Modi. Il se concentre sur la création d’une croissance à deux chiffres, et par extension, la création d’une énorme classe moyenne.

Modi est clairement en faveur de l’adage « la fin justifie les moyens », mais je ne pense pas que ce soit négatif pour l’or, sauf peut-être à très court terme.

À terme, les actions de Modi sont très positives pour doper la demande d’or. Car tout simplement, lorsque les revenus de la population augmentent, celle-ci peut acheter davantage de métal. Une partie est achetée sur le marché officiel, l’autre via le marché noir.

Baisse des droits de douane sur l’or envisagée

Les perspectives à court terme pour les investisseurs indiens qui privilégient l’or se présentent également bien. Dans cet article de Bloomberg, on apprend que l’Inde envisage d’abaisser les droits de douane sur l’or de 10 à 6%. Le gouvernement Modi deviendrait ainsi enfin cohérent : s’il souhaite combattre le marché noir, y compris celui de l’or, rien de tel que de baisser ces droits de douane, qui avaient été relevés par trois fois en 2013. Cette année, on estime que l’or de contrebande présent en Inde représente environ 20% du métal jaune qui y est importé. On devrait savoir, d’ici au budget de février, si le ministère des Finances indien annonce cette baisse des droits de douane.

0
Harmandar Sahib Or Inde

Comme nous l’avons vu dans les précédents articles, chez nous aussi, les autorités aimeraient tenter une grande expérience monétaire similaire à celle de l’Inde.

Comment enfermer des bipèdes dans un système monétaire entièrement contrôlé par l’Etat ?

En Inde, ces bipèdes sont suspicieux de la monnaie d’Etat elle-même, la roupie. Peut-être que notre vieille expression française de « roupie de sansonnet » pour désigner une valeur insignifiante vient de là. Dès qu’ils le peuvent, les Indiens se débarrassent de leurs roupies en achetant de l’or pour thésauriser.

Dans sa grande bienveillance et son omniscience, l’Etat, pour contrer cette détestable habitude, taxait lourdement l’importation d’or. Mais cela ne dissuadait pas le recyclage du papier en or.

Signalons une autre initiative intéressante récemment mise en place : des emprunts d’Etat à remboursement du principal garanti en or. Le fonctionnement est le suivant : vous apportez votre or, on vous remet un titre d’Etat rapportant un rendement sur une certaine durée. A échéance de cette obligation d’Etat vous avez une garantie de pouvoir retrouver la même quantité d’or que ce que vous aviez apporté. Mais les bipèdes indiens — décidément rétifs — n’ont pas mordu à cet hameçon doré tendu par leur bon gouvernement.

Avertissement aux lecteurs ne pratiquant pas l’ironie : le paragraphe suivant contient de l’humour. Inutile de m’envoyer un déluge d’e-mails pour exprimer toute votre indignation…

Mais reprenons :

Comment, donc, drainer l’épargne dans les banques afin de pouvoir « fabriquer de la croissance » comme les pays développés quand l’économie tourne avec du cash et quand l’épargne préfère se diriger vers l’or plutôt que vers les emprunts d’Etat ?  Drainer l’épargne : étape indispensable pour devenir une grande puissance économique grâce aux immenses bienfaits d’une politique keynésienne qui saura mieux que 1,3 milliard de crétins quoi faire de l’argent que ces mêmes crétins ont su gagner et veulent épargner ?

Oui, l’Inde affiche une croissance annuelle de 7,3% et les Indiens n’ont pas l’air de vouloir gonfler une bulle de crédit. Mais pourquoi respecter leur choix ?

Première étape : démonétiser les billets les plus utilisés, ce qui oblige les gens à se diriger vers une banque pour (au pire) échanger leurs coupures contre les nouvelles et (scenario idéal) ouvrir un compte en banque car il n’y a pas assez de nouveaux billets disponibles.

Deuxième étape : taxer l’or (encore !)

Troisième étape : recourir à la force brutale (mais légale). Envoyer des agents du fisc pour prendre l’or. Pour un bon résumé de la situation, vous pouvez lire ce texte (en anglais) de l’éditorialiste indien Mihir Sharma, publié sur Bloomberg : « Message à Modi : arrêtez de nuire ».

Mais les cobayes résistent encore, voyez-vous…

161207_evolution

Source Gold-Eagle

Voilà qu’ils se tournent vers l’argent (je parle du métal).

En 2011, 78% de l’épargne des Indiens était en or mais avec les taxes à l’importation, les gens se sont tournés vers l’argent…

Les manœuvres stupides du gouvernement Modi vont probablement réussir à faire monter les cours de l’argent en accélérant la bascule.

Et vous, comment vous préparez-vous à résister aux manœuvres spoliatrices de notre propre gouvernement : mise hors la loi progressive du cash, lois Sapin, loi de résolutions bancaires ?

Nous avons des idées sur la question…Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

Article de Simone Wapler, des Publications Agora.

0
crash du PMI indien

Alors que les Indiens payent encore un lourd tribut à la décision sans précédent du gouvernement de retirer subitement de la circulation les billets de 500 et de 1000 roupies, une nouvelle conséquence fâcheuse, en plus du désordre social, se manifeste désormais : l’activité économique telle que mesurée par le PMI composite indien vient de s’effondrer de plus de 6 points !

Mais ce n’est pas tout. « Mieux » encore, le plan radical de démonétisation de Modi vient de présenter une nouvelle faille, à savoir l’erreur d’appréciation du Premier ministre indien quant à la quantité de billets qui retournerait dans le circuit officiel.

D’après cet article de Bloomberg, le gouvernement indien avait estimé qu’environ 1/3 de la masse monétaire annulée disparaîtrait de la circulation. Les billets annulés représentent un montant total de 15,3 trillions de roupies, or au 3 décembre 12,6 trillions de roupies avaient déjà été déposés sur des comptes en banque. Cela signifie que tout ce cirque n’aura servi strictement à rien, si ce n’est tirer une balle dans le pied économique du pays. Enfin, à rien, pas tout à fait : la population a perdu confiance en la monnaie papier, ce qui pourrait la pousser à utiliser davantage les services bancaires électroniques. La guerre contre le cash est bien mondiale et permanente.

1
collier en or en Inde

Après avoir retiré de la circulation les billets de 500 et 1 000 roupies pratiquement sans préavis, des rumeurs font état d’une éventuelle interdiction de l’importation d’or en Inde. Cette décision, si elle devait être prise, bien qu’elle nous semble très peu probable, serait le plus gros tremblement de terre sur le marché de l’or depuis Nixon comme l’explique Nigam Agora dans cet article publié sur MarketWatch.com (24 novembre 2016) :

« En août 1971, le président Nixon choquait la planète entière en annonçant la fin de l’étalon change or pour le dollar. Le billet vert reposait sur le principe de l’étalon change or depuis les accords de Bretton Woods de 1944. Le prochain tremblement de terre pour les investisseurs de l’or, 45 ans après l’annonce de Nixon, pourrait se profiler à l’horizon. Ce tremblement de terre, c’est l’interdiction potentielle de l’importation d’or en Inde. Si cela devait se produire, on pourrait assister à une baisse de l’once de 200 $ en une seule journée.

Mais pour comprendre cette évolution hypothétique, il est important de saisir ce qui s’est passé récemment en Inde. Lisez lentement les mots suivants : la véritable raison de la baisse récente du cours de l’or, c’est l’Inde et non Trump. Avant d’expliquer l’énormité d’une telle interdiction, commençons par examiner les graphiques du cours de l’or.

Débutons par l’observation du graphique des contrats à terme or le soir de l’élection. Le graphique montre comment les ventes motivées par Modi ont dépassé les achats motivés par Trump. Le rallye naissant fut tué par un dollar en hausse.

baisse-or-inde

Penchons-nous désormais sur le graphique mensuel de l’or du populaire GLD :

or-spot-inde

Veuillez noter que, d’après ce graphique, durant le rallye de 2016 l’or n’a même pas atteint les retracements de Fibonacci de 38,02 % durant la baisse du plus haut de 1 904 $ au plus bas approchant les 1 000 $. C’est l’indicateur d’une faiblesse. En ce moment, le rallye de l’or de 2016 doit être considéré comme une contre-tendance et non comme le démarrage d’un nouveau marché haussier. Cette conclusion sera invalidée seulement si l’or progresse pour dépasser les retracements de Fibonacci de 38,2 % indiqué sur le graphique. Des conclusions similaires, après ajustements raisonnables, peuvent être tirées des graphiques de l’argent (SLV) et des minières or.

Le graphique montre également jusqu’où l’or pourrait baisser si l’Inde devait bannir l’importation d’or, ainsi qu’une zone de support forte qui constituerait le dernier plus bas majeur de l’or. Cependant, en cas de baisse abrupte, la zone de support indiquée a de grandes chances d’être franchie. Cela s’explique par le fait que les traders moins expérimentés auront défini leurs stops juste en dessous du niveau de support. Les algorithmes « à la recherche de chair fraîche » utilisés par les professionnels massacreront simplement les stops pour pousser le prix encore plus bas.

Les importations indiennes d’or sont importantes

En moyenne, l’Inde importe environ 700 tonnes d’or par an. C’est énorme. Une réduction violente de la demande de cette magnitude, en cas d’interdiction des importations, serait un choc majeur pour le marché de l’or.

Que faire ?

Du côté de l’Arora Report, nous avons eu vent de la rumeur très tôt. Nous l’avons prise au sérieux et l’avons incorporée à nos modèles qui nous ont donné le signal de vente pour l’or juste après l’élection présidentielle américaine. Cependant, en tant que société à la réputation établie disposant d’un grand nombre de lecteurs et désireux de ne pas colporter la rumeur, nous n’en avons pas parlé.

Même si la majorité des médias du monde occidental continuent d’ignorer cette évolution éventuelle majeure, nous avons suffisamment confiance en nous pour désormais publier la nouvelle. Voici pourquoi :

  • Tout d’abord, les primes sur l’or vendu actuellement en Inde ont bondi de 12 $ de l’once pour atteindre leur plus haut niveau depuis novembre 2014. Nous estimons qu’il s’agit d’une preuve tangible que la rumeur persiste et qu’elle affecte le prix de l’or.
  • Deuxièmement, l’Indian Bullion & Jewellers Association a informé ses membres qu’elle entend des rumeurs en provenance de certains cercles concernant la possibilité d’une interdiction de l’importation d’or. Corroborant nos informations précédentes, la nouvelle est désormais publique.
  • Troisièmement, les médias sociaux en Asie font le buzz avec ces rumeurs.

En ce moment, il est très important pour les investisseurs de l’or de suivre de près des sources bien informées en Inde et de rester sur le qui-vive, à l’affût de tout signe susceptible de confirmer cette éventualité. (…) »

Une telle nouvelle ne serait évidemment pas bonne pour le métal jaune. Cependant, si elle devait se matérialiser (ce dont nous doutons très fortement), croire qu’une partie importante de ces importations ne serait pas compensée par de l’or de contrebande est au minimum naïf. Il suffit de se rappeler l’explosion du trafic d’or en Inde après le relèvement des droits de douane sur le métal jaune. Dans un pays où l’économie au noir règne en maître, une telle décision fournirait une excellente excuse pour massacrer une nouvelle fois le cours de l’or. En revanche, l’impact sur la demande serait bien moins limité que suggéré par l’auteur.

1
Harmandar Sahib Or Inde

Il y a quelques semaines, nous vous annoncions les efforts (vains) de l’Inde afin de tenter de réduire les achats d’or de sa population ou encore de la convaincre de déposer son or en banque contre le paiement d’intérêts. N’importe qui connaissant quelque peu le marché de l’or en Inde pouvait prédire le fiasco qui est en train de se dérouler. Comme l’annonce Reuters, au 19 novembre dernier le plan de monétisation de l’or du premier ministre Modi a récolté… 400 grammes :

« Le plan de monétisation de l’or, lancé en fanfare par le premier ministre indien Narendra Modi il y a deux semaines, n’a récolté jusqu’à présent que 400 grammes. C’est ce qu’un officiel du secteur a déclaré jeudi alors que la population indienne possède environ 20.000 tonnes d’or.

Modi exhortait les Indiens à déposer à la banque leur or conservé à la maison et dans les temples en offrant en contrepartie de paiement d’intérêts, élément qui faisait défaut aux plans similaires précédents. Le gouvernement a également lancé un produit de type or papier sous la forme d’obligations adossées à l’or.

Le manque de centres d’expertise de l’or déposé est un problème qui doit être résolu par le gouvernement, a déclaré Anil Sankhwal, président régional Nord de l’India’s Gem and Jewellery Export Promotion Council.

« Jusqu’à présent, seulement 400 g ont été déposés », a déclaré M. Sankhwal aux journalistes après s’être entretenu avec des officiels du ministère des Finances. « Le gouvernement a accepté de revoir le plan et d’inclure plus de centres d’expertise. »

Les Indiens sont fortement attachés à l’or et pas seulement en sa qualité de cadeau de mariage mais aussi en tant que façon de conserver sa richesse loin des yeux prédateurs du fisc.

C’est ce qui explique pourquoi, d’après les experts, il sera difficile de les convaincre de se débarrasser de leur métal pour le confier au système financier modeste de l’Inde et de le doper afin de promouvoir la croissance économique et créer des emplois dans le pays comme l’espère Modi.

Un officiel du ministère des Finances a déclaré que le gouvernement avait accepté d’augmenter le nombre de centres d’expertise et de raffineries impliquées dans le plan. Celui-ci comporte actuellement vingt-neuf centres d’expertise et quatre raffineries. Le nombre de centres va passer à 55 d’ici la fin de l’année, celui des raffineries à 20.

Une autre initiative, la production de pièces d’or indiennes de type Souverain, donne de meilleurs résultats. Les acheteurs ont acquis 6200 pièces Ashoka Chakra, qui arbore la roue à 24 branches que l’on trouve sur le drapeau indien et qui trouve ses origines dans le bouddhisme. »

En conclusion : la quantité ridicule de métal collecté est en partie expliquée par le nombre de centres d’expertise disponibles… 29 centres ont traité 400 grammes, le gouvernement indien espère des résultats en passant à 55. Dépasser le kilo ? Tout ça pour ça…