Tags Posts tagged with "Panique"

Panique

1
or physique

Après un début d’année en fanfare, l’or vient de reprendre sa marche en avant suite au résultat inattendu du référendum britannique. En livre sterling, l’or a été jusqu’à grimper de 19 % vendredi dernier alors que les autres classes d’actifs, obligations exclues, ont été fortement malmenées, comme nous l’apprend cet article de Bloomberg publié le 23 juin :

« L’or a connu sa hausse la plus importante depuis le pic de la crise financière mondiale de 2008 après que le Royaume-Uni ait voté en faveur de son départ de l’Union européenne, provoquant des remous sur les marchés et donnant un coup de fouet aux valeurs refuges.

Le métal jaune a grimpé jusqu’à 8,1 %. Les volumes sur les marchés à terme furent 2 fois plus importants qu’à l’accoutumée. Alors que la livre sterling s’effondrait face au dollar, l’or en livre sterling a clôturé en hausse de 14 % après avoir grimpé jusqu’à 19 %. Des sociétés minières comme Barrick Gold Corp. Et Newmont Mining Corp. ont fortement progressé.

« Les volumes échangés restent importants sur les marchés des métaux précieux, ce à quoi on pouvait s’attendre alors que les investisseurs souhaitent se départir du risque, » a déclaré Maxwell Gold, directeur de la stratégie d’ETF Securities, société spécialisée dans les ETF métaux précieux, dont l’or. « La focalisation globale devrait se repositionner sur les impacts à long terme du Brexit, ainsi que sur sa capacité à retarder la Fed » sur le relèvement de ses taux, a-t-il déclaré.

Des volumes sans précédent

Certains clients furent frustrés de ne pas être en mesure de finaliser leurs ordres dans les délais souhaités, alors que d’autres ordres plus massifs ralentissaient leurs transactions, a déclaré Naeem Aslam, analyste en chef des marchés de TF Global Markets, alors qu’il sortait du bureau pour prendre un café après avoir travaillé toute la nuit. Il a déclaré qu’il allait travailler durant le week-end afin de traiter le surplus de travail.

« Les volumes que nous avons vu la nuit dernière furent sans précédent, et c’est loin d’être terminé, » a déclaré Aslam. « Le téléphone n’a pas arrêté de sonner durant toute la nuit. Nous sommes suspendus au fil des actualités. » (…)

L’or pour livraison immédiate a grimpé de 4,9 % pour atteindre 1317,94 dollars l’once après avoir grimpé jusqu’à 1358,54 dollars, son plus haut niveau depuis mars 2014. Société générale avait déclaré que l’or pourrait atteindre les 1400 $ en cas de Brexit.

Beaucoup de fragilité

Depuis le début de l’année, l’or est désormais en hausse de 24 % alors que l’on s’attend à ce que la Fed maintienne ses taux peu élevés, ce qui affaiblit le dollar. Les chances de voir la Fed postposer sa prochaine hausse des taux sont renforcées par le résultat du référendum britannique, d’après Saxo Bank A/S et ICBC Standard Bank Plc.

En Europe, les marchands d’or ont assisté à une ruée sur les métaux précieux, Coin Invest déclarant avoir reçu des visites records de clients britanniques. (…) Les pièces Britannia et Souverain furent les plus populaires dans les heures qui ont suivi le vote. ABC Bullion Co., un marchand d’or de Sydney, a déclaré que les ouvertures de comptes de ce vendredi ont représenté le total d’une semaine normale. (…) »

Plus une telle panique depuis Lehman

Les banques centrales, de la banque d’Angleterre à la BCE en passant par la Fed, l’avaient promis : en cas de besoin, elles interviendraient pour stabiliser les marchés. Suite au séisme de vendredi, elles ont pu tenir toutes leurs promesses. Du côté des marchés, on n’est pas amusé. Par exemple (source : MarketWatch) :

« Les réactions de peur des marchés ont fait du Brexit l’événement le plus stressant qu’ont connu les investisseurs de puis la faille de Lehman Brothers en septembre 2008, » a déclaré le CEO de Blanchard and Co. David Beahm. « Il s’agit d’un point négatif majeur pour les marchés mondiaux. L’or est positionné pour une hausse à long terme en raison du vote du Brexit ainsi que d’autres facteurs financiers mondiaux. »

« Le Brexit est un événement que l’on ne vivra qu’une fois dans sa vie, » a déclaré Ned Schmidt, éditeur du Value View Gold Report. « Tous les arguments contre l’or ont désormais été démolis. » Il s’attend à ce que l’or continue sa marche en avant pour atteindre 1400 $ l’once, et éventuellement atteindre les 1900 $ l’once l’année prochaine.

Alors que d’autres nations européennes pourraient emboîter le pas au Royaume-Uni, la situation européenne ne va que s’empirer, d’après Naeem Aslam, analyste en chef de ThinkForex. De ce fait, Aslam voit l’or « facilement atteindre » les 1500 $ l’once d’ici la fin de l’année.

Dévaluation

Ces anticipations d’un marché haussier de l’or ne s’expliquent pas que par le Brexit. Ce qui se passe sur les autres marchés, dont les actions et les devises, impactera encore plus directement les perspectives de l’or.

Le Brexit est « un événement monétaire mondial, avec des effets destructeurs sur des économies individuelles, » a déclaré Brien Lundin, éditeur de la Gold Newsletter.

« La prescription standard des banques centrales est d’assouplir, de dévaluer leur monnaie» a-t-il déclaré. « Mais si tout le monde tente de dévaluer sa monnaie, y compris les États-Unis, par rapport à quoi peuvent-elles baisser ? Seul l’or résistera à la tourmente. Et à long terme, ce ne sera pas parce que c’est supposé être une valeur refuge, mais parce qu’il s’agit de l’unique protection contre la dévaluation de l’argent papier. »

En résumé : ce n’est pas le Brexit en soi qui fait grimper l’or. Avec ou sans la Grande-Bretagne dans l’Union, la Terre continuera de tourner. Par contre, cet évènement ne fait que mettre en lumière les faiblesses structurelles du système financier et de l’économie mondiale : impossibilité de remonter les taux, guerre des devises, faible croissance, surendettement.

Gerald Celente

Dans l’attente de l’annonce de Draghi concernant le QE tant anticipé de la BCE, pour Gerald Celente, la grande panique de 2015 a déjà commencé. C’est ce qu’il a affirmé durant sa dernière interview sur KWN :

Concernant le franc Suisse

« Ce fut un mouvement historique, tout simplement parce que nous vivons des moments historiques en raison des actions des banques centrales. Regardez ce qui se passe. De nombreuses banques centrales européennes ont mis en place des taux d’intérêt négatifs. C’est du jamais vu. Du côté de la Fed, elle n’a plus augmenté ses taux depuis 2006, et désormais il est question de ne pas y toucher avant 2016. Cela voudrait dire 10 ans sans augmenter les taux directeurs.

Les gens ont-ils perdu confiance envers les banques centrales ? L’illusion de leur toute-puissance a-t-elle disparu ? Oui. Tout ce que les banques centrales ont à leur actif, c’est une succession d’échecs, tout ce qu’ils ont fait depuis la panique de 2008 a simplement servi à enrichir les élites.

Tous nos lecteurs savent que la seule raison qui a poussé les marchés à la hausse, c’est l’argent facile qui a alimenté les investissements directs des banques dans la bourse, ainsi que les rachats d’actions et les fusions des sociétés.

Les riches toujours plus riches

Récemment, Oxfam a révélé que d’ici 2016, les 1 % posséderont plus de richesse que les 99 % restants de la population. L’étude de Pew Research montre que l’écart entre les riches et les pauvres aux États-Unis est le plus important depuis le « Gilded Age » (entre 1870 et 1900). Oui, les gens ne font plus confiance aux banques centrales, car il s’agit d’escrocs au service des élites. (…)

Il n’y a pas que le système bancaire de l’eurozone qui est en péril. Il en va de même pour les États-Unis, le Japon et la Chine. Les banques centrales hypothèquent notre futur pour des gains immédiats. La Fed et la BCE savent que les QE ne marchent pas, mais ils continuent d’y faire appel pour continuer d’alimenter leur Ponzi.

La Chine vient d’annoncer son plus bas taux de croissance depuis 24 ans. Les Chinois injectent aussi de plus en plus d’argent dans le système, car leur marché immobilier est en difficulté, ainsi que leur bourse. La décision de la BNS prouve que la panique est déjà là. Et ce n’est que le début. »

0
or

Après la montée vertigineuse des cours de l’or en 2008, de nombreux particuliers se sont mis à acheter des métaux précieux. Certains de ceux qui ont acheté en 2011 et 2012 l’ont aujourd’hui mauvaise, ayant vu la « valeur de leur investissement » chuter. Pourtant, il n’y aucune raison de paniquer.

Évidemment, si vous avez acheté ce métal à court terme et que vous avez aujourd’hui besoin de liquidités, c’est un problème. Cependant, vous devez comprendre qu’acheter des métaux précieux physiques, c’est avant tout une assurance et non un investissement. Certes, à long terme (10 ans, 20 ans), vous serez toujours gagnant, il suffit de regarder le cours de l’or sur les 100 dernières années. Mais posséder de l’or, c’est avant tout protéger son patrimoine contre les turbulences financières que nous traversons. Le profit, ce sera le bonus pour avoir vu juste.

C’est pourquoi, si vous avez acheté vos métaux précieux dans cette optique, il n’y a aucune raison de paniquer. Oui, le cours a chuté, pour plusieurs raisons : vigueur artificielle du dollar (principalement provoquée par la faiblesse des autres devises du dollar index), manipulations (les ordres de vente absurdes placés lorsque le marché est le moins liquide permettaient de les deviner, l’amende payée par UBS prouve qu’il ne s’agissait pas d’une théorie du complot, mais d’un fait) et rendement artificiel des actions grâce aux interventions monétaires de la Fed et cie.

Cependant, les fondamentaux pour une hausse importante de l’or et de l’argent sont plus que jamais présents (liste non exhaustive) :

  • Coûts de production supérieurs au cours actuel
  • Sur base annuelle, la demande pour le métal excède la production depuis de nombreuses années
  • Nous sommes toujours en récession, alors que les marchés se comportent comme si nous en étions sortis, grâce aux artifices statistiques employés par les gouvernements.
  • La dette continue de se creuser inexorablement, même dans les pays où l’ « austérité » a été implémentée
  • Le secteur bancaire est aussi fragile qu’en 2007
  • Backwardation récurrente, qui est le signe de tensions sur le marché physique
  • Guerre économique entre l’occident et l’orient, l’Asie se préparant à une chute du dollar en accumulant de l’or physique
  • Les assouplissements quantitatifs se poursuivent, la banque du Japon ayant pris le relais de la Fed
  • Situation géopolitique plus que jamais tendue, un nouveau conflit mondial n’étant pas à exclure

De plus, tout le monde, à part le petit investisseur qui a un besoin urgent de liquidités et qui souhaite vendre du métal, profite d’un cours de l’or bas. Pour l’Occident, cela permet de booster le dollar et de donner l’illusion que l’économie se porte bien. Pour l’Orient, plus les prix baissent, plus ses nations peuvent accumuler de l’or physique à bon compte. Certains voudraient voir la Chine mettre un terme aux manipulations. Elle pourrait le faire demain, par exemple en achetant d’énormes quantités de papier au Comex et en demandant livraison, mais pourquoi le ferait-elle, alors qu’elle peut accumuler du métal à prix cassés en se débarrassant de ses dollars ? La Chine peut mettre à genou les USA demain en vendant tous ses bons du Trésor. Mais cela irait contre ses propres intérêts.

Certains craignent également que l’or n’ait plus aucun avenir. Ce serait croire que les Russes et les Chinois, entre autres, sont stupides (et même Greenspan désormais !). Ces 2 nations ont très bien compris que le dollar est condamné. Elles ont donc établi une stratégie pour se protéger de la chute du billet vert, qui est basée sur les métaux précieux. Ces 2 pays disposent encore de grandes quantités d’actifs en dollars, c’est pourquoi ils ne feront rien pour précipiter l’effondrement économique des États-Unis.

Pour en revenir à une réévaluation de l’or et de l’argent qui soit plus conforme à la réalité, il faudra patienter. Combien de temps ? Bien malin est celui qui le devinera. Cet événement aura lieu suite à l’effondrement inopiné du marché papier de l’or ou de l’argent (défaut du Comex, du SLV ou de toute autre entité papier), ou lorsque la Chine décidera que le moment est venu d’achever le dollar.

Lorsque cet événement aura lieu, que vous ayez acheté votre or à 1000, 1500 ou 1900 dollars l’once n’aura aucune espèce d’importance. Nous pourrions attendre longtemps avant que cela n’arrive, mais en attendant, votre or vous protégera d’autres risques : de l’effondrement de l’euro, d’une faillite bancaire ou d’un crash boursier et obligataire. L’or a été l’investissement de la dernière décennie, et sera plus que probablement le meilleur investissement de celle-ci. Mais pour cela, il faut être patient, et se focaliser sur la situation d’ensemble plutôt que sur les mouvements à court terme  du cours.

En conclusion : ne considérez pas ces chutes du cours comme des événements négatifs, mais plutôt comme une opportunité de mettre en sécurité votre épargne récente et d’assurer une partie de votre patrimoine. Le jour où les gouvernements présenteront des budgets en équilibre, où nous connaîtrons des taux de croissance permettant de rembourser la dette, où les banques seront solides et où les banques centrales n’auront plus recours aux injections massives de liquidités, où le chômage baissera, où le pouvoir d’achat augmentera, ce sera le moment de vous faire du souci pour vos métaux précieux. Autant dire que ce n’est pas demain la veille que cela risque d’arriver !