Tags Posts tagged with "Pensions"

Pensions

4

Rien n’est moins sûr. D’après un rapport de Citi, les pays développés devront faire face à un trou de 78 trillions de dollars lorsqu’il s’agit de tenir leurs promesses en matière de retraites. C’est ce que nous explique cet article de cnbc.com, publié le 16 mars 2016 :

« Vos rêves de croisières interminables et de retraite sous les cocotiers pourraient bien rester du domaine de l’onirique alors que 20 des plus grands pays du monde font face à un trou de 78 milliards de trillions pour tenir leurs promesses en matière de retraites, d’après un rapport de Citi publié ce mercredi.

« Les systèmes de sécurité sociale, de retraite et les plans de pensions du privé ainsi que les assurances vie individuelles ne sont pas financés ou sont sous-financés », ont écrit dans leur rapport les analystes spécialisés dans les pensions et les assurances de la banque américaine.

« Les services publics, les profits des entreprises ou les montants des retraites elles-mêmes devront être réduits afin d’assurer la pérennité du système. Cela représente un énorme défi pour les employeurs, les employés et les politiciens du monde entier. »

La valeur totale des engagements du gouvernement, en matière de retraites, qui ne sont pas financés ou sous-financés de 20 pays membres de l’OCDE, des nations majoritairement riches, s’élève à 78 trillions de dollars, d’après Citi. Dans ces pays on trouve la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, les États-Unis, le Japon, le Canada, l’Australie et d’autres pays d’Europe occidentale et centrale.

La banque ajoute que les entreprises se montrent également incapables de remplir de façon consistante leurs obligations de retraite, la plupart des plans de pension des entreprises américaines et britanniques étant sous-financés.

Les pays disposant de systèmes lourds de retraite en Europe semblent être les plus problématiques. Citi rapporte que l’Allemagne, la France, l’Italie, le Royaume-Uni, le Portugal et l’Espagne possèdent des obligations en termes de retraite des fonctionnaires qui dépassent 300 % de leur PIB.

Les progrès de la médecine signifient que les retraités doivent jouir de leurs revenus sur des périodes prolongées. Simultanément, le vieillissement de la population ne fait qu’augmenter la pression sur le système public des retraites.

Plusieurs pays, dont la France, l’Italie et le Royaume-Uni, sont en train de relever progressivement l’âge de la retraite. Citi recommande de corréler directement l’âge de la retraite avec l’espérance de vie moyenne.

La banque recommande également l’adoption de retraites ne représentant qu’un filet de sécurité plutôt qu’une source principale de revenus. Elle estime également que la participation aux plans de pension des entreprises devrait être automatique, avec la possibilité d’en sortir, au lieu d’offrir le choix aux travailleurs, et ce afin d’augmenter le taux de participation. »

0
crise bancaire

Article de Zero Hedge, publié le 26 août 2015 :

« Être un retraité grec est une condition peu enviable depuis 2015. Durant les négociations du dernier plan de sauvetage du pays, le système grec des retraites fut fréquemment dans le collimateur de la troïka. Selon Alexis Tsipras, une nouvelle baisse des pensions représentait la soi-disant « ligne rouge », ce sont d’ailleurs les pensions qui ont régulièrement mené à l’abandon des négociations.

Simultanément, la situation financière de plus en plus intenable et le manque de liquidités ont souvent remis en question la capacité du pays à payer les pensions,  même si le gouvernement a régulièrement rassuré sa population en affirmant que le peu d’argent qui restait dans les caisses irait en priorité aux Grecs avant d’être versé aux créditeurs européens ou à Christine Lagarde.

La crise atteignit alors son paroxysme le 1er juillet lorsque les banques grecques furent fermées et les mesures de contrôle des capitaux instaurées, forçant les retraités à faire de longues files pour quémander leurs 120 €.

En théorie, le dernier accord de sauvetage malgré qu’il prévoit plus d’austérité et donc plus de pression sur un système des retraites congestionné devrait au moins garantir qu’il y ait suffisamment d’argent dans les banques pour effectuer les paiements mensuels. Il semblerait que cette supposition n’en soit qu’une alors que Kathimerini rapporte qu’aussi bien l’IKA que l’ETAA puisent dans un fonds de prévoyance qui garantit les services de la sécurité sociale de crainte que les dispositions du plan de sauvetage ne soient pas suffisantes pour couvrir les versements qu’ils devront faire d’ici la fin de l’année. (…)

Et cerise sur le gâteau, le déficit de certaines caisses devrait s’aggraver en raison de l’augmentation dramatique du chômage, des incertitudes politiques et économiques, des mesures de contrôle des capitaux et des nouvelles politiques d’austérité. (…)

Pour résumer : les caisses de retraite sont en état de banqueroute vu qu’elles ont dû taper dans le fonds de prévoyance qui garantit les paiements de ces caisses. Nous souhaitons donc bonne chance à la Grèce et lorsque vous vous rendrez à nouveau aux urnes le mois prochain n’oubliez pas que si les choses devaient vraiment mal tourner, vous pouvez toujours faire une petite visite à la monnaie (note : en allusion à la frange rebelle de Syriza qui avait pour plan de piller la monnaie grecque et d’arrêter le gouverneur de la banque centrale).

0

Pologne-Pensions-ConfiscationRésumé des interviews d’Egon von Greyertz et de Michael Pento publiée ce week-end sur KWN (ici et ici).

Entre vendredi et le week-end, 2 événements importants ont eu lieu. Tout d’abord, la publication des chiffres de l’emploi américain vendredi dernier, qui furent catastrophiques (et qui explique la remontée brutale de l’or), avec des statistiques mauvaises pour le mois d’août, ainsi qu’une grosse révision à la baisse des chiffres de juillet. Malgré tout, ce n’est pas le point le plus remarquable, comme le note Michael Pento : les Américains qui font partie de la population active sont de moins en moins nombreux. La population active aux USA est de 63,2 %, soit le plus bas niveau depuis 1978. Il y a actuellement 90 millions d’Américains qui ne font pas partie de la population active. Si on prenait en compte le taux de population active du début du premier mandat d’Obama, le chômage serait déjà de plus de 11 % aux États-Unis, où le revenu réel ne cesse de baisser depuis 1970.

Cela signifie que les gens qui travaillent pour financer ceux qui ne travaillent pas sont de moins en moins, ce qui va évidemment rajouter un coup de pression sur les finances américaines. Aux États-Unis, comme le fait remarquer Egon von Greyerz (article publié aussi sur ZeroHedge sur le sujet), 7 Américains sur 10 reçoivent plus d’argent de l’État qu’ils n’en donnent.

Pensions en Pologne : 37 milliards confisqués

Mais l’autre bombe de ce week-end, c’est la décision prise en sur les pensions en Pologne. Ils ont décidé d’annuler 37 milliards de dollars de dettes qui étaient détenues par des fonds de pension, ce qui signifie que les retraités sont plus pauvres de 37 milliards de dollars. De nombreux gouvernements vont imiter la Pologne à l’avenir. Ils vont utiliser les épargnes pension afin de diminuer leur dette, affirme Egon von Greyerz. Cela arrivera en Europe et aux États-Unis, il en est certain. De son côté, Michael Pento estime que le hold-up se fait déjà via l’inflation, mais les États-Unis pourraient également recourir à la « méthode polonaise ».

En ce qui concerne la dette des pays européens, la plupart des nations du Vieux continent ont vu leur endettement progresser de 15 à 25 % par rapport au PIB. Il s’agit d’un désastre total pour le Portugal, l’Espagne, l’Irlande, la Grèce et l’Italie, toujours selon Egon von Greyerz.