Tags Posts tagged with "Performance"

Performance

0
pièces d'argent métal

Article de Chris Vermeulen, publié le 12 septembre 2016 sur SafeHaven.com :

Le discours tant attendu de Janet Yellen de Jackson Hole ainsi que la publication dans la foulée des chiffres de l’emploi américain n’ont pas réussi à faire grimper les attentes concernant  un éventuel relèvement des taux en septembre. Le marché évalue désormais les chances de cette perspective à 21 %, d’après le FedWatch Tool de CME. Les chances de voir le taux directeur être relevé en décembre 2016 sont légèrement supérieures à 50 %. (…)

J’ai déjà expliqué à de maintes reprises pourquoi la Fed ne pourra pas relever son taux en 2016. Contrairement à bien d’autres experts des marchés, les faits m’ont donné raison. Et en ce qui concerne décembre 2016, les chances de voir la Fed relever son taux directeur sont très faibles. Ce qui n’empêchera pas les décideurs de la Fed de poursuivre leurs boniments afin de soutenir le dollar, ce qu’ils ont fait depuis le début de cette année.

Durant la semaine qui vient, les banques centrales entrent en concurrence pour proposer des politiques monétaires accommodantes les plus séduisantes, comme s’il s’agissait de la panacée pour résoudre les problèmes économiques qui entravent la planète. Malgré les échecs de ces 7 dernières années, rien ne les dissuade de créer de l’argent comme un magicien sort un lapin de son chapeau.

Pour 180 milliards de dollars d’achats d’obligations, soit plus que 2009

La BCE et la Banque du Japon, ensemble, ont acheté mensuellement des obligations pour la somme incroyable de 180 milliards de dollars , comme indiqué sur le graphique ci-dessous. Si vous ajoutez à cela les achats de la banque d’Angleterre, le total grimpe encore plus. Ces 3 banques centrales devraient, à l’occasion de leur prochaine réunion, soit maintenir leurs achats d’obligations à leur niveau actuel, soit les augmenter.

qe-cumule

Ce qui a poussé le roi des obligations, Bill Gross, à alerter les investisseurs des conséquences dangereuses. Dans une lettre à l’attention de ses clients, il a écrit : « les investisseurs devraient savoir qu’ils marchent sur une fine pellicule de glace ».

« La montre tourne, en raison de la dette mondiale élevée et de politiques fiscales et monétaires dépassées qui font plus de tort que de bien à l’économie réelle. Plutôt tôt que tard, l’un des petits coups précis de Yellen sur le fairway va finir par se perdre dans la forêt, » a écrit CNBC.

L’argent à l’aube d’un marché haussier majeur

Lorsque les investisseurs se rendront compte qu’ils détiennent des devises sans valeur, de grandes quantités d’argent se précipiteront vers les métaux précieux. Considérez ceci : les investissements mondiaux dans l’argent métal s’élèvent à 50,8 misérables milliards, contre 3,04 trillions de dollars pour l’or, comme le montre le graphique ci-dessous.

investissements-or-vs-argent

Saviez-vous que de cette somme, les hedge funds en possèdent 2,7 trillions, d’après les données de Barclay Hedge ? Même si une partie infime de ces trillions amassés sur le marché de l’or devaient se tourner vers le marché de l’argent, le cours du métal gris crèverait tous les plafonds.

Les traders commencent enfin à reconnaître l’importance de l’argent métal

Suite à la faiblesse des chiffres de l’emploi américain publiés le 2 septembre 2016, les traders se sont précipités sur l’argent pour faire grimper son cours, comme le montre le graphe ci-dessous. Comme expliqué précédemment, les investisseurs ne doivent pas uniquement envisager l’achat d’argent, mais aussi d’actions minières argent.

argent-apres-emploi

Que dit l’analyse technique pour l’argent ?

L’argent a connu un marché haussier massif depuis son plus bas, de 15,83 dollars, pour passer à 21,22 dollars. Aucun actif ne grimpe de façon verticale, une correction de Fibonacci de 50 % est une norme saine et acceptée. Comme le montre le graphique ci-dessous, l’argent a également connu une correction de 50 % de sa hausse récente.

Les mains faibles ont abandonné leurs positions argent, tandis que les mains fortes ont acheté le métal gris moins cher. L’argent s’échange actuellement au-dessus de sa moyenne mobile exponentielle à 20 et à 50 jours. Il s’agit d’un signe montrant qu’il a repris sa tendance haussière et qu’il est prêt à poursuivre son marché haussier.

argent-analyse-technique-sept

L’argent atteindra son objectif de 25 $ l’once lorsqu’il se sera affranchi de la barre des 21 $. (…) »

0

Article de ZeroHedge (publié le 3 janvier) :

« Les médias en avaient fait des tonnes concernant la performance du Nikkei par rapport aux autres classes d’actifs durant certains mois de 2014. Performance en yen, certes, car exprimé en dollars, le Nikkei a enfin baissé en 2014.

Cependant, alors que nous sommes désormais en février les médias dominants sont beaucoup moins loquaces à propos de l’actif qui a le mieux performé en janvier, toujours en devise locale, à savoir la bourse de Moscou. Et tout bien réfléchi, nous pensons que la même discrétion sera de mise dans la presse mainstream lorsqu’il s’agit d’évoquer les 2 actifs qui ont généré le meilleur rendement en dollars… à savoir l’or et l’argent. »

0

Article de GoldSeek :

« Mes lecteurs savent que la montée en puissance du dollar a mis la pression sur les matières premières, notamment sur le pétrole et l’or. J’en ai abondamment parlé.

Durant la seconde moitié de l’année 2014, l’or a tangué avec la montée en puissance du dollar, mais aussi en raison du pessimisme général qui régnait pour le métal jaune, une atmosphère qui l’ a tout sauf aidé. Mais pour remettre les choses dans leurs perspectives, la performance de 2014 de l’or fut bien meilleure que celle de 2013, lorsqu’il chuta de 28 %, soit la pire baisse depuis le début du premier mandat de Ronald Reagan.

Même si l’or a baissé de 0,8 % en 2014 au moment d’écrire ces lignes lorsqu’il est exprimé en dollars, il a beaucoup mieux résisté que les grandes devises des pays du reste du monde. Ce qui signifie qu’en devises étrangères (euro, rouble, dollar canadien, etc.), l’or s’est apprécié en 2014.

L’or, c’est la monnaie

Dans son dernier livre, l’ancien président de la Fed Alan Greenspan explique de façon convaincante pourquoi l’or est vraiment une monnaie :

« L’or dispose de propriétés que les autres monnaies n’ont pas, peut-être à l’exception de l’argent. Pendant plus de 2 millénaires, l’or a été virtuellement accepté sans discussion comme moyen de payement. Il ne demande aucune garantie de crédit d’un tiers. Aucune question n’est posée lorsque de l’or est offert en tant que paiement pour couvrir une obligation. Par exemple, les exportateurs allemands n’acceptaient que cette méthode de paiement après la fin de la Seconde Guerre mondiale. »

Greenspan avance un autre argument difficile à contrer. Si l’or n’est rien d’autre qu’une matière première, pourquoi la plupart des banques centrales des pays développés en possèdent ? Pourquoi ne pas conserver d’autres matières premières, comme des diamants, ou du soja ?

En 2011, Ron Paul a cuisiné Ben Bernanke sur le sujet. Lorsque Peul lui a demandé pourquoi les banques centrales continuaient de posséder de l’or, Bernanke a répondu que c’était par tradition.

Peut-être, mais c’est loin d’être la seule raison. L’or a une valeur intrinsèque qui le transcende, un fait qui est reconnu par toutes les nations du monde. Pour preuve, la volonté de rapatrier leur or, qui a été exprimée par de nombreuses banques centrales européennes ou déjà été mise en oeuvre (Belgique, Pays-Bas, Allemagne, et le débat qui a été lancé en France).

Sans parler de la Chine et de l’Inde, qui sont d’humeur acheteuse. La Russie, de son côté, achète à tour de bras : 130 tonnes rien que l’année dernière, soit 73 % de plus que par rapport à 2013. (…)