Tags Posts tagged with "Plunge Protection Team"

Plunge Protection Team

1
or physique

« Se débarrasser du vieux pour faire place au neuf ». Wall Street et la Fed voulant séduire Trump, au moment même où il a remporté la présidence, les manipulateurs se sont mis au travail pour faire grimper les marchés actions et faire baisser l’or.

Mais que s’est-il passé avec les menaces des médias qui prédisaient un krach boursier, en cas d’élection de Trump ? Hier, Stanley Drunkenmiller a déclaré qu’il avait vendu tout son or, en raison de l’inflation à venir. Je ne me souviens pas avoir entendu une seule fois dans ma vie une référence affirmant que l’or est inversement corrélé  à l’inflation. Quelqu’un a dû verser du LSD dans le scotch de Drunkenmiller. Mais, une fois de plus, Drunkenmiller fait partie de la famille de Soros, ce qui en fait l’ennemi du peuple et de la vérité.

Le programme économique de Trump repose essentiellement sur les dépenses d’infrastructures et la génération d’inflation. Les actions largement surévaluées, qui bénéficient des dépenses d’infrastructures, comme Caterpillar et Terex, ont fortement grimpé durant ces derniers jours. Si Trump parvient à conduire son programme économique, la fiscalité des entreprises sera abaissée et le gouvernement refera le coup d’Obama, en ce qui concerne les infrastructures. À savoir, des ponts menant nulle part, financés par davantage de dette.

Je suis sûr que les investisseurs, dont le cerveau dispose d’au moins 2 neurones, ce qui de facto exclut Larry Kudlow, ont compris que les plans de Trump allaient creuser le déficit fédéral et accélérer l’émission des Treasuries. Il est probable que la Fed doive monétiser une partie de cette nouvelle dette émise. C’est une recette idéale pour pousser à la hausse les cours de l’or et de l’argent.

Comment expliquer les mouvements actuels des marchés ?

Ce qui se passe actuellement sur les marchés n’est rien d’autre que la réaction automatique des algorithmes des hedge funds en réponse aux interventions massives de la Plunge Protection Team (la Fed + le Working Group on Financial Markets, des gens du Trésor). La PPT est entrée en action pour faire évoluer, en sens opposé, les contrats à terme des actions et de l’or, tandis que les algorithmes ont enfoncé le clou.

Le massacre du cours de l’or a pour objectif de rassurer, suite à l’élection de Trump en tant que président. Et il ne peut se produire que via les marchés « papier » frauduleux de New York et de Londres. Sans surprise, Drunkenmiller est un partisan du GLD, la vitrine de ces marchés « papier » criminels.

Aujourd’hui (vendredi), le cours de l’or a été stable, ou en hausse, sur les marchés orientaux axés sur le métal physique. Il a fallu attendre l’ouverture du COMEX pour que les criminels démarrent le feu d’artifice. Entre 11h30 et 12h (EST), 48 239 contrats d’or « papier » ont été subitement mis en vente au COMEX. 48 239 contrats, cela représente 4,8 millions d’onces d’or, soit 150 tonnes. Près de 6 milliards de dollars d’or « papier » ont été mis en vente en 30 minutes. De 11h30 à 1h30 (EST), soit à la fermeture du COMEX, un peu moins de 103 000 contrats ont été vendus, ce qui représente 10,3 millions d’onces d’or papier, soit 321,8 tonnes. À titre de comparaison, les États-Unis produisent environ 200 tonnes par an. Ne vous méprenez pas, il ne s’agit pas d’une coïncidence si cette opération-choc contre l’or a été planifiée un vendredi, qui était un jour férié, après que la majorité du reste du monde ait éteint son ordinateur pour rentrer à la maison et profiter du week-end. Il s’agit du mode opératoire classique utilisé par les criminels en charge du système.

D’après le COMEX, ses coffres disposent d’un peu plus de 2 millions d’onces d’or disponible pour livraison. Si une telle différence entre les volumes des contrats à terme et la matière première concernée, disponible directement, était si grande pour tout autre marché du CME, le régulateur interviendrait immédiatement, c’est sûr et certain. Pourquoi en va-t-il alors autrement pour l’or ? Les marchés de l’or et de l’argent sont les plus manipulés du monde. Les responsables de ces manipulations seront toujours en place sous Trump.

La bonne nouvelle est que l’accumulation d’or physique, qui a lieu en Orient, va s’accélérer cette semaine en raison de cette baisse du prix (note : c’est d’autant plus vrai en Inde, suite au chaos monétaire qui y règne). Ce sera le catalyseur qui définira la limite sous laquelle les élites occidentales ne pourront descendre. (…) »

Article d’IRD.com, publié le 11 novembre 2016.

1
métaux précieux

Article inspiré de celui de Smaulgld.com du 6 octobre 2015 ; version condensée.

Cela fait quelques années que des analystes des métaux précieux et non des moindres prédisent la fin du Comex. Celle-ci n’a toujours pas eu lieu et ne se produira probablement jamais.

L’analyse est connue : le ratio or physique/papier explose, les stocks d’or du Comex ne cessent de baisser, un beau jour il n’y aura plus assez d’or pour assurer les livraisons et le Comex sera obligé d’indemniser les participants en cash.

Il ne faudrait pas grand-chose pour vider les coffres du Comex. Les quantités disponibles dans ses coffres correspondent à quelques jours d’achats d’or de la Russie. L’Inde importe plus d’argent chaque mois que ce qui se trouve actuellement dans les coffres du Comex.

Le Comex est un lieu où les traders vendent de l’or et de l’argent (physique) qu’ils n’ont pas à d’autres traders qui n’en veulent pas.

Malgré cela, le Comex est toujours debout et la bourse des métaux précieux ne risque pas de tomber. Voici pourquoi :

Les nouveaux habits de l’empereur

Vous connaissez probablement ce conte de Hans Christian Andersen. Dans cette histoire, des escrocs parviennent à faire acheter à l’empereur des vêtements inexistants sous le prétexte que seuls les idiots et les incompétents sont incapables de les voir. Tout le monde fait alors comme s’il pouvait les voir. Seul un enfant a le courage de s’avancer pour crier la vérité : l’empereur ne porte aucun vêtement !

comex-octobre-2015

Les analystes du Comex sont comme l’enfant du conte d’Andersen. Ils dénoncent l’évidence d’une fraude dangereuse qui doit cesser. Il suffirait d’une entité demandant la livraison de l’intégralité des coffres du Comex pour mettre la bourse d’échange au tapis mais ce n’est pas arrivé et cela n’arrivera probablement jamais.

Les nouveaux habits de l’empereur version 2.0

Dans la version moderne de l’histoire, celle du Comex, les choses sont différentes. Au lieu de reconnaître les dénonciations des analystes du Comex, elles sont ridiculisées ou ignorées. C’est comme si, dans le conte original, l’enfant était réduit au silence ou mis sous tranquillisants pendant que l’empereur poursuit sa parade nudiste.

Les 4 raisons expliquant pourquoi le Comex ne s’effondrera pas (dans l’ordre d’importance)

1. Le Comex n’est pas le lieu où on achète de l’or ou de l’argent physique, c’est un marché papier

Le Comex est un lieu où les traders vendent de l’or et de l’argent (physique) qu’ils n’ont pas à d’autres traders qui n’en veulent pas. Ces traders veulent être exposés à l’or et l’argent mais pas au métal. La plupart des traders sont les banques de lingots.

De plus, la plupart des grossistes or et argent shortent souvent sur le Comex afin de protéger leurs acquisitions (hedge). Plus ils achètent des métaux physiques, plus le nombre de contrats short qu’ils vendent est important.

La plupart des contrats short et long sont prolongés ou expirent d’eux-mêmes. Très peu d’or et d’argent sont livrés dans le cadre des contrats du Comex. Pour illustrer ce fait, le graphique ci-dessous montre deux semaines de livraisons chargées à la bourse de Shanghai et une année (2014 en l’occurrence) de livraisons au Comex :

comparatif Comex Shanghai or

Les personnes qui désirent acquérir des métaux précieux ne se tournent pas vers le Comex. Que le ratio métal papier/physique soit de 2, 20, 100, 300 ou 1000 n’a donc aucune espèce d’importance.

2. Aujourd’hui, le système de réserve fractionnaire est accepté par les traders et la société

Dans un film de 1946, « It’s a wonderful life », un bankster parvient à convaincre ses clients d’avoir foi dans le système de réserve fractionnaire des banques. Le fait que l’argent des épargnants n’est pas en possession de la banque n’est pas considéré comme criminel mais comme le mode de fonctionnement de l’industrie bancaire. Aujourd’hui, cette réalité, lorsqu’elle est connue des citoyens, ne semble pas les perturber outre mesure.

Dans un tel contexte, difficile d’assister à un vent de panique. Le concept est accepté, volontairement ou par ignorance.

3. Il est impossible de battre le casino en jouant au casino

Les bourses d’échange, comme les casinos, disposent de règles pour garantir leur profitabilité et leur pérennité.

Si les traders du Comex devaient tout de même finir par perdre confiance et demander la livraison du métal, un tel événement provoquerait la hausse des cours et donc mécaniquement la reclassification de lingots éligibles à enregistrés par les entités désireuses de profiter de la hausse. Il y aurait donc probablement un ajustement naturel de l’offre.

comex-stocks-octobre-2015

Dans le cas contraire, le Comex dispose d’une règle sur les limites de position qui lui permettrait d’éviter d’être dépassé. Cependant dans un marché changeant rapidement, ce mécanisme de sécurité pourrait s’avérer insuffisant. Dans ce cas, qu’est-ce qui empêche une entité de demander la livraison d’une quantité de métal supérieure à ce que le Comex possède dans ses coffres ? La réponse est simple : le gouvernement américain.

Le cas des frères Hunt

Une telle entité serait probablement matée. La leçon des frères Hunt est à ce sujet instructive. Lorsqu’il fut clair que les frères Hunt étaient parvenus à accaparer presque tout l’argent physique disponible au début des années 80 (notamment en prenant livraison au Comex), le Comex restreignit les activités sur le marché de l’argent aux ordres de liquidation. En limitant les transactions aux ventes, le cours de l’argent chuta rapidement. Lorsque l’appel de marge sur les positions des frères Hunt fut atteint, ceux-ci ne purent rien faire pour éviter leur faillite.

C’est la preuve qu’il est impossible de battre le casino en jouant au casino. Dans un casino, il est interdit de compter les cartes lorsque vous jouez au blackjack. Ce qui signifie que si vous avez trouvé le moyen de battre le casino, celui-ci vous l’interdit.

La règle 413 du CME a été spécialement prévue pour les traders à qui prendraient l’envie de « battre le casino ». Cette règle permet d’exclure n’importe quel trader pour quasi n’importe quel motif (la règle 413 dit : « si des raisons substantielles laissent à penser qu’une telle action immédiate est nécessaire pour protéger les meilleurs intérêts de la bourse »).

Le Comex peut donc exclure arbitrairement n’importe quelle entité, sans préavis et sans motif clair.

4. Le Comex est une bourse protégée par le gouvernement américain

En admettant qu’un trader ou un groupe de traders exige la livraison d’une quantité de métal qui ne puisse être fournie, qu’aucun dédommagement financier ne soit offert en contrepartie et que le Comex ne fasse pas appel à la règle 413 pour éjecter ces traders qui causent du tort à la bourse d’échange, la partie serait terminée pour le Comex, n’est-ce pas ? Probablement pas. La Plunge Protection Team (PPT) interviendrait alors.

Après le krach boursier de 1987, le président Reagan signa l’ordre exécutif qui porta la PPT sur les fonds baptismaux. Son objectif est d’améliorer « l’intégrité, l’efficacité, l’ordre et la compétitivité des marchés nationaux ainsi que maintenir la confiance des investisseurs. »

La PPT, composée du Secrétaire au Trésor, du Président du Conseil des Gouverneurs de la Fed, du Président de la SEC et du Président de la CFTC dispose de marges importantes pour intervenir sur les marchés.

Le gouvernement des États-Unis est le plus puissant du monde. Lorsqu’il s’agit de protéger les intérêts financiers américains et le dollar, le gouvernement américain ne plaisante pas et il vaut mieux ne pas le contrarier.

La PPT ne laisse pas la bourse baisser de quelques pourcents sans intervenir, alors croyez-vous vraiment qu’elle permettra à une bourse importante comme le Comex de faire défaut parce qu’un trader a demandé la livraison ?

Tout porte à croire qu’une entité qui se comporterait de cette façon recevrait un « traitement de faveur » de la part du gouvernement. Les transactions seraient annulées, le compte du trader suspendu, le fisc se pencherait sur la société et les individus concernés. Une inculpation pour terrorisme serait probablement d’actualité.

Conclusion :

Si quelqu’un souhaite prendre livraison des 160.000 onces d’or qui se trouve actuellement dans les coffres du Comex, nous lui souhaitons bonne chance…

2
Egon von Greyerz

Ebola a bon dos : à chaque nouvelle d’un cas potentiel de contamination, les soucis des marchés sont remis sur le compte de cette maladie qui existe pourtant depuis des décennies. Si cela n’aide pas, les raisons de ce revirement sont pourtant beaucoup plus profondes. Elles ont été évoquées par Egon von Greyerz durant sa dernière interview sur KWN :

Eric King : « Egon, vous aviez averti que les marchés actions allaient être victimes d’une baisse brutale. Nous avons assisté au début de cette baisse. Comment voyez-vous la suite des événements ? »

Egon von Greyerz : « il y a quelques semaines, la situation était très intéressante : les éléments fondamentaux et techniques avait opéré une jonction. Il devenait évident que nous allions assister à une chute prononcée sur les marchés actions mondiaux, à court et à long terme. Depuis, le Dow Jones a déjà perdu 1000 points.

L’explication est à chercher du côté de la fin du QE de la Fed. Les investisseurs euphoriques pensaient que la hausse énorme que nous avons connue depuis 2009, période durant laquelle les indices ont quasi triplé, était basée sur les fondamentaux. Ils n’ont pas compris que ce rally n’était dû qu’aux liquidités fournies par l’énorme création monétaire des banques centrales.

Le véritable souci, c’est qu’il n’y a pas de reprise économique. Il s’agit d’une illusion. L’économie réelle est dans les limbes, nous sommes désormais engagés dans une spirale négative qui va durer un bon bout de temps. Tout ce que nous avons vu, depuis 2007, c’est une fausse amélioration reposant uniquement sur la création monétaire et la dette, et ce au niveau mondial.

Depuis 2007, la dette américaine a doublé, passant de 9 à 18 trillions. La Fed a également créé 3 trillions de monnaie supplémentaire. On nous a annoncé que le déficit budgétaire de l’année dernière, qui a pris fin en septembre, fut de seulement 480 milliards de dollars. C’est curieux, parce que la dette américaine a augmenté de plus d’un trillion durant les 12 derniers mois. Cette différence entre le déficit budgétaire de 480 milliards et la dette de 1,1 trillion est due à des tours de passe-passe comptables.

On retrouve la même tendance à travers le monde. La dette en Chine et au Japon explose, ainsi qu’en Europe. Idem sur les marchés émergents. Alors que l’inflation est quasi nulle à l’échelle globale, cette dette ne pourra jamais être remboursée. Et dans la zone euro, 8 pays sont en déflation, tandis que 21 des 29 pays de la zone connaissent une inflation inférieure à 1 %, et que l’Allemagne connaît une croissance négative.

Mais le plus gros problème en Europe, c’est son secteur bancaire. Il a gonflé et ne pourra survivre qu’avec l’aide d’un assouplissement monétaire massif. Or, nous savons désormais qu’un QE ne permet que de gagner du temps. On estime que les banques « too big to fail » du monde ont besoin d’environ 900 milliards pour pouvoir satisfaire aux règles de Bâle III. D’où va provenir cet argent alors que le système est criblé de dettes ?

Alors que les marchés actions plongent, les gouvernements essayent désespérément d’acheter des titres. La Banque du Japon est désormais le plus gros détenteur d’actions japonaises. Nous savons également qu’elle achète quasi toutes les émissions obligataires de l’État (note : même si cela a un peu changé hier, les investisseurs préférant acheter des obligations japonaises que des actions ! http://www.zerohedge.com/news/2014-10-17/japanese-stocks-tumble-after-boj-bond-buying-operation-fails-first-time-abenomics). L’économie japonaise va s’effondrer sous le poids de sa dette.

Aux États-Unis, il y a la Plunge Protection Team qui se met en branle, et qui passe à l’achat sur les marchés américains une heure avant la clôture afin de les faire remonter. Mais elle joue un peu le même rôle que JP Morgan en 1929, lorsqu’il achetait des titres pour éviter le crash. Cela n’a marché que quelques jours. (…) »