Tags Posts tagged with "Ponzi"

Ponzi

0
manifestation contre la baisse des retraites

Le système des retraites est condamné. Les caisses de retraite américaines qui souhaitent baisser le montant des retraites commencent à se manifester depuis la loi de 2014 permettant de telles diminutions en raison de l’ombre des faillites qui plane. Si cet élan de bon sens, aussi dramatique soit-il, est le bienvenu, on reste toujours dans le domaine de l’absurde : dans le cas qui nous occupe, celui du Central States Pension Fund, les mesures auxquelles s’opposent de nombreux retraités et socialistes ont pour objectif « de donner 50 % de chances à la caisse de retraite d’opérer durant les 30 années à venir. » Autrement dit : le système des retraites est un Ponzi, comment faire pour le faire perdurer le plus longtemps possible ? Article du Washington Post, publié le 20 avril 2016 :

« Plus d’un quart de million de routiers en activité et à la retraite, ainsi que leur famille, pourrait bientôt voir le montant de leur retraite baisser sévèrement, même si leur caisse dispose encore de plusieurs années de liquidités devant elle.

D’ici quelques semaines, le Département du Trésor doit rendre une décision attendue concernant son approbation ou son rejet de réduction des retraites de l’une des caisses les plus importantes du pays.

Les baisses potentielles sont autorisées depuis la législation ratifiée par le Congrès en 2014. Pour la première fois, les caisses de retraite sont autorisées à baisser le montant des retraites si cette mesure permet d’améliorer sa solvabilité. Cette loi a affaibli les garanties fédérales qui, pendant plus de 40 ans, protégeaient l’un des derniers piliers sur lesquels les travailleurs pouvaient se reposer afin d’assurer leur sécurité financière durant leur retraite.

Pour de nombreux travailleurs, la promesse de revenus garantis à vie, un avantage dont ne bénéficient plus la plupart des dernières générations, était parfois suffisante pour les convaincre de faire une croix sur une augmentation de salaire ou un poste plus valorisant. Mais après des décennies de défis qui ont placé de nombreuses caisses de retraite en position financière délicate, certaines personnes sont en train d’apprendre que les promesses qui leur ont  été faites en termes de retraite pourraient bientôt ne pas être tenues.

Le Central States Pension Fund, qui gère les retraites des membres du syndicat de chauffeurs routiers Teamster actif dans plusieurs états comme le Texas, le Michigan, le Wisconsin, le Missouri, l’État de New York et le Minnesota, fut le premier à demander de pouvoir tirer profit de la nouvelle loi en réduisant les retraites.

Des avocats protégeant les consommateurs qui suivent le dossier affirment que cette décision pourrait encourager des douzaines d’autres caisses de retraite américaines, qui éprouvent des difficultés financières, à procéder à des réductions similaires.

« Cela va déboucher sur une crise nationale pour des centaines de milliers, peut-être des millions de retraités et leurs familles, » a déclaré Karen Friedman, vice-présidente exécutive du Pension Rights Center.

Comme bien d’autres plans de pension, le Central States Pension Fund a enregistré de lourdes pertes sur ses investissements durant la dernière crise financière, qui a rogné sur les liquidités disponibles pour payer les retraites. Si les marchés actions se sont redressés entre-temps, l’embellie n’est pas suffisante pour compenser des pertes qui se sont creusées lorsqu’une série de sociétés alimentant la caisse se sont abstenues tandis que le nombre de retraités bénéficiant de paiements a augmenté, a déclaré Thomas Nyhan, directeur du Central States Pension Fund.

Ce déséquilibre signifie que cette caisse de retraite paye 3,46 dollars de retraites pour chaque dollar de contribution qu’elle reçoit. Ce trou a conduit cette caisse à payer chaque année 2 milliards de dollars de retraites supplémentaires par rapport à ses revenus.

Si rien n’est fait, la caisse de retraite pourrait être insolvable d’ici 2025, a déclaré Nyhan. Et vu la taille de son institution, sa chute pourrait dépasser la Pension Benefit Guaranty Corporation, l’organisme chargé de garantir les caisses de retraite privée en cas de faillite, a déclaré Nyhan. (…)

Si le Trésor approuve la demande, le chèque de ces retraités pourrait baisser dès le 1er juillet. Dans ce cas, la caisse disposerait de 50 % de chances de survivre pour 30 nouvelles années au lieu de faillir d’ici 10 ans en cas d’immobilisme, a déclaré Nyhan. Une décision est attendue le 7 mai. (…)

Ava Miller, 64 ans, et son mari Ed Northtrup, 68 ans, pourraient voir leurs revenus chuter de 7000 à 3000 $, d’après la lettre qu’ils ont reçue en octobre. Si le plan devait être validé, Miller a déclaré qu’ils devraient puiser dans leurs économies afin de rembourser leur crédit hypothécaire de 1300 $, payer leur facture de chauffage ainsi que les coûts engendrés par leurs voyages pour visiter sa mère de 84 ans. Northrup, chauffeur routier à la retraite, a commencé à postuler à des postes de chauffeur routier afin de compenser une partie du manque à gagner.

Les adversaires des baisses des retraites affirment que la caisse dispose encore de temps pour trouver une solution (sic). Certains retraités et d’autres se sont rassemblés derrière la loi proposée par le candidat démocrate à la présidentielle Bernie Sanders, qui prévoit l’annulation de la loi permettant les baisses des retraites. Il incomberait à l’État de voler au secours des caisses de retraite en difficulté. (…) »

0

Bernie Madoff séjourne en prison pour avoir mis en place un système frauduleux, promettant des rendements mirifiques, dans lequel les nouveaux investisseurs paient les profits des anciens, un dispositif illégal car destiné à s’effondrer vu qu’il faut toujours plus de nouveaux arrivants pour payer les investisseurs existants, eux aussi toujours plus nombreux. À 2 ou 3 détails près, c’est en quelque sorte ainsi que notre système des retraites fonctionne. Comme tout bon Ponzi qui se respecte, il est destiné à s’effondrer.

Les premières fissures commencent déjà à apparaître dans un système inadapté aux réalités démographiques de l’Occident. Comme l’explique Mac Slavo dans un article publié sur son blog shtf.com (acronyme de l’expression anglophone bien connue associant ventilateur et guano), les autorités commencent déjà à réagir et les conséquences pour les retraités futurs ne sont pas négligeables. Cet exemple américain est tout à fait applicable à l’Europe, vous auriez tort de ne pas vous sentir concerné par ce qui se passe outre-Atlantique :

« Depuis 2014, une nouvelle loi fédérale permet aux caisses de retraite de baisser les allocations de leurs bénéficiaires. Au grand dam des retraités, le gouvernement et de nombreux syndicats qui ont milité en faveur de la réforme l’ont justifiée en raison du danger imminent d’effondrement de ces caisses : la seule façon de les sauver consiste à réduire les de potentiellement des millions de retraités. 6 mois plus tard, la Cour Suprême américaine a renchéri lorsqu’elle a validé le droit du gouvernement à saisir les assurances-vie et les fonds de pension qui sont mal gérés.

Bien sûr, la plupart des Américains n’ont pas prêté attention ou ont complètement ignoré les implications des nouvelles règles fixées par le gouvernement. Pourquoi ? Tout simplement parce que quiconque évoquant l’effondrement potentiel de l’économie ou du système des retraites propage, comme le président Obama l’a éloquemment dit à l’occasion de son récent discours sur l’Etat de l’Union, « de la fiction ».

Sauf qu’en octobre 2015, le canari dans la mine s’est couché lorsque l’Illinois a annoncé que l’État postposait le paiement des retraites vu qu’il ne disposait pas de quoi les payer.

Jusqu’à 60 % de baisse de leur retraite

Et aujourd’hui, les choses vont de mal en pis. La caisse de retraite centrale du Kansas est devenue la première à profiter de la réforme de 2014 alors que 400.000 Américains qui dépendent de leur retraite mensuelle pour payer des dépenses comme un crédit hypothécaire, leurs courses au supermarché ou leurs soins de santé pourraient voir leur retraite baisser en moyenne de 1400 $ :

« Dale Dorsey est mécontent.

Après avoir travaillé pendant 33 ans, il pourrait composer avec une baisse de 55 % de sa retraite, un sale coup qui va, selon lui, ‘handicaper’ sa famille et mettre en péril les moyens de subsistance de ses 2 enfants, l’un venant d’entrer au collège et l’autre en CM1.

Dorsey s’est rendu à une réunion à la mairie de Kansas City jeudi dernier où les retraités s’étaient rassemblés pour un débat sur les baisses de retraites massives proposées par la caisse de retraite centrale de l’État, qui assure 400.000 participants et qui pourrait tomber en faillite dans la décennie à venir.

« Une loi controversée de 2014 permet à la caisse de proposer des baisses (importantes), bien souvent de 50 %, voire plus, afin de tenter le sauvetage de la caisse. Le Kansas City Star avait également ajouté quelques jours plus tôt que « 2 autres caisses moins importantes ont également tentés de bénéficier d’un moment de répit via cette loi » tandis que bien d’autres caisses de retraite sont significativement sous-financées. » (source)

baisse-retraites

Comme l’a dit Jay Perry :

Ce qui nous arrive est un avant-goût de ce qui va se passer avec les autres caisses de retraite des États-Unis

Durant les périodes de boum, c’était amusant pour le gouvernement et les sociétés de promettre des retraites exorbitantes sur base d’un modèle de croissance sans limites. Aujourd’hui, la réalité fait un retour fracassant.

N’oubliez pas non plus qu’il ne s’agit que de la première étape de la destruction des caisses de retraite. Comme mentionné ci-dessus, le jugement de la Cour Suprême autorise le gouvernement des États-Unis à intervenir et à saisir les caisses qui ne sont pas performantes.

La première étape consiste donc à réduire drastiquement les retraites, ce qui est en train d’avoir lieu et va se poursuivre alors que les caisses de retraite ne parviennent plus à tenir leurs engagements aux 4 coins du pays. Ensuite, le gouvernement pourra, en raison de leur « manque de performances », saisir sans autre forme de procès tout ce secteur comme ils l’ont fait avec celui de la santé.

Ça va faire mal. Vous feriez bien de vous préparer à cette chute annoncée. »