Tags Posts tagged with "Prévisions or"

Prévisions or

0
lingot et pièces d'or

Article d’ETF Daily News, publié le 14 octobre 2016 :

Les analystes d’UBS Wayne Gordon et Giovanni Staunovo, qui sont à la tête de la Recherche du CIO de la gestion de patrimoine de la banque d’investissement, ont envoyé récemment une note à leurs clients les encourageant à acheter de l’or.

La politique à long terme de taux ultra bas de la Fed est derrière l’essentiel de la vision optimiste d’UBS pour le métal jaune. Gordon et Staunovo estiment que tant que la Fed ne relève pas substantiellement ses taux, et ce sur une courte période (et nous savons qu’une telle probabilité est infinitésimale), l’or devrait bien performer.

Globalement, la société prédit la hausse de l’or de son niveaux actuel jusqu’à 1350 $ l’once dans les 6 à 12 mois à venir, ce qui correspond à une hausse de 7 %. Cependant, cette prédiction optimiste à moyen terme comprend néanmoins une mise en garde.

Les analystes avertissent que l’or pourrait tomber jusqu’à 1225 $ l’once (soit une baisse de 2,3 %) dans les 3 mois à venir vu que les investisseurs attendent et ensuite digèreront la décision de la Fed en décembre.

Néanmoins, UBS pense qu’il y a très peu de chances de voir la Fed relever son taux directeur en décembre, ce qui sera en bout de course une bonne nouvelle pour l’or. « Une Fed réactive et une reprise modérée de l’inflation devraient pousser les taux d’intérêt réels en territoire encore plus négatif en 2017. Historiquement, cette configuration fut un moteur puissant pour faire grimper le métal jaune. »

cours GLD

Le SPDR Gold Trust ETF (NYSE:GLD) a baissé de 50 centimes (-0,42 %) à 119,53 dollars par part dans les échanges avant l’ouverture des marchés de vendredi. Depuis le début de l’année, l’ETF suivant le cours spot de l’or le plus important du monde, possédant pour plus de 38 milliards de dollars d’actifs, a grimpé de 18,3 %.

1
argent et or lingots et pièces

Article publié sur MineWeb.com le 18 juillet 2016 et intitulé :

L’or, Trump et les taux : la banque qui avait anticipé la hausse fixe son objectif à 1500 $

Les taux planchers et l’élection présidentielle soutiennent les cours, d’après DBS. L’or est engagé dans un marché haussier majeur et pourrait dépasser la barre des 1500 $ l’once alors que les taux planchers alimentent la demande et que l’élection présidentielle pointe à l’horizon, d’après DBS Group Holdings, qui avait prédit le marché haussier de 2016 et recommande aujourd’hui aux investisseurs d’acheter à chaque recul du métal.

« L’or a connu 4 marchés haussiers majeurs depuis 1970. En voici un nouveau », a déclaré Benjamin Wong, stratégiste devises de la division investissement de la banque basée à Singapour, via courriel. « Le marché devra encore faire face aux incertitudes politiques alors que l’élection présidentielle (américaine) du 8 novembre se rapproche. »

L’or a grimpé ce mois pour atteindre son plus haut depuis mars 2014, allant jusqu’à toucher 1375 $ l’once alors que la volatilité sur les marchés actions mondiaux, la propagation des taux négatifs et les remous engendrés par le vote de la Grande-Bretagne pour sortir de l’Union européenne ont alimenté la demande. Tandis que la date de l’élection américaine se rapproche, la Fed pourrait reporter sa prochaine hausse des taux et ainsi s’abstenir en septembre/novembre, ce qui pourrait bénéficier au métal jaune. La semaine dernière, Bank of America Merrill Lynch a aussi cité l’élection américaine parmi les facteurs qui pourraient pousser l’or jusqu’à 1500 $ l’once dans les 12 prochains mois.

« Nous sommes toujours optimistes pour l’or  (…), » a déclaré Wong, qui s’appuie également sur des graphes techniques pour justifier sa position, notamment une configuration de type « tête et épaules » inversée. En octobre dernier, DBS avait mentionné le potentiel de l’or pour 2016, en prédisant que la Fed ne relèverait ses taux que graduellement. En février, la banque enfonçait le clou en annonçant à nouveau des perspectives positives pour l’or.

Résultats du Brexit

L’or physique pour livraison immédiate, qui s’échangeait à 1329,20 dollars l’once ce lundi, fut au-dessus de la barre des 1500 $ pour la dernière fois en avril 2013, d’après les statistiques de Bloomberg. Après avoir baissé pendant 3 ans, le métal jaune est en hausse de 25 % en 2016 alors que les investisseurs ont dopé les avoirs en or physique des ETF.

Dans la course à la présidentielle américaine, le probable candidat républicain Donald Trump sera opposé à la Démocrate Hillary Clinton. Si les sondages annoncent un léger avantage pour cette dernière, les 2 candidats doivent composer avec des niveaux élevés d’opinions défavorables. La convention républicaine démarrera ce lundi.

« Dans les semaines à venir, alors que le débat politique s’intensifie aux États-Unis, le support pour l’or va se renforcer, » d’après Francisco Blanch, responsable de la recherche Matières Premières chez Bank of America Merrill Lynch, à l’occasion d’une interview avec Bloomberg Télévision Canada. Les taux d’intérêt à long terme sont plutôt cloués et finiront probablement par évoluer à la baisse avec le temps, a-t-il déclaré.

Tandis que la Fed a augmenté le coût de l’argent en décembre pour la première fois depuis presque une décennie, l’or a progressé cette année alors que les investisseurs anticipent désormais un rythme de relèvements futurs plus modeste. Les investisseurs évaluent  les chances de voir les taux être relevés en juillet à seulement 8 % tandis que cette probabilité passe à 44 % en décembre, d’après les mouvements sur les marchés à terme des taux.

Toute baisse de l’or entre 1296 et 1300 $ est une opportunité pour passer à l’achat, d’après Wong. Le prochain rebond pourrait franchir le seuil de résistance de 1380 $ pour ensuite grimper jusqu’à 1437 à 1455 $ l’once, a-t-il ajouté. « À long terme, si la figure « tête et épaules inversée » se réalise pleinement, l’objectif reste 1525 $ l’once. »

2
or physique

Article de GoldCore, publié le 31 mai 2016 :

« On assiste à une diversification vers l’or en raison des craintes concernant un éventuel BREXIT le 23 juin alors que les institutions avisées, les banques et les investisseurs se diversifient en faisant l’acquisition d’or, immunisé contre les taux négatifs.

L’une des plus vieilles banques privées du monde à être toujours en activité, Berenberg, créée en 1590 et gérants un portefeuille d’actifs de 40 milliards d’euros, a déclaré dans une interview que la demande pour les métaux précieux devrait entraîner « un rebond pouvant s’élever jusqu’à 40 % dans les 2 années à venir pour atteindre les niveaux que nous avons connus en octobre 2012, » d’après Bloomberg :

« Joh. Berenberg Gossler & Co. envisage d’augmenter le poids de l’or ainsi que d’autres métaux précieux dans son portefeuille d’actifs, pariant que la demande va grimper en raison des incertitudes qui planent autour des élections américaines et sur le vote sur l’appartenance de la Grande-Bretagne à l’Union européenne.

Le CEO Manfred Schlumberger, qui a rejoint la banque basée à Hambourg en janvier, s’attend à ce que l’or, l’argent et le platine rebondissent jusqu’à 40 % dans les 2 années à venir pour atteindre les niveaux que nous avons connus en octobre 2012. Pour cette raison, Berenberg va doubler le poids des métaux précieux dans son portefeuille d’investissement pour atteindre environ 10 % dans les semaines à venir, a-t-il déclaré. La compagnie gère environ 40 milliards d’actifs.

« Les gens avaient l’habitude de se tourner vers les obligations allemandes à 10 ans ou les Treasuries. Mais vu que ces actifs n’offrent aucun rendement, un nombre grandissant d’investisseurs va envisager l’achat de métal, » a déclaré Schlumberger dans une interview. « Ce secteur bénéficiera aussi des incertitudes politiques comme celles entourant le Brexit ou l’éventualité de l’élection de Donald Trump. Schlumberger a pour objectif un point d’entrée de 1200-1230 $ l’once. » (…)

Et si vous êtes échaudé par la correction que nous avons connue, les investisseurs positionnés sur les futures indiquent qu’il ne faut pas se décourager. Comme nous l’apprend cet article de MineWeb, les traders n’ont jamais autant payé dans un passé récent pour prolonger leurs paris sur l’or :

« Les traders or n’ont jamais payé autant depuis au moins 5 ans afin de prolonger leurs paris sur une hausse.

Le coût pour faire rouler des contrats à terme à une date ultérieure fut le plus élevé depuis environ 6 ans, d’après Bernard Sin, responsable du trading devises et métaux du raffineur genevois MKS SA. Les investisseurs qui possédaient des contrats à terme expirant en juin auront dû payer 3,4 dollars l’once le 23 mai afin de basculer leurs positions sur un contrat expirant en août, le mois le plus actif, d’après les données du Comex.

future-or-aout-2016

Les spéculateurs doivent faire rouler leurs contrats avant expiration afin de ne pas prendre livraison. Si les gestionnaires ont baissé leurs positions long d’un quart la semaine dernière, les paris sont toujours plus élevés de 76 % par rapport à la moyenne de ces 5 dernières années, comme le montrent les statistiques du gouvernement américain. (…)

« Le sentiment positif qui règne sur l’or à un coût pour les positions long, » a déclaré la semaine dernière Brad Yates, responsable du trading d’Elemetal de Dallas, l’un des plus gros raffineurs américains. « Un grand nombre de positions spéculatives commence à rouler, ils vendent donc juin pour acheter août. » (…)

2
or physique

Article de Bloomberg, publié le 11 mai 2016 :

« Le gestionnaire de hedge fund et milliardaire Paul Singer estime que le meilleur trimestre de l’or depuis 30 ans n’est probablement que le début d’un rebond alors que les investisseurs mondiaux, y compris Stan Druckenmiller, tentent d’estimer les conséquences sur l’inflation de politiques d’assouplissement monétaire sans précédent.

« Posséder de l’or semble très logique. D’autres investisseurs commencent peut-être à être enfin d’accord, » a écrit Singer le 28 avril dernier dans une lettre adressée à ses clients. « Les investisseurs sont de plus en plus nombreux à comprendre que les banquiers centraux du monde s’attellent principalement à la dévaluation de leur monnaie ».

L’or pour livraison immédiate a grimpé de 16 % durant les 3 premiers mois de l’année pour enregistrer sa plus grosse hausse trimestrielle depuis 1986 alors que la Fed mettait un terme à son serrage de vis monétaire et que le Japon persévérait dans les taux négatifs. Druckenmiller, l’investisseur milliardaire qui présente l’un des meilleurs bilans de la gestion de patrimoine, a déclaré la semaine dernière que l’or est la devise qu’il privilégie dans son portefeuille et que le marché haussier des actions était en bout de course.

Si la confiance des investisseurs dans le jugement des banquiers centraux devait continuer à faiblir, les effets sur l’or seront très puissants, a écrit Singer dans sa lettre. « Nous pensons que l’évolution du cours durant le trimestre de mars pourrait représenter quelque chose qui se rapproche plus d’un début que d’une fin de tendance. » (…)

Les prévisions de Singer contrastent avec l’opinion de Goldman Sachs. Tandis que la banque basée à New York a relevé ses prévisions concernant le cours de l’or dans une note du 10 mai, son équipe matières premières, Jeffrey Currie inclus, s’attend toujours à une baisse des cours de l’or dans les 12 prochains mois. Goldman Sachs annonce lors à 1200 $ l’or dans 3 mois, 1180 dans 6 mois et 1150 dans un an (contre respectivement 1100, 1050 et 1000 $ précédemment). (…) (note : ce que ne dit pas Bloomberg, c’est que Goldman vient de fermer sa recommandation de shorter l’or avec pour objectif les fameux 1000 $ après avoir encaissé des pertes de 4,5 % depuis le 15 février, source)

L’or pourrait grimper jusqu’à 1400 $ l’once dans les 12 prochains mois d’après BNP Paribas, en raison des inquiétudes des investisseurs concernant la capacité des banques centrales à soutenir la croissance. (…) »

Selon Jim Rickards, la branche gestion de patrimoine de JP Morgan recommande elle aussi à ses clients de se « positionner pour un nouveau marché haussier durable de l’or ». Pour pouvoir être client de cette entité, il faut posséder au moins 5 millions de dollars, et même bientôt 10 millions de dollars. Autant dire que ce genre de service ne s’adresse pas à l’Américain moyen.

1
argent et or lingots et pièces

L’or fut de loin l’actif majeur le plus rentable du premier trimestre 2016, malgré son repli de mars. D’abord abordée par quelques analystes minoritaires, de plus en plus de voix s’élèvent pour parler de l’éventualité grandissante du grand retour d’un marché haussier pour l’or. C’est le scénario de Greg Guenthner, un analyste qui ne porte le métal jaune dans son cœur que lorsqu’il le voit se préparer à grimper (source) :

« Les faits indiquant que la hausse du cours de l’or pourrait se prolonger durant l’été sont de plus en plus concrets, » a déclaré Greg Guenthner de notre salle des marchés.

Si vous nous suivez depuis longtemps, vous vous rappellerez que Greg avait anticipé le marché baissier de l’or en février 2013 alors que le métal jaune passait en dessous de la barre des 1650 $ l’once. Vous faisiez même peut-être partie de ceux qui l’ont traité de tous les noms, « antéchrist » étant probablement l’insulte la plus mémorable de toutes.

Greg analyse toutes les classes d’actifs de façon neutre. Il devient optimiste quand l’analyse technique l’est.

« Personne n’a prêté attention au métal jaune lorsqu’il a commencé à monter en janvier, » a écrit Greg. « La fausse baisse de la fin janvier a provoqué cette réaction. L’or était englué dans une spirale négative. Cette nouvelle baisse semblait donc logique. »

Mais comme la plupart des analystes techniques le savent, une fausse baisse engendre souvent un mouvement fort dans la direction opposée. Lorsque l’or a repris pied sur son niveau de début d’année, il s’est envolé. Le marché haussier de l’incrédulité commençait. Et il se poursuit vigoureusement. »

Pour l’avenir, Greg anticipe 2 catalyseurs pour l’or alors que nous nous dirigeons vers l’été : la faiblesse du dollar et la réalisation grandissante que la Fed n’a aucune idée de ce qu’elle fait.

« La hausse de l’or ne sera pas parfaite. Attendez-vous à beaucoup de volatilité, à de nombreuses secousses. Les comebacks ne sont jamais simples et propres. Mais ils sont puissants. »

Bloomberg via MineWeb, qui a interrogé dans un article du 3 avril 2016 des gestionnaires, pose une analyse similaire :

« Malgré un mois de mars terme, les gestionnaires parient sur le fait que l’actif le plus rentable du T1 2016 a encore de la marge.

Alors que l’or a reculé sur les marchés à terme par rapport à son plus haut de 13 mois, jamais les hegde funds n’ont été aussi bullish depuis janvier 2015. Le métal jaune a connu son plus grand gain trimestriel depuis 30 ans, les turbulences des marchés financiers et la croissance économique mondiale en berne ayant dopé la demande d’or.

Janet Yellen a déclaré la semaine dernière que les banquiers centraux américains devaient « être prudents » quant à leur planning de hausse des taux en raison des risques qu’il fait peser sur l’économie mondiale. La société londonienne spécialisée dans la recherche Metals Focus s’attend à voir les investisseurs se tourner davantage vers le métal en raison du statu quo des taux. Les actions de sociétés comme Newmont et Freeport-McMoRan ont bénéficié de la hausse de l’or. (…)

« On assiste à un changement radical aux 4 coins du monde : on réalise que les politiques monétaires n’ont pas eu l’efficacité escomptée par les banques centrales. Il n’y a pas d’inflation. Les taux baissent. C’est actuellement positif pour l’or, » a déclaré Maria Smirnova, gestionnaire chez Sprott Asset Management à Toronto.

Paris sur l’or

Les hedges funds ont augmenté leurs positions long sur les marchés à terme et des options de 2,1 % à 164 946 contrats durant la semaine se terminant le 29 mars, d’après les chiffres publiés par la CFTC. Les gestionnaires ont augmenté leur paris sur une hausse durant 3 des 4 dernières semaines. (…)

« Les fondamentaux, en particulier les politiques monétaires accommodantes au niveau mondial, sont très positives, » a déclaré Adrian Day, président d’ Adrian Day Asset Management à Annapolis, qui gère 146 millions de dollars. « Le billet vert semble avoir plafonné, tout du moins à court terme. »

Même si un dernier intervenant pense que la Fed est plus proche d’une hausse des taux que le marché le pense et que cela pourrait impacter négativement l’or.

0

John Embry Prévisions Or ArgentJohn Embry, qui fête cette année ses 50 ans d’expérience sur le marché de l’or et de l’argent, nous livre ses impressions.

Embry : « Si on en croit le rapport COT (discuté dans l’article précédent), on voit qu’il y a un lourd revers de tendance depuis la baisse récente du cours de l’or. Les acteurs commerciaux s’étaient positionnés pour une baisse depuis l’annonce du dernier assouplissement monétaire. D’après les chiffres du COT, les positions short ont fondu comme neige au soleil, si on peut les croire. Je ne pense pas qu’ils soient toujours dignes de confiance, mais si ces chiffres sont corrects, cela prouve que les acteurs commerciaux savent très bien quelle est la tendance future pour l’or et l’argent, à savoir une grosse hausse. »

À propos de la situation des métaux précieux, au vu de sa longue expérience de 50 ans :

John Embry : « tout a tellement changé par rapport à mes débuts. Cela n’a plus rien à voir. Le trading à haute fréquence (HFT), les algorithmes et les manipulations en général, ces marchés n’ont plus rien à voir avec ce qu’ils étaient il y a 20, 30 ou 50 ans. Et pas pour le meilleur.

Je pense que nous allons payer très cher ce qu’il se passe, car les valorisations ne se font plus de façon libre. Tous les marchés sont manipulés, car les banques centrales tentent de faire croire au grand public que tout va bien. Or, comme vous le savez, c’est tout sauf la joie.

Si on regarde les chiffres chinois, ils n’ont aucun sens. L’un des gros problèmes actuels, c’est qu’ils ont déversé tant de liquidités sur le système que la valeur de la monnaie va en pâtir. En Chine, il faut créer de plus en plus de dette pour obtenir un dollar de croissance du PIB. C’est un mauvais signe. Et je ne crois pas du tout alors croissance de 7 ou 8 %. Il suffit de voir la situation de leurs marchés clés, comme l’Australie. Ils se sont affaiblis.