Tags Posts tagged with "Révolution technologique"

Révolution technologique

0

Émettre des vœux pieux ne peut faire office de solution. Le monde du travail a changé et la vitesse de ce changement s’accélère. Malheureusement pour ceux qui voudraient remonter le temps pour retourner à l’époque dorée des emplois de production peu qualifiés, bien rémunérés et des postes administratifs abondants : l’histoire n’est pas dotée de marche arrière.

Le monde du travail ne sera plus jamais « comme au bon vieux temps » des années 1955, 1965, 1985 ou 1995. (…) Ceux qui espèrent revenir à la situation d’antan prennent leurs désirs pour des réalités :

L’automatisation est censée créer plus d’emplois qu’elle en détruit en vertu de ce qui s’est passé durant la première et seconde révolution industrielle. Ces personnes s’attendent à ce que la révolution numérique (ou 3e révolution industrielle) confirme la règle du jamais deux sans trois mais ce ne sera pas le cas : les révolutions technologiques précédentes ont permis de créer des dizaines de millions d’emplois peu qualifiés remplaçant d’autres emplois peu qualifiés détruits par la technologie.

Par exemple : des millions de fermiers ont quitté les champs pour occuper les emplois d’ouvriers dans les usines de la première révolution industrielle. Durant la seconde révolution industrielle : des millions d’ouvriers ont quitté les usines pour occuper des emplois dans la vente et l’administratif.

Les postes d’employés de bureau, censés requérir un diplôme d’enseignement supérieur, purent être appris en quelques heures, quelques jours ou quelques semaines. Peu d’efforts étaient nécessaires pour rester à jour avec son métier.

La 3e révolution industrielle, la révolution numérique ne crée pas des dizaines de millions d’emplois peu qualifiés et ne le fera jamais. Pire encore pour ceux qui vivent d’espoir, la révolution numérique détruit de l’emploi qualifié dans les technologies ainsi que dans tous les pans des services.

Ceux qui espèrent remplacer les emplois peu qualifiés dans le secteur des services par des emplois de programmeurs seront déçus car la programmation s’automatise aussi.

Les emplois créés sont peu nombreux et extrêmement qualifiés. Il ne s’agit pas de postes à responsabilités traditionnels de type patron/employés. La véritable croissance se trouve dans la collaboration entre pairs et ce que j’appelle le travail hybride de personnes créatives et mobile, de travailleurs qui disposent de grandes compétences techniques, créatrices et sociales capables de s’adapter rapidement aux technologies, qui aiment apprendre constamment et disposent de capacités d’adaptation hors du commun. (…)

Il ne sera pas possible de corriger la situation par l’enseignement. Dans le monde réel, même les salaires des profils les mieux formés stagnent :

salaires-niveau-education

Les changements structurels qui bouleversent le marché du travail sont visibles dans les graphiques suivant :

Le taux de participation à la population active plonge malgré la « reprise économique » :

taux-participation-population-active

Le taux de participation à la population active des hommes ne cesse de décliner depuis des décennies :

taux-participation-population-active-hommes

Les emplois à temps partiel ne fournissent pas un revenu suffisant pour créer un ménage ou une famille tandis qu’ils sont également insuffisants pour alimenter en taxes l’État-providence. Les seuls emplois qui comptent sont ceux à temps plein mais ceux-ci n’ont toujours pas atteint leurs niveaux de 2007 malgré un PIB en hausse et une population supérieure.

emploi-temps-plei

En tant que pourcentage du PIB, les salaires baissent depuis des décennies.

salaire-PIB-pourcentage

Le statut d’indépendant est la source de l’entreprenariat et des PME. Comme vous pouvez le constater, ce secteur est également en déclin depuis des décennies.

statut-independant

Il est temps de se réveiller. (…)

Traduction condensée de l’article de C. H. Smith, publié sur Daily Reckoning

0

La robotisation, comme la révolution industrielle en son temps, est en train de bouleverser les méthodes de production et donc le marché du travail. D’après John Robb ancien pilote de l’US Air force mais également inventeur et auteur, la robotisation va bientôt atteindre des niveaux proches de la science-fiction : 

« Cela fait une décennie qu’une transformation profonde a lieu. Nombreux sont ceux parmi nous qui en ont entendu parler ou l’ont ressenti, celle-ci faisant vaciller les fondations d’un système socio-économique mondial déjà en décrépitude.

Votre opinion sur cette transformation variera en fonction de votre vision du monde. Je la perçois en tant que transformation technologique. Une transformation qui va tout chambouler. (…) Il ne s’agit pas de science-fiction : c’est pour bientôt.

Jusqu’il y a 300 ans le monde dépendait du travail des humains principalement manuel. Les compétences et les méthodes requises pour faire ce travail se trouvaient principalement dans la tête de celui qui l’effectuait. Des structures ont été créées pour rassembler la main-d’œuvre nécessaire pour effectuer des travaux à grande échelle tandis que les guildes sont apparues pour protéger cette connaissance.

Pour dépasser les limitations du travail manuel, nous avons développé quelque chose de neuf : l’automatisation. Le monde a été transformé par l’apparition des machines (physiques ou programmes informatiques) qui font le travail pour nous. L’automatisation se base sur un processus scientifique qui détermine les étapes d’une tâche et qui les transforme en machines qui les effectuent.

Cependant nous n’avons pas atteint les limites de l’automatisation. Pourquoi ? L’automatisation est limitée par la capacité humaine de construire les modèles cognitifs nécessaires à la construction des machines.

Pour dépasser ces limites, nous construisons désormais des machines cognitives capables de construire leur propre modèle du fonctionnement des choses et de la façon d’accomplir des tâches. Contrairement aux machines qui servent à l’automatisation, ces machines ne sont pas construites de façon traditionnelle. Elles sont capables de résoudre des problèmes bien plus complexes que les tâches effectuées par la robotisation.

Le grand changement est que ces machines se « construisent » elle-même. Elles accumulent leurs aptitudes comme le font les humains : via l’apprentissage, la formation et l’expérience. Cependant elles sont capables d’apprendre bien plus vite que nous. Une fois la connaissance acquise, elles peuvent la transmettre à d’autres machines, instantanément, et dans le monde entier (cloud robotique).

Si vous pensez que ceci n’a aucune importance, vous avez tort. Il s’agit du bond technologique le plus important depuis les débuts de l’automatisation, il y a plus de 300 ans, un changement qui va tout bouleverser. Notamment au niveau de l’économie, de la guerre et de la politique, que nous pensions immuables. »

Photo : chaîne de montage Tesla aujourd’hui et chaîne de montage Ford de 1941 (photos originales Flickr : source et source).