Tags Posts tagged with "Ron Paul"

Ron Paul

0
Fed taux

Article de Ron Paul, publié le 17 juillet 2016 sur SafeHaven.com :

« Les adversaires des banques centrales devraient profiter de la montée du sentiment sécessionniste engendré par le résultat du Brexit pour promouvoir la sécession du système des banques centrales, une sorte de « Fed-Exit ». Mettre un terme au monopole de la Fed sur l’émission de la monnaie est crucial pour restaurer et maintenir notre liberté et notre prospérité.

En manipulant la masse monétaire pour fixer les taux d’intérêt, la Fed est engagée dans la fixation des prix. Après tout, les taux ne sont rien de plus que le coût de l’argent. Comme tous les prix, ils communiquent aux acteurs des marchés des informations à propos des conditions économiques. Les tentatives de la Fed de remplacer les taux de marché par ses taux faussent les signaux envoyés aux entreprises, aux investisseurs et aux consommateurs. Le résultat de cette distorsion est une succession de pics et d’effondrements économiques engendrés par la Fed.

Les actions de la Fed influencent l’intégralité de l’économie tout en affectant la vie de tous les Américains, ainsi que des citoyens du reste du monde. Il n’est donc pas exagéré de dire que cette tentative de fixer les taux est le cas le plus néfaste de fixation des prix.

De nombreuses personnes qui s’opposent habituellement à l’interventionnisme gouvernemental sur les marchés affirment que le système des banques centrales pourrait fonctionner si la Fed adhérait à des règles monétaires. Les partisans de cette solution affirment qu’une approche basée sur des règles fixes apporterait stabilité et prévisibilité aux politiques monétaires, et ce faisant nous mènerait vers la prospérité. Mais même sous un tel système, la Fed conserverait le pouvoir de manipuler les taux. Avec tous les problèmes susmentionnés. (…)

Récemment, de nombreux gauchistes ont rejoint les rangs des libertariens et des conservateurs qui critiquent la Fed. Les critiques de gauche de la Fed se focalisent souvent sur le fait que ses politiques favorisent les grosses banques, Wall Street et d’autres intérêts particuliers tandis qu’elles font du tort aux Américains moyens. Malheureusement, mais sans surprise, de nombreux gauchistes ne souhaitent pas un marché libre de l’argent. Ils veulent plutôt une Fed plus démocratique. Avec plus de membres de son comité confirmés par le Sénat, notamment. Ils sont également en faveur de la nomination de personnes extérieures.

Les gens de gauche qui critiquent la Fed ont raison lorsqu’ils affirment que les grandes banques et les institutions financières puissantes ont trop d’influence sur les politiques monétaires. Si la réforme qu’ils souhaitent pourrait réduire l’influence de Wall Street sur les politiques monétaires, elle mènera probablement au renforcement de l’influence de l’État profond, ce réseau de capitalistes de connivence, de lobbyistes, de politicards et d’autres profils, qui travaille dans l’ombre pour contrôler nos politiques économiques et étrangères.

De nombreux gauchistes pensent que les classes moyennes et ouvrières bénéficieraient de politiques monétaires « stimulantes » (soit inflationnistes). Penser que l’inflation est positive pour l’Américain moyen est un déni de réalité. Ce sont les Américains moyens qui souffrent le plus lorsque les bulles créées par les politiques inflationnistes de la Fed finissent inévitablement par éclater. Les véritables bénéficiaires de l’inflation sont les capitalistes de copinage et les politiciens dépensiers.

Au lieu de dépenser de l’énergie inutile à réformer la Fed, ceux qui souhaitent la restauration véritable des marchés libres, la réduction des inégalités et la promotion de la paix et de la prospérité pour toutes et tous devraient oeuvre pour un Fed-Exit. La première étape consiste évidemment à ratifier la loi Audit the Fed.

Lorsque le congrès et le peuple comprendront toute la vérité à propos de la Fed, ils pourront commencer à considérer les meilleures méthodes pour y mettre un terme. Toute une série d’étapes peuvent et devraient être entreprises pour atteindre ce but. Je les expliquerai dans un autre article. »

1
Ron Paul

Article de Ron Paul, publié le 9 juin 2016 sur DailyReckoning.com :

« 34 ans après sa première publication en 1982, « The Case for Gold » (les arguments en faveur de l’or) reste incroyablement actuel. « The Case for Gold » est le rapport minoritaire de la US Gold Commission ; il s’agit d’un plaidoyer complet et poussé pour une monnaie saine.

Aujourd’hui, le Case for Gold reste une pièce intemporelle d’érudition. Elle offre aux générations futures un avertissement prescient ainsi que la voie à suivre pour se doter d’une monnaie saine et d’un dollar stable.

Lorsque mon collègue de la commission Lewis Lehrman et moi-même avons soumis ce rapport minoritaire, 10 ans avaient passé depuis l’enterrement définitif des vestiges du standard or via un décret exécutif de Richard Nixon. Ces 10 années d’interventions auraient dû nous montrer tout ce que l’histoire humaine nous enseigne :

Lorsqu’un pays adopte l’argent papier, qui peut être produit à l’infini, en tant que base de son système monétaire, les résultats ne peuvent être positifs pour la population. Les élites et le gouvernement peuvent bien s’en sortir pendant un certain moment, mais en bout de course c’est le peuple qui souffre. Les expérimentations à base d’argent papier, souvent adopté en tant que de solution temporaire, ne finissent jamais bien.

Les années 70 furent une décennie de malaise économique, résultat d’une dizaine d’années de politiques monétaires accommodantes de la part du gouvernement américain. L’hémorragie d’or des années 60 a poussé le président Nixon à annuler la convertibilité du dollar en or en 1971, coupant ainsi le dernier lien entre le dollar et l’or.

Les années suivantes furent le théâtre de l’émergence de la stagflation, lorsque l’inflation et le chômage grimpèrent de concert. Les taux d’inflation atteignirent les 2 chiffres à la fin de la décennie alors que le chômage continuait de grimper, plafonnant jusqu’à 11 % au début des années 80. C’est dans ce contexte économique que l’appel à la création de la US Gold Commission fut lancé.

En 1980, le sénateur Jesse Helms introduisit un amendement au Sénat, alors que j’en faisais de même à la chambre des représentants, afin d’établir une commission pour examiner l’utilisation de l’or dans le système monétaire. (…)

Si le président Reagan était favorable au standard or, il ne fit rien pour restreindre les membres anti or de son administration. Ce qui explique pourquoi la Gold Commission déborda de supporters de la Fed et de l’argent papier. Les dés étaient pipés dès le départ au détriment des partisans de l’or.

Malgré la recommandation finale de la commission en faveur du système de l’argent papier, ses travaux ont débouché sur des développements positifs, comme la possibilité d’adopter une législation autorisant la fabrication de pièces d’or par les monnaies des Etats du pays ainsi que la publication du rapport minoritaire de la commission, The Case for Gold. (…)

La majorité de la recherche historique de ce rapport fut effectuée par l’éminent économiste de l’école autrichienne Murray Rothbard. Il était le plus grand spécialiste de l’histoire monétaire américaine. Son travail montre très clairement que l’intervention du gouvernement dans les affaires monétaires atteint son pic durant les crises économiques. The Case for Gold explique toutes ces interventions, leurs effets désastreux ainsi que les étapes à suivre pour libérer les marchés et rendre à l’or son rôle légitime de monnaie tangible ultime.

Dans ce rapport, nous avions prédit que sans des changements substantiels, la nation ferait face à des difficultés économiques durables, à des cycles économiques, à la dépréciation du dollar, à l’alourdissement du poids du gouvernement et à la baisse continue des libertés individuelles. Malgré des illusions éphémères de prospérité en hausse qui se sont révélées être des soufflés, ces prédictions se sont indiscutablement réalisées.

Depuis cette époque, personne n’a œuvré pour réduire le poids du gouvernement. Simultanément, l’Américain moyen dispose moins de pouvoir d’achat qu’à n’importe quel moment depuis les années 70 alors que la valeur du dollar a chuté brutalement depuis 1971. Le revenu médian a à peine grimpé durant toute cette période. La dette d’un trillion de dollars de l’époque s’est muée en dette de 19 trillions.

Le système bancaire est cassé. Les contribuables et les épargnants sont pillés quotidiennement à des niveaux sans précédent pour maintenir en vie toute une série de banques zombies, des créances douteuses, un taux de chômage élevé, des faibles créations d’entreprises et un gouvernement en faillite. C’est pourquoi de nombreux jeunes n’ont aucun espoir pour leur avenir. (…)

Comment changer les choses ? Dans notre rapport de 1982, nous avions suggéré plusieurs pistes de réformes, comme redéfinir la valeur du dollar sur base d’une certaine quantité d’or, de nouveaux standards libéralisés pour le secteur bancaire et la monnaie, etc. (…)

Aujourd’hui, je suis enthousiaste de voir que les jeunes générations se passionnent pour ce sujet. Elles comprennent que la Fed n’est rien d’autre qu’une autre entité bureaucratique comme Washington. Elle est perçue en tant que menace pour leur futur. C’est positif. Il y a également beaucoup de pression sur la Fed pour qu’elle soit plus transparente. Aujourd’hui, son pouvoir est enfin remis en question.

Le système à base d’argent papier de la Fed est la source majeure de nos soucis économiques. Il explique pourquoi le Congrès ne peut contrôler ses dépenses, pourquoi il peut financer ses guerres et l’État policier. Le monopole de l’argent papier fausse les signaux économiques, il crée des cycles de boums et d’effondrements. Il vole les Américains avec la taxe insidieuse qu’est l’inflation. (…)

Le besoin de réforme n’a jamais été aussi urgent. Les raisons sont fondamentalement les mêmes que lorsque le rapport a été publié pour la première fois. Ces principes sont immuables. La liberté et la monnaie saine sont inséparables. La monnaie doit être rendue au peuple des mains du gouvernement et de l’appareil de planification de la banque centrale. Le socialisme ne fonctionne jamais, au contraire de la liberté. »

0
Fed taux

Déclaration de Paul Broun, membre du Congrès, qui a poussé pour l’adoption d’une loi visant à auditer intégralement la Fed, après son adoption à la chambre des représentants avec une énorme majorité (333 contre 92), dans un vote dépassant le clivage Démocrates-Républicains :

« Aujourd’hui, le vote de la loi « Audit the Fed » nous rapproche davantage du besoin pour notre nation concernant la transparence de nos politiques monétaires. Durant les 100 dernières années, la Federal Reserve, une agence dépendant quasi du gouvernement, a agi sous le sceau du secret, contrôlant notre politique monétaire, et donc notre économie. Tandis que durant ces dernières années, la Fed s’est vue octroyer un plus grand rôle dans la supervision de notre système financier, la loi actuelle interdit l’audit des délibérations, des décisions ou des actions sur la politique monétaire de la Fed. Ce manque de responsabilité et de transparence a mené à des conséquences graves, et cela doit s’arrêter.

J’applaudis mes collègues, Républicains comme Démocrates, pour leur soutien à cette loi vitale, et je remercie mon vieil ami et ancien collègue Ron Paul pour son leadership sur ce problème important. J’encourage fortement le leader de la majorité au Sénat Harry Reid de se souvenir de son support pour cette loi, qu’il avait exprimé encore en 2010, afin de la présenter au Sénat pour vote, pour que nous puissions enfin fournir la responsabilité gouvernementale et la transparence que le peuple américain mérite, et dont il a besoin. »

Cependant, durant ces dernières années, Harry Reid a refusé de présenter la loi au Sénat pour vote, alors que durant sa carrière, il a appelé à de nombreuses reprises à un audit de la Fed. Rand Paul va désormais tenter d’obtenir un vote de cette loi au Sénat, mais on risque d’assister au remake du blocage de 2012, après que la chambre ait déjà voté le texte, mais avec une plus courte majorité.

Source : http://www.thewestwire.com/h-r-24-audit-the-fed-bill-passes-in-house/