Tags Posts tagged with "Sanctions"

Sanctions

Voici comment la Russie est de plus en plus isolée… Elle vient de signer avec l’Arabie Saoudite 6 accords de coopération principalement énergétiques et notamment concernant le nucléaire civil. C’est ce que nous apprend cet article de rt.com suite au Forum économique international de Saint-Pétersbourg qui s’est tenu vendredi dernier dans la capitale culturelle de la Russie.

Actuellement, l’Arabie Saoudite n’exploite pas l’énergie atomique mais le pays du Golfe a de grandes ambitions en la matière. Il vient de trouver un partenaire de choix avec Rosatom. Dans le cadre de cet accord, la Russie pourrait fournir des réacteurs et du combustible.

Les deux géants du secteur pétrolier se sont également accordés pour la création d’un groupe de travail afin de développer des projets énergétiques communs a déclaré le ministre russe de l’énergie Alexander Novak. La Russie a insisté sur le fait qu’elle ne cherche pas à remplacer ses partenaires énergétiques actuels mais à en trouver de nouveaux. Les deux pays sont également prêts à coopérer dans de nombreuses autres sphères, a indiqué le ministre, comme le développement des infrastructures et le secteur pharmaceutique.

Pour la Russie, il s’agit d’un grand succès alors que sa politique extérieure est aux antipodes de celle de l’Arabie Saoudite. Les deux nations se sont notamment opposées sur la Syrie, Moscou est l’un des grands soutiens de l’Iran que Riyad considère comme un rival. La Russie a également critiqué les bombardements saoudiens au Yémen.

Depuis l’arrivée du nouveau roi en Arabie Saoudite, les choses semblent changer. Celui-ci avait notamment remis de l’ordre dans l’équipe dirigeante du pays. Ce rapprochement avec la Russie semble augurer un changement de cap dans la politique étrangère de l’Arabie Saoudite qui était jusqu’à présent l’un des plus fidèles alliés des États-Unis.

1

Suite à la cabale dont est victime la Russie, sur laquelle des sanctions en tout genre se sont abattues sur base de toute une série d’accusations fallacieuses (vol MH-17 sur laquelle la presse occidentale et tout à coup muette, intervention russe en Ukraine alors que l’ingérence américaine a, elle, été démontrée), Moscou avait annoncé son intention de mettre en place un système alternatif à SWIFT.

SWIFT est le réseau global par lequel la grande majorité des transactions bancaires internationales  transitent. De nombreux politiciens avaient appelé à l’exclusion de la Russie de celui-ci, même si, en principe, SWIFT est un organisme indépendant qui n’a aucune raison d’exclure un membre, à moins que des lois interdisant tout échange financier entre certains pays et la Russie ne soient votées…

Quoi qu’il en soit, la Russie avait décidé de ne prendre aucun risque en préparant un système alternatif à SWIFT, qui devait être prêt d’ici mai. Cependant, il semblerait que la chute rapide du yuan ait décidé les autorités russes à accélérer les choses : le système sera testé par 8 banques à partir du 15 décembre, dont les banques Rossiya et SMP, sous le coup des sanctions occidentales.

Le responsable du NPS, le système de paiement national russe, Vladimir Komlev, a déclaré à Rossiya 24 TV : « ce projet pilote implique la banque SMP et la banque Rossiya, pour qui ce projet est extrêmement critique et important. (…) »

Cette décision entre dans le plan global de la Russie, qui est de s’affranchir de la domination occidentale et de ses marchés financiers. (…) Parmi les autres banques impliquées, il y a également la VTB, la seconde banque de Russie. Récemment, son management a insisté sur le besoin de renforcer l’autonomie du système financier russe et de se détourner du dollar, a rapporté Vedomosti. »

La technologie de NPS (un organisme qui fut créé en 2014 après que certaines banques russes aient été frappées par les sanctions occidentales, sur base desquelles les systèmes VISA et MasterCard ont été suspendus depuis mars dernier en Russie) se repose sur les protocoles existants, si bien que les banques ne devront pas modifier leurs programmes.

Source : extraits de l’article de ZeroHedge

0
pays émergents

« La relation entre la Russie et l’Europe est assez bizarre. Tout le monde sait que les Européens ont frappé la Russie de sanctions, mais récemment, on n’entend plus du tout le Vieux Continent alors que la Russie continue ses mouvements de troupes et de chars à la proximité de la frontière avec l’Ukraine.

Bien sûr, la Russie a également été sanctionnée par les États-Unis. Certaines de ces sanctions ont fait des dégâts. Mais depuis mars, depuis que la crise ukrainienne est à son paroxysme, le rouble a augmenté par rapport à l’euro. Il est donc étonnant de voir que les sanctions affectent plus l’Europe que la Russie.

De son côté, Moscou n’a brandi qu’une sanction, à savoir le boycott de certains produits d’alimentation européens. Les pays baltes souffrent, la France est en pleine tourmente politique alors que son économie est à l’agonie. Si on regarde ailleurs en Europe, c’est difficile de trouver de la croissance, même l’Allemagne patine.

Dans ce contexte, les Russes procèdent à des achats d’or jamais vu. Il est intéressant de noter qu’au lieu d’essayer de défendre le rouble, les Russes achètent du métal. Jusqu’à présent, cette stratégie semble marcher. La Russie a même annoncé qu’elle comptait laisser fluctuer librement le rouble.

Cela m’indique que les Russes sont très confiants à propos de leur situation monétaire. Reste à savoir pourquoi. Je ne vois qu’une seule réponse : la Chine. La Chine dispose de réserves de 4 trillions de dollars. Cela signifie que les Chinois peuvent supporter le rouble d’un claquement de doigts.

Le fait que les Russes achètent de l’or est une autre indication que les Chinois soutiennent ce marché. Les Chinois ont dit aux Russes : vous pouvez acheter de l’or sans problème parce que nous avons instauré un minimum sur le marché.

Les Chinois collaborent étroitement avec les Russes parce qu’ils ont besoin de leurs matières premières et de la coopération de son armée. La Chine souhaite une Russie forte, c’est pourquoi elle lui a conseillé d’acheter de l’or.

Ce n’est pas cela qui fera monter l’or à 2000 $ l’once, mais c’est la preuve selon moi que nous avons surmonté le pire et que désormais, les Chinois soutiennent le marché.

Goldman Sachs n’avait sûrement pas anticipé cette situation. La Chine empêche le métal jaune de baisser davantage. Mais à long terme, entre 5 et 10 ans, le cours de l’or devrait augmenter de 10 à 15 fois.

L’or fera partie du nouveau système monétaire. Il n’y a aucun doute là-dessus. Il consistera en un panier de devises, dont le métal. Nous vivons donc une période excitante alors que cette transition aura bientôt lieu. C’est ce qui explique pourquoi l’Orient, dont la Russie et la Chine, achète autant d’or physique. Ils savent ce qui nous attend. »

Source : interview de Stephen Leeb sur KWN

La mondialisation, c’est bien pour les États-Unis, mais quand on commence à perdre le privilège d’émettre la monnaie de réserve, à savoir le dollar, et que l’on se met d’autres grands pays à dos à force de vouloir dicter sa loi aux 4 coins de la planète, cette mondialisation signifie que vos adversaires peuvent vous faire mal. Pour John Embry, la Russie dispose des armes pour mettre financièrement à genoux l’accident. Et il nous explique pourquoi (source KWN) :

John-Embry-Or-Russie

« Je suis attentif à pas mal de choses en ce moment, mais je me concentre surtout sur la situation en Ukraine. Je ne pense pas qu’il existe quelqu’un d’assez stupide pour démarrer une guerre mondiale, par contre il y a de grandes chances qu’une guerre économique se développe.

Les États-Unis visent déjà assez durement Poutine avec leurs sanctions, maintenant il y a des rumeurs qui affirment qu’ils voudraient s’en prendre à ses milliards (note : pour autant qu’il les ait…). Poutine devra répondre à un moment donné, et il a les armes pour le faire.

J’ai également lu un article fascinant d’Ambrose Evans Pritchard, pour qui j’avais beaucoup de respect jusqu’à cet article. Il l’avait intitulé : « l’Amérique a dompté sa crise de la dette à une vitesse incroyable ». Son article détaille ensuite toute une série de chiffres sur le sujet. Mais il omet beaucoup de points importants, notamment que les taux d’intérêt sont artificiellement bas. L’idée que les États-Unis aient dompté leur crise de la dette est donc risible. Mais il s’agit de la propagande classique qui se développe durant une guerre économique.

Standard & Poor’s a également dégradé la note de la Russie (un cran au-dessus des obligations pourries), ce qui est très intéressant quand on connaît la situation de la dette russe. Les Russes ont une dette de seulement un peu plus de 10 % de leur PIB, pour plus de 100 % en ce qui concerne les États-Unis. Sans parler des engagements futurs sans financement qui représentent probablement 4 à 5 fois ce chiffre.

Sur des bases purement comptables, je dirais donc que la situation de la Russie est bien meilleure que celle des États-Unis. Il faut également prendre en compte que les Russes disposent d’un excédent commercial massif, ainsi que des réserves en devises positives, alors que les États-Unis présentent un déficit commercial structurel conséquent.

Si la dette russe est juste au-dessus des obligations pourries, que dire de la dette américaine alors ? Personne en Occident n’en parle. Poutine peut pourtant répliquer. Je vais vous expliquer comment en évoquant une petite leçon d’histoire.

En 2005, j’ai participé à une conférence du GATA. Ce fut un événement très intéressant car il expliquait en détail tout ce qui se passe sur le marché de l’or. Un conseiller du président russe était présent pour s’informer à propos de la manipulation du cours de l’or par les banques centrales occidentales.

À la fin de la conférence, l’or valait 436 $ l’once, et à l’époque personne du côté des médias dominants ne s’attendait à une hausse conséquente dans un avenir proche. Mais dans les 9 mois qui suivirent, le cours augmenta de 290 $. Une augmentation de presque 70 % en 9 mois ; une hausse impressionnante, d’autant que personne ne s’y attendait.

Je pense que cette hausse fut la conséquence de l’implication russe sur le marché de l’or. Ils l’ont analysé et se sont dits : ce marché est complètement manipulé, il s’agit d’une excellente opportunité pour nous. Je le savais car l’un de leurs représentants s’envola immédiatement pour Moscou à la fin de la conférence afin de remonter l’information.

Revenons à notre époque : je pense qu’il est facile de comprendre que le marché de l’or est bien plus vulnérable aujourd’hui. Il est clair qu’il existe 100 certificats papier pour chaque once d’or physique disponible dans le système occidental. Si quelqu’un se mettait à parier massivement sur l’or, cela pourrait devenir chaotique. C’est quelque chose que Poutine pourrait faire, car il comprend parfaitement le marché de l’or, ou encore les Chinois.

Car si le cours de l’or et de l’argent devait atteindre leur valorisation réelle, Egon von Greyerz parle de 10.000 $ l’once pour l’or et je suis d’accord avec lui, le château de cartes de l’or et de l’argent papier s’effondrerait.

Je pense également que cela aurait des conséquences dramatiques sur les taux d’intérêt. Si les États-Unis devaient subitement payer des taux d’intérêt en adéquation avec le risque que leur dette présente, en termes de risque de défaut et d’inflation, cela pourrait mettre le système financier occidental à genoux.

Dans cette bataille économique pourrait se jouer purement et simplement la solvabilité occidentale. L’Occident pourrait payer très cher sa stratégie de sanctions envers la Russie, cela ne m’étonnerait pas que tout cela leur explose à la figure. Poutine a les moyens de provoquer un chaos économique en Occident. C’est la raison pour laquelle je pense que l’or, l’argent et les actions minières représentent aujourd’hui l’une des plus grandes opportunités de l’histoire de la finance. »