Tags Posts tagged with "SDR"

SDR

Dans l’interview de James Turk que nous avons sous-titrée, il affirmait qu’il faudrait surveiller de près septembre 2015, le FMI ayant prévu de discuter la composition des fameux droits de tirage spéciaux, ou DTS (SDR en anglais), ce qui pourrait déboucher sur l’inclusion du yuan. À quoi servent les DTS, pourquoi les Chinois souhaitent que leur monnaie y soit intégrée, et pourquoi est-ce important ?

Les DTS, c’est quoi ?

Les droits de tirage spéciaux sont une unité monétaire utilisée par le FMI. Ils ont été créés en 1969 pour, en gros, remplacer l’or. Il ne s’agit pas d’une devise en tant que tel, mais ils sont utilisés de cette façon entre les pays. Tous les membres du FMI payent une contribution pour être membres ; chaque pays reçoit alors une certaine quantité de DTS en fonction de la taille de son économie. Ces DTS peuvent ensuite être prêtés, convertis en devises, empruntés, etc.

Actuellement, les DTS sont composées d’un panier de 4 devises : le dollar américain, la livre sterling, le yen et l’euro. Pour qu’une devise puisse intégrer le panier des droits de tirage spéciaux, elle doit satisfaire à certains critères. La Chine s’est donné beaucoup de mal pour y satisfaire, notamment en travaillant sur l’internationalisation du yuan, la possibilité de l’échanger aux 4 coins du monde, en augmentant ses réserves en or, etc.

Cela dit, en quoi l’inclusion du Yuan dans les DTS est-elle importante ? Si cela arrive, il s’agira d’un signal fort montrant que le système monétaire international est en train de changer, que l’influence, la puissance et le prestige de la Chine grandissent, ce qui signifie que l’aura de l’occident diminue. Actuellement, le dollar américain représente 42 % du panier. Si le yuan est inclus, cela signifie que la quote-part des autres devises devra baisser pour faire de la place à la monnaie chinoise.

Mais nous, citoyens, n’utilisons pas les DTS. En quoi cela nous concerne-t-il ?

Il est clair que vous n’utilisez pas les DTS pour faire vos courses au supermarché. Mais le pouvoir d’achat du dollar, et de l’euro dans une autre mesure, dépend en partie de la quote-part que la devise occupe dans les DTS. Directement, ils ne sont pas importants pour nous, mais ils le sont pour les pays et les banques centrales, qui émettent l’argent que nous utilisons.

Si Jim Rickards devait avoir raison, si la prochaine crise financière devait déboucher sur le FMI devenant la nouvelle banque centrale mondiale, les DTS auront une importance cruciale. La réinitialisation de la valeur des devises principales du monde, en fonction de leur importance dans les DTS, aura un impact direct sur votre pouvoir d’achat.

Ceci dit, la raison pour laquelle la Chine souhaite avoir sa monnaie intégrée dans les droits de tirage spéciaux doit être désormais évidente. Cependant, les États-Unis disposent d’un droit de veto au FMI, et ils pourraient l’utiliser. Cependant, des rumeurs font état de la volonté du FMI de supprimer ce droit de veto aux États-Unis, alors que les BRICS font de plus en plus pression pour que leur poids économique soit mieux pris en compte dans les instances internationales, et notamment au FMI. Mais il ne s’agit pas que les pays émergents : en 2010, l’Allemagne avait déjà demandé aux États-Unis d’abandonner de leur propre chef ce privilège.

Pour certains analystes (dont celui de la seconde source qui a servi de base à la rédaction de cet article), la fin du droit de veto américain au FMI pourrait être décidée durant les premiers mois de 2015 ; il s’agirait de la grande « réinitialisation économique » que n’a cessé d’évoquer Christine Lagarde dans de multiples interviews et discours durant les 6 derniers mois.

La fin du veto américain aurait donc lieu juste avant la fameuse réunion sur les DTS, qui n’est programmée que tous les 5 ans. Ce ne serait donc pas une coïncidence. Et si les Américains devaient conserver leur droit de veto, cela signifie-t-il qu’ils l’utiliseront pour bloquer l’entrée du yuan ? Pas nécessairement, car les Chinois pourraient, comme Turk l’a suggéré, décider de faire cavalier seul en annonçant la convertibilité du yuan en or après avoir annoncé leurs réserves officielles. Et rien que cette menace (parmi tant d’autres : la Chine pourrait vendre tous ses bons du Trésor, prendre des positions au Comex et demander la livraison, etc.) pourrait obliger les États-Unis à ne pas faire obstruction.

Sources : alt-market.com et lonestarwhitehouse