Tags Posts tagged with "Shanghai"

Shanghai

0
sticks d'argent physique entre 2015 et 2016 à Shanghai

Article de SRSroccoreport.com, publié le 19 avril 2016 :

« Il apparaît qu’un événement de taille pourrait se produire sur le marché de l’argent, et que les Chinois s’y préparent. Après le lancement du fix or de la Chine aujourd’hui, les cours des métaux précieux sont partis à la hausse. À un moment donné, l’argent était en progression de 5 %. Le métal gris est en ce moment à plus de 17,2 dollars, un niveau plus vu depuis plus d’un an.

Même si l’or fut au centre de toutes les attentions aujourd’hui en raison du lancement du fix or en yuan à Shanghai, cela fait 6 mois que des choses très intéressantes ont lieu sur le marché de l’argent…

Tandis que les stocks d’argent du COMEX ne cessent de baisser depuis leur pic de juillet 2015 (184 millions d’onces) pour s’élever aujourd’hui à 154 millions d’onces, les stocks d’argent de la bourse de Shanghai ont connu une trajectoire opposée. Et pas d’un peu, comme le montre le graphique ci-dessus.

Les stocks d’argent de la Shanghai Futures Exchange (SHFE) ont atteint un plus bas de 233 tonnes (soit 7,5 millions d’onces) le 20 août 2015. Cependant, les stocks ont commencé à être vraiment bien regarnis en 2016, avec notamment une hausse de 596 t à 802 t entre décembre et janvier. Cette augmentation s’est poursuivie à des rythmes bien plus élevés dans les mois suivants : aujourd’hui, les stocks d’argent de la bourse de Shanghai s’élèvent à 1706 tonnes !

Autrement dit, les quantités d’argent physique à Shanghai ont triplé en moins de 6 mois. Pourquoi ces stocks ont-ils explosé de cette façon, et en si peu de temps ? Les Chinois savent-ils quelque chose que nous ignorons ?

Pour vous aider à comprendre la portée de cette hausse, comparons-la aux inventaires d’argent de la banque de lingots qui possèdent le plus de métal gris au monde, la JP Morgan. On a beaucoup parlé de l’accumulation d’argent métal de la JP Morgan au Comex. La voici représentée par un graphique Nick Laird de Sharelynx.com :

stocks d'argent de la JP Morgan entre 2011 et 2016

La JP Morgan a commencé à accumuler de l’argent métal lorsque son cours a plafonné à 50 $ en 2011. En avril 2012, la JP Morgan possédait environ 4 millions d’onces d’argent. Les stocks de la banque n’ont cessé de grimper tout au long de la chute du prix du métal jusqu’à 14 $ l’once. Aujourd’hui, la JP Morgan possède dans les coffres du Comex 69,4 millions d’onces.

Cependant, les stocks de la bourse de Shanghai ont augmenté bien plus rapidement. Comme ceci :

JP-Morgan-vs-shanghai-argent

Il a fallu 4 ans à la JP Morgan pour porter ses stocks d’argent de 4 millions à 69,4 millions d’onces. À Shanghai, seulement 8 mois ont été nécessaires pour passer de 7,5 millions d’onces à 54,7 millions d’onces. De plus, n’oubliez pas que la majorité du métal a été acquis durant ces 4 derniers mois.

Comment expliquer ces développements ? Probablement en partie par la levée de l’interdiction de l’importation de minerai d’argent et de ses produits concentrés raffinés en novembre 2015. (…)

Cela dit, les stocks d’argent métal de la bourse de Shanghai n’ont jamais été aussi élevés. Le record antérieur de 1143 tonnes date de mai 2013. Quelle que soit la raison, la bourse de Shanghai accumule beaucoup d’argent, et très rapidement.

energie-solaire-chine-aide-investissements-2020

Comme je l’ai mentionné dans un article antérieur, l’Inde et la Chine souhaitent développer à grande échelle l’énergie solaire d’ici 2020-2022. L’Inde ambitionne de produire 100 gigawatts d’électricité via l’énergie solaire d’ici 2022, et la Chine 100 gigawatts d’ici 2020. Ces plans exigeront de grandes quantités d’argent. (…) »

5
or physique

Article de MineWeb.com, publié le 13 avril 2016 :

« La Chine se prépare à étendre son influence sur le marché de l’or avec le lancement attendu d’un fix or en yuan le 19 avril prochain.

« En tant que premier producteur et consommateur mondial d’or, il est logique que la Chine développe sa propre infrastructure pour échanger, déterminer le cours et fournir la liquidité sur un marché de l’or libellé dans sa devise, » a déclaré John Butler, vice-président et responsable de la gestion de GoldMoney.

Seamus Donoghue, CEO de la société basée à Singapour Allocated Bullion Solutions, affirme également que ce fix permettra à la Banque de Chine de contrôler et de stabiliser le cours de l’or.

À l’instar du London Gold Fix, la version chinoise du Shanghai Gold Exchange (SGE) aura lieu 2 fois par jour. Des banques locales et étrangères auront la possibilité de participer. D’après les éléments qui ont transpiré, les banques étrangères pourront échanger des contrats de façon anonyme tandis que les banques locales ne jouiront pas de ce privilège. En Chine, le début de l’enchère débutera par la moyenne arithmétique des prix communiqués par les participants, tandis qu’à Londres le prix de départ est fixé par son président indépendant, d’après Donoghue.

Le SGE, propriété de l’État chinois, est une bourse qui ne gère que des échanges d’or physique. Au London Gold Fix, les contrats papier sont également pris en compte. « Le lien entre le marché papier et le marché physique de l’or est de moins en moins évident. Un beau jour, nous assisterons à des problèmes de livraison. Ce déséquilibre entre le marché papier et physique pourrait réorienter le marché vers son penchant physique, ce qui faciliterait l’augmentation des positions sur les contrats chinois, » a déclaré Butler durant un entretien téléphonique.

La popularité de l’or physique gagne du terrain sur les contrats papier

« Si le fix de Shanghai devait dévier de celui de Londres, des craintes concernant le prix et le règlement des contrats or papier à Londres pourraient s’élever, ce qui pourrait déstabiliser le marché, même si nous pensons qu’il faudra patienter un certain temps avant de voir le fix chinois exercer une influence significative, » a déclaré Donoghue.

Butler s’attend à ce que le fix chinois améliore la transparence du cours de l’or. Il devrait également augmenter la visibilité des possibilités d’arbitrage. (…) Il a également mis en garde contre les théories qui affirment qu’il s’agit d’une tentative de mettre à mal la domination financière de l’Occident. « Affirmer qu’ils essayent de détrôner le dollar via les métaux précieux est un raccourci. Ils sont en train de mettre en place l’infrastructure dotée de ce potentiel, mais je ne pense pas que ce soit le but immédiat recherché. En ce moment, c’est surtout une question de facilité ainsi qu’une action symbolique. La Chine bouge pour mettre en évidence ce que nous savons déjà, à savoir que c’est l’acteur numéro 1 du marché de l’or dans le monde, » a déclaré Butler.

La Hong Kong Exchanges and Clearing (HKEX) envisage également de proposer un cours de l’or, en yuans et en dollars, sur un marché à terme avec livraison du métal physique en raison de la popularité grandissante de l’or et de l’argent tangibles. D’autres bourses pourraient leur emboîter le pas en raison de la demande, a déclaré Donoghue.

Butler a conclu en affirmant que les contrats chinois pourraient grignoter des parts de marché si les stocks limités de métal du COMEX devaient perdurer et si le LBMA ne trouve pas une nouvelle solution concernant son fix. Procédure qui a pourtant été récemment réformée, dans le but d’être plus transparente, pour la première fois depuis 1919. »

1
métaux précieux

Article inspiré de celui de Smaulgld.com du 6 octobre 2015 ; version condensée.

Cela fait quelques années que des analystes des métaux précieux et non des moindres prédisent la fin du Comex. Celle-ci n’a toujours pas eu lieu et ne se produira probablement jamais.

L’analyse est connue : le ratio or physique/papier explose, les stocks d’or du Comex ne cessent de baisser, un beau jour il n’y aura plus assez d’or pour assurer les livraisons et le Comex sera obligé d’indemniser les participants en cash.

Il ne faudrait pas grand-chose pour vider les coffres du Comex. Les quantités disponibles dans ses coffres correspondent à quelques jours d’achats d’or de la Russie. L’Inde importe plus d’argent chaque mois que ce qui se trouve actuellement dans les coffres du Comex.

Le Comex est un lieu où les traders vendent de l’or et de l’argent (physique) qu’ils n’ont pas à d’autres traders qui n’en veulent pas.

Malgré cela, le Comex est toujours debout et la bourse des métaux précieux ne risque pas de tomber. Voici pourquoi :

Les nouveaux habits de l’empereur

Vous connaissez probablement ce conte de Hans Christian Andersen. Dans cette histoire, des escrocs parviennent à faire acheter à l’empereur des vêtements inexistants sous le prétexte que seuls les idiots et les incompétents sont incapables de les voir. Tout le monde fait alors comme s’il pouvait les voir. Seul un enfant a le courage de s’avancer pour crier la vérité : l’empereur ne porte aucun vêtement !

comex-octobre-2015

Les analystes du Comex sont comme l’enfant du conte d’Andersen. Ils dénoncent l’évidence d’une fraude dangereuse qui doit cesser. Il suffirait d’une entité demandant la livraison de l’intégralité des coffres du Comex pour mettre la bourse d’échange au tapis mais ce n’est pas arrivé et cela n’arrivera probablement jamais.

Les nouveaux habits de l’empereur version 2.0

Dans la version moderne de l’histoire, celle du Comex, les choses sont différentes. Au lieu de reconnaître les dénonciations des analystes du Comex, elles sont ridiculisées ou ignorées. C’est comme si, dans le conte original, l’enfant était réduit au silence ou mis sous tranquillisants pendant que l’empereur poursuit sa parade nudiste.

Les 4 raisons expliquant pourquoi le Comex ne s’effondrera pas (dans l’ordre d’importance)

1. Le Comex n’est pas le lieu où on achète de l’or ou de l’argent physique, c’est un marché papier

Le Comex est un lieu où les traders vendent de l’or et de l’argent (physique) qu’ils n’ont pas à d’autres traders qui n’en veulent pas. Ces traders veulent être exposés à l’or et l’argent mais pas au métal. La plupart des traders sont les banques de lingots.

De plus, la plupart des grossistes or et argent shortent souvent sur le Comex afin de protéger leurs acquisitions (hedge). Plus ils achètent des métaux physiques, plus le nombre de contrats short qu’ils vendent est important.

La plupart des contrats short et long sont prolongés ou expirent d’eux-mêmes. Très peu d’or et d’argent sont livrés dans le cadre des contrats du Comex. Pour illustrer ce fait, le graphique ci-dessous montre deux semaines de livraisons chargées à la bourse de Shanghai et une année (2014 en l’occurrence) de livraisons au Comex :

comparatif Comex Shanghai or

Les personnes qui désirent acquérir des métaux précieux ne se tournent pas vers le Comex. Que le ratio métal papier/physique soit de 2, 20, 100, 300 ou 1000 n’a donc aucune espèce d’importance.

2. Aujourd’hui, le système de réserve fractionnaire est accepté par les traders et la société

Dans un film de 1946, « It’s a wonderful life », un bankster parvient à convaincre ses clients d’avoir foi dans le système de réserve fractionnaire des banques. Le fait que l’argent des épargnants n’est pas en possession de la banque n’est pas considéré comme criminel mais comme le mode de fonctionnement de l’industrie bancaire. Aujourd’hui, cette réalité, lorsqu’elle est connue des citoyens, ne semble pas les perturber outre mesure.

Dans un tel contexte, difficile d’assister à un vent de panique. Le concept est accepté, volontairement ou par ignorance.

3. Il est impossible de battre le casino en jouant au casino

Les bourses d’échange, comme les casinos, disposent de règles pour garantir leur profitabilité et leur pérennité.

Si les traders du Comex devaient tout de même finir par perdre confiance et demander la livraison du métal, un tel événement provoquerait la hausse des cours et donc mécaniquement la reclassification de lingots éligibles à enregistrés par les entités désireuses de profiter de la hausse. Il y aurait donc probablement un ajustement naturel de l’offre.

comex-stocks-octobre-2015

Dans le cas contraire, le Comex dispose d’une règle sur les limites de position qui lui permettrait d’éviter d’être dépassé. Cependant dans un marché changeant rapidement, ce mécanisme de sécurité pourrait s’avérer insuffisant. Dans ce cas, qu’est-ce qui empêche une entité de demander la livraison d’une quantité de métal supérieure à ce que le Comex possède dans ses coffres ? La réponse est simple : le gouvernement américain.

Le cas des frères Hunt

Une telle entité serait probablement matée. La leçon des frères Hunt est à ce sujet instructive. Lorsqu’il fut clair que les frères Hunt étaient parvenus à accaparer presque tout l’argent physique disponible au début des années 80 (notamment en prenant livraison au Comex), le Comex restreignit les activités sur le marché de l’argent aux ordres de liquidation. En limitant les transactions aux ventes, le cours de l’argent chuta rapidement. Lorsque l’appel de marge sur les positions des frères Hunt fut atteint, ceux-ci ne purent rien faire pour éviter leur faillite.

C’est la preuve qu’il est impossible de battre le casino en jouant au casino. Dans un casino, il est interdit de compter les cartes lorsque vous jouez au blackjack. Ce qui signifie que si vous avez trouvé le moyen de battre le casino, celui-ci vous l’interdit.

La règle 413 du CME a été spécialement prévue pour les traders à qui prendraient l’envie de « battre le casino ». Cette règle permet d’exclure n’importe quel trader pour quasi n’importe quel motif (la règle 413 dit : « si des raisons substantielles laissent à penser qu’une telle action immédiate est nécessaire pour protéger les meilleurs intérêts de la bourse »).

Le Comex peut donc exclure arbitrairement n’importe quelle entité, sans préavis et sans motif clair.

4. Le Comex est une bourse protégée par le gouvernement américain

En admettant qu’un trader ou un groupe de traders exige la livraison d’une quantité de métal qui ne puisse être fournie, qu’aucun dédommagement financier ne soit offert en contrepartie et que le Comex ne fasse pas appel à la règle 413 pour éjecter ces traders qui causent du tort à la bourse d’échange, la partie serait terminée pour le Comex, n’est-ce pas ? Probablement pas. La Plunge Protection Team (PPT) interviendrait alors.

Après le krach boursier de 1987, le président Reagan signa l’ordre exécutif qui porta la PPT sur les fonds baptismaux. Son objectif est d’améliorer « l’intégrité, l’efficacité, l’ordre et la compétitivité des marchés nationaux ainsi que maintenir la confiance des investisseurs. »

La PPT, composée du Secrétaire au Trésor, du Président du Conseil des Gouverneurs de la Fed, du Président de la SEC et du Président de la CFTC dispose de marges importantes pour intervenir sur les marchés.

Le gouvernement des États-Unis est le plus puissant du monde. Lorsqu’il s’agit de protéger les intérêts financiers américains et le dollar, le gouvernement américain ne plaisante pas et il vaut mieux ne pas le contrarier.

La PPT ne laisse pas la bourse baisser de quelques pourcents sans intervenir, alors croyez-vous vraiment qu’elle permettra à une bourse importante comme le Comex de faire défaut parce qu’un trader a demandé la livraison ?

Tout porte à croire qu’une entité qui se comporterait de cette façon recevrait un « traitement de faveur » de la part du gouvernement. Les transactions seraient annulées, le compte du trader suspendu, le fisc se pencherait sur la société et les individus concernés. Une inculpation pour terrorisme serait probablement d’actualité.

Conclusion :

Si quelqu’un souhaite prendre livraison des 160.000 onces d’or qui se trouve actuellement dans les coffres du Comex, nous lui souhaitons bonne chance…

0
lingot et pièces d'or

Article de MineWeb publié le 10 juillet 2015 :

« La Chine vient d’ouvrir davantage son marché de l’or aux investisseurs de Hong Kong. Il s’agit de la dernière initiative d’une campagne visant à renforcer son influence sur le cours international de l’or ainsi qu’à internationaliser l’utilisation de sa monnaie, le yuan.

Les membres de la bourse Chinese Gold & Silver Exchange Society, basée à Hong Kong, peuvent utiliser des yuan parqués à l’étranger pour acheter et vendre le métal précieux sur le Shanghai Gold Exchange (SGE) depuis vendredi dernier.

Le plus grand consommateur mondial d’or élargit l’accès aux investisseurs en dehors de ses frontières à son marché de l’or afin d’exercer une plus grande influence sur le cours ainsi qu’augmenter l’utilisation du yuan à l’international. L’année dernière, la Chine permettait déjà via la zone franche de Shanghai l’échange limité de contrats or pour les investisseurs étrangers. L’Empire du Milieu prend également des mesures pour être plus impliqué dans le marché de l’or de Londres tout en préparant son propre fixing or en yuan qui devrait être lancé d’ici la fin de l’année.

« La Chine veut attirer davantage d’investisseurs étrangers sur son marché de l’or, mais le yuan n’est pas convertible librement ce qui entrave la libre circulation des capitaux », a déclaré Duan Shihua, partenaire de Shanghai Leading Investment Management Co. « la bourse de Shanghai n’a pas éveillé beaucoup d’intérêt en dehors de la Chine et devra encore grandir pour concurrencer ses concurrents de Londres ou de New York. » (…)

0

Article de Koos Jansen, publié le 11 avril 2015 sur BullionStar.com :

En septembre 2014, le Shanghai Gold Exchange (SGE) a lancé sa bourse internationale : le Shanghai International Gold Exchange (SGEI). Après de timides débuts, les volumes des contrats physiques SGEI kilobar (iAu99.99) viennent de supplanter tous les autres types de contrats du SGE durant la semaine 15 (du 6 au 10 avril).

Les objectifs principaux du SGEI étaient de faciliter les achats et les ventes d’or en renminbi (yuan), d’améliorer la détermination du cours en renminbi et d’internationaliser la monnaie chinoise. Les Chinois considèrent l’or en tant que composante indispensable de leurs marchés financiers et pour internationaliser le renminbi, le marché de l’or exprimé dans cette devise doit fatalement s’internationaliser. Il se pourrait que le pic d’échanges sur l’iAu99.99 ne soit que passager mais il est également possible que la bourse internationale d’échange chinoise soit entrée dans le stade de l’adolescence. (…)

Sur le graphique ci-dessus, on peut voir les volumes d’échanges des contrats SGE les plus utilisés à savoir Au99.95, Au99.99, Au(T+D) et celui qui est désormais le plus populaire : l’iAu99.99.

L’augmentation des volumes la plus notable a eu lieu le 8 avril lorsque le volume total des échanges sur l’iAu99.99 s’est élevé à 31 tonnes sur la journée (comptage unilatéral). Cela reste bien en dessous des volumes du COMEX sur lequel 382 tonnes ont été échangées le 8 avril sur le marché des futures. Cependant, le COMEX utilise un effet de levier de plus de 20.

Note : les contrats SGE peuvent être échangés par les membres internationaux du SGEI. Les membres domestiques du SGE peuvent également échanger des contrats SGEI. Cependant, un nombre limité de membres du SGE peut échanger des contrats iAu99.99 et a le droit d’importer cette or à partir de la zone de libre-échange vers le territoire national. Aucun membre du SGEI n’est autorisé à exporter l’or du SGE vers l’étranger.

Malheureusement, nous ignorons qui sont exactement les acteurs qui sont actifs sur le marché des contrats iAu99.99 (domestiques ou étrangers). Nous ignorons également si l’or échangé est retiré des coffres du SGE et s’il est retiré, s’il est importé en Chine ou exporté vers la zone de libre-échange de Shanghai. (…) »

En bref : avec l’augmentation des volumes du SGEI cela signifie donc qu’il devient plus difficile d’évaluer la demande d’or chinoise sur la base des retraits de métal physique du SGE.

1

Il ne se passe plus un jour sans qu’une nouvelle ne vienne confirmer l’internationalisation du yuan et du rouble, signes qui montrent que les jours de l’hégémonie du dollar sont comptés. Hier, c’est un article de Bloomberg qui a annoncé que la Chine allait permettre les échanges directs entre l’euro et le yuan.

« La Chine va démarrer les échanges directs entre le yuan et l’euro à partir de demain (lire le 30 septembre), alors que la seconde économie mondiale tente de développer l’utilisation de sa monnaie à l’international.

Cette décision va abaisser les frais de transaction, et donc rendre les conversions de monnaie entre ces 2 devises plus attractives, d’après le communiqué publié sur le site de la Banque de Chine. HSBC Holdings Plc a déclaré séparément qu’elle avait reçu les autorisations nécessaires pour être l’un des premiers acteurs du marché à conclure ce genre de transaction en Chine.

L’euro devient la 6e monnaie majeure à être directement échangeable avec le yuan à Shanghai, rejoignant ainsi le dollar américain, australien et néo-zélandais, la livre sterling et le yen. (…)

Cette année, des banques de règlement ont été choisies par la Chine à Francfort, Paris et Luxembourg, tandis que la capitale financière allemande ainsi que Paris se sont vus attribuer des quotas pour investir les devises échangées à l’étranger sur les marchés domestiques chinois. »

0

L’argent a eu beau se faire massacrer durant ces derniers jours, cela n’a pas découragé les acheteurs, que du contraire. SRS Rocco note ainsi que les stocks d’argent de la place de Shanghai continuent de fondre comme neige au soleil, tandis que la US Mint a vendu des quantités astronomiques de Silver Eagles :

Si le cours manipulé de l’argent papier baisse, les stocks d’argent physique de la bourse des futures de Shanghai baissent aussi. En fait, son stock de métal physique a encore atteint un plus bas, alors que l’argent se trouve désormais sous la barre des 18 $ l’once. À son pic, la Shanghai Futures Exchange détenait 1143 tonnes d’argent. Aujourd’hui, il ne lui reste plus que 7 % de cette quantité. Comme vous pouvez le voir sur le graphique ci-dessus, les stocks sont passés de 575 tonnes en février 2014 à 81 tonnes aujourd’hui.

A moins de rentrer du métal, les stocks de Shanghai pourraient être totalement à sec dans les mois à venir.

Ventes record de Silver Eagles mardi dernier

Lorsque la US Mint a mis à jour sur son site ses chiffres de ventes, le nombre de Silver Eagle vendues a augmenté de 700.000 unités pour dépasser les 2,4 millions de pièces. Ensuite, le mardi 23 septembre 2014, un nombre record de 350.000 Silver Eagle ont trouvé preneur, pour un total de 2,765 millions de pièces vendues en septembre. Il s’agit d’un chiffre énorme, et probablement le record de ventes quotidiennes pour cette année. (…)

Alors que le sentiment sur le marché des métaux précieux est encore pire qu’en 2008, les investisseurs doivent réaliser que l’or et l’argent sont des investissements à long terme. Même si la Fed et les banques centrales ont réussi à propulser les marchés actions et obligataires, il ne s’agit pas d’un business model durable. Acheter de l’or et de l’argent protégera les investisseurs lorsque le plus grand Ponzi de l’histoire s’effrondera.

0

« Je pense que nous avons atteint le plus bas, ou que nous en sommes très proches (concernant l’or), car nous sommes très bas en dessous des niveaux auxquels les gros acheteurs, genre banques centrales, achètent, surtout au moment du fix de l’après-midi du LBMA.

Nous allons également atteindre la masse critique en termes de marchés étrangers, qui semblent très prometteurs. À Shanghai, le nouveau centre d’échange a commencé ses activités 2 semaines avant la date prévue. Cette nouvelle place pourrait favoriser l’émergence d’un cours plus proche de la réalité. Ce développement ne peut être que positif pour l’or. La Chine est le plus gros acheteur au monde. Il s’agit d’une nouvelle brique pour cimenter le redressement du cours du métal jaune.

Je ne me souviens pas d’un sentiment aussi négatif sur le marché de l’or. C’est même pire qu’au plus bas de juin 2013. Tous les éléments sont donc en place pour un rebond vers 1350 $ l’once. Après cela, on verra bien ce que l’avenir nous réserve. »

Eric King : « Hier, les investisseurs positifs sur l’argent ont chuté au plus bas niveau de cette décennie. Qu’en pensez-vous »

Kaye : « récemment, l’argent a eu tendance à dicter sa conduite à l’or. Durant la dernière baisse, l’argent a décliné avant le métal jaune. Je pense donc que l’argent, bien plus volatile, a bien plus de potentiel. Les primes à Shanghai semblaient valider cette assertion. Les primes pour acquérir de l’argent physique à Shanghai sont élevées, ce qui montre qu’il n’est pas évident de trouver du métal. Cela ne peut que jeter encore plus de doute sur la légitimité du cours publié par le Comex. »

Eric King : « combien de temps pourra encore durer ce petit jeu sur les marchés papier des métaux précieux ? »

Kaye : « il est certain que ce n’est pas tenable. Mais jusqu’à quand… Dans mon esprit, il n’y a aucun doute qu’une manipulation flagrante du cours de l’or et de l’argent a lieu, et ce depuis pas mal de temps. Il est par contre difficile de dire jusqu’à quand les planificateurs centraux pourront continuer à agir ainsi.

Ce que je sais, c’est que les marchés des métaux précieux ne sont pas en équilibre. Ils sont bien trop sous-évalués pour ressembler à un marché libre. Je suis très optimiste en ce moment, car l’Occident ne pourra pas fournir du métal physique pour satisfaire l’énorme demande engendrée par ces tarifs artificiellement bas. De plus, cela a lieu depuis une bonne période de temps.

De nombreux événements nous montrent que nous nous rapprochons du moment de vérité. Nous avons vu certains pays louer leur or, comme l’Équateur. Il y a également des montages financiers en Inde qui ont été manifestement conçus pour permettre à l’Occident de mettre la main sur l’or stocké en Inde afin de poursuivre les manipulations. (…)

Eric King : « vous ne comptez pas (la baisse) parce que vous êtes un vieux de la vieille et que vous pouvez encaisser ce genre de carnage, mais que dites-vous à ceux qui n’en peuvent plus de voir cette pression qui n’en finit pas sur les métaux précieux ? »

William Kaye : « je leur conseille de continuer d’acheter de l’or et de l’argent physique, qui doit être stocké en dehors du système bancaire, et de compter leur fortune en onces plutôt qu’en monnaie papier comme le dollar. Car un beau jour, ils seront très heureux d’avoir pris cette décision.

Entre-temps, pour ceux qui ont investi de l’argent dont ils n’ont pas besoin, il n’y a aucune raison de paniquer. Ils doivent garder confiance dans le fait qu’un beau jour, tout rentrera dans l’ordre, et lorsque ce jour viendra, ils se féliciteront de leur investissement.

Pour ceux qui ont encore de l’argent dont ils n’ont pas besoin, en espérant qu’il ne soit pas dans une banque en difficulté, cet argent ne rapporte probablement rien. En fait, il y a très peu d’actifs avec le potentiel de l’or et l’argent.

Une fois de plus, les acheteurs de métaux précieux doivent conserver leurs lingots en dehors du système bancaire et être patients, car ils finiront par être récompensés. Il faut rester calme, ne pas paniquer ou laisser ces mouvements baissiers entamer la vérité qui vous a convaincu de faire un tel investissement : que le système financier actuel est voué à sa perte et qu’il devra être réinitialisé. Pour ceux qui ne possèdent pas d’or et d’argent physique, ce bouleversement sera extrêmement douloureux, car la plupart de leurs économies s’envoleront alors en fumée. »

Sources : ici et ici

1

Ce lundi matin, heure française, l’or se rapproche de son dernier plus bas récent, à environ 1180 dollars l’once. Doit-on craindre une nouvelle baisse ? Voici ce qu’en pense John Ing (source) :

« L’or vient d’atteindre son plus bas depuis 8 mois et demi, tandis que le dollar n’a plus été aussi fort depuis 4 ans. J’ai répété à de maintes reprises qu’il y a sur le marché de l’or un triple plus bas en place à 1180 dollars. Donc je pense qu’on atteindra ce niveau uniquement dans le pire des cas, ce qui correspond à une baisse de 3 % par rapport au niveau actuel.

L’or a déjà baissé de 6,5 %, je pense donc que le pire est derrière nous. Les analystes techniques montrent que l’or et les actions minières ont été survendues, et bien sûr que le dollar et les marchés actions sont surévalués. Je pense que cette déconnexion ne durera pas.

J’ai été invité à donner un discours au premier Congrès Chinois de l’Or, un événement qui fut sponsorisé par le gouvernement chinois et par les 5 plus grosses sociétés d’or du pays, dont la China National Gold (une entreprise publique). Une très forte délégation du gouvernement chinois fut présente (plus de 600 personnes). Il n’y a aucun doute sur le fait que les Chinois sont plus que jamais chauds sur l’or, et qu’ils achètent 1/3 de la production mondiale.

Tous les producteurs chinois se sont inquiétés du potentiel de production à terme de leurs mines. Certains cherchent donc à augmenter leurs réserves à l’international en trouvant de nouveaux sites. Même le président de la China National Gold a déclaré que le yuan, dont l’internationalisation ne cesse de s’étendre, devrait être adossé à l’or.

On a également annoncé durant cette conférence que les Chinois vont construire un nouveau coffre qui sera en mesure de stocker 1900 tonnes d’or supplémentaires. Ce coffre sera situé à proximité de Hong Kong, dans la ville chinoise de Shenzhen. Cela deviendra le 4e centre de stockage du pays si je ne m’abuse. Ce nouveau lieu de stockage est nécessaire en raison de leur rôle énorme sur le marché physique, une présence qui ne fera que grandir avec le temps.

Lorsque j’ai visité le Shanghai Gold Exchange, ils ont annoncé le début des échanges internationaux d’or sur cette place. L’objectif est de devenir le lieu où le cours de l’or est fixé. C’est important car au début, 11 types de contrats, libellés en yuans,  seront proposés. Ce qui signifie que l’or sera échangé avec la monnaie chinoise, et non avec le dollar.

Tous les grands acteurs du marché sont présents : HSBC, Goldman, ANZ, etc. Tous ces changements récents sont les preuves des ambitions des Chinois sur le marché de l’or : à mon avis, ils se préparent à dominer le marché alors que le pays continue d’accaparer d’énormes quantités de métal.

J’ai également vu beaucoup de Russes à cette conférence chinoise sur l’or. Je suis sûr qu’ils ont été surpris d’entendre parler ouvertement d’adossement du yuan à l’or. Cela prouve que les sanctions occidentales ont provoqué un rapprochement entre la Russie et la Chine, alors que les Russes se tournent vers l’Est pour leur financement. Nous savons aussi que les Russes achètent beaucoup d’or : leurs réserves sont passées de 600 tonnes à 1000 tonnes.

Nous assistons au dernier baroud d’honneur du dollar en termes de vigueur. La Chine, la Russie et d’autres pays se tournent vers d’autres devises. Ce fait sera l’un des catalyseurs qui provoqueront la hausse de l’or. Nous sommes au beau milieu d’une guerre des devises, chaque pays tente de dévaluer sa monnaie, notamment la Chine et le Japon. Un tel environnement est très positif pour l’or. Au cours d’aujourd’hui, le ratio risque récompense est très intéressant : le risque de baisse est très limité, alors qu’au niveau de la hausse, il est difficile de prédire un plafond.

0

Trois banques supplémentaires peuvent désormais importer de l’or en Chine.  Plus que jamais, l’Empire du Milieu veut se positionner pour être en mesure d’influer sur le cours du métal jaune, d’après ZeroHedge :

Cette décision porte à 15 le nombre de banques autorisées à importer de l’or en Chine. Elle a été prise peu avant la mise en place de la cotation de l’or en yuan au SGE (Shanghai Gold Exchange), l’ambition étant de faire de Shanghai le centre de la découverte du prix de l’or, et donc de supplanter Londres.

Standard Chartered (banque étrangère), Shanghai Pudong Development Bank et China Merchants banks sont les établissements financiers qui ont reçu cette autorisation.

À partir du 26 septembre, le SGE lancera sa propre cotation de l’or en yuan, une décision importante pour faire de Shanghai l’une des places les plus importantes pour l’échange du métal jaune, mais aussi pour l’internationalisation du yuan, et son positionnement en tant que monnaie de réserve alternative.