Tags Posts tagged with "Stanley Druckenmiller"

Stanley Druckenmiller

6
Stanley Druckenmiller

Article de Bloomberg, publié le 4 mai 2016 :

«  Stan Druckenmiller, l’investisseur milliardaire qui possède l’un des meilleurs bilans à long terme de gestion, affirme que le marché haussier des actions est en bout de course et que l’or représente son allocation la plus importante en devises.

Druckenmiller, qui s’est exprimé à la Sohn Investment Conference de New York mercredi, a déclaré que malgré ses critiques concernant les politiques de la Fed de ces 3 dernières années, il s’attendait à une hausse des actifs en raison de ces dernières.

« J’ai le sentiment que désormais, la balance penche de l’autre côté ; des valorisations plus élevées, 3 nouvelles années de comportements improductifs de la part des sociétés, les marges de manœuvre réduites pour de nouvelles politiques accommodantes et des emprunts excessifs suggèrent que le marché haussier est en bout de course, » a déclaré Druckenmiller, dont le retour annuel sur investissement de sa société Duquesne Capital Management s’est élevé en moyenne à 30 % entre 1986 jusque dans les années 2000.

Alors que les banquiers centraux expérimentent « avec la notion absurde des taux négatifs », Druckenmiller a déclaré qu’il parie sur l’or. « Certains le considèrent comme un métal, nous le voyons en tant que devise et l’or reste notre plus grosse allocation en devises, » a-t-il déclaré, sans citer nommément l’or. (…)

À propos de la Fed, Druckenmiller a déclaré que la banque centrale a emprunté « plus que jamais sur la consommation du futur ».

« Le plus objectivement du monde, nous sommes très loin dans la plus longue période de l’histoire de politiques monétaires excessivement accommodantes, » a-t-il déclaré. « Malgré avoir finalement mis un terme à son QE, la posture accommodante radicale de la Fed se poursuit aujourd’hui. Autrement dit, et de façon assez ironique, nous avons aujourd’hui la Fed la moins dépendante « des chiffres économiques ». »

Et enfin : « La volatilité des marchés actions mondiaux des 12 derniers mois, qui annonce souvent un changement de tendance majeur, suggère que le ratio risque/potentiel est négatif en l’absence de prix substantiellement plus bas et/ou de réformes structurelles. Mais ne vous attendez pas à ces réformes. »

Steen Jakobsen à propos de Druckenmiller

Les résultats de Stanley Druckenmiller en disent long sur le sérieux du bonhomme. Si cela ne suffit pas, voici ce qu’en pense Steen Jakobsen, le CIO de Saxo Bank (de SafeHaven.com) :

« Cela fait 30 ans que je fais ce métier. Durant cette période j’ai travaillé avec certains des meilleurs du monde du trading, j’ai rencontré des tas de pointures, mais il y a seulement 2 ou 3 personnes :

  • Que j’écoute TOUJOURS
  • Que je respecte TOUJOURS
  • Que je consulte TOUJOURS pour confronter mes points de vue

Certaines ne sont pas connues, mais la plus publique, la seule personne dont je sois vraiment fan, c’est Stanley Druckenmiller.

Il est non seulement l’un des meilleurs gestionnaires de l’histoire moderne, mais ses analyses sont acérées, claires et ouvertes. (…) Son dernier discours à la Sohn Conference confirme mes opinions qui ne datent pas d’hier :

  1. L’or est l’actif supérieur du cycle actuel
  2. La Fed est perdue – complètement perdue, rien de ce qu’elle fait correspond à ses dires
  3. Les taux négatifs sur la plus grosse erreur de politique de l’histoire
  4. La dette est et reste l’éléphant dans le magasin porcelaine

Parmi d’autres extraits de son discours :

« La dette américaine est hors de contrôle, la situation de la Chine est encore pire et le plus grand responsable est la Fed. Les entreprises américaines sont engluées dans la boue, réticentes à investir et accros aux rachats d’actions pour doper leurs cours. »

Il y a 11 ans, Druckenmiller avait averti durant cette même conférence de la bourde de Greenspan, qui n’avait pas fait éclater la bulle hypothécaire qui finirait par exploser. Selon Druckenmiller, la bulle gonflée par Bernanke et ensuite Yellen est bien pire que la précédente…

0

Article de The Motley Fool – publié le 29 décembre 2015 :

« L’or a reculé d’environ 45 % (en dollars) depuis son plus haut atteint il y a moins de 5 ans. Cette chute douloureuse a poussé certains observateurs à remettre en question l’intérêt de l’or en tant qu’investissement mais tout le monde n’est pas de cet avis. Voici quelques milliardaires prêts à prendre un pari contrarien, à savoir que l’or va remonter en 2016.

Bons baisers de Soros

L’un des grands noms à s’être laissé séduire par l’or, c’est Stanley Druckenmiller. Ne vous inquiétez pas si ce nom vous est inconnu : il s’est retiré de la finance en 2010. Aujourd’hui, il gère uniquement sa fortune. Néanmoins, celle-ci est tellement élevée qu’il doit toujours rentrer des déclarations à la SEC et à la fin du 3e trimestre 2015,  il était l’un des 10 plus gros porteurs du SPDR Gold Trust (GLD, or papier).

Pourquoi porter attention à ce que fait une grosse fortune avec son argent personnel ? En raison de son pedigree. Druckenmiller était le stratégiste en chef de George Soros, que vous connaissez bien. Si Soros faisait confiance à Druckenmiller pour gérer ses milliards, c’est qu’il s’agit de quelqu’un de compétent. Soros est célèbre pour avoir réalisé par le passé de gros coups financiers ; il l’a fait avec l’assistance de Stanley Druckenmiller.

Si celui-ci a fermé son propre hedge fund, Duquesne Capital Management au début de la décennie, cela n’en rend que son pari sur l’or encore plus intéressant : il a investi une partie substantielle de sa fortune personnelle de 4 milliards de dollars dans l’or : il en possède pour environ 300 millions de dollars.

Paulson garde le cap

Un autre nom bien connu qui est toujours attaché à la relique barbare est John Paulson et son Hedge Fund Paulson & Co. According. D’après sa déclaration auprès des autorités compétentes, il possède plus de 9 millions de parts du GLD soit environ 900 millions de dollars au cours d’aujourd’hui, ce qui n’est pas rien.

Ce qui est intéressant avec Paulson, c’est que la plupart de ses meilleurs placements ont été faits dans le secteur des métaux précieux. Il s’était notamment positionné agressivement sur l’or en 2009 et 2010 alors que les métaux précieux commençaient à chauffer. Il aurait gagné jusqu’à 5 milliards de dollars rien que sur ce pari. Il ne s’agit pas du seul gros coup de sa carrière : en pariant contre l’immobilier en 2007, il aurait empoché 4 milliards de dollars.

Pour être honnête, il ne s’est pas positionné aussi agressivement qu’en 2010 mais une position de presque un milliard de dollars est tout de même significative. (…) Surveillez ce que fait Paulson : s’il augmente ses positions or, il est intéressant de le savoir.

Comprenez-vous l’histoire, demande Ray Dalio

Cet avis est confirmé par Ray Dalio, fondateur de Bridgewater Associates. Il est notamment connu pour avoir dit : « si vous ne possédez pas de l’or, cela signifie que vous n’avez aucune culture historique et économique ». En bref, l’or est selon lui une assurance ce que Paulson affirme également. De son côté, Dalio semble s’inquiéter de la tournure actuelle des marchés ayant récemment affirmé à Bloomberg qu’il pense que l’économie mondiale se trouve, au mieux, dans une position fragile.

Contrairement aux 2 milliardaires cités ci-dessus, Dalio n’a pas choisi de s’exposer à l’or via le GLD. Il possède des actions de sociétés minières comme Newmont Mining, Barrick Gold et Goldcorp. (…)

L’or, une idée pas aussi mauvaise après tout ?

Le pari de Druckenmiller sur l’or est important. Il indique qu’il anticipe quelque chose que les autres ne voient pas. Son positionnement est intéressant en raison de son passé en tant que conseiller de l’un des financiers les plus célèbres de la planète. Même si vous ne voulez pas l’imiter, contracter une « assurance or » pourrait être une bonne idée alors que la Fed mène les États-Unis vers une nouvelle réalité économique, réalité qui aura des conséquences importantes sur les marchés mondiaux. Une opinion que Dalio et Paulson semblent partager.

Si l’un de ces deux milliardaires devait à nouveau investir dans l’or, vous devriez cependant redoubler d’attention et vous intéresser davantage à ce que certains, et probablement bien trop, considèrent comme une relique du passé.

2

Article de Zero Hedge, publié le 16 août 2015 : 

Durant ces dernières années, l’investisseur et milliardaire Stanley Druckenmiller fut l’un des critiques les plus virulents des politiques monétaires ruineuses de la Fed. En 2010, il annonçait d’ailleurs que sa société de gestion légendaire (Duquesne Capital Management) se retirait de la finance pour devenir une société à vocation familiale. Cependant, malgré ses avertissements incessants affirmant que cette période de politiques monétaires accommodantes se finirait en larmes, il devait encore placer son argent en adéquation avec son discours.

C’est désormais chose faite depuis le 30 juin après la dernière publication du rapport d’actifs de Duquesne Family Office de vendredi dernier, nous avons appris qu’à la fin du T2 l’or est la plus grosse position détenue par la famille Druckenmiller après que celle-ci ait acheté 2,9 millions de parts de l’ETF GLD. Autrement dit, en ce moment, le portefeuille de la famille Druckenmiller est composé à 20 % d’or (papier).

Dans un monde où les investisseurs qui recherchent la performance sont à court d’idées et imitent tout ce que font les milliardaires avec six semaines de latence, on se demande si cet événement marque le début de la fin des liquidations sans fin du GLD qui a atteint un plus bas de plusieurs années tandis que le cours de l’or papier a chuté et que la demande d’or physique approche des niveaux records et maintenant que Druckenmiller a de nouveau attaché sa ceinture de sécurité, nous nous demandons quel autre investisseur renommé l’imitera demain ?