Tags Posts tagged with "Stocks"

Stocks

0
sticks d'argent physique entre 2015 et 2016 à Shanghai

Article de SRSroccoreport.com, publié le 19 avril 2016 :

« Il apparaît qu’un événement de taille pourrait se produire sur le marché de l’argent, et que les Chinois s’y préparent. Après le lancement du fix or de la Chine aujourd’hui, les cours des métaux précieux sont partis à la hausse. À un moment donné, l’argent était en progression de 5 %. Le métal gris est en ce moment à plus de 17,2 dollars, un niveau plus vu depuis plus d’un an.

Même si l’or fut au centre de toutes les attentions aujourd’hui en raison du lancement du fix or en yuan à Shanghai, cela fait 6 mois que des choses très intéressantes ont lieu sur le marché de l’argent…

Tandis que les stocks d’argent du COMEX ne cessent de baisser depuis leur pic de juillet 2015 (184 millions d’onces) pour s’élever aujourd’hui à 154 millions d’onces, les stocks d’argent de la bourse de Shanghai ont connu une trajectoire opposée. Et pas d’un peu, comme le montre le graphique ci-dessus.

Les stocks d’argent de la Shanghai Futures Exchange (SHFE) ont atteint un plus bas de 233 tonnes (soit 7,5 millions d’onces) le 20 août 2015. Cependant, les stocks ont commencé à être vraiment bien regarnis en 2016, avec notamment une hausse de 596 t à 802 t entre décembre et janvier. Cette augmentation s’est poursuivie à des rythmes bien plus élevés dans les mois suivants : aujourd’hui, les stocks d’argent de la bourse de Shanghai s’élèvent à 1706 tonnes !

Autrement dit, les quantités d’argent physique à Shanghai ont triplé en moins de 6 mois. Pourquoi ces stocks ont-ils explosé de cette façon, et en si peu de temps ? Les Chinois savent-ils quelque chose que nous ignorons ?

Pour vous aider à comprendre la portée de cette hausse, comparons-la aux inventaires d’argent de la banque de lingots qui possèdent le plus de métal gris au monde, la JP Morgan. On a beaucoup parlé de l’accumulation d’argent métal de la JP Morgan au Comex. La voici représentée par un graphique Nick Laird de Sharelynx.com :

stocks d'argent de la JP Morgan entre 2011 et 2016

La JP Morgan a commencé à accumuler de l’argent métal lorsque son cours a plafonné à 50 $ en 2011. En avril 2012, la JP Morgan possédait environ 4 millions d’onces d’argent. Les stocks de la banque n’ont cessé de grimper tout au long de la chute du prix du métal jusqu’à 14 $ l’once. Aujourd’hui, la JP Morgan possède dans les coffres du Comex 69,4 millions d’onces.

Cependant, les stocks de la bourse de Shanghai ont augmenté bien plus rapidement. Comme ceci :

JP-Morgan-vs-shanghai-argent

Il a fallu 4 ans à la JP Morgan pour porter ses stocks d’argent de 4 millions à 69,4 millions d’onces. À Shanghai, seulement 8 mois ont été nécessaires pour passer de 7,5 millions d’onces à 54,7 millions d’onces. De plus, n’oubliez pas que la majorité du métal a été acquis durant ces 4 derniers mois.

Comment expliquer ces développements ? Probablement en partie par la levée de l’interdiction de l’importation de minerai d’argent et de ses produits concentrés raffinés en novembre 2015. (…)

Cela dit, les stocks d’argent métal de la bourse de Shanghai n’ont jamais été aussi élevés. Le record antérieur de 1143 tonnes date de mai 2013. Quelle que soit la raison, la bourse de Shanghai accumule beaucoup d’argent, et très rapidement.

energie-solaire-chine-aide-investissements-2020

Comme je l’ai mentionné dans un article antérieur, l’Inde et la Chine souhaitent développer à grande échelle l’énergie solaire d’ici 2020-2022. L’Inde ambitionne de produire 100 gigawatts d’électricité via l’énergie solaire d’ici 2022, et la Chine 100 gigawatts d’ici 2020. Ces plans exigeront de grandes quantités d’argent. (…) »

2

De nombreux indicateurs américains signalent une récession à venir. Parmi ceux-ci, la chute des ventes en gros qui a lieu simultanément avec l’augmentation des stocks faisant exploser ce ratio. Historiquement, un ratio à un tel niveau n’augure rien de bon… Et le niveau actuel est similaire à celui qui a précédé la crise de 2008. Article de SeekingAlpha.com, publié le 11 octobre 2015 : 

« Il s’agit de données dont nous n’avions pas besoin, mais alors pas du tout. Elles ont ruiné nos espoirs. Le Census Bureau américain les a publiées de toute façon : les ventes en gros ont de nouveau baissé tandis que les inventaires ont de nouveau augmenté, propulsant le ratio inventaires/ventes au « niveau pré Lehman ».

En août, les ventes en gros ont chuté à 445,4 milliards, ajustements saisonniers inclus soit une baisse de 1,0 % par rapport au mois précédent et de 4,7 % par rapport à août 2014. Poste par poste, l’ensemble des statistiques sont mauvaises. Les ventes en gros des biens durables ont baissé de 1,2 % par rapport au mois précédent et de 1,9 % par rapport à il y a 12 mois. Les ordinateurs et périphériques ont particulièrement chuté (-5,1 % par rapport au mois précédent et -6,2 % par rapport à août 2014). Les ventes de machines ont baissé de 2,7 % par rapport à juillet et de 3,5 % par rapport au mois d’août de l’année précédente. Ces deux baisses montrent quel genre d’investissement est en vogue dans les entreprises américaines : à savoir l’ingénierie financière plutôt que l’ingénierie tout court.

Les ventes en gros de biens non durables ont baissé de 0,7 % par rapport au mois précédent et ont plongé de 7,2 % par rapport à août 2014. Les baisses des produits pétroliers et alimentaires sont néanmoins à remettre principalement sur le compte de la débandade des matières premières.

Heureusement, l’industrie pharmaceutique est un secteur qui a de la ressource. Les ventes ont augmenté de 0,9 % par rapport au mois précédent et explosé de 14 % par rapport au même mois d’il y a un an. Les augmentations de prix sur un marché bien souvent monopolistique peuvent réaliser de véritables miracles. Sans cette technique, les ventes en gros de ce secteur auraient affiché un tout autre visage.

Des ventes en berne, ce n’est pas bon mais cela ne s’arrête pas là : les stocks continuent d’augmenter malgré des niveaux existants déjà historiquement élevés. Ils ont augmenté de 4,1 % par rapport à août 2014. (…)

Le très significatif ratio stocks/ventes qui indique combien de temps une marchandise est stockée avant d’être écoulée ne cesse de grimper. En juillet 2014 il s’élevait à 1,17. Il a atteint 1,22 en décembre pour ensuite partir à la verticale. Pour août, il s’élève à 1,31… Soit le niveau qu’il avait atteint juste avant l’épisode Lehman en 2008… »

0

Les estimations de la croissance du PIB américain au premier trimestre sont tombées : +0,2 %, soit le chiffre exact de GDPnow de la Fed d’Atlanta, bien en dessous du consensus des « économistes officiels ».

Qu’à cela ne tienne, la Fed compte bien relever ses taux d’ici quelques mois d’après son porte-parole officieux Hilsenrath. La faible croissance du premier trimestre est évidemment due à la météo pour Yellen et Cie, vous allez voir ce que vous allez voir dans les mois à venir ! On a hâte…

D’autant que ce chiffre pâlot a été obtenu principalement grâce à la constitution de stocks. Durant le premier trimestre 2015, les stocks des sociétés (hors agriculture) ont augmenté de 121,9 milliards de dollars soit la plus grosse hausse d’inventaire de l’histoire. A titre de comparaison, cette croissance de 0,2 % représente 6,3 milliards de dollars. Si on soustrait ces 121,9 milliards du PIB enregistré durant les 3 premiers mois de l’année, on obtient ainsi une belle récession de -2,6 %.

Pour terminer, nous allons traduire la conclusion de ZeroHedge qui a relevé cette anomalie qui va évidemment se payer dans la croissance des mois à venir :

« Ce qui signifie que lorsque cet excédent massif de stock sera éventuellement liquidé, le PIB américain sera encore plus sous pression durant les trimestres suivants. Le cas échéant, l’extase déflationniste que nous vivrons lorsque toutes les entreprises seront forcées de se débarrasser en même temps de leurs inventaires résultera en une supernova monétaire qui ne laissera d’autre choix à la Fed que de littéralement parachuter des tonnes de billets sur le pays. »