Tags Posts tagged with "Taux d’intérêt"

Taux d’intérêt

0

Article de Charles Hugh Smith, publié le 29 avril 2016 :

« La vérité inavouable est que les jours des systèmes financiers, que l’on pense éternels, sont comptés. Une façon d’évaluer le déclin de la résilience de ces systèmes est d’observer le temps qu’il leur faut pour récupérer lorsqu’ils sont mis sous pression, ou encore de jauger la vigueur du redressement.

Pour y parvenir, on peut aussi se pencher sur les extrêmes atteints avant le retour « à la normale ». Par exemple, les taux d’intérêt, qui au lieu de se normaliser après 7 années de répression, sont poussés en territoire négatif par des banquiers centraux de plus en plus désespérés.

L’idée la plus importante ici est de comprendre que les systèmes financiers et les économies fonctionnent comme des systèmes naturels. La planification centrale et les manipulations des banquiers centraux semblent contrôler le système, mais ce contrôle occulte la réalité de la fragilité grandissante du système, de plus en plus sujet à l’effondrement et pas uniquement en raison de ses dynamiques internes, mais en résultante des manipulations des banquiers centraux.

Les signaux d’avertissement d’une résilience qui se fissure sont visibles tout autour de nous. (…) Les systèmes dominants n’opèrent pas en vase clos. En dessous de la surface d’un système dominant cohabitent de nombreux autres systèmes, réprimés par le système dominant.

Alors que le système dominant s’affaiblit/ralentit, d’autres systèmes occupent les places laissées vides dans l’écosystème. À un moment donné, l’équilibre de l’écosystème est bouleversé ; c’est alors qu’un nouvel équilibre composé de nouvelles dynamiques devient dominant.

Dans l’univers des devises, la montée en puissance des crypto-monnaies est un parfait exemple d’un système naissant qui gagne du terrain alors que le système dominant ralentit, ou se décompose.

Dans le système financier, ce processus peut être au moins conscient : nous pouvons voir le paradigme dominant s’affaiblir et voir d’autres systèmes se développer, qui seront en concurrence pour occuper le vide laissé par le système principal. (…) »

0

Pento Fed QEAujourd’hui, notre spécialiste du marché obligataire de chez KWN, Michael Pento, nous explique pourquoi la crise est loin d’être finie et que l’or finira par crever son dernier plafond.

Michael Pento : « aujourd’hui, Wall Street se plaît à répéter que le marché haussier de l’or est terminé, que les jours des métaux précieux en tant de métaux précieux sont terminés. Ils estiment que les craintes de nombreux investisseurs se sont révélées infondées après la crise de 2008, lorsque l’or a presque atteint les 2000 $ l’once.

Aujourd’hui, ces gens disent que les scénarios catastrophes ne se sont pas produits, tout simplement car le risque n’existe pas. Cet argument est totalement faux, car cela signifie que la crise de la dette serait terminée et que la récession serait de l’histoire ancienne.

Pourtant, les effets les plus pernicieux de l’effondrement économique qui a débuté il y a 5 ans ont été maquillés par les taux d’intérêt plancher et les achats agressifs des banques centrales, qui ont permis de donner un coup de fouet à la valeur de l’immobilier, des actions et de l’économie en général.

Crise terminée lorsque les taux d’intérêt seront normalisés et le bilan de la Fed allégé

Pour que la crise soit déclarée terminée, la Fed devrait remonter son taux d’intérêt directeur à 6 %, ainsi que vendre pour près de 3 trillions de bons du trésor et de titres adossés à des créances hypothécaires (MBS). Si le marché immobilier et actions peut encaisser le coup, alors d’accord, nous pourrons dire que la crise est terminée.

Cependant, si la dette record de l’ensemble des États-Unis, aujourd’hui de 54 millions de dollars, ne peut être remboursée sous le régime actuel des taux d’intérêt, il devrait être clair pour tout le monde que rien n’a été réglé. De plus, il est trop tôt que pour déclarer victoire dans la guerre contre l’inflation vu le contexte.

La Fed sait très bien qu’elle ne peut pas se permettre de faire monter significativement les taux d’intérêt. Si elle le faisait, elle ferait exploser l’économie. Donc, ce cocktail dangereux taux d’intérêt plancher, création monétaire massive et dette gouvernementale va perdurer pour longtemps. Cela risque donc bien de conduire à une inflation massive, au chaos financier, soit à la situation que les éternelles optimistes pensent avoir évitée ces dernières années.

Lorsque ces gens vont se réveiller, l’or va alors reprendre sa marche triomphale vers les sommets pour éclipser rapidement son précédent record.