Tags Posts tagged with "Taux négatif"

Taux négatif

0

Grâce à la magie des taux d’intérêt négatifs, la Suisse est parvenue à boucler une émission obligataire à 10 ans sur un taux négatif ce qui signifie que la Confédération helvétique se fait payer pour emprunter ! Article du Business Insider publié le 8 avril 2015 :

« Le fait que les obligations des nations européennes affichent un rendement négatif n’est plus désormais la conséquence d’une subtilité de la valorisation des marchés.

Mercredi, la Suisse a vendu pour 377,9 millions de francs suisses d’obligations qui arriveront à maturité en 2025 et 2049. Le taux de l’émission obligataire à 10 ans s’est clôturé à -0,055 % d’après le Wall Street Journal.

Cela signifie que les investisseurs doivent payer 5,5 points de base, tous les 6 mois, pendant les 10 années à venir pour avoir le privilège de prêter de l’argent à l’État suisse.

Durant les mois précédents, les rendements d’obligations allemandes et suisses à plus courte échéance sont tombés en territoire négatif mais cette émission suisse est la première, avec une telle échéance, à afficher un taux négatif.

Bon nombre d’obligations avaient déjà basculé en territoire négatif mais c’est en partie à cause du mécanisme de valorisation des marchés. Soit que le rendement effectif de ces obligations est devenu négatif parce que leur prix d’acquisition est supérieur à leur valeur de départ.

Cependant, concernant ces obligations, le coupon de paiement reste positif (note : la « perte » est donc encaissée à l’achat, et la plus-value par le porteur du titre). C’est la raison pour laquelle cette obligation suisse à 10 ans est historique : tout détenteur de cet actif doit payer le gouvernement suisse pour la posséder.

Bien sûr cela reste une offre décente, vu que le taux au jour le jour de la Banque Nationale suisse est de – 0,75 %, ce qui signifie qu’en prêtant au gouvernement suisse vous perdez moins d’argent que si vous parquez votre argent sur un compte en banque. Néanmoins, comme Jeff Gundlach l’a affirmé, c’est une bien triste nouvelle. »

Pourquoi une bien triste nouvelle ? Notamment pour tous les épargnants qui ont une assurance-vie en euro et dont le rendement dépend en grande partie des obligations européennes. Alors que les rendements obligataires s’effondrent, on risque de pousser les épargnants vers les unités de compte soit alimenter un peu plus la bulle boursière jusqu’à son éclatement et le rinçage complet des titulaires de ces contrats.

Les taux d’intérêt directeurs négatifs se multiplient dans les pays qui souhaitent affaiblir leur monnaie sans passer par un peg aux conséquences désatreuses (cfr la BNS). Cependant cette anomalie engendre des conséquences terribles, elle aussi. L’exemple du Danemark, via ZeroHedge :

Alors que les politiques de taux zéro sont à la mode dans la zone euro et que pour plus de 1,5 trillion d’obligations les taux sont négatifs, de nombreuses personnes se sont demandé quand cette générosité perverse allait être offerte à d’autres débiteurs, ne devenant ainsi plus l’apanage des gouvernements européens insolvables (dont la dette produit un intérêt négatif vu que la BCE est prête à acheter n’importe quelles obligations pourries de l’Union). En fait, pas plus tard qu’aujourd’hui, nous demandions sur Twitter qui sera le premier à offrir un crédit hypothécaire avec un taux négatif.

C’était sans savoir que quelques minutes seulement après notre Tweet, nous allions apprendre qu’il y a au moins un pays qui paie les candidats propriétaires s’ils contractent un crédit hypothécaire. Vous lisez bien : le crédit hypothécaire à taux négatif est désormais une réalité.

Grâce à la générosité de Mario Draghi, octroyée sur le compte des générations futures vouées à l’esclavage et suite à 3 baisses consécutives de taux par la banque centrale danoise, une banque locale Nordea Credit, offre aujourd’hui un crédit hypothécaire avec taux négatif ce qui signifie que la banque paie à ses clients un intérêt pour qu’ils empruntent de l’argent.

Il s’agit d’un taux variable de – 0,03 à 0,03 %. La plupart des clients doivent payer des intérêts très modestes mais certains reçoivent de l’argent pour avoir emprunté. Pas besoin d’avoir un doctorat en économie pour comprendre que cette situation est tout sauf saine.

Voilà que subitement, dans un premier temps au Danemark et bientôt partout en Europe, nous sommes dans une situation où les épargnants doivent payer leur banque pour simplement avoir de l’argent sur leur compte, tandis que ceux qui contractent un emprunt sont rémunérés. (…)

Le fait que tout ceci va se terminer dans un bain de sang et de larmes est clair pour tout un chacun sauf pour les économistes les plus en vue dans les médias. En attendant, nous sommes impatients de voir les nombreuses opportunités grotesques qui vont émerger en Europe (et bientôt au Japon et aux États-Unis) dans les mois qui viennent alors que les débauches de dépenses seront directement subsidiées et financées par notre système monétaire insolvable, tandis que les comportements responsables et le travail honnête seront punis.