Les taux négatifs dopent la demande d’or au Japon

Les taux négatifs dopent la demande d’or au Japon

0
or physique

Les adversaires de l’or citent souvent l’absence de rendement du métal jaune en tant que raison pour ne pas en posséder. Si l’argument est une demi-vérité (à savoir qu’il n’offre pas de rendement, alors que c’est le cas de tout actif sans risque de contrepartie, comme l’argent liquide que vous gardez chez vous afin d’être sûr de pouvoir mettre la main dessus à tout moment), les taux d’intérêt négatifs ne seront qu’une raison supplémentaire de posséder de l’or.

Au Japon, la demande de métal a en tout cas augmenté d’après cet article de Bloomberg, publié le 14 mars 2016 :

Au Japon, les taux d’intérêt négatifs dopent la demande pour l’or, d’après le plus gros marchand de métaux précieux du pays.

Les cours internationaux ont augmenté de 18 % cette année alors que les investisseurs étaient à la recherche d’une valeur refuge pour se protéger des remous des marchés financiers. Pour les particuliers, la décision surprise de la banque du Japon en janvier n’a fait que renforcer l’attrait de l’or, d’après Takahiro Ito, manager en chef du magasin Tanaka Kikinzoku Kogyo K.K. situé dans le district Ginza de Tokyo. Ce qui a contribué à faire augmenter les prix de l’or de détail (note : lire les primes) jusqu’à obtenir un plus haut depuis juillet.

« De nombreux clients font le pari qu’il est préférable de convertir son épargne en or, une valeur refuge, plutôt que de garder leur argent déposé dans une banque qui offre de bas taux d’intérêt, » a-t-il déclaré la semaine dernière à l’occasion d’une interview téléphonique.

Le prix du lingot d’or a grimpé à 5027 yens (44 dollars) le gramme le 11 mars 2016, un plus haut depuis le 7 juillet, d’après cette société basée à Tokyo. « D’habitude, de nombreux clients vendent leur or, mais nous avons l’impression qu’ils sont encore plus nombreux à en acheter, même lorsque le prix dépasse les 5000 yens, » a déclaré Ito.

Dans sa tentative de doper le crédit, la BoJ a emboîté le pas à la BCE en instaurant un taux en dessous de zéro. Si cette mesure devrait bénéficier aux actifs risqués à haut rendement, elle pourrait également avoir des conséquences accidentelles du côté des ménages. Ceux-ci pourraient décider de retirer leur argent, voire même de le convertir en une réserve de valeur comme l’or. Les ventes de coffres ont augmenté au Japon, ce qui semble suggérer que ce scénario se matérialise.

La politique de la BoJ a propagé des idées fausses parmi les investisseurs, d’après Ito. Certains acheteurs pensent que les taux négatifs pourraient être répercutés sur l’épargne. Les Japonais âgés, quant à eux, craignent un remake de leur expérience au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, lorsque le gouvernement restreignit les retraits d’argent afin d’enrayer l’inflation.

Les Britanniques se méfient aussi

L’attrait des investisseurs pour l’or se manifeste ailleurs. Au Royaume-Uni, BullionVault a déclaré le 1er mars que le nombre de ses clients a plus que doublé en février pour atteindre un record plus vu depuis avril 2013.

« Les craintes grandissantes concernant les taux négatifs et les risques politiques comme le Brexit ont consacré le retour en grâce de l’or auprès de certains gestionnaires, » a déclaré Adrian Ash. « Les investisseurs privés, dont les rangs grossissent rapidement, se mettent également à acheter de l’or en tant qu’assurance. »

Au Japon, la demande d’or s’est élevée à 32,8 t en 2015, contre 17,9 t en 2014, d’après le World Gold Council. »